Wagner - Siegfried/Götterdämmerung - Fritzsch/Dorn - Genève - 02/2019

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2168
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Wagner - Siegfried/Götterdämmerung - Fritzsch/Dorn - Genève - 02/2019

Message par Piem67 » 21 févr. 2019, 20:09

J'étais au Götterdämmerung dimanche 17 février et ce fut une déception que ce spectacle... Je ne vais donc pas faire long mais serai curieux d'avoir des avis de ceux qui auraient assisté (ou vont assister) à ce Ring genevois.

Cette production de Dieter Dorn est donc une reprise mais franchement, pour ce Crépuscule, j'ai trouvé cette mise en scène assez banale avec des décors et costumes pas très beaux, mal éclairés (avec en plus ces néons rouges qui encadrent la scène et qu'on nous inflige tout du long...), une direction d'acteurs quasi absente... L'ennui guettait... Seule belle idée, pour moi, l'image finale du décor qui plonge dans les sous-sols de la scène laissant ensuite la scène totalement vide, comme prête à ce que l'histoire recommence.

Mon dernier Ring étant celui de McVicar à l'Opéra national du Rhin, je dois avouer que tout me paraît fade depuis dans cette œuvre... Peut-être aussi étais-je mal luné... Mais je n'ai trouvé cette production genevoise ni belle, ni palpitante.

Musicalement, rien de très excitant. Malgré un physique "difficile", bon Siegfried de Michael Weinius, touchant, vaillant jusqu'au bout, bien chantant. Mêmes qualités pour Mark Stone en Gunther. Jeremy MIlner affiche en Hagen une voix tout à fait mate voire sourde, aux graves absents, bref, ça ne convient pas du tout au personnage. Tom Fox aboie son Alberich (autant dire que la scène entre Hagen et Alberich fut assez pathétique...) tandis que Petra Lang, si elle est, elle aussi, vaillante jusqu'au bout, chante de manière très curieuse avec la sensation de machouiller le texte au "profit" de la ligne entachée cependant par un vibrato prononcé... Rien d'enthousiasmant dans les autres rôles. Pour les trios féminins, tant les nornes que les filles du Rhin sont mal assorties, surtout les filles dont les timbres ne se mélangent pas bien du tout. Très bon chœur de l'Opéra par contre.

Dans la fosse, l'Orchestre de la Suisse Romande se montre efficace à défaut d'être le plus séduisant qui soit. Direction efficace là aussi d'un bon kappelmeister, Georg Fritzsch, mais là aussi, rien qui ne transporte véritablement.

Bref, une représentation assez grise avec peu de relief...

Un mot sur le bâtiment qui rouvre donc après plusieurs années de travaux : ne le connaissant que très peu, je ne peux faire la comparaison du avant/après. Hall, escalier et foyer sont vraiment superbes, ça brille de partout, bravo pour la restauration (sauf de douteux néons dans le hall...). La salle est vaste (surtout depuis l'amphithéâtre où j'étais) avec une acoustique pas top depuis là haut. Beau plafond ("la voie lactée") terriblement seventies (mais dont la restauration lui redonne visiblement tout son... lustre... ah ah ah ).

N'ayant pas souhaité acheter le programme, j'ai été surpris de ne trouver aucun panneau dans le théâtre indiquant la distribution... J'ai donc dû emprunter le programme d'un voisin pour connaître le nom des chanteurs... Un petit effort à faire là svp l'Opéra de Genève !

NiklausVogel
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 124
Enregistré le : 13 mars 2006, 00:00

Re: Wagner - Götterdämmerung - Fritzsch /Dorn- Genève-02/2019

Message par NiklausVogel » 21 févr. 2019, 20:31

Cela fait des lustres que Tom Fox aboie au lieu de chanter. C'est ahurissant qu'on programme encore cet individu... on se demande à quoi servent les réseaux sociaux.

petitchoeur
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 227
Enregistré le : 19 sept. 2009, 23:00

Wagner-Siegfried-Götterdämmerung-Fritzsch/Dorn-Genève 02 et 03/2019

Message par petitchoeur » 21 févr. 2019, 23:07

Richard Wagner : Siegfried
Deuxième journée en 3 actes du festival scénique Der Ring des Nibelungen
sur un livret du compositeur
créé à Bayreuth au Festspielhaus le 16 août 1876

Direction musicale: Georg Fritzsch
Mise en scène: Dieter Dorn
Décors & costumes: Jürgen Rose
Dramaturgie: Hans-Joachim Ruckhäberle
Lumières: Tobias Löffler
Expression corporelle: Heinz Wanitschek
 
