Meyerbeer:Les Huguenots - Minkowski/Py - Bruxelles juin 2011

Représentations
Avatar du membre
Levko
Soprano
Soprano
Messages : 67
Enregistré le : 23 févr. 2011, 00:00
Localisation : Lille - Paris
Contact :

Meyerbeer:Les Huguenots - Minkowski/Py - Bruxelles juin 2011

Message par Levko » 13 juin 2011, 22:36

Gioacomo Meyerbeer
Les Huguenots, 1836
nouvelle production

Opéra en cinq actes sur un livret d'Eugène Scribe & Émile Deschamps
Creation à la Salle Le Peletier à Paris, le 29 février1836

Direction musicale ¦ Marc Minkowski
Mise en scène ¦ Olivier Py
Décors ¦ Pierre-André Weitz
Costumes ¦ Pierre-André Weitz
Éclairages ¦ Bertrand Killy
Direction des chœurs ¦ Martino Faggiani
Marguerite de Valois ¦ Marlis Petersen
Valentine ¦ Mireille Delunsch
Urbain ¦ Yulia Lezhneva
Raoul de Nangis ¦ Eric Cutler
Comte de Saint-Bris ¦ Philippe Rouillon
Comte de Nevers ¦ Jean-François Lapointe
De Retz ¦ Arnaud Rouillon
Marcel ¦ Jérôme Varnier
Cossé ¦ Xavier Rouillon
Tavannes ¦ Avi Klemberg
Thoré ¦ Marc Labonnette
Méru ¦ Frédéric Caton
Dame d honneur ¦ Camille Merckx
Une coryphée ¦ Tineke Van Ingelgem
Deux bohémiennes ¦ Camille Merckx
Tineke Van Ingelgem
Maurevert ¦ Ronan Collett
Bois-Rosé ¦ Olivier Dumait
Un Valet ¦ Marc Coulon
Un archer du guet ¦ Jacques Does
Etudiant catholique ¦ Alain-Pierre Wingelinckx
Un moine ¦ Olivier Dumait, Ronan Collett, Charles Dekeyser
Deux jeunes filles catholiques (couple 1) ¦ Marta Beretta, Françoise Renson
Deux jeunes filles catholiques (couple 2) ¦ Adrienne Visser, Birgitte Bønding
Trois Coryphées ¦ Bernard Giovani, Alain-Pierre Wingelinckx, Pascal Macou
Orchestre ¦ Orchestre symphonique et chœurs de la Monnaie

A l’affiche d’une bien belle maison, riche de fastueuses dorures (la Monnaie fait partie des plus belles salles de théâtre européenne avec son magnifique théâtre à l’italienne intégrant certaines caractéristiques françaises) et d’Histoire (c’est lors d’une représentation de la Muette de Portici ici-même qu’est née la Révolution belge), cette nouvelle production des Huguenots de Meyerbeer s’annonçait très prometteuse ne serait-ce parce que les opéras de Meyerbeer sont devenus cosa rara alors qu’il était le compositeur le plus joué au monde au XIXème siècle ! Certes, mais quoi de plus naturel aussi que d’espérer que ce soit dans ce lieu alliant faste et Histoire, à l’instar du style meyerbeerien, que sonne justement le renouveau de ce compositeur mis au purgatoire de la critique bien pensante et du bon goût obligé !

La soirée du 11 juin 2011 fera date, comme le fit la toujours production de Robert le Diable à l’Opéra Garnier en 1985, dont des centaines de mélomanes espèrent toujours une reprise. Cette grande fresque historique, représentation du fanatisme religieux de la France en ce mois d’août 1572 …dans lequel s’inscrivent les amours malentendues puis contrariées du protestant Raoul de Nangis et de la catholique Valentine de Saint-Bris, fut en effet admirablement servie par l’équipe mobilisée ! Le défi était pourtant de taille pour ce type de répertoire jugé désuet, vulgaire, trop enferré dans une époque révolue et soit disant manque d’esthétique, et qui pour lequel, par-dessus le marché, nous ne possédons plus les voix pour le soutenir sinon le secourir !

