La Vie Parisienne - Lévy/Pelly - Toulouse déc. 2009

Représentations
vigie
Alto
Alto
Messages : 377
Enregistré le : 17 août 2004, 23:00

La Vie Parisienne - Lévy/Pelly - Toulouse déc. 2009

Message par vigie » 23 déc. 2009, 00:20

Epatante première ce soir de cette Vie Parisienne au TNT, qui accueillait le Théâtre du Capitole hors les murs et cette géniale production. CR imminent !

Avatar du membre
Renard
Ténor
Ténor
Messages : 637
Enregistré le : 27 juin 2005, 23:00

Message par Renard » 24 déc. 2009, 00:09

Une soirée bien réussie. Et maintenant: bon réveillon!

musetta
Alto
Alto
Messages : 319
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par musetta » 01 janv. 2010, 22:04

J'étais moi aussi à cette deuxième représentation de la Vie Parisienne au TNT, le 23 décembre.

Après la Belle Hélène et Orphée aux enfers, j'attendais beaucoup de cette production, que je n'avais pu voir à Lyon.

La mise en scène est du pur Pelly, inventive et drôle. Contrat rempli.
Je ne suis pas toujours enthousiasmée par les réécritures d'Agathe Mélinand, parfois drôle, parfois inutiles.

La direction de B Levy n'était pas tout à fait au point au début de cette série, avec des décalages fréquents entre l'orchestre et les chanteurs.
L'orchestre n'était pas non plus au top, mais il faut avouer que la salle du TNT n'a pas une acoustique idéale pour ce genre de musique (sonorité aigre).

La distribution n'était pas aussi belle qu'à Lyon, malheureusement.
Laurent Naouri est excellent, alliant performances physiques, vocales et dramatiques, et surpassait de loin les autres chanteurs.
Le choeur était également de très bon niveau.
Les autres chanteurs étaient inégaux, pas vraiment remarquables, y compris Magali Léger, qu'on a connue dans une meilleure forme vocale.

On peut regretter que le spectacle n'ait pas été surtitré : ceux autour de moi qui ne connaissaient pas l'oeuvre par coeur avaient souvent du mal à suivre.

Globalement une excellente soirée, de qualité, idéale pour les fêtes!

Jef
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 175
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Normandie
Contact :

Message par Jef » 02 janv. 2010, 18:40

Pourquoi ce n'était pas en français?

popera
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 128
Enregistré le : 17 mars 2005, 00:00
Localisation : Ségala tarnais
Contact :

Message par popera » 03 janv. 2010, 00:30

Ben si c'était en français mais ce n'est pas pour ça que l'on comprend tout !...

En fait, Musetta, il y a eu quelques minutes de surtitrage : pour l'air du Brésilien, il y avait des surtitres en portugais, délicieux non ?

Cela dit je partage l'enthousiasme général (séance du dimanche 27 pour ma part).

vigie
Alto
Alto
Messages : 377
Enregistré le : 17 août 2004, 23:00

Message par vigie » 03 janv. 2010, 13:35

La Vie parisienne
Jacques Offenbach (1819-1880)

Production de l’Opéra national de Lyon
TNT (Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées)
Opéra-bouffe en quatre actes
Livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy
Version en quatre actes créée le 25 septembre 1873
au Théâtre des Variétés à Paris

Direction musicale Benjamin Lévy
Mise en scène et costumes Laurent Pelly
Adaptation des dialogues, dramaturgie Agathe Mélinand
Chorégraphie Laura Scozzi
Décors Chantal Thomas
Lumières Joël Adam

Raoul de Gardefeu Alexander Swan
Bobinet Marc Callahan
Métella Sophie Fournier
Le Baron de Gondremarck Laurent Naouri
La Baronne de Gondremarck Maryline Fallot
Gabrielle Magali Léger
Frick/ Prosper Christophe Mortagne
Le Brésilien Florian Laconi
Pauline Pauline Courtin
Urbain / Joseph Jean-Louis Meunier
Léonie Claire Delgado-Boge
Albertine Zena Baker
Clara Marie Virot
Louise Catherine Alcoverro
Charlotte Isabelle Antoine
Gontran Jean-Pierre Lautré
Alfonse Bruno Vincent

Orchestre national du Capitole

Chœur du Capitole
Direction Alfonso Caiani

Représentation du 22 décembre 2009


Folle soirée au TNT - Théâtre National de Toulouse qui accueillait le Théâtre du Capitole hors-les-murs pour cette production (décembre 2007) de l’Opéra National de Lyon de la Vie Parisienne, revue et orchestrée de la plus belle manière par le tandem Laurent Pelly Agathe Mélinand (qui dirigent le TNT depuis 2 ans), qui n’en est pas à son premier succès sur ce répertoire.

Folle soirée car réjouissante, allumée, rythmée, pétillante, décalée (à point, avec une transposition dans le temps qui ne renie ni ne trahit l’œuvre) et qui permet de goûter la saveur vivace d’un vieux champagne millésimé !

Pas de temps mort sur scène pour des acteurs, pardon des chanteurs, totalement investis et qui bénéficient d’une direction d’acteurs réglée comme du papier à musique ! Les dialogues, adaptés par Agathe Mélinand, font mouche à chaque envoi !!!

Le tableau d’ouverture n’est pas sans rappeler la joyeuse folie de celui de Platée, dans cet incessant ballet de voyageurs qui courent et vont et viennent, ponctués par des messages SNCF d’une actualité criante (RER A et C obligent). Les deux tableaux d’entr’actes sont épatants, avec leur ballet de policiers, d’éboueurs, et de femmes légères.

Dans la fosse, Benjamin Lévy, habitué de ce répertoire à la tête des Brigands ou comme assistant de Marc Minkowski, mène finement et sans excès l’Orchestre du Capitole (en formation réduite) avec une énergie maîtrisée au diapason du plateau.
La déception de la soirée vient de l’acoustique de la grande salle du TNT (qui accueillera en mars prochain Erwartung / Pierrot Lunaire / La Voix Humaine*). Au début, l’on croit à une faiblesse de l’un ou de l’autre. Mais en fait c’est toutes les voix qui s’échappent et se perdent dans les cintres et passent très péniblement la fosse. Autant les dialogues parlés passent avec clarté, autant le chant reste sur scène. Quel dommage ! Car la distribution réunie était à la hauteur ! Sophie Fournier (Metella), Laurent Naouri (baron de Gondremark), Magali Léger (Gabrielle), Florian Laconi (le Brésilien) … pour ne citer qu’eux.

Difficile d’en juger donc avec cette acoustique qui aurait pu faire croire que Florian Laconi, brésilien de choix (et impayable dans cette scène) n’avait pas de voix. Ou que Magali Léger avait perdu la clarté de son timbre. Cette dernière est pourtant irrésistible, en veuve éplorée alanguie sur canapé ou en gantière élégante ! Alexander Swann et Marc Callahan, vifs et complices, fêtards et séducteurs, forment un duo remarquable (Gardefeu/Bobinet) dans les parties jouées.

Quelques-uns se sont néanmoins sortis remarquablement de cette difficulté.

Citons en premier lieu l’inénarrable Laurent Naouri, d’une vaillance à toute épreuve, qu’il chante sur une balançoire ou enchaîne verre sur verre (ou même à la bouteille !) : quelle santé ! Clarté de timbre projection et diction sans faille. Chapeau !
Trois qualités que l’on retrouve chez Pauline Courtin (Pauline, remarquable découverte !) et Christophe Mortagne (Frick/Prosper) qui se tire lui aussi avec élégance de ce piège, dans la droite ligne d’autres ténors fameux (Sénéchal, Beuron, pour ne nommer qu’eux).

Le chœur du Capitole se sort très bien de cette Vie Parisienne endiablée et parfois périlleuse, même si l’on ne peut oublier le travail d’orfèvre et de précision des chœurs des Musiciens du Louvre Grenoble sur ce répertoire.

