Le voyage à Reims via Saint Petersbourg - Châtelet - 12/05

Représentations
doudou
Ténor
Ténor
Messages : 875
Enregistré le : 20 avr. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Le voyage à Reims via Saint Petersbourg - Châtelet - 12/05

Message par doudou » 13 déc. 2005, 10:12

C'est une drole d'idée que de se servir du voyage à Reims de Rossini comme démonstration d'une ecole d'art lyrique. Certes il y a de nombreux rôles mais cette oeuvre de circonstance écrite par le cygne de Pesaro pour les plus beaux gosiers de son époque est redoutable de difficultés et l'on peut s'interroger sur la capacité de l'école russe à se plier à la vocalita rossinienne.
Larissa Gergieva (soeur du Maestro) réussi en partie seulement son pari avec une distribution inégale mais investie. Remarque générale les débuts ont été difficile et j'étais peu convaincu à l'entracte mais tout le monde s'est amélioré par la suite.
Curieusement alors que je m'inquiétais pour les ténors (l'école russe est riche en voix "gueularde"), j'ai trouvé que les deux interprêtes étaient les plus adéquats vocalement et stylistiquement. Plutôt bonnes également les sopranos et surtout Corinne (Il est vrai que la vocalité de ce rôle est moins exotique pour l'école russe que les autres). La comtesse de Folleville tire le rôle vers la colorature française type Olympia plus que vers Rossini et la Cortese est toutefois un peu scolaire dans sa vocalisation. En revanche la Melibéa manque de volume et de projection. L'Alvaro est très bien campé scéniquement et correct vocalement quant au Don Profondo (Un remplaçant mais ne me demandez pas les noms) il assume cranement (mais non sans quelques incidents) son air redoutable avec un visible effort de caractérisation de sa présentation des personnage avec "accent". Le Trombonok est un peu court quant à Lord Sydney (privé heureusement de cabalette) il est réellement eloigné du propos. Visiblement les voix graves sans doute plus spécifiques de l'école russe ont eu du mal à se plier à la vocalité de Rossini. Il faut toutefois noter que dans les ensembles tout le monde fait de son mieux et les grands morceaux concertants ont été réussis.
Gergiev est attentif mais le dispositif scénique qui place l'orchestre au fond de la scène ne favorise pas le contact et il y a eu de légers décalages. On ne peut pas dire qu'il apporte quelque chose de spécifique à Rossini mais il n'y a rien de complétement décalé dans sa direction dont les tempis sont aussi tributaires des capacités de ses chanteurs.
La mise en scène transpose l'action dans une époque que je situerais dans les années folles (Pour les balletomanes, j'ai pensé au train bleu). Il y a des gags et les jeunes chanteurs se plient avec un certain enthousiasme aux idées du metteur en scène (Alain Maratrat) incluant chorégraphie et déambulations sur des praticables jetés sur le parterre, mais la fin avec tout le monde en rang d'oignons m'a un peu décu.
Le public a été chaleureux mais applaudissait parfois à contre temps (j'avais envie de crier "laissez passer la cabalette"). Donc finalement un beau succès même si il ne fallait pas attendre la version du siècle. Pédagogiquement l'idée est sans doute bonne mais fallait-il emmener cette production en tournée ? Elle a permis aux parisiens de redécouvrir cette oeuvre 180 ans après sa création et alors même que la plupart des capitales d'Europe en on vu une production après la célèbre reprise de Pesaro dans les années 80. Pour ceux qui ont entendu une autre version de l'oeuvre il fallait néanmoins oublier les illustres devanciers ou alors se complaire dans la cruauté.
On veut la mort du ténor dont la grosse dame veut partager le sort.
Faites en mourir au moins un, et les deux si le coeur vous en dit.
Quant au baryton, il reste seul avec son deshonneur. (Monsieur Bluf à l\\\\\\\'Opéra)

Jef
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 175
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Normandie
Contact :

Message par Jef » 13 déc. 2005, 13:13

Tout à fait d'accord avec Doudou. C'était une agréable soirée.
Cependant, un petit hic dans la mise en scène, le drapeau bleu blanc rouge pour Charles X, ce dernier a dû se retouner dans sa tombe.

