Tannhauser et Py à Genève

Représentations
fabioparis
Messages : 7
Enregistré le : 06 juin 2005, 23:00
Contact :

Message par fabioparis » 26 sept. 2005, 14:10

JdeB a écrit :Oui, c'est Opéra international qui a déposé son bilan et a bien du mal à intéresser un repreneur éventuel.
Permettez-moi de vous dire que vos informations sont pour le moins sans fondement. Je me demande bien quelles sont vos sources !

fabioparis
Messages : 7
Enregistré le : 06 juin 2005, 23:00
Contact :

Message par fabioparis » 26 sept. 2005, 14:14

emji a écrit :
JdeB a écrit :Hier soir devant le TCE on ne parlait que de ça et de la disparition d'OI.
OI ? c'est quoi? Serait-ce Opéra International ? vu que cela fait bien long pour le recevoir maintenant? Si c'est ça je vais exiger mon remboursement!
(de toute manière ça ne m'étonnerait pas: ils sont lamentables depuis qq temps :twisted:
merci de me répondre sur cela!
à +
Pas d'inquiétudes à avoir pour votre abonnement dont la continuité sera assuré par le nouveau propriéraire.
Pour d'éventuels renseignements, vous pouvez contacter la rédaction (01 53 34 96 10)

Avatar du membre
Windgassen
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 245
Enregistré le : 19 mai 2005, 23:00
Localisation : Morbihan

Message par Windgassen » 29 sept. 2005, 04:08

Ci joint un extrait du Figaro de ce jour.
Si Elisabeth est ici le personnage principal, c'est aussi grâce à son interprète, la décidément exceptionnelle Nina Stemme. Inoubliable dès son air d'entrée, à froid, si périlleux, elle fascine une fois de plus par sa voix cultivée, au timbre mordoré et à l'infinie variété de nuances. Difficile, dès lors, pour les autres de ne pas être éclipsés. Le Tannhäuser de Bayreuth, Stephen Gould, n'en paraît que plus balourd, avec sa voix poussive et poussée, quoique puissante.
J'avais vu un Stephen Gould en tannhaüser d'exception à Bayreuth en 2004. Avis partagé il me semble par Tristan...
Auarit-il à ce point décliné en an?

Vous qui y étiez, dites-nous.
Des Schweigens Herrin
heisst mich schweigen
fass' ich, was sie verschwieg,
verschweig' ich, was sie nicht fasst.

www.janicebaird.com/

Avatar du membre
Windgassen
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 245
Enregistré le : 19 mai 2005, 23:00
Localisation : Morbihan

Message par Windgassen » 29 sept. 2005, 05:40

Des Schweigens Herrin
heisst mich schweigen
fass' ich, was sie verschwieg,
verschweig' ich, was sie nicht fasst.

www.janicebaird.com/

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 29 sept. 2005, 08:00

Ce soir, dans le journal de la culture sur Arte, il y aura un sujet sur le sexe dans les mises en scène d'opéra mais je ne crois pas qu'il sera question de ce spectacle.

parsifal1
Soprano
Soprano
Messages : 58
Enregistré le : 04 janv. 2005, 00:00
Localisation : Lauragais
Contact :

Message par parsifal1 » 10 oct. 2005, 09:15

Chers ODBiens,

Le pèlerin pêcheur est de retour de Genève…

Un fort mémorable Tannhauser ! époustouflant second acte (comme jamais, me concernant).

La révélation de ce spectacle fut Nina STEMME, celle qui nous console enfin de ne pas être né quelques décennies plus tôt, celle dont les médiums nous transportent telle une Flagstad, celle dont l’infinitude bleutée du regard nous transporte vers les wagnériens éthers… Bref, oui, je confirme qu’elle est LA wagnérienne du XXI siècle et d’aucuns ne s’y sont trompés puisque son prénom fut souvent clamé lors des applaudissements finaux…
Mais revenons sur Terre, dans la Wartburg ODBienne… je ne parlerai point de l’apparition du hardeur HPG, l’essentiel est loin d’être là…quoique tout à fait à sa place pour relancer le piment d’une bacchanale que pour ma part je trouvai trop sage par rapport à la sulfureuse et trépidante musique de ballet.

Jeanne Michelle CHARBONNET : Vénus à tendance SM… pas assez ensorceleuse (je me souviens à cet égard de Waltraud Meier…) mais quelle souplesse dans les articulations ! J … elle était bien mieux dans Isolde l’an dernier (surtout dans la folie des imprécations).

GOULD : Un Tannhauser tout à fait dans la tessiture du rôle…la preuve : il arrivait par son interpretation, à nous faire oublier les aveuglantes lumières de Py (il est vrai que ce spectacle etait sponsorisé par OSRAM…lol)
L’ayant rencontré à la fin du spectacle il m’a confirmé qu’il n’etait pas en forme le jour de la première (cf une critique parue sur ce site)…ce samedi là il etait : parfait et a abordé son tristanesque monologue du dernier acte avec un intelligence rare.

Wolfram : Tres inégal… « merveilleux aux larmes » pour son air du tournoi de chant des Minnesänger,… une articulation parfaite des phonèmes et une projection très juste… je l’attendais avec impatience pour la romance à l’étoile…mais…mes pairs tout comme moi l’ont senti « vulnérable », il est donc paru mal à l’aise, trop à découvert …bref, assez décevant.