La direction d’orchestre, les voix, la mise en scène tout a globalement fonctionné pour faire sortir de l’oubli Les Huguenots, une œuvre magnifique, engagée, riche d’un message profond de tolérance (Meyerbeer juif allemand qui le composa en 1836 ne pouvait pas ignorer le développement de certaines mesures anti-sémites par le pouvoir royal alors naguère rétabli).

Commençons par rappeler que nous avons eu droit à la version scénique vraisemblablement la plus longue des 100 dernières années. La prière de Valentine, le second air du page Urbain (écrit pour Londres), tout le début de l’acte V a été donné, permettant de rendre à la fois à certains personnages une palette psychologique plus riche et sa pleine dimension politique à cet opéra. 4h45 de spectacle au total donc, avec à peine 40 minutes d’entracte.

La mise en scène est signée Olivier PY. On reconnaît tout de suite sa pâte caractéristique et celle de son double ou triple complice (Pierre-André WEITZ ;)! Structures et aplats métalliques, mobilité des décors, éblouissements, contrastes de lumières jusqu’à la quasi pénombre, sont là pour nous accompagner dans ce voyage, et nous préparer comme il aime souvent à le répéter à l’autre voyage, le voyage intérieur déclenché par l’œuvre d’art.

On commence avec une scène sombre avec des projecteurs plein feu dirigés sur le public comme pour lui annoncer qu’il ne doit pas se contenter de son statut de spectateur, de consommateur culturel. L’œuvre culturelle doit renverser le rapport objet-sujet en nous incorporant dans l’œuvre elle-même et nous faire penser et agir en nous-même. Cette lumière-là dérange parce qu’on la voudrait justement sur scène ! Mais la seule lumière qui compte après tout n’est elle pas celle de l’esprit de l’homme qui s’élève par son intelligence à la sagesse, seule rempart à cette intolérance que va nous peindre l’œuvre de Meyerbeer et la lecture d’Olivier PY… il est certain que nous serons bien loin dans cette production d’un réalisme banal et d’un ésotérisme facile.

Sur le plan global, la mise en scène ne transpose pas à notre époque ou à l’époque des huguenots. Non Olivier PY fait les époques se croiser comme le fera le fer (tout métaphorique) des deux communautés religieuses. Costumes ou élément de costumes de la Renaissance du XVIème s. (fraises, robes à vertugadins, plastrons d’armure, etc..) côtoient chapeaux hauts de forme et redingotes caractéristiques de la première moitié du XIXème s ainsi que les complets trois pièces et cravates noirs de notre époque. On peut rajouter une quatrième ère, en effet on observera également à la toute fin une sorte de d’humanoïde qui rappelle C3PO doré issu d’un épisode de la guerre des étoiles.

Les esprits pressés y verront comme dans l’œuvre de Meyerbeer un éclectisme de mauvais aloi, alors que la démarche est très astucieuse : cet habile glissement des costumes est bien là pour rappeler que l’intolérance est pervasive, rampe partout et traverse les époques.

La renaissance est présente par les costumes si caractéristiques évoqués ci-dessus renvoie à l’année de l’action 1572 ; les redingotes font bien évidemment un clin d’œil à l’époque à laquelle l’opéra est composé, la Restauration. La monarchie de Juillet, comme avant elle, la Restauration aimait à faire revivre la Grande époque des Valois avec une espèce de regard bienveillant et bien entendu instrumentalisé.

Notre époque est aussi omniprésente : le smoking et la cravate renvoi au hic et nunc qui nous concerne, celui du spectateur pour le ramener encore une fois à l’œuvre, l’intégrer à l’œuvre, le sortir de son rapport de simple contemplateur d’un objet culturel. La veste d’aujourd’hui est bien là pour rappeler au public qui vit l’œuvre qu’il est lui aussi pris dedans, que c’est bien à sa conscience, à son intelligence que l’on s’adresse. Enfin, je vois dans l’espèce d’androïde, une évocation des générations futures qui immanquablement seront aussi concernées par la haine de l’autre et l’intolérance.

