Shicoff le Juif, Havely (Vienne)

Représentations
Verrouillé
Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Re: Les pieds dans le plat

Message par Kat » 06 déc. 2004, 15:26

Xavier a écrit : Je n'aimais pas tellement Neil Shicoff avant qu'il s'investisse tant dans cette entreprise que cet annuleur professionnel a assuré toutes ses représentations de La Juive. Il a aujourd'hui ma gratitude éternelle pour ce qui est selon moi l'acte artistique le plus fort que puisse faire un chanteur d'opéra : ressusciter une oeuvre durablement.
X
Effectivement, remercions Shicoff d'être là pour nous permettre d'entendre la Juive. Mais, quoi qu'on en dise, c'est justement le genre d'oeuvre qui exige une distribution sans faille pour fonctionner et pas seulement (!) un bon Eléazar (et je dis bon, parce qu'à mon sens Shicoff n'est pas exceptionnel car sa diction est trop mauvaise et sa façon de ralentir plus que de raison dans Rachel quand du Seigneur m'orripile).
Au niveau des versions disponibles, c'est plutôt la disette : enregistrement de studio avec Carreras et Varady, live avec Poncet, live avec Tucker (très, très, très supérieur à ce que Shicoff peut offrir dans ses meilleurs jours) en 1964 avec Sarroca, en 1973 (deux fois) avec notamment Galvany, live aussi avec Carreras en 1981. Je ne connais pas le live de Carreras, mais pour ceux qui peuvent se procurer la 2ème version de 1973 avec Tucker, Marisa Galvany, Rita Shane et Paul Plishka à New Orleans sous la baguette d'un certain Knud Andresson (anciennement publié par HRE), c'est à mon sens la meilleure version disponible car Tucker y est bouleversant (avec quelques accents exotiques et quelques traits forcés) et le reste de la distribution homogène avec une mention spéciale pour les dames, Shane rendant justice au rôle extrêmement difficile d'Eudoxie. Dans les airs isolés, une pensée pour la superbe interprétation de Rachel, quand du Seigneur par Georges Thill : d'accord, c'est très vieux, mais des fois c'est salutaire de réécouter ces disques.
Kat.

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3014
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Message par EdeB » 06 déc. 2004, 15:43

muriel a écrit :Quelles versions au disque existe t-il de la Juive ?
Voir dans la base de données (database) d?ODB :
http://site.operadatabase.com.site.hmt- ... id=1&ltr=J

puis pour les versions introuvables (33t) demander l?avis de Xavier ( ou Kat !) et se fier à la chance de la trouvaille.

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 06 déc. 2004, 15:46

muriel a écrit :]Quelles versions au disque existe t-il de la Juive ?
NB : à chaque fois je cite dans l'ordre Rachel, Eléazar, Brogni, Eudoxie et Léopold

Un enregistrement studio :

De Almeida, Philips enregistré en 86 et 89
Varady, Carreras, Furlanetto, Anderson, Gonzales

Deux enregistrements lives (prise de son radio) :

Guadagno, Londres 73 ou 74, Myto ou Opera d'Oro
Hayashi, Tucker, Gwynne, Le Bris, Sabatte (74)

Young, Vienne 98 ou 99, RCA
Isokoski, Shicoff, Miles, Schörg, Todorovic

Un dvd :

Viotti, Vienne 2003, DG
Stoyanova, Shicoff, Fink, Ivan, Zhang

Autant le dire tout de suite, aucun de ces témoignages ne rend totalement justice à l'oeuvre et à tous ces protagonistes. Chacun a ses avantages et ses inconvénients, plus ou moins importants.

Pour connaître l'oeuvre, il est bizarrement préférable d'écouter le live de Vienne qui, le ballet mis à part, est beaucoup plus complet que l'enregistrement studio. En outre Shicoff y chante des choses que nous n'entendrons plus (Dieu m'éclaire) et Eudoxie a ses deux airs (cas unique des témoignages existants). Il est cependant à regretter que ce soit l'unique prise de la première, on sent plus d'une fois les chanteurs (et le chef !) pas très à l'aise ou pour le moins prudents.

La coffret Philips dispose quant à lui d'un atout de taille : la Rachel de Julia Varady. En outre, il n'a que peu de défauts, si ce n'est un Carreras très usé dans certains passages (sans doute enregistrés en 89, après sa maladie). J'ai découvert l'oeuvre via cet enregistrement, mais aujourd'hui de tous les témoignages que j'ai amassé, j'ai tendance à penser que ce n'est pas, de loin, le plus excitant.

Le live de Londres montre un Eléazar à mon avis référentiel, celui de Richard Tucker. D'ailleurs, tout ce qu'il y a de prenant dans l'interprétation de Shicoff est plus ou moins copié sur Tucker. Sa Rachel chante très bien, même si sa voix est un peu légère. Pour ceux qui veulent découvrir l'opéra dans une version courte, c'est, malgré un Brogni vraiment pas terrible, plus que recommandable.