Siegfried: Michael Weinius
Mime: Dan Karlström
Der Wanderer: Tómas Tómasson
Alberich: Tom Fox
Fafner: Taras Shtonda
Erda: Wiebke Lehmkuhl
Brünnhilde: Petra Lang
L'Oiseau de la forêt: Mirella Hagen
 

 
Richard Wagner : Götterdämmerung
Troisième journée en un prologue et 3 actes du festival scénique Der Ring des Nibelungen
sur un livret du compositeur
Crée à Bayreuth au Festspielhaus le 17 août 1876

Siegfried: Michael Weinius
Gunther: Mark Stone
Hagen: Jeremy Milner
Alberich: Tom Fox
Brünnhilde: Petra Lang
Gutrune: Agneta Eichenholz
Waltraute: Michelle Breedt
1ère Norne: Wiebke Lehmkuhl
2ème Norne: Roswitha Christina Müller
3ème Norne: Karen Foster
Woglinde: Polina Pastirchak
Wellgunde: Carine Séchaye
Flosshilde: Ahlima Mhamdi
Deux chasseurs: Rémi Garin & Peter Baekeun Cho
 
Orchestre de la Suisse Romande 
Chœur du Grand Théâtre de Genève
Direction: Alan Woodbridge  

 


Au Grand Théâtre de Genève :
le 15 février 2019 :  Siegfried
le 17 février 2019: Götterdämmerung.

Réouverture du Grand Théâtre après 3 années de travaux et de représentations au Théâtre des Nations (la très belle salle en bois utilisée par la Comédie française dans la cour du Palais Royal, démontée, transportée et installée près du Palais des Nations à Genève). Après une magnifique restauration de la décoration de l'atrium et des foyers et le ravalement du bâtiment, le Grand Théâtre, si cher aux Genevois, a retrouvé toute sa splendeur d'avant l'incendie de 1951 et la médiocre remise en état de 1962 : ces merveilles avaient été caché sous de faux plafonds...Travaux aussi qui ont permis l'agrandissement des locaux pour le personnel et les artistes et le renforcement de la sécurité.

Image

Pour célébrer dignement cet événement Tobias Richter a programmé 3 cycles du Ring de Wagner en février et mars 2019. C'est la reprise de mise en scène de Dieter Dorn, des décors et des costumes de Jürgen Rose donnée en 2013 et 2014 ici même avec déjà l'Orchestre de la Suisse Romande mais dirigé cette année par Georg Fritzsch et une distribution en partie nouvelle. Parmi les principaux changements : Mickael Weinius est Siefried ; Tómas Tómasson, qui chantait le rôle du Wanderer en 2014 est, en 2019, Wotan et le Wanderer ; Tom Fox qui était Wotan en 2013/2014 chante le rôle d'Alberich cette année. Petra Lang est à nouveau Brünhilde comme en 2013/2014. La mise en scène, les décors, les costumes et les lumières ont été analysées avec précision et beaucoup d'éloges par Gérard Ferrand qui a assuré le compte rendu des représentations de 2013 et de 2014 :
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... en%C3%A8ve
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... en%C3%A8ve
Je me permets d'insister sur l'intelligence, la cohérence et la lisibilité de la mise en scène de Dieter Dorn dans le décor sobre de Jürgen Rose et les lumières séduisantes de Tobias Löffler : tout est réglé au millimètre et aucun détail réaliste prévu par Wagner n'est jeté aux oubliettes. Tout est là: la forge de Mime ; l'ours ramené par Siegfried ; les très beaux oiseaux dans la forêt, les arbres/tentacules du dragon ; le cheval de Brünhilde sous forme de marionnette ; le Rhin et ses vaguelettes ; les corbeaux de Wotan...

Image

Tout au plus peut-on regretter le grand tissu bien laid recouvrant le rocher et le corps de Brünhilde à la troisième scène de l'acte III de Siegfried. Il y a de grands moments , par exemple la présence d'un énorme buste de Wotan en grillage souple dans le Crépuscule. Cela donne à Brünhilde l'occasion de se venger de lui : dans sa fureur elle l'écrase. Le plus réussi est le décor du Palais des Gibichungs  : une immense boîte rectangulaire en position instable, aux éclairages internes changeants et séduisants, qui occupe la moitié de la scène. Elle disparaîtra d'une manière impressionnante dans les profondeurs à la fin de l'ouvrage.