Attachons-nous maintenant à développer quelques moments clés de ce spectacle et leur poésie.

L’acte I qui se passe dans le château du Comte de Nevers est un acte essentiellement masculin troublé par la seule présence physique de Valentine qui n’y chante pas et de la voix féminine d’une mezzo interprétant le rôle travesti du Page Urbain. Pour illustrer ce caractère masculin, Olivier PY représente une bacchanale avec des hommes vêtus de smoking, très alcoolisés, qui tombent et chemises et pantalons. L’un des catholiques est d’ailleurs mis à nue et déguisé en joyeux Bacchus. La débauche est générale ; l’alcool coule à flots et ca et là se détachent quelques attitudes homosexuelles, des groupes de jeunes catholiques qui n’hésitent pas à se caresser au lointain. Cette orgie tranche avec l’austérité de Marcel et la retenue et la gêne de Raoul, tous les deux protestants.

L’intermède musical ouvrant l’acte II fut très beau. On y voit un homme-cerf danser et s’unir à une femme-biche, évocateur des forêts giboyeuses de la Touraine et annonciateur de l’érotisme affiché de l’acte II. Cet acte essentiellement féminin était splendide. L’entrée de Marguerite de Valois sous une lune tachetée de gris est de toute beauté. Contrairement au livret de Scribe, la scène se passe de nuit. L’albe de Chenonceau a fait place à un noir laqué. Les arches caractéristiques du château et le bassin d’eau suffisent à rappeler le lieu de l’action. Ce n’est donc pas la chaleur agressive du soleil que la cour et la Marguerite de Valois veulent fuir mais peut-être au contraire les vapeurs de pulsions intérieures…L’effet est très intéressant puisque Marguerite de Valois, si elle veut marier Raoul à Valentine, n’est absolument pas insensible aux charmes du huguenot (cf. le duo avec Raoul) et doit lutter contre ses pulsions de ‘femme libérée’. Dans une pénombre mordoré, les glissements d’eau et les danses de trois courtisanes, nues, transformées en naïades participent à l’érotisme quasi orientaliste à la première partie de l’acte. On comprend que le page urbain, s’éveillant tel un Cherubino à l’appétit du corps, rechigne à quitter les lieux.

Dans l’acte III qui annonce l’affrontement du dernier acte, les deux camps sont nettement reconnaissables : noir rigoureux souvent intégral pour les protestants coiffé de haut de forme, plastrons doré et clinquant pour les catholiques.

A l’acte IV, la scène de la « Bénédiction des armes » est particulièrement réussie grâce notamment à la transformation en arme la religion fanatisée : plutôt que d’utiliser de bruyantes épées, dagues ou poignards, qui seront utilisés pour le massacre, c’est la croix elle-même qui retournée joue le rôle de l’épée. Illustration ô combien réussi du fanatisme religieux qui aboutit à la négation même du message religieux. Bien plus efficace et évocateur que n’importe quelle lame ou fleuret !

L’autre partie de l’acte IV, le grand duo entre Valentine et Raoul, est belle. Sur un plateau dégagé au lointain, l’attention se concentre sur ces deux destins (confetti ou grain de sable dans l’œil de l’Histoire ?). Toute l’action se passe et s’articule autour de tables accolées sur leur largeur pour former comme un chemin d’où les deux amants doivent se quitter.

Dans le finale de l’acte V : les huguenots rassemblés dans le temple sont vêtus comme vous est moi, avec des petites valises qui ne sont pas sans rappeler les groupes de juifs qu’on massait au pied des gares pour les envoyer en camps. Le massacre est métaphorique. C’est toujours la ‘croix-arme’ qui, portée par la main menaçante du robot doré mentionné auparavant (à la C3PO), vient s’écraser sur le dessus d’une table métallique renversée sur un de ses côtés. Ainsi utilisée, la table devient un gong assourdissant dont la violence provoquée par les coups de croix, fait s’écrouler les corps. Saisissant !

J’ai beaucoup développé la mise en scène, mais venons-en aux voix. Il faut une « grande ourse » vocale pour les Huguenots, pas moins de 7 voix excellentes pour les principaux rôles ! Et elles y étaient.