Et pour donner raison à Emmanuelle :wink: :

Version studio d'Erasmo Ghuglia avec Frances Yeend, Mikos Gafni et William Wilderman. En tout 80 minutes (!), un orphéon pas synchrone et hors Brogni et dans une moindre mesure Rachel, un chant effroyable.

Extraits studios :

Marcel Couraud, Philips (64 ?) avec Jane Rhodes, Tony Poncet, Gérard Serkoyan. Extraits plutôt bien faits, datés dans le style. Les airs d?Eléazar ont été repris dans la compilation que Philips a consacré à Tony Poncet, celui de Rachel dans celle consacrée à Jane Rhodes.

Antonio de Almeida, RCA (74) avec Arroyo, Tucker, Giaotti, Moffo, Juan Sabatte. A l?origine ça devait être une intégrale : :cry: Les extraits qu?on y trouve sont pour le coup tout à fait intégraux (sic). A mon avis, malgré son caractère parcellaire, un must pour cette ?uvre.

Lives plus ou moins indisponibles :

Gand (64) avec Gery Brunin et Tony Poncet. Dans le brouillard, une Rachel incandescente et à l?aise dans la tessiture (!), une Tony Poncet subtile comme jamais. Témoignage d?un âge d?or snobé aujourd?hui plus encore qu?à l?époque, et pourtant que je donnerais cher pour l?avoir vécu.

Carnegie Hall (64) avec Suzanne Sarroca, Richard Tucker et Norman Treigle. La prise de rôle de Tucker, une Suzanne Sarroca digne de ses Elisabeth (c?est à dire magnifique !), un son aléatoire et quelques passages qu?on ne peut entendre que là (la section centrale du duo Rachel Eudoxie à l?acte IV). Pas mal du tout !

Je passe sur le live de Barcelone avec Tucker, inaudible (en tout cas la bande que j?ai trouvé) et pas très bien chanté pour parler d?un autre live absolument extraordinaire :

Knut Anderson, La Nouvelle Orléans (74), Marisa Galvany, Richard Tucker, Paul Plishka, Rita Shane, Gene Bullard. Une Juive sur 200 000 volt dans laquelle tout le monde donne le meilleur de lui-même. Parfois ce n?est pas très orthodoxe, mais quelle vie ! En outre Rita Shane chante son grand air et lorsqu?on l?écoute, on ne peut que regretter qu?elle soit une des seules. Chanté comme ça, il n?aurait pas déparé un récital de Beverly Sills ou de Joan Sutherland. Les confrontations Rachel/Eudoxie puis Brogni/Eléazar sont les plus excitantes que je connaisse. Sans doute pour exister au milieu de ces monstres, le Léopold de Gene Bullard nous fait entendre une sérénade éblouissante de facilité : cerise sur le gâteau.

Vienne (81) avec Tokody, Carreras, Siepi (81 !!!), Ghazarian et Merritt. Mal dirigé et plutôt mal coupé, ce témoignage d?un concert capté pour Carreras vaut surtout pour les autres hommes : un Siepi encore majestueux près de 40 ans après ces débuts et Chris Merritt, pas toujours très propre mais bien plus à l?aise dans ce répertoire que Josélito. On peut oublier les dames.

Je passe (j?ai pas le temps !) sur deux ou trois captations récentes, comme la retransmission radio du met ou un concert à Constance (in locco !), en 97 je crois, et qui sont les débuts de Krassimira Stoyanova dans Rachel.

X

tuano
Basse
Basse
Messages : 9358
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 06 déc. 2004, 15:49

La version DVD est-elle moins complète que la version RCA ?

Est-ce qu'il ne vaut pas mieux s'offrir (si on la trouve) la version De Almeida si on s'offre aussi le DVD ?

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 06 déc. 2004, 16:36

tuano a écrit :La version DVD est-elle moins complète que la version RCA ?
Oui

Outre quelques coupures (supplémentaires) de-ci de-là, le dvd comprend 2 morceaux de moins que l'enregistrement audio : le boléro d'Eudoxie Mon doux seigneur et maître et la fausse cabalette d'Eléazar (Dieu m'éclaire). je me demande même s'il n'en manque pas d'autres...
tuano a écrit :Est-ce qu'il ne vaut pas mieux s'offrir (si on la trouve) la version De Almeida si on s'offre aussi le DVD ?
Oui

L'ennui c'est que je ne trouve pas que Carreras apporte quelque chose par rapport à Shicoff, ni d'ailleurs Varady par rapport à Stoyanova. En revanche, Furnaletto, Anderson (dont je trouve cependant le bolero soporifique) et Gonzales vallent mieux que leurs concurrents.

Si on est attiré par le personnage d'Eléazar (ce qui n'est pas ton cas Tuano : c'est un ténor !), il vaut mieux acheter le dvd et le live avec Tucker.

Si on veut des sopranos au top, il faut aller (bien) chercher sur internet et acheter la version de la Nouvelle Orléans. Aux dernières nouvelles, ça se trouve.

X

muriel
Basse
Basse
Messages : 2885
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Message par muriel » 06 déc. 2004, 17:05

Xavier , comment as-tu découvert cet opéra que tu connais si bien ?

Verrouillé