Les choeurs : splendides et « lacrymosants » ! un grand moment que ce deuxieme acte (je me repète…)… NINA STEMME surplombant le chœur… une acmé comme jamais !

Je ne puis trouver le temps pour décrire la performance des autres participants mais je ne puis terminer sans tirer les oreilles à certains membres de l’orchestre (quelques « couacs »), soutenus par une direction sans grande originalité…

Quand à la mise en scène : OSRAMIENNE !!!… étant situé au troisieme rang j’ai été ébloui au sens propre !!
Nonobstant l’organe souvent cité, il est vrai que la bacchanale manquait de soufre…surtout dans les deux premiers tiers.
Une excellente idée le fait que Wolfram cède aux charmes de Vénus à la fin (son torse nu le laissait supposer dès le début)…mais c’est tout de même une réécriture du livret !!!! N’etait-ce pas le Tannhauser de Wagner ? et non celui de PY ?
L’eglise qui se transforme en croix… un peu facile !
L’idee du rapprochement Elisabeth/ Jeanne d’Arc: Tres belle image d’autant plus que , lorque ma NINA ôte sa perruque…c’est encore plus frappant (Jeanne était blonde et non brune).
Le pape amené sur scène comme un pantin : là était le plus choquant, même pour un anticléricaliste agnostique… personne ne l’a signalé !
Pour ceux qui se rendront à GENEVE : courez ensuite au Musee RATH pour admirer le retentissement de l’œuvre du maître dans les arts picturaux notamment…
Et puisse GENEVE nous preparer un autre Wagner l’an prochain…peut-être quelqu’un parmi vous a-t-il des infos ?

Bien à vous,

Daniel

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 10 oct. 2005, 10:16

merci pour ce superbe compte rendu!
L'opéra semble voué à être le dernier refuge du besoin de la beauté artistique en toc.
(Bernard Shaw, 1898)

Avatar du membre
Nico
Alto
Alto
Messages : 261
Enregistré le : 15 août 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Nico » 11 oct. 2005, 18:24

Bonjour,
Egalement de retour de Genève, je dois dire que je suis en plein accord avec "Parsifal1", superbe représentation, un GOULD en pleine forme, une CHARBONNET que j'ai trouvée fort dynamique, et pour l'annecdote, voir une cantatrice chanter Wagner en faisant un grand écart, là, j'avais jamais vu!
Bien sur le sommet fut atteint par Nina STEMME, sublime et tellement belle avec ce regard à la Romy Schneider (Genève n'a pas toujours autant portée chance aux Sissi :cry: ), quelle merveille! quand à WOLFRAM, s'il fut inégal, cela était compensé par le jeu d'acteur, et c'est peut-être la plus grande réussite d'Olivier Py pour cette production, une direction d'acteur qui nous fait passer absolument toutes les intentions et tous les sentiments des personnages, voir le regard plein d'amitié et de compassion, mais aussi de sévérité, tout cela dans un même instant, c'est du grand art. (Peut être moins sensibles pour ceux qui étaient placés loin, mais de près, c'était exceptionnel ).
Donc, une fois admis que PY avait décidé de nous punir de nos fautes par un décors de néons très fatiguant pour les yeux, le spectacle enchantait.

L'exposition au musée Rath (juste à coté du théâtre) est magnifique également, à ne pas rater si vous vous rendez à Genève, même après Tannhauser, elle dure jusque fin janvier. Petit lien pour plus d'infos:

http://www.ville-ge.ch/musinfo/mahg/mus ... agner.html

Ah! Quand à l'acteur dont tout le monde à parlé, oui, bon, je me demande pourquoi Olivier Py ne m'a pas demandé de tenir le rôle? :wink: :oops:

Avatar du membre
Nico
Alto
Alto
Messages : 261
Enregistré le : 15 août 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Nico » 12 oct. 2005, 18:18

Une nouvelle petite intervention pour signaler l'existance d'un magnifique catalogue de l'exposition du musée Rath dont il est question ci-dessus. Très riche, très complet iconographiquement, et plein d'enseignements sur l'influence de Wagner et de sa musique sur les autres arts! je me le suis procuré à l'exposition, mais on peut le trouver apparemment à la Fnac et par le lien suivant :

http://www.fnac.com/Shelf/article.asp?P ... D1504&Fr=0

Il n'est pas donné, mais indispensable à tout amateur de Wagner.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21775
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 12 oct. 2005, 21:32

J'ai vu ce très beau catalogue à la FNAC des Halles hier.

A propos d'influence wagnérienne, il faut signaler la thèse toute récente de Timothée Picard qui ne manquera pas d'être éditée : « La littérature européenne face au défi wagnérien, de 1860 à nos jours", dir. P. Dethurens, (Université Marc Bloch-Strasbourg II, 2004).


Il a participé à ce catalogue et à un ouvrage sur les mises en scène les plus récentes de Tristan (Sellars, Py, Marthaler): Tristan 2005 : deux visions pour un mythe, Editions Labor et Fides, 2005, 25.00 euros
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre