Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Représentations
houppelande
Ténor
Ténor
Messages : 759
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:00

Re: Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Message par houppelande » 29 sept. 2019, 19:27

musetta a écrit :
29 sept. 2019, 08:18
- Surtout, surtout, une danse énergique, pleine de vie, qui colle parfaitement à la musique et au rythme. J'ai toujours pensé que si on n'utilise pas la danse baroque pour ce genre de ballet, le hip hop était beaucoup plus adapté que les chorégraphies classiques ou néo-classiques, pas assez dans le sol. Ce spectacle me le confirme admirablement.
Les Paladins à Garnier en 2004 avaient démontré qu'on pouvait avoir une belle alliance entre le hip-hop et Rameau.

musetta a écrit :
29 sept. 2019, 08:18
je rappellerais que les Indes Galantes, ce n'est pas une tragédie ni une comédie lyrique mais une suite de ballets sans véritable histoire et doté d'un livret indigent, destiné uniquement à satisfaire le goût du public de l'époque pour l'exotisme et pour la danse. A cet égard (et uniquement à cet égard, cf. mes réserves sur Alarcon), le spectacle de Bastille correspond parfaitement au programme de l'oeuvre.
C'est peut-être sous le rapport de l'exotisme que le bât blesse. Les extraits que j'ai vus ne me semblent pas très exotiques mais au contraire très ancrés dans nos vie quotidiennes vécues en direct ou via les médias.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14662
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Message par PlacidoCarrerotti » 29 sept. 2019, 19:37

houppelande a écrit :
29 sept. 2019, 19:27

Les Paladins à Garnier en 2004 avaient démontré qu'on pouvait avoir une belle alliance entre le hip-hop et Rameau.
Une réussite !
Avec une superbe utilisation de la vidéo.
Rien de nouveau sous le soleil, en fait.
- J'ai fait mon chemin et ma fortune dans les arts.
- Vous les cultivez, monsieur ?
- Pas si bête! je les exploite !
(La Sirène, Auber & Scribe)

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2239
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Message par Piem67 » 29 sept. 2019, 20:03

musetta a écrit :
29 sept. 2019, 08:18
je rappellerais que les Indes Galantes, ce n'est pas une tragédie ni une comédie lyrique mais une suite de ballets sans véritable histoire et doté d'un livret indigent, destiné uniquement à satisfaire le goût du public de l'époque pour l'exotisme et pour la danse.
Ce n'est pas exact. Si l'ensemble n'est pas une tragédie en musique, chaque tableau en est une miniature (sauf celui des Fleurs qui, lui, est pur divertissement), Sylvie Bouissou en parle très bien dans ses différents écrits sur Rameau.

Chaque tableau a sa propre histoire, sa propre dramaturgie avec des incontournables de la tragédie lyrique (tempête, tremblement de terre, coups de théâtre, airs, ensembles, chœurs cérémonieux, danses, etc.). Par ailleurs, un livret indigent n'empêche pas de faire de l'excellentissime musique, n'est qu'à voir Hippolyte et Aricie.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14156
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Message par HELENE ADAM » 29 sept. 2019, 22:29

enrico75 a écrit :
29 sept. 2019, 18:59
HELENE ADAM a écrit :
29 sept. 2019, 18:38
Je jugerai quand j'y serai, mais question à ceux qui étaient dans la salle : quel effet font les instruments d'époque à Bastille ? Sauf erreur de ma part, je pense que c'est la première fois que j'entendrai une formation baroque à Bastille. Je sais que l'orchestre a été "augmenté" (60 musiciens en tout) pour répondre aux problèmes d'acoustique spécifiques à la taille de la salle, mais sinon ?

PS : merci (à Musetta notamment) d'avoir rappelé ce qu'étaient les Indes Galantes :mrgreen: ...
Au 4ème rang du parterre c'était pas mal, en particulier pour les cordes basses(violes de gambe je pense) très chantantes,les bois aussi (Bassons d'époque assez fabuleux),les trompettes naturelles ont eu quelques défaillances à la toute fin ;theorbe et guitares peu audibles de même que les deux clavecins.
Le problème c etait les violons renforcés pour l 'occasion :manque de cohésion assez catastrophique,bouillie sonore.
Mais il faudrait avoir l avis de ceux qui étaient placés plus loin.
Je suis au deuxième balcon... :wink: normalement, l'acoustique n'y est pas mauvaise mais Bastille est souvent surprenant...
A noter : La nouvelle série de Canal Plus s'appelle "les Sauvages" et la musique de son générique est celle des sauvages des Indes Galantes ... Très à la mode décidément :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5677
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Message par micaela » 29 sept. 2019, 23:18

