Poulenc-Dialogues des Carmélites-Nagano- ONP, 10/2004

Représentations
Avatar du membre
HV
Alto
Alto
Messages : 295
Enregistré le : 21 juil. 2004, 23:00

Message par HV » 25 nov. 2004, 12:44

Je n'ai pas hué Sénéchal, ni Silja. Ne pas applaudir suffit.
En fait, je n'ai vu Silja que dans des seconds rôles à Paris (nourrice dans la femme sans ombre, Herodiade dans Salomé, sacristine dans Janacek ... etc) elle était bien (déjà moins bien avec la Salomé de Mattila). Mais ceux qui l'ont vu en Senta, Salomé etc ... disent souvent que c'est inoubliable.
Elle reste très belle scéniquement.

Avatar du membre
Fiordiligi
Alto
Alto
Messages : 287
Enregistré le : 10 nov. 2004, 00:00

Message par Fiordiligi » 25 nov. 2004, 12:54

Je pense aussi que ne pas applaudir est bien suffisant lorsque la prestation d'un artiste nous a déçu. Je conçois très bien qu'un chanteur en fin de carrière ait toutes les peines du monde à quitter la scène, le siffler est-il une humiliation bien nécessaire? Quitte à s'en prendre à quelqu'un, autant exprimer son mécontentement au responsable de la distribution...
J'ai assisté à la première des Dialogues et ai bien évidemment été déçue par la prestation de Silja, mais les huées m'ont toujours fait éprouver un profond malaise. Je pense que si bien des personnes sur cette terre mériterait les huées et la vindicte générale, ce ne sont certainement des artistes qui quoiqu'il en soit, essaient toujours de donner le meilleur d'eux-mêmes sur scène.

tuano
Basse
Basse
Messages : 9358
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 25 nov. 2004, 12:59

Fiordiligi a écrit : Je pense que si bien des personnes sur cette terre mériterait les huées et la vindicte générale, ce ne sont certainement des artistes qui quoiqu'il en soit, essaient toujours de donner le meilleur d'eux-mêmes sur scène.
Quelle parole censée ! Merci, Fiordiligi. C'est sûr que les vraies raisons d'exprimer sa colère ne manquent pas sur Terre.

Mais je suppose que ceux qui critiquent vivement sur ODB la présence de Silja et de Sénéchal dans ces Dialogues ne vont quand même pas jusqu'à huer.

Je ne sais plus si j'ai applaudi Sénéchal mais je sais que j'ai applaudi Anja Silja, qui reste l'une des mes chanteuses préférées.

Pour HV : la Sacristine n'est quand même pas un rôle secondaire ! Le titre original de Jenufa est "Sa belle-fille".

Avatar du membre
Tom
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 145
Enregistré le : 28 mai 2004, 23:00
Localisation : Paris

Message par Tom » 25 nov. 2004, 13:23

En fait, je n'ai vu Silja que dans des seconds rôles à Paris (nourrice dans la femme sans ombre, Herodiade dans Salomé, sacristine dans Janacek ... etc)
Comme l'a deja dit Tuano, la Sacristine n'est pas un second rôle, c'est au contraire un rôle très éprouvant tant vocalement que scéniquement. Même chose pour Die Amme dans Frau ohne Schatten, le rôle est colossal!

Et c'est bien la le coeur du problème soulevé par Xavier. Effectivement, c'est indigne du public de huer des grands chanteurs un peu usés, ne serait-ce que par respect pour leur carrière, mais c'est aussi indigne de la part de ces chanteurs de ne pas être lucide sur leur évolution, et, s'ils veulent vraiment rester sur scène, de ne pas choisir des roles en adequation avec leur "etat" vocal.

Sénéchal dans l'Aumonier ne m'a dérangé que sur une ou deux phrases particulièrement lyrique. En revanche, pourquoi Silja accepte-t-elle encore Mère Marie. Manque-t-elle à ce point de lucidité? Et quid des directeurs qui le lui proposent? Martha Mödl ou Hans Hotter sont restés sur scène jusqu'à presque 80 ans, dans des rôles courts, ou leur génie théatral pouvait briller. Dans le cas de Silja, peut-être que les huées peuvent faire effet d'electro-choc, et entrainer une prise de conscience chez les chanteurs, ou chez les programateurs? Simple hypothèse...

Mais enfin, je n'ai sifflé personne, j'essaye juste de me convaincre que le public a encore un peu d'influence sur la vie d'un théatre....

faustin
Basse
Basse
Messages : 2891
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

un Michel Sénéchal très émouvant

Message par faustin » 25 nov. 2004, 13:37


... Je n'ai pas le coeur de le forcer et je suis même choqué qu'on veuille le virer après tout ce qu'on lui doit.


Mais vouloir virer Sénéchal qui chante un rôle secondaire qui ne dure même pas 10 minutes alors que l'Opéra de Paris et le chant français lui doit tant, c'est digne de ceux qui ont sifflé Crespin dans les contes d'Hoffmann à Garnier en 75 ou Callas dans Norma en 64. En fait non, ce n'est pas digne, c'est indigne justement !
Je suis d'accord d'autant plus que, au risque de me répéter et de ne pas convaincre, j'ai trouvé Michel Sénéchal très émouvant dans ce rôle crépusculaire, dans ce personnage de vieux curé d'Ancien Régime, subitement confronté au tragique, qui voit d'un seul coup tout son univers s'écrouler et qui dans ces circonstances fait preuve d'une haute élévation spirituelle qui agit avec sang froid et une grande intelligence. L'adéquation de Michel Sénéchal avec ce rôle a quelque chose de prodigieux, il est beaucoup plus en phase avec ce rôle que ne le serait un jeune chanteur mais je sais que ce point de vue que j'exprime ne convaincra pas grand monde et que pour certains, mes arguments seront irrecevables. On me dira de ne pas confondre théâtre et opéra.