Une excellente soirée de fin d’année, et une production que nous espérons bien retrouver dans des conditions qui permettent d’en profiter totalement !

* gageons que cette expérience permettra de trouver des solutions pour éviter cet écueil !

musetta
Alto
Alto
Messages : 319
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par musetta » 03 janv. 2010, 17:55

popera a écrit :Ben si c'était en français mais ce n'est pas pour ça que l'on comprend tout !...

En fait, Musetta, il y a eu quelques minutes de surtitrage : pour l'air du Brésilien, il y avait des surtitres en portugais, délicieux non ?
Oui idem pour les premières répliques en "suédois".
Effet comique assuré...

mais j'aurais davantage apprécié cet effet de décalage "délicieux" si l'on avait compris l'air du Brésilien, ou les autres... or, seuls les airs de Naouri étaient réellement audibles.

Si les chanteurs ou le choeur ne peuvent se faire comprendre (et c'est bien dommage...), eh bien il faut surtitrer le tout, non ?
J'avais eu le même problème avec la Grande Duchesse au Châtelet, où, il faut l'admettre, je n'étais pas bien placée. Il me semble d'ailleurs que la Belle Hélène du Châtelet, elle, était surtitrée.

Jef
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 175
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Normandie
Contact :

Message par Jef » 03 janv. 2010, 18:12

Je suis complètement adepte du surtitrage quand c'est une langue que je ne pratique pas (donc toutes les langues :cry: ) mais pour ce qui est du français, j'avoue que cele m'étonne toujours. Je n'avais pas eu de souci ni pour la Belle Hélène ni pour la Grande duchesseau Châtelet.

Pour la petite histoire, quand je suis allé la première fois à l'opéra à Garnier, rien n'était surtitré et c'était Tristan. Avant chaque représentation, je me farcissais en long en large et en travers tous les Avant scène des opéras que j'allais voir. Il vendait dans le théâtre les programmes mais aussi les livrets des oeuvres jouées et l'on voyait de temps en temps dans la salle des petites lampes torches qui s'allumaient. Le surtitrage est une grande avancée.

musetta
Alto
Alto
Messages : 319
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par musetta » 03 janv. 2010, 19:34

Je vais aussi beaucoup à l'opéra à l'étranger, et je "révise" assidûment mon livret avant.

Je connais très bien celui de la Vie Parisienne, mais j'ai remarqué autour de moi des gens pour qui ce n'était pas le cas, et qui étaient un peu perdus...
comme il se trouve que la tradition aujourd'hui est, en France, de surtitrer aussi les oeuvres françaises (Carmen, les Contes d'Hoffmann...), je m'étonne qu'on ne le fasse pas systématiquement.

On peut aussi regretter qu'aujourd'hui une partie du public aille à l'opéra sans rien connaître de l'oeuvre à l'avance, mais c'est là un autre débat.

On peut aussi regretter que la diction des chanteurs soit trop peu précise pour être bien compréhensible (contes d'Hoffmann à Bastille, par ex)...

Jef
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 175
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Normandie
Contact :

Message par Jef » 03 janv. 2010, 19:52

musetta a écrit :Je vais aussi beaucoup à l'opéra à l'étranger, et je "révise" assidûment mon livret avant.

Je connais très bien celui de la Vie Parisienne, mais j'ai remarqué autour de moi des gens pour qui ce n'était pas le cas, et qui étaient un peu perdus...
comme il se trouve que la tradition aujourd'hui est, en France, de surtitrer aussi les oeuvres françaises (Carmen, les Contes d'Hoffmann...), je m'étonne qu'on ne le fasse pas systématiquement.

On peut aussi regretter qu'aujourd'hui une partie du public aille à l'opéra sans rien connaître de l'oeuvre à l'avance, mais c'est là un autre débat.

On peut aussi regretter que la diction des chanteurs soit trop peu précise pour être bien compréhensible (contes d'Hoffmann à Bastille, par ex)...
Et oui, chère Musetta, le soucis vient sans aucun doute du dernier point.

Répondre