Au début était le verbe, n’est-ce pas… La diction, dans ce style si souvent décrié comme pompeux et faste, est un pré-requis. Avec une bonne part d’artiste francophone (belge, québécois et français), avec des chanteurs étrangers (suédois et américains) qui maitrise il faut le reconnaître notre langue, le premier ingrédient est réuni.

Non seulement tous avaient un très bon niveau de français, mais en sus ils étaient bons dans la vocalité et dans le jeu d’acteurs. La direction d’acteurs d’Olivier PY a surement également contribué à ce que ces chanteurs soient aussi comédiens et nous donnent un jeu crédible touchant quelquefois au sublime (Mireille Delunsch ou Marlis Petersen par exemple).

Commençons par le page Urbain, interprété par la mezzo-soprano russe Yulia Lezhneva, puisque c’est la première voix féminine que l’on entend dans l’opéra : vocalisation, voix élastique dans le premier air ‘’Noble seigneur Salut’’. On se réjouit que cette production lui permette de chanter le deuxième air habituellement coupé à l’acte II (« le chevalier n’y voit goutte »). Elle a été chaudement applaudie, comme les deux autres voix féminine principales. Somptueuses en effet furent Marlis Petersen et Mireille Delunsh.

Marlis Petersen (Marguerite de Valois) a absolument maîtrisé le redoutable Air de « ô beau pays de la Touraine ». La voix, sans doute encore un peu froide au tout début, manquait d’un peu d’assurance dans le tout premier aigu, mais très vite la voix devient ductile. Son jeu est érotique et vient servir son interprétation ! On voudrait assurément être plus proche encore pour ajouter au plaisir procuré par la voix le bonheur de discerner la splendeur des courbes de la chair sous le tissu diaphane de sa robe blanche. J’ai également beaucoup aimé sa présence à la fin de l’acte où elle fait prêter serment d’amitié entre les Comte de Saint-Bris et de Nevers et Raoul de Nangis.

Mireille Delunsh (Valentine) était excellente ! Ici ou là au début on pouvait discerner quelques sont graves un peu gutturaux, mais très vite la voix s’installe. Une puissance, des aigus impeccables, des pianos assumés plein de l’émotion et de l’âme de ce personnage tourmenté !! Et quel jeu, j’ai usé la batterie de mon appareil photos à essayer de zoomer pour prendre le maximum de son jeu d’acteur. Un jeu époustouflant. Un visage, des regards, des postures qui s’offrent à nous en même temps que la beauté des sons (‘je suis seule chez moi de l’acte IV et son grand duo avec Raoul étaient bouleversant. Bravo vraiment pour cette Valentine !

Eric Cutter maintenant notre Raoul de Nangis. Tout d’abord, il possède un français remarquable. Juste quelques « e », sans vraiment comprendre pourquoi, ci et là se délavent en é alors que d’autres restent d’une grande pureté. Une diction noble et sans le laisser-aller de la prononciation qui en dit long sur la volonté de donner le meilleur de lui-même. Volume, aigus pleins, suraigus en voix mixte admirables. Sa romance accompagnée « plus blanche que la blanche hermine » à la viole d’amour était très belle. On lui reprochera juste de donner de temps à autre un peu l’air de souffrir dans son émission vocale, ce qui peut quelque fois nuire à son jeu d’acteur. Mais il avait la fougue crédible :) dans le duo avec Marguerite de Valois à l’acte II. En même temps, il n’avait pas d’excuses à ne l’être pas tant il était aidé par l’érotisme de Marlis Petersen. Mentionnons en passant que M. le ténor est tatoué :). Le grand duo magnifique entre Valentine et Raoul de l’acte IV (o ciel !où courez-vous ?) était magnifique. On le sentait déchiré par le choix cornélien qu’il devait faire devant la bouleversante Valentine de Mireille Delunsh. Une très belle prestation pour ce Raoul !