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3048
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Re: Le voyage à Reims via Saint Petersbourg

Message par EdeB » 13 déc. 2005, 20:09

Merci pour les compte-rendus.
doudou a écrit :C'est une drole d'idée que de se servir du voyage à Reims de Rossini comme démonstration d'une ecole d'art lyrique. Certes il y a de nombreux rôles mais cette oeuvre de circonstance écrite par le cygne de Pesaro pour les plus beaux gosiers de son époque est redoutable de difficultés et l'on peut s'interroger sur la capacité de l'école russe à se plier à la vocalita rossinienne.
C'est justement ce type de réflexion qui a motivé mon refus d'aller voir cette production. Si l'école de Gergiev est bourrée de qualités, il ne m'a pas semblé que le choix de l'oeuvre était totalement en adéquation avec les points forts de l'école russe.
La dernière tentative avec de "jeunes chanteurs" que j'ai entendue dans cette oeuvre redoutable était celle de Royaumont en 1997, dirigée par A Zedda et ce n'était pas follement concluant...
De toute façon, il me semble que nous avons eu les oreilles gâtées par la recréation de l'oeuvre à Pesaro et son plateau inouï... Il sera dur d'arriver à équivaloir ce choc musical.
De toute façon, je préfère ne pas aller entendre une oeuvre que j'adore quand l'équipe ne correspond pas à ce que j'attends plutôt que d'aller grincer des dents dans une salle par "devoir culturel" ! :wink: (Sortir pour sortir, ça n'a jamais été notre truc !)

Avatar du membre
Christopher
Basse
Basse
Messages : 2123
Enregistré le : 10 janv. 2004, 00:00
Localisation : sud

Message par Christopher » 13 déc. 2005, 20:40

Après la sublime soirée de Monaco, ce Viaggo au Chatelet m'a paru très très fade. Voir l'orchestre sur scène déjà par principe me bloque complètement pour apprécier le spectacle. Décor et costumes moches, les voix...bof et la mise en scène pas terrible.bref je n'ai pas adhéré et puis Monaco c'était si merveilleux !!!

Verseau
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 216
Enregistré le : 04 janv. 2005, 00:00

Le voyage à Reims via Saint Petersbourg - Châtelet - 12/05

Message par Verseau » 13 déc. 2005, 22:34

J?ai tellement pesté contre les metteurs en scène que, pour une fois, je vais commencer par féliciter chaudement Alain Maratrat.
Malgré la « réactualisation » de l?oeuvre, je trouve que le metteur en scène a parfaitement restitué l?ambiance qui régnait sous la restauration. L?ambiance de fêtes revendiquée par les « dilettanti » est parfaitement restituée et s?intègre merveilleusement bien à la musique de Rossini et à la lecture au second degré voulu par l?auteur et le compositeur. Je suis même étonné que la censure royale a laissé passer une charge comme celle là (à moins qu?elle fut assez « gogo » pour prendre le dernier hymne au roi Charles au 1er degré) ou alors, elle s?est réveillée un peu tard empêchant les représentations après la troisième...
L?orchestre, tout en blanc, sur scène évoque une ambiance kiosque qui, là aussi, va bien avec les années 1820.
Bravo, également, aux différents moyens trouvés par le metteur en scène pour que c?est plus de deux heures de musique, sans action, d?éviter deux écueils : plonger dans l?ennui ou assister à une suite d?airs sans lien.
Je pense que le choix du viaggio est une bonne idée pour tourner avec une troupe. L?esprit d?équipe me semble primordial dans un opéra qui distribue quinze rôles...
Je suis d?accord que ces jeunes voix n?ont rien d?exceptionnels, elle sont même d?un niveau moyen à médiocre.
D?accord, également, sur le fait que les chanteurs ont été meilleurs en deuxième partie.
Enfin, un « coup de gueule » pour le Châtelet. J?ai peu apprécié d?acheter une place à 114? à « visibilité réduite », la disposition des praticables dans la salle m?a interdit de voir, surtout pendant la première partie, une bonne partie des chanteurs s?exprimant sur ces praticables.
Au total, j?ai passé une excellente soirée. Pour les « grandes voix » j?ai eu le plaisir d?en écouter de nombreuse ces dernières semaines. Ce soir c?était du bon et joyeux divertissement.

