Janacek ? Katia Kabanova - Cambreling ? ONP, 11/2004

Représentations
faustin
Basse
Basse
Messages : 2891
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

essayons de ne pas nous manquer

Message par faustin » 06 nov. 2004, 14:56

nina a écrit :
Qui y va ce soir ?
(tristan et nina seront à l'amphi et on va prendre un pot après car il n'y a pas d'entracte)
J'y serai et c'est très volontiers que je vous rejoindrai pour prendre un pot sur les Grands Boulevards ou ailleurs!

Je vous propose comme lieu de rv le GRAND CANDELABRE qui est en bas de l'escalier et qui est une monumentale statue de bronze avec une femme et une autre affalée sur elle, chacune des femmes tient un bouquet de lampes; il y en a deux, un de chaque côté, je propose celui de gauche quand on regarde la salle.

Si vous connaissez l'oeuvre, ça ira mais si vous ne la connaissez pas, esssayer de travailler un peu le livret pour vous y retrouver dans cette famille infernale que sont les Kabanov, ce n'est pas facile du premier coup.

Voici les personnages:
Katya mariée à Tichon
La très méchante Kabanicha, mère de Tichon, donc belle-mère de Katia.
Tichon
Dikoy, un riche commerçant
Boris, neveu de Dikoy et tyrannisé par lui qui deviendra l'amant de Katya
Varvara, délurée, fille adoptive des Kabanov
Koudriach, instituteur, chimiste et mécanicien, employé de Dikoy
Kouliguine, ami de Koudriach
Chacha servante

Ca commence à 20 heures; je serai devant le grand candélabre vers 19h40 avec mon plus beau costume et le programme blanc et bleu à la main.

A toute

Faustin

Avatar du membre
nina
Alto
Alto
Messages : 484
Enregistré le : 24 avr. 2004, 23:00
Localisation : PARIS
Contact :

Message par nina » 07 nov. 2004, 17:37

JdeB a écrit :Je partage l'enthousiasme de Philou et toute son analyse.
... le voisin au violon, nimbé de lumière bleutée.
Moi je serai plutôt d'accord avec Doudou...2 petites questions que je me suis posées pendant le spectacle, pour les spécialistes:
1- le voisin joue de la viole d'amour pour de vrai n'est-ce pas ?
2- les choeurs masculins de voisins entre les 3 actes ne figurent pas sur le disque de Sir Charles Mackerras...sont-ils sur la partition ?
(J'ai lu que les partitions de Janacek étaient un vrai casse tête)
enfin j'ai été déçue par le Boris de Kuebler qui pour moi a raté le passage le plus lyrique de l'ouvrage, quand il avoue son amour à Katia...snif :?
Mais l'orchestration de Janacek est une merveille! :D

tuano
Basse
Basse
Messages : 9358
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 08 nov. 2004, 10:56

nina a écrit : 1- le voisin joue de la viole d'amour pour de vrai n'est-ce pas ?
Son nom est dans la distribution donc, je suppose que oui mais du balcon, on ne l'entend pas bien.

nina a écrit : 2- les choeurs masculins de voisins entre les 3 actes ne figurent pas sur le disque de Sir Charles Mackerras...sont-ils sur la partition ?
J'ai posé la question... C'est resté sans réponse. Je suppose que c'est d'autres oeuvres de Janacek. C'est très beau en tout cas.

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 08 nov. 2004, 11:59

Oui, ce sont des choeurs a capella de Janacek, insérés par les concepteurs du spectacle entre les actes.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 5410
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 08 nov. 2004, 14:12

Présent également samedi dernier, je me suis posé qq questions.
Une des forces de cette mise en scène est ses symboles.
Certains sont relativement clairs (l'enfermement, le mépris en tournant le dos à l'héroine, la fontaine ...) d'autres aspects m'ont échappé :

Notamment le passage avec le vent qui souffle des détritus en même temps qu'un homme vient tout chambouler sur scène. C'était simplement pour en rajouter dans le déprimant ?

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

UNE SOIREE EXCEPTIONNELLE!!!

Message par tristan » 10 nov. 2004, 20:00

En sortant de GARNIER, samedi 6/11 ,au soir , j' ai été transporté par un spectacle d' une densité et d' une profondeur de pensée et de sentiment que l' on rencontre rarement aujourd' hui!
BREF! j' ai tout simplement été BOULEVERSE par cet ouvrage, dont j' avais pourtant déja vu 2 productions différentes ,mais que j' ai eu l' impression de découvrir pour la première fois, tant les personnages étaient VRAIS!!

Au premier plan , la splendide direction d' orchestre de SYLVAIN CAMBRELING ;depuis longtemps , je n' avais entendu une aussi luxuriante et variée orchestration ,une telle chaleur instrumentale, des timbres tour à tour enivrants, angoissants , retenus ou simplement d' un lyrisme éperdu!JANACEK adorait PUCCINI, et on sent chez lui un mélange de chaleur toute méditerranéenne mêlée à des accents âpres à "la MOUSSORGSKI" , avec , naturellement des parfums d' EUROPE centrale et de son " prédécesseur " SMETANA ! Une grande partition où l' orchestre joue un rôle de primordial!