Les voix graves masculines ne sont pas en reste :

Le Marcel de Jerôme Varnier était admirable. Enfin ( ?) une basse chantante française pour Marcel ! Et quelle basse chantante ! Une diction parfaite. Une puissance mais aussi un velours dans le registre grave ! On lui reprochera juste d’avoir non pas savonné mais d’avoir chanté deux fois la même phrase dans les deux couplets pourtant différents de sa chanson huguenote antipapiste du premier acte (‘pour les couvents, c’est fini’). Il a campé un Marcel, moralisateur mais sans jamais toutefois aller dans le grotesque (couplets luthériens).

Le comte de Saint-Bris a été servi par une autre grande voix française, celle de Philippe Rouillon. Rompu à ce rôle qu’il connaît bien, il était vocalement très bon. A noter sa prestation excellente à l’acte III et de l’acte IV, (scène de la bénédiction des poignards) où il s’avérait particulièrement crédible dans son rôle de leader calculateur et vindicatif.

Le comte de Nevers, Jean-François Lapointe, a vraiment la classe. Une diction impeccable pour ce baryton québécois. On sent bien sa connaissance et son amour pour le grand opéra français. Il parvient à faire passer dans le personnage du Comte de Nevers le grand souffle lyrique sur fond d’histoire de France qui anime l’opéra.

Le pari est gagné, la distribution réunissait les voix puissantes et dramatiques, mais en même temps suffisamment souples pour les nuances avec une diction du français très bonne ! Quand on pense que c’est pour tous ces artistes, une prise de rôle (à part Philippe Rouillon), ils méritent nôtre plus grand respect !!

Si la grande ourse possèdent 7 étoiles principales, les autres étoilent de doivent pas moins briller pour que la représentation soit excellente. Ce fut le cas des autres solistes d’Arnaud Rouillon (De Retz) et de Xavier Rouillon (Cossé), Avi Klemberg (Tavannes) et tous les autres. Et bien entendu pour un opéra de ce type, c’eut été un bien malheureux que les chœurs fussent boiteux. Mais il n’en fut rien, l’opéra de la monnaie dispose d’un orchestre et d’un chœur admirable. Des pupitres masculins et féminins homogènes, capables de prodiguer la puissance sonore qui doit éblouir l’auditoire dans le grand opéra. Les chœurs exultaient : tantôt doux (chœur féminin des baigneuses et tantôt puissant, tantôt violent (chœur de l’affrontement de l’acte III (pre aux-clercs); les déplacements sur la scène pourtant, pas si grande de la Monnaie, ne les gênaient pas. Le passage a cappella, probablement le plus long de l’histoire de l’Opera, est passé sans la moindre difficulté.

La direction de Minkowski est parvenue à donner du relief, une grandiloquence mais aussi une intimité assumée en dosant ses effets sur la distance. Il parvient avec un orchestre qu’il connaît maintenant bien (il a déjà dirigé deux opéras à la Monnaie, Don Quichotte de Massenet, La Cenerentola de Rossini) à trouver la puissance et par contraste la légèreté qui permet de mettre en valeur les chanteurs et de les accompagner dans ce terrible marathon vocale et émotif qu’est les Huguenots.

Et la magie fut donc au rendez-vous grâce à une distribution particulièrement efficace, une mise en scène excellente d'Olivier PY et un orchestre et un choeur exemplaire sous la baguette de Marc Minkowski. Bravo ! Que j’espère que cette création de la Monnaie sonnera la résurrection assumée du « Grand Opera » et rende à Meyerbeer toute la place que le XIXème lui avait donnée. Le public d’outre-Quievrain était emballé et il est dur pourtant aux dires de certains des mes voisins belges qui partagèrent cette soirée lyrique avec moi.

Alléchant, isn't it ?!

paco
Basse
Basse
Messages : 9374
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Message par paco » 14 juin 2011, 09:21

Merci pour le CR !

Version ultra intégrale donc ? ce qui est une excellent chose pour permettre d'avoir une idée la plus complète de cette oeuvre hollywoodienne

Une question : Arnaud Rouillon et Xavier Rouillon sont-ils de la même famille que Philippe Rouillon ?

Zelenka
Ténor
Ténor
Messages : 504
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00

Message par Zelenka » 14 juin 2011, 10:36

paco a écrit :Merci pour le CR !

Version ultra intégrale donc ? ce qui est une excellent chose pour permettre d'avoir une idée la plus complète de cette oeuvre hollywoodienne

Une question : Arnaud Rouillon et Xavier Rouillon sont-ils de la même famille que Philippe Rouillon ?
Arnaud et Xavier Rouillon sont les fils de Philiippe Rouillon. Ils étaient réunis pour l'émission "La table d'écoute" consacrée à l'analyse critique des enregistrements des "Huguenots" sur la RTBF (on peut écouter en podcast sur le site http://www.tablecoute.blogspot.com/).

Avatar du membre
Levko
Soprano
Soprano
Messages : 67
Enregistré le : 23 févr. 2011, 00:00
Localisation : Lille - Paris
Contact :

Message par Levko » 14 juin 2011, 12:37

oui une version longue qui permet de mieux saisir la qualité de l'oeuvre. Pour les Rouillon, je ne sais. En tous cas, Arnaud Rouillon et Xavier Rouillon sont jeunes pourraient bien être deux frères ou deux cousins et Philippe Rouillon leur père ou leur oncle ! Je vais essayer de savoir :)

zelmira
Messages : 24
Enregistré le : 12 sept. 2010, 23:00

Message par zelmira » 14 juin 2011, 13:00

Merci beaucoup pour ce magnifique compte-rendu que j'ai lu avec d'autant plus d'intérêt que j'avais assisté à la Générale et que j'avais été enthousiasmée... au point d'ailleurs d'avoir racheté encore une place afin de voir les Huguenots en tout 3 fois.

Avatar du membre
Levko
Soprano
Soprano
Messages : 67
Enregistré le : 23 févr. 2011, 00:00
Localisation : Lille - Paris
Contact :

Message par Levko » 14 juin 2011, 13:20

merci beaucoup ! C'est gratifiant de voir que les gens vous lisent :). C'est une coproduction avec l'Opéra du Rhin, la distribution programmée en mars 2012 y apparaît également très intéressante aussi : Karine Deshayes en Urbain et Laura Aikin en Marguerite, Gregory Kunde en Raoul...) !

Avatar du membre
Levko
Soprano
Soprano
Messages : 67
Enregistré le : 23 févr. 2011, 00:00
Localisation : Lille - Paris
Contact :

Message par Levko » 14 juin 2011, 21:28

Merci pour la précision sur les Rouillon. Une vraie histoire de famille cette production :)

Gustavo
Soprano
Soprano
Messages : 69
Enregistré le : 26 oct. 2009, 00:00

Message par Gustavo » 14 juin 2011, 21:32

Tout à fait d'accord avec votre (très complet) CR en ce qui concerne la splendeur de la production (j'ai été très sensible à la référence à l'Ecole de Fontainebleau pour le début du II, avec Diane et Actéon sur l'interlude orchestral et les 3 suivantes nues prenant les poses des 3 Grâces pendant la scène au bord du Cher - et la présence muette de Catherine de Médicis notamment pendant la bénédiction des poignards était très bien venue).

Très belle diction des tous les interprètes, très belle distribution, dominée par Marlis Petersen et Julia Lezhneva mais une grande erreur de distribution pour moi, Mireille Delunsch n'est absolument pas Valentine, elle souffre beaucoup (et nous aussi !) à courir après une tessiture qui lui échappe : les aigus sont très douloureux, pour ne pas dire faux et ses difficultés plombent complètement le duo du IV...: même si on aime l'interprète, elle n'est en rien le falcon demandé par la partition (l'équilibre entre Marguerite et Valentine doit être le même qu'entre Eudoxie et Rachel) - Eric Cutler est assez surprenant et assure très cranement sa partie (alors que sur le papier il m'inquitétait plus que Delunsch !)

Version quasi complète(les quelques coupures sont détaillées dans le libretto qui accompagne le programme de salle), on a le grand plaisir d'entendre certains passages pour la première fois ...