abaris
Basse
Basse
Messages : 2897
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Le voyage à Reims via Saint Petersbourg

Message par abaris » 13 déc. 2005, 23:00

EdeB a écrit :Merci pour les compte-rendus.
doudou a écrit :C'est une drole d'idée que de se servir du voyage à Reims de Rossini comme démonstration d'une ecole d'art lyrique. Certes il y a de nombreux rôles mais cette oeuvre de circonstance écrite par le cygne de Pesaro pour les plus beaux gosiers de son époque est redoutable de difficultés et l'on peut s'interroger sur la capacité de l'école russe à se plier à la vocalita rossinienne.
C'est justement ce type de réflexion qui a motivé mon refus d'aller voir cette production. Si l'école de Gergiev est bourrée de qualités, il ne m'a pas semblé que le choix de l'oeuvre était totalement en adéquation avec les points forts de l'école russe.
Je fais miens ces propos. Pour ma part, je trouve d'ailleurs très moyens les chanteurs russes d'aujourd'hui...y compris dans le répertoire russe.

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 14 déc. 2005, 01:01

Je ne suis pas d'accord. La distribution de Nos (je ne connaissais absolument personne) était sensiblement meilleure que la distribution de l'Amour des Trois Oranges, où il y a pourtant des chanteurs célèbres (Van Dam, Uria-Monzon...). Il y avait notamment un fabuleux ténor.

abaris
Basse
Basse
Messages : 2897
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par abaris » 14 déc. 2005, 01:57

tuano a écrit :Je ne suis pas d'accord. La distribution de Nos (je ne connaissais absolument personne) était sensiblement meilleure que la distribution de l'Amour des Trois Oranges, où il y a pourtant des chanteurs célèbres (Van Dam, Uria-Monzon...). Il y avait notamment un fabuleux ténor.
Je n'ai pas dit que les chanteurs russes étaient mauvais ; il y en a évidemment qui sont très bons. Je dis simplement que je ne partage pas l'opinion de ceux qui affirment que cette école de chant est ce qu'il y a de mieux aujourd'hui et qui ne jurent plus que par la nouvelle génération russe, notamment celle qui fait partie de la troupe du mariinski.

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Re: Le voyage à Reims via Saint Petersbourg

Message par tuano » 14 déc. 2005, 12:20

abaris a écrit : je trouve d'ailleurs très moyens les chanteurs russes d'aujourd'hui...
Pardon d'avoir mal interprété ces propos ! :)

Je ne vois pas qui ne jure "que" par la nouvelle génération russe ! 8O
Tu es sûr qu'il y en a qui les préfèrent à Bartoli, Alagna, Gruberova, Florez, Terfel, Stemme, Pape... ?

Avatar du membre
thierry
Alto
Alto
Messages : 464
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Italie
Contact :

Re: Le voyage à Reims via Saint Petersbourg - Châtelet - 12/

Message par thierry » 14 déc. 2005, 21:04

Elle a permis aux parisiens de redécouvrir cette oeuvre 180 ans après sa création et alors même que la plupart des capitales d'Europe en on vu une production après la célèbre reprise de Pesaro dans les années 80. quote]

N'y avait t il pas eu début 90 au TCE un Viaggio???

Répondre