Oui. Dans le film argentin Rojo, sorti le 3/7 , la fille du personnage principal répétait un ballet sur l'air de l'entrée des sauvages (j'en parle p 19 du fil moments d'opéra dans les films).
A force d'écrire des choses horribles, les choses horribles finissent par arriver

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11212
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Message par Bernard C » 30 sept. 2019, 20:52

La critique d'Emmanuelle Giuliani dont j'apprécie habituellement la finesse des analyses.

https://www.la-croix.com/Culture/Musiqu ... 1201050997

Bernard
COVID-19 , à lire : https://www.larecherche.fr/covid-19-cor ... nt-aveugle
Puis Aretha Franklin pour le plaisir
https://youtu.be/k33sINjn9o0

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14156
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Message par HELENE ADAM » 30 sept. 2019, 22:00

Bernard C a écrit :
30 sept. 2019, 20:52
La critique d'Emmanuelle Giuliani dont j'apprécie habituellement la finesse des analyses.

https://www.la-croix.com/Culture/Musiqu ... 1201050997

Bernard
Bon c'est un peu frustrant parce que l'essentiel de l'article n'est pas accessible aux non abonnés, tout comme celui du Figaro (Merlin) ou celui du Monde mais je suis abonnée à ce dernier... :wink:

Le Monde (Marie-Aude Roux)
Opéra : les « Sauvages » de Clément Cogitore prennent l’Opéra Bastille
Un énorme succès public a accueilli cette nouvelle production des « Indes galantes », de Rameau, et la première mise en scène d’opéra du jeune plasticien et cinéaste français.


Avec ce début qui fait écho aux discussions sur la troisième scène (voir plus haut)
"Ah, ah ! Cette nouvelle production des Indes galantes de Rameau serait-elle bénie des dieux ? Clément Cogitore a connu, ce 27 septembre à l’Opéra Bastille, l’un des succès publics les plus foudroyants jamais rêvés par un metteur en scène. Son totem, un film en noir et blanc de moins de six minutes, que le vidéaste, plasticien, cinéaste et acteur de 36 ans a réalisé en 2017 pour la 3e Scène de l’Opéra de Paris, et dont la vidéo, devenue virale, exalte, avec une somptueuse « battle » de danseurs de Krump, la fameuse « Danse du Grand Calumet de la Paix exécutée par les Sauvages ». Une musique de 1735 dans l’air de la rue : en 2015, Julien Chauvin et son Concert de la Loge la proposaient à des collégiens de Trappes (Yvelines), dans le cadre d’un projet mêlant musique baroque, danse hip-hop et chant choral (visible sur YouTube)."
https://www.lemonde.fr/culture/article/ ... _3246.html
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

musetta
Alto
Alto
Messages : 319
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Message par musetta » 30 sept. 2019, 22:14

HELENE ADAM a écrit :
30 sept. 2019, 22:00
Bernard C a écrit :
30 sept. 2019, 20:52
La critique d'Emmanuelle Giuliani dont j'apprécie habituellement la finesse des analyses.

https://www.la-croix.com/Culture/Musiqu ... 1201050997

Bernard
Bon c'est un peu frustrant parce que l'essentiel de l'article n'est pas accessible aux non abonnés, tout comme celui du Figaro (Merlin) ou celui du Monde mais je suis abonnée à ce dernier... :wink:
Un morceau de bravoure enthousiasme le public, au son de l’irrésistible chœur des Sauvages : les danseurs, jusqu’ici passablement inoccupés, entraînent les chanteurs dans un numéro de krump (danse de rue née à Los Angeles dans les années 2000) qui produit son petit effet sur le plateau de l’Opéra Bastille.

À lire aussi
Aux origines de l’opéra de Paris

Aux origines de l’opéra de Paris
Le metteur en scène Clément Cogitore, jeune lion de la scène artistique, et la chorégraphe Bintou Dembélé ne sont pas les premiers à conjuguer la frénésie rythmique de Rameau avec les gestes contemporains (1). Mais qu’importe aux spectateurs, tout cela donne à la vénérable institution lyrique parisienne qui célèbre ses 350 ans l’éclat de modernité qu’elle revendique sans cesse.