Malgré la réserve mentionnée, on ne peut que souhaiter une captation télévisée (toujours difficile avec les spectacles d'Olivier Py) pour péreniser cette soirée (et une fois de plus il a fallu sortir de Paris pour entendre cette oeuvre qui aurait toute sa place à Bastille !)

Avatar du membre
Levko
Soprano
Soprano
Messages : 67
Enregistré le : 23 févr. 2011, 00:00
Localisation : Lille - Paris
Contact :

Message par Levko » 14 juin 2011, 21:34

Zelenka a écrit :
paco a écrit :Merci pour le CR !

Version ultra intégrale donc ? ce qui est une excellent chose pour permettre d'avoir une idée la plus complète de cette oeuvre hollywoodienne

Une question : Arnaud Rouillon et Xavier Rouillon sont-ils de la même famille que Philippe Rouillon ?
Arnaud et Xavier Rouillon sont les fils de Philiippe Rouillon. Ils étaient réunis pour l'émission "La table d'écoute" consacrée à l'analyse critique des enregistrements des "Huguenots" sur la RTBF (on peut écouter en podcast sur le site http://www.tablecoute.blogspot.com/).
Merci pour la précision et le le lien du podcast ! Cette émission de la RTBF a l'air très intéressante !

Avatar du membre
Levko
Soprano
Soprano
Messages : 67
Enregistré le : 23 févr. 2011, 00:00
Localisation : Lille - Paris
Contact :

Message par Levko » 15 juin 2011, 10:22

Gustavo a écrit :Tout à fait d'accord avec votre (très complet) CR en ce qui concerne la splendeur de la production (j'ai été très sensible à la référence à l'Ecole de Fontainebleau pour le début du II, avec Diane et Actéon sur l'interlude orchestral et les 3 suivantes nues prenant les poses des 3 Grâces pendant la scène au bord du Cher - et la présence muette de Catherine de Médicis notamment pendant la bénédiction des poignards était très bien venue).

Très belle diction des tous les interprètes, très belle distribution, dominée par Marlis Petersen et Julia Lezhneva mais une grande erreur de distribution pour moi, Mireille Delunsch n'est absolument pas Valentine, elle souffre beaucoup (et nous aussi !) à courir après une tessiture qui lui échappe : les aigus sont très douloureux, pour ne pas dire faux et ses difficultés plombent complètement le duo du IV...: même si on aime l'interprète, elle n'est en rien le falcon demandé par la partition (l'équilibre entre Marguerite et Valentine doit être le même qu'entre Eudoxie et Rachel) - Eric Cutler est assez surprenant et assure très cranement sa partie (alors que sur le papier il m'inquitétait plus que Delunsch !)

Version quasi complète(les quelques coupures sont détaillées dans le libretto qui accompagne le programme de salle), on a le grand plaisir d'entendre certains passages pour la première fois ...

Malgré la réserve mentionnée, on ne peut que souhaiter une captation télévisée (toujours difficile avec les spectacles d'Olivier Py) pour péreniser cette soirée (et une fois de plus il a fallu sortir de Paris pour entendre cette oeuvre qui aurait toute sa place à Bastille !)

Bonjour. Merci pour votre précision sur le ballet et la référence à Actéon, pour moi c'était un cerf quelconque dans une forêt de Touraine !

Sur Mireille Delunsch. J'avoue que je ne connais pas bien le rôle (ce sont mes premiers Huguenots en live) mais je trouve que vous êtes dur :). J'ai beaucoup lu que Mireille Delunsch n'aurait pas du tout la voix pour ce rôle. Je n'en ai pas eu l'impression. Je n'ai pas eu le sentiment qu'elle courrait après ses aigus. Je trouvais la voix un peu rauque au tout début de son apparition, mais ca s'est vite réglé. Vocalement sa prestation m'a beaucoup plus (de gustibus non disputandum est en même temps :). Et puis la voix au 'théâtre' ne suffit pas, il faut le jeu et là aussi, elle m'a bien enchanté. Elle a su donner à ce rôle une Valentine un vrai relief !

Répondre