Page 2 sur 2

Posté : 07 déc. 2005, 17:11
par lachlan
Albar a écrit :Bien que j'habite à 5 minutes des Beaux-Arts, je n'y étais pas: je ne suis pas grand amateur de cirque. La seule fois où j'ai vu "LA" Bartoli, j'étais déçu. Oui, je n'ai pas peur de le dire: déçu. Et vos commentaires me confortent dans l'idée. Virtuosité (à outrance), mélange des registres (hétérogène), ambitus stupéfiant (combien de voix a-t-elle?), émotion vive (mais vient-elle toujours à propos?), bref un véritable ouragan. Mais j'ai une question: est-ce que vous trouvez le résultat (impossible de dire "ensemble"!) BEAU? Quand je vais au récital j'espère être ému, emmené en voyage. Pas uniquement décoiffé! Selon moi, c'est plus un phénomène qu'une chanteuse. Dans toutes les acceptions du terme.
Cette fois Albar, je ne pense pas pas que l'on puisse parler d'hétérogénéité. Son programme est à la fois harmonieux et admirablement équilibré: Caldara, Haendel, Scarlatti, Corelli avec pour lien la Rome du XVIIIèS dominé par l?Eglise. C?est bel et bien l?époque fascinante des castrats mais qui n'enlève rien à la créativité inouie des compositeurs. L'oratorio a peut etre (un temps) chasser l'opéra, il n'en demeure pas moins que l'essence de l'opéra reste intacte. La morale chrétienne, la noblesse des sentiments ne changent rien à la construction dramatique et musicale de ce qu'était l'opéra.

On doit etre gré à Cécilia de nous faire (re)découvrir un genre peut encore dénigré de nos jours. Cécilia est une défricheuse, une pionnière comme l'on été dans d'autres registres Dame Joan par exemple...

On ne peut pas rester insensible et peut etre meme ébloui par l'extraordinaire technique de Cécilia mais elle ne sacrifie pas pour autant l'émotion meme si pour ce faire elle recourt à des "ficelles" qui sont devenus avec le temps sa marque de fabrique.

Cécilia n'est pas seulement le phénomène de foire que tu décries, c'est aussi (quand elle s'y décide), une fine mozartienne, une merveilleuse rossinienne... et quoi de plus flatteur pour une chanteuse de se voir gratifié de ce compliment?

Quand tu parles d'ouragan, oui tu as raison, mais Cécilia ne peut pas non plus prétendre aborder une partition, un genre, un style sans sacrifier aux exigences démesurées des compositeurs qui ont parfois (souvent) forcer le trait.

Mais qui l'aura entendue dans ses récitatifs soignés, dans le fameux Lascia la spina ne portera plus jamais un jugement un peu "léger" (sans vouloir d'offenser) sur la musicalité innée de Cécilia.

Tout le reste est affaire de style. Le timbre est là. En cette meme salle, un an plus tot, une créature nommée Angie a surchauffé un public très tendance avec d'autres affects que la seule beauté et le rayonnement de son timbre.

L.

Posté : 07 déc. 2005, 17:12
par lachlan
tuano a écrit :Mais voyons, Lachlan, tu sais très bien ce qu'il faut dire à un fan de Dessay : la plus grande voix du monde, c'est celle d'Edita Gruberova ! :D
Et dire que j'avais envie de lui dire spontanément Edita mais que je craignais de l'offenser...

L. :lol:

Posté : 07 déc. 2005, 18:01
par Albar
lachlan a écrit : Cette fois Albar, je ne pense pas pas que l'on puisse parler d'hétérogénéité. (...) On ne peut pas rester insensible et peut etre meme ébloui par l'extraordinaire technique de Cécilia (...) Quand tu parles d'ouragan, oui tu as raison, mais Cécilia ne peut pas non plus prétendre aborder une partition, un genre, un style sans sacrifier aux exigences démesurées des compositeurs qui ont parfois (souvent) forcer le trait.
Quand je parle d'hétérogénéité, c'est du point de vue vocal. J'ai parfois l'impression "qu'elles sont à plusieurs là-dedans"! :wink: Tu soulèves toi-même un coin du voile quand tu parles de ses "ficelles". Moi je les ressens comme des cordages à bateau!
Pour le fil conducteur de ses spectacles(!) là je t'acccorde bien sûr qu'il y a de la recherche. Tout autant quand tu parles de son travail de pionnière.
Mais je dis "ouragan" parce que ça me donne aussi un sentiment indescriptible de - insécurité serait trop fort - mais en tout cas pas de bien-être, de plénitude. Je ressors de là lessivé. Et c'est pas forcément ce que j'attends d'un récital.
Ceci posé, je sais qu'en disant tout ça, je nage à contre-courant. Comme tu dis, après, c'est affaire de goût.

Posté : 07 déc. 2005, 18:46
par lachlan
En fait ce qui te gene, c'est la virtuosité exarcerbée, outrancière... Celle qui ferait d'un plat de pates aux truffes du piémont l'amuse bouche avant le cerf en brioche avec sa farce aux perdrix et au foie d'oie au caviar et langoustines à la citronnelle accompagné de pommes de terre confites... :roll:

Seulement voilà, comme ce n'est pas mon "pain quotidien", je ne m'en plaindrai pas...

Amitiés,

L.

Posté : 07 déc. 2005, 21:53
par mc92
[quote="Martine"] :

"Pour ceux qui comme moi seront au Chatelet pour Boris dimanche après-midi, pas de problème pour être au TCE à 20 h : la version courte de Boris dure 2 h 20 et est donnée sans entracte ".

Merci Martine pour cette info rassurante .
Je n'aurais pas à quitter en catimini ce dimanche le châtelet et à sacrifier l'écoute de Boris pour me rendre à temps au TCE .
Quelle folle journée !

Posté : 07 déc. 2005, 21:54
par mc92
[quote="Martine"] :

"Pour ceux qui comme moi seront au Chatelet pour Boris dimanche après-midi, pas de problème pour être au TCE à 20 h : la version courte de Boris dure 2 h 20 et est donnée sans entracte ".

Merci Martine pour cette info rassurante .
Je n'aurais pas à quitter en catimini ce dimanche le châtelet et à sacrifier l'écoute de Boris pour me rendre à temps au TCE .
Quelle folle journée !

Re: Zeffiretti que sussurate ...

Posté : 10 déc. 2005, 10:30
par sapho
Si ça peut te consoler, c'était presque impossible d'obtenir une place, il fallait être abonné... ou fréquenter ODB pour être au courant avant tout le monde ![/quote]

nouvellement arrivée sur ce site ...je compte bien en effet le fréquenter plus svt !!

:D