Faustin

Avatar du membre
Fiordiligi
Alto
Alto
Messages : 287
Enregistré le : 10 nov. 2004, 00:00

Re: un Michel Sénéchal très émouvant

Message par Fiordiligi » 25 nov. 2004, 13:49

faustin a écrit :
L'adéquation de Michel Sénéchal avec ce rôle a quelque chose de prodigieux, il est beaucoup plus en phase avec ce rôle que ne le serait un jeune chanteur mais je sais que ce point de vue que j'exprime ne convaincra pas grand monde et que pour certains, mes arguments seront irrecevables. On me dira de ne pas confondre théâtre et opéra.
Je suis tout à fait d'accord avec toi. J'ai pour ma part trouvé Sénéchal tout à fait crédible dans le rôle du brave vieux curé de campagne qui voit le monde s'écrouler autour de lui. D'autre part, sa voix est toujours un exemple de projection. Quant aux soucis de notes et de mesure, c'est un reproche que l'on peut faire aux plus grands (voir le fil: Errare Humanum Est)...

faustin
Basse
Basse
Messages : 2891
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

le personnage de l'aumonier

Message par faustin » 25 nov. 2004, 14:32

Fiordiligi a écrit :
J'ai pour ma part trouvé Sénéchal tout à fait crédible dans le rôle du brave vieux curé de campagne qui voit le monde s'écrouler autour de lui...
Brave curé de campagne, sans doute plus que ça dans la hiérarchie ecclésiale. Je le verrais au moins chanoine. C'est qu'il ne manque pas de ressource intellectuelle, le Révérend prêtre. Il connaît la casuistique: "ce voeu, c'est à Dieu que vous l'avez fait, Dieu peut vous en dégager".

Faustin

Avatar du membre
HV
Alto
Alto
Messages : 295
Enregistré le : 21 juil. 2004, 23:00

Message par HV » 25 nov. 2004, 14:42

Tom a écrit :
Comme l'a deja dit Tuano, la Sacristine n'est pas un second rôle, c'est au contraire un rôle très éprouvant tant vocalement que scéniquement. Même chose pour Die Amme dans Frau ohne Schatten, le rôle est colossal! ...
Tout à fait d'accord avec vous, je voulais simplement dire que je n'ai pas vu Silja dans des rôles de prima donna. Sinon, depuis 10 ans elle continue de chanter des rôles lourds (die amme, effectivement lourd et ... long), parfois avec moins de bonheur à ce stade.

Avatar du membre
Fiordiligi
Alto
Alto
Messages : 287
Enregistré le : 10 nov. 2004, 00:00

Re: le personnage de l'aumonier

Message par Fiordiligi » 25 nov. 2004, 17:10

faustin a écrit : Brave curé de campagne, sans doute plus que ça dans la hiérarchie ecclésiale. Je le verrais au moins chanoine.
Faustin
Autant pour moi Faustin, c'est comme ça que j'imaginais le personnage, mais vu que je n'y connais rien pour tout ce qui prêtre, diacre, chanoine et compagnie, tu pourrais éclairer ma lanterne SVP? (J'essaie d'être chaque jour un peu moins ignare que la veille...).

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Re: le personnage de l'aumonier

Message par Kat » 25 nov. 2004, 18:24

Fiordiligi a écrit :
faustin a écrit : Brave curé de campagne, sans doute plus que ça dans la hiérarchie ecclésiale. Je le verrais au moins chanoine.
Faustin
prêtre, diacre, chanoine et compagnie, tu pourrais éclairer ma lanterne SVP? (J'essaie d'être chaque jour un peu moins ignare que la veille...).
Le chanoine fait partie d'une communauté : un collège de chanoines. Ceux-ci sont généralement ordonnés prêtres et sont séculiers (donc, ils se mèlent à la population) et sont rattachés à une église, ou plus fréquemment à une cathédrale. En France, au moins au nord de la Loire, toutes les cathédrales avaient un collège de chanoines.
Ils avaient peu d'obligations (mise à part le service religieux, et encore, au XVIIIe...) et vivaient chacun chez soi dans l'enclos canonial (quartier entouré de murs). D'autres chanoines étaient réguliers, et donc séparés du reste de la population.
Le prêtre/curé est au bas de la hiérarchie : c'est juste un desservant d'une paroisse. Théoriquement, tous les membres de la hiérarchie ecclésiastique doivent être ordonnés prêtres.
Le diacre -si je me souviens bien- est prêtre et assiste l'évêque.
La hiérarchie catholique séculière -laissons de côté les monastères et couvents- était la suivante sous l'Ancien Régime (c'est sans doute toujours pareil) : de bas en haut
-prêtre/curé de paroisse
-chanoine : il faudrait détailler car ces braves gens passaient le temps à se quereller pour occuper certaines dignités...
-évêque
-archevêque
-primat
-pape
Kat.
-

Verrouillé