La mise en scène de MARTHALER était nouvelle pour moi ! J' avais entendu ou lu à son sujet des opinions très diverses.....J' ai été absolument conquis par la modernité de la vision, la caractérisation parfaite de chaque personnage ,et la PROXIMITE établie entre cette bouleversante histoire et notre époque , qui est loin d' être débarrassée des nombreux problêmes soulevés par cette oeuvre que j' ai "ressentie" comme terriblement ACTUELLE:hypocrisie d' une société , pressions familiales de tous ordres , tabous sexuels étroitement mêlés à des refoulements religieux , interdits de tous fantasmes , misère affective de presque TOUS les personnages,la liste des thèmes abordés est longue....

La distribution vocale est très homogène sans être exceptionnelle....surtout si on la compare à celle du superbe enregistrement de CHARLES MACKERRAS.....comparaison à ne jamais faire....

Au sommet , ANGELA DENOKE, fragile émouvante, simple et tout simplement VIVANT son rôle de victime, comme elle l' avait précédemment fait dans la MARIE de WOZZECK!!

Grandiose, la KABANICHA de JANE HENSCHEL, mêre abusive mârâtre terrible, et lubrique et perverse à souhait!

Immense, le DIKOÏ de ROLAND BRACHT, semblant tout droit sorti d' un roman de DOSTOÏEVSKI ,ivogne, brutal , jouisseur, et pleutre , refusant avec superstition toute nouvelle croyance scientifique!

Charmant et "nature" ,le couple "libéré" de VARVARA et de KUDRIACH :
DAMAR PECKOVA , beaucoup à son aise que dans GENEVIEVE, rouée , espiègle et TOBY SPENCE ,élégant et léger et jouant tous deux avec une réelle aisance!

DAVID KUBLER a déja une longue carrière derrière lui et, si la voix parait un peu fatiguée, il traine sa longue silhouette de jeune homme désabusé et dominé par son oncle comme ces personnages de TCHEKOV revenus de tout avant même d' avoir vécu!

KATIA à l' OPERA! UNE IMMENSE REUSSITE!!!!......je vais y revenir!

TRISTAN

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

et la viole d' amour?

Message par tristan » 10 nov. 2004, 21:57

Qui nous dira, à NINA et à moi:
1° Si la viole d' amour jouait ds l' orchestre ou ailleurs?
2°Quel est ou st les titres des choeurs intercalés entre les actes?

Avatar du membre
Christopher
Basse
Basse
Messages : 2002
Enregistré le : 10 janv. 2004, 00:00
Localisation : sud

Message par Christopher » 10 nov. 2004, 22:01

comment sont les applaudissements à la fin ? triomphaux, la salle termine debout ?

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

baisser de rideau très....

Message par tristan » 10 nov. 2004, 23:28

...applaudi, de nombreux rappels, mais pas le délire!

Avatar du membre
Nerone
Alto
Alto
Messages : 335
Enregistré le : 07 juin 2003, 23:00
Localisation : Paris

Message par Nerone » 11 nov. 2004, 17:41

La barrière esthétique m'aura été fatale. C'est pourtant absolument saisissant, d'une intelligence fulgurante, le moindre élément est merveilleusement intégré, rien n'est de trop : décor, direction d'acteurs, costumes, éclairages. C'est la cohérence absolue. Une Katia absoule, oui, intellectuellement, bien sûr. Mais la barrière esthétique, presque de l'intérieur, du deuxième rang... non, vraiment, je n'ai pas pu me laisser aller à l'oeuvre. Et pourtant quelle merveille. Oui, mais quand je trouve ça moche, j'ai beau me dire, projeter, je ne peux pas être ému. J'avoue, sur ce coup-là, je suis vraiment mauvais. Mais une cour de HLM, des carreaux cassés, ces poubelles, ce vieux mendiant complètement "à l'ouest"... il n'y a rien à faire, ça ne me touche pas.

Alors j'ai regardé Cambreling. Et là je rêve. Plus je le vois, plus je le regarde, plus je n'ai jamais vu ça. Il est tous les personnages à la fois. Chaque inflexion est ressentie : son visage exprime tout, miroir de Janacek. Et ce qu'il tire de l'orchestre. Là encore, j'étais dedans. C'est absolument époustouflant.

Et la distribution, c'est un tout, c'est comme l'idéal pour ce parti-pris. C'est Denoke en grâce, c'est Henschel comme personne n'oserait être. C'est la faiblesse humaine, c'est la vie médiocre, c'est l'horreur.

Mais la barrière esthétique. J'aurais tant voulu pouvoir l'envoyer au diable...

Verrouillé