Image

Le plateau est de très haut niveau. Tómas Tómasson est un Wotan/Wanderer à la voix puissante, fort bien projetée, à la présence scénique remarquable, pleine d'autorité et de violence mais aussi douloureusement impuissante devant le drame prévisible. Tom Fox ressemble à si méprendre à Wotan : même qualité vocale, même costume un peu plus noir. Parfaitement dans son rôle plein d' arrogance et de suffisance. Dan Karlström dans le rôle de Mime est parfait d'envie, de jalousie et de duplicité : belle voix sans aucune faiblesse.

Image

Taras Shtonda est un Fafner balourd et prétentieux avec une voix de basse profonde et idéalement caverneuse. Très belle interprétation de Gunther par Mark Stone à la noblesse et au timbre séduisant, et qui, malgré son désir de pouvoir, est capable d'une pensée pour sa sœur Gutrune. Seul parmi la distribution masculine, et déjà dans ce rôle en 2014, Jeremy Milner, déçoit un peu. Doté d'une voix puissante au grain rugueux bien adapté à son personnage, son vibrato et son manque de nuances surprennent.

Image

La révélation de cette production est le ténor suédois Michael Weinius. Il a fait ses débuts en Siegfried dans la production du Ring au Deutsche Oper am Rhein en 2018. Il séduit par la musicalité et la beauté de son chant, sa longue ligne vocale, sa puissance dans tous les registres, sa bravoure héroïque face aux multiples dangers, son lyrisme à la découverte de l'amour. Un nom à retenir !

Image

Petra Lang, Brünhilde, chantait déjà ce rôle dans la production de 2013/2014. Elle est assez décevante dans la dernière scène de l'acte III de Siegfried qui semble longue et étirée par son manque de présence face à Siegfried. Elle se révèle bien meilleure dans le Crépuscule : pleine de flamme dans son serment de fidélité à Siegfried, d'une fermeté inflexible dans son refus de rendre l'anneau, d'une fureur sans borne lors du constat de la trahison de Siegfried et d'un amour douloureux dans la dramatique fin. Très belle interprétation de Gutrune par Agneta Eichenholz a la voix lumineuse. Wiebke Lehmkuhl, et une Erda au timbre chaud de contralto. Elle assure aussi le rôle de 1ère Norne. Mirella Hagen est un l'Oiseau de la forêt charmant. Michelle Breedt est Waltraute : sa supplication est d'une grande noblesse. Roswitha Christina Müller, Karen Foster, forment avec la 1ère Norne un beau trio. Polina Pastirchak, Carine Séchaye, Ahlima Mhamdi sont les trois filles du Rhin, pleines de fraîcheur et de grâce.

Image

Georg Fritzsch dirige un excellent Orchestre de la Suisse Romande. Nuances subtiles, FFF décoiffants, timbres magnifiques des vents et des bois. Devant le rideau baissé, le voyage sur le Rhin et surtout la marche funèbre mettent en valeur toutes les qualités de l'orchestre et de son chef. Chef très attentif à l'ensemble de ses musiciens, modérant ses instrumentistes pour ne pas couvrir les chanteurs. Les interventions du Choeur du Grand Théâtre de Genève, préparé par Alan Woodbridge, sont un soutien sans faille à Hagen.

Prochaines représentations de ce Ring : les 5,6,8 et 10 et les 12,13,15 et 17 mars 2019.

Pierre Tricou
PS : compte rendu de l'Or du Rhin et de la Walkyrie après les représentations de mars 2019
crédit photos : GTG/Carole Parodi

DelBosco
Alto
Alto
Messages : 477
Enregistré le : 04 déc. 2005, 00:00
Localisation : Essonne

Re: Wagner - Götterdämmerung - Fritzsch /Dorn- Genève-02/2019

Message par DelBosco » 22 févr. 2019, 11:11

NiklausVogel a écrit :
21 févr. 2019, 20:31
Cela fait des lustres que Tom Fox aboie au lieu de chanter. C'est ahurissant qu'on programme encore cet individu... on se demande à quoi servent les réseaux sociaux.
En même temps, c'est assez naturel qu'un Fox aboie ...🐩

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2631
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Wagner - Siegfried/Götterdämmerung - Fritzsch/Dorn - Genève - 02/2019

Message par dge » 22 févr. 2019, 14:14

Piem67 a écrit :
21 févr. 2019, 20:09
J'étais au Götterdämmerung dimanche 17 février et ce fut une déception que ce spectacle... Je ne vais donc pas faire long mais serai curieux d'avoir des avis de ceux qui auraient assisté (ou vont assister) à ce Ring genevois.
J'ai vu ce Ring par journées séparées lors de sa création. Comme tu peux le voir sur mes CR j'ai beaucoup aimé cette production très lisible, racontée comme un conte d'enfant et qui "ne prend pas la tête". C'est le livret, rien que le livret, mais tout le livret.
Mais je pense que de n'avoir pas suivi les journées précédentes a pu te désarçonner. Elles aident à entrer progressivement dans le concept du metteur en scène.