Quand l’ennui s’installe

Hormis cet instant qui réveille in extremis la nouvelle production des Indes galantes de Jean-Philippe Rameau, il ne se passe pas grand-chose durant le prologue et les quatre « entrées » de l’opéra-ballet créé en 1735. Au point que cette partition luxuriante, chatoyante, éclatante distille un ennui certain que la direction musicale attentive mais uniforme de Leonardo Garcia Alarcon – lui qui, pourtant, est souvent vif-argent – ne parvient pas à conjurer. Les remarquables instrumentistes de la Cappella Mediterranea ni le vaillant chœur de chambre Namur n’y peuvent mais : il y a quelque chose de pétrifié, de desséché, dans cette production au climat morne et lugubre, au tempo engourdi.

On comprend vaguement que l’exotisme cher au temps des Lumières qui, chez Rameau, comporte sa part de critique envers un Occident avide d’or et de conquêtes militaires autant qu’amoureuses, est ici passé au crible de la globalisation et du sort funeste des migrants que l’on voudrait coûte que coûte convertir aux vertus de nos sociétés épuisées. Pourquoi pas ? Encore faudrait-il apporter consistance et incarnation aux personnages, les faire interagir, tout simplement se regarder.

Des voix précautionneuses

Se consolera-t-on avec les voix convoquées sur le vaste plateau de la Bastille que l’absence de décors rend encore plus inhospitalier ? Oui et non. Conscients de l’immensité d’une salle peu propices aux finesses baroques, les hommes ont tendance à chanter trop fort, sacrifiant la souplesse au profit de la puissance. On préférera le style des dames, même si Sabine Devieilhe, Julie Fuchs et Jodie Devos, cette dernière plus mordante, paraissent précautionneuses, privées elles aussi de l’élan vainqueur qui devrait faire de chaque scène un envol de rêve, de lumière et de liberté.

(1) On ne saurait trop conseiller le DVD (label Bel Air Classiques) de la prodigieuse mise en scène des mêmes Indes galantes, signée du chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui, même si la captation n’en restitue pas pleinement l’exaltante vibration.

musetta
Alto
Alto
Messages : 319
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Message par musetta » 30 sept. 2019, 22:16

Bizarre, ça fait plusieurs fois que je lis qu'il n'y a pas de danse en dehors des deux -formidables- morceaux de bravoure des Incas et des Sauvages, alors qu'il y en a du début à la fin de l'opéra. Un public et des critiques qui se satisfont de productions de Rameau sans aucune danse, mais décident qu'il n'y en a pas alors qu'ils en ont sous les yeux pendant 3h20. Ou alors ils considèrent que ce type de danses n'en est pas, alors qu'ils le disent franchement.

J'ajoute que la vidéo de la 3è scène n'a rien à voir avec ce que l'on voit sur scène à la fin du spectacle, bien plus abouti

musetta
Alto
Alto
Messages : 319
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rameau- Les Indes galantes- Alarcon/Cogitore- ONP- 09 & 10/2019

Message par musetta » 30 sept. 2019, 22:20

houppelande a écrit :
29 sept. 2019, 19:27
musetta a écrit :
29 sept. 2019, 08:18
- Surtout, surtout, une danse énergique, pleine de vie, qui colle parfaitement à la musique et au rythme. J'ai toujours pensé que si on n'utilise pas la danse baroque pour ce genre de ballet, le hip hop était beaucoup plus adapté que les chorégraphies classiques ou néo-classiques, pas assez dans le sol. Ce spectacle me le confirme admirablement.
Les Paladins à Garnier en 2004 avaient démontré qu'on pouvait avoir une belle alliance entre le hip-hop et Rameau.
Un spectacle sympathique et vraiment léger dans tous les sens du terme, qui ne m'a pas laissé un souvenir impérissable (vu à la création au Chatelet puis revu en vidéo). Intéressant du point de vue de la mise en scène, assez fourre-tout pour la danse (il n'y avait pas que du hip hop), qui était selon moi beaucoup moins adaptée à la musique qu'ici. C'était tout à fait du Montalvo-Hervieu, mais pas trop du Rameau. Au moins avaient-ils le mérite de placer la danse au centre.

Verrouillé