Comme il me semble - sauf erreur de ma part - que ça n'a été fait nulle part, y compris au Gd Théâtre, je veux avoir une pensée pour la jeune contralto Maria Radner qui avait été Erda lors de la création et qui est morte qq mois plus tard avec son bébé et son mari victime du pilote fou de l'avion de Germanwing qui s'est crashé volontairement près de Barcelonnette. On aurait pu lui dédier cette reprise.

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2168
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Wagner - Siegfried/Götterdämmerung - Fritzsch/Dorn - Genève - 02/2019

Message par Piem67 » 22 févr. 2019, 14:31

dge a écrit :
22 févr. 2019, 14:14
Piem67 a écrit :
21 févr. 2019, 20:09
J'étais au Götterdämmerung dimanche 17 février et ce fut une déception que ce spectacle... Je ne vais donc pas faire long mais serai curieux d'avoir des avis de ceux qui auraient assisté (ou vont assister) à ce Ring genevois.
J'ai vu ce Ring par journées séparées lors de sa création. Comme tu peux le voir sur mes CR j'ai beaucoup aimé cette production très lisible, racontée comme un conte d'enfant et qui "ne prend pas la tête". C'est le livret, rien que le livret, mais tout le livret.
Mais je pense que de n'avoir pas suivi les journées précédentes a pu te désarçonner. Elles aident à entrer progressivement dans le concept du metteur en scène.

Comme il me semble - sauf erreur de ma part - que ça n'a été fait nulle part, y compris au Gd Théâtre, je veux avoir une pensée pour la jeune contralto Maria Radner qui avait été Erda lors de la création et qui est morte qq mois plus tard avec son bébé et son mari victime du pilote fou de l'avion de Germanwing qui s'est crashé volontairement près de Barcelonnette. On aurait pu lui dédier cette reprise.
Dans le genre "le livret, rien que le livret, tout le livret", la mise en scène de McVicar était exactement dans la même optique et de manière BEAUCOUP plus littérale encore, encore plus lisible, et surtout beaucoup plus BELLE et poétique... En fait, j'ai trouvé cette production genevoise très terne et vraiment pas belle... Bref...

De mon côté, une pensée pour Oleg Bryjak qui était l'Alberich du Ring de McVicar à l'ONR et qui était dans le même avion que Maria Radner.


P.S. merci au(x) modérateur(s) pour avoir fusionné les 2 fils sur cette prod. !

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2631
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Wagner - Siegfried/Götterdämmerung - Fritzsch/Dorn - Genève - 02/2019

Message par dge » 22 févr. 2019, 14:53

Je ne fais que donner mon ressenti sur la production de Dorn. Je n'ai pas vu celle de Mc Vicar dont on a dit le plus grand bien et dont malheureusement il ne reste aucune trace. Ce n'est pas parce que celle de Mc Vicar serait meilleure que celle de Dorn n'est pas bonne.
Tu compares deux productions alors que tu n'as vu qu'une journée de l'une. Or Le Crépuscule version Dorn n'est pas pour moi le volet le plus réussi des quatre. C'est Siegfried et surtout l'Or du Rhin que j'ai préférés.

Merci d'avoir cité aussi Oleg Bryjak ( que je n'ai pas mentionné parce qu'il n'était pas à Genève)

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10906
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner - Siegfried/Götterdämmerung - Fritzsch/Dorn - Genève - 02/2019

Message par Bernard C » 25 févr. 2019, 22:30

Donc si je lis bien après l' excellente impression en Siegmund de Weinius dans le Ring de Stockholm , le voilà déjà un très intéressant Siegfried ?

J'ai toujours beaucoup aimé ce chanteur qui m'avait aussi beaucoup impressionné dans Notorius , un rôle assez redoutable.

Mais peut être je ne le voyais pas vraiment un bon Siegfried si vite.
Tant mieux.

Merci pour ces CR

Bernard
Aretha Franklin remplace Pavarotti dans Nessun Dorma
https://youtu.be/k33sINjn9o0

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2168
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Wagner - Siegfried/Götterdämmerung - Fritzsch/Dorn - Genève - 02/2019

Message par Piem67 » 25 févr. 2019, 22:34

Oui, même si ce n'est pas un vrai "heldentenor", c'est assez stylé ce qu'il fait, il est à l'aise scéniquement... reste un physique... spécial... (un peu handicapant tout de même je trouve).

Répondre