Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Représentations
Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5770
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Message par micaela » 04 févr. 2019, 12:02

Je trouve par ailleurs (indépendamment de l'adéquation des salles ou des voix) que la version concert convient très bien à cette œuvre.
Un détail : dans le pandemonium, c'est du langage inventé par Berlioz ou il s'est inspiré d'une langue en particulier ?
A force d'écrire des choses horribles, les choses horribles finissent par arriver

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11317
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Message par Bernard C » 04 févr. 2019, 12:10

Et moi je parle en tant que spectateur ayant entendu l'un au 5 eme rang l'autre au 4 eme côté cour chaque fois, donc ayant un peu les moyens pour en dire quelque chose.
Si c'est le cas d'autres ODBiens qu'ils nous disent ce qu'ils en pensent, ça évitera des discussions disons peu documentées ( si on n'a jamais entendu Spyres dans ce rôle très particulier , si on a subi une acoustique très aléatoire au fond d'une salle etc...)

Bref , je ne savais pas qu'en évoquant Spyres dans le Faust de Berlioz qui m'avait récemment subjugué aussi , il y aurait autant de spéculation en rond.

Bernard
"Tout homme bien portant est un malade qui s'ignore " (Louis Farigoule)
Écoutez Luciano Pavarotti et James Brown pour le plaisir:
https://youtu.be/GaB9F3R9cIY

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11317
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Message par Bernard C » 04 févr. 2019, 12:13

micaela a écrit :
04 févr. 2019, 12:02
Je trouve par ailleurs (indépendamment de l'adéquation des salles ou des voix) que la version concert convient très bien à cette œuvre.
(...)
Ce n'est pas étonnant, Berlioz l'a baptisé "opéra de concert".

Bernard
"Tout homme bien portant est un malade qui s'ignore " (Louis Farigoule)
Écoutez Luciano Pavarotti et James Brown pour le plaisir:
https://youtu.be/GaB9F3R9cIY

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5770
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Message par micaela » 04 févr. 2019, 12:33

Je me suis même dit qu'il aurait pu appeler ça "oratorio"...
A force d'écrire des choses horribles, les choses horribles finissent par arriver

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11317
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Message par Bernard C » 04 févr. 2019, 12:54

micaela a écrit :
04 févr. 2019, 12:33
Je me suis même dit qu'il aurait pu appeler ça "oratorio"...
Il l'a aussi appelé " légende dramatique".

Bernard
"Tout homme bien portant est un malade qui s'ignore " (Louis Farigoule)
Écoutez Luciano Pavarotti et James Brown pour le plaisir:
https://youtu.be/GaB9F3R9cIY

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11317
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Message par Bernard C » 04 févr. 2019, 13:26

micaela a écrit :
04 févr. 2019, 12:02

Un détail : dans le pandemonium, c'est du langage inventé par Berlioz ou il s'est inspiré d'une langue en particulier ?
Voici ce que dit Berlioz de ce qu'il appelle "la langue inconnue" du pandaemonium dans ses mémoires :
Il évoque d'abord un morceau des Ombres écrit lors d'un séjour à Rome


'le morceau des Ombres fut l’occasion d’un démêlé avec la censure papale. Le texte de ce chœur, dont j’ai déjà parlé était écrit en langue inconnue [67], langue des morts, incompréhensible pour les vivants. Quand il fut question d’obtenir de la censure romaine la permission de l’imprimer, le sens des paroles chantées par les ombres embarrassa beaucoup les philologues. Quelle était cette langue et que signifiaient ces mots étranges ? On fit venir un Allemand qui déclara n’y rien comprendre, un Anglais qui ne fut pas plus heureux ; les interprètes danois, suédois, russes, espagnols, irlandais, bohèmes, y perdirent leur latin ! Grand embarras du bureau de censure ; l’imprimeur ne pouvait passer outre et la publication restait suspendue indéfiniment. Enfin un des censeurs, après des réflexions profondes, fit la découverte d’un argument dont la justesse frappa tous ses collègues. «Puisque les interprètes anglais, russes, espagnols, danois, suédois, irlandais et bohèmes ne comprennent pas ce langage mystérieux, dit-il, il est assez probable que le peuple romain ne le comprendra pas davantage. Nous pouvons donc, ce me semble, en autoriser l’impression, sans qu’il en résulte de grands dangers pour les mœurs ou pour la religion.» Et le chœur des ombres fut imprimé. Censeurs imprudents ! Si c’eût été du sanscrit !... "

Pour être complet en note il précise :

[67] "J’y ai depuis lors adapté des paroles françaises, réservant l’emploi de la langue inconnue pour le pandœmonium de la damnation de Faust seulement"


Bernard
"Tout homme bien portant est un malade qui s'ignore " (Louis Farigoule)
Écoutez Luciano Pavarotti et James Brown pour le plaisir:
https://youtu.be/GaB9F3R9cIY

Avatar du membre
cosimus
Ténor
Ténor
Messages : 764
Enregistré le : 14 mai 2015, 13:39

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Message par cosimus » 04 févr. 2019, 18:33

micaela a écrit :
04 févr. 2019, 12:02
[…]
Un détail : dans le pandemonium, c'est du langage inventé par Berlioz ou il s'est inspiré d'une langue en particulier ?
Je me souviens avoir lu qu'il fallait chercher l'origine de cette "langue inconnue" chez Swedenborg (mystique suédois du 18e siècle dont les écrits -récits de voyage dans l'au-delà!- ont eu plus ou moins d'influence sur les romanciers et poètes de l'époque romantique)
"Est modus in rebus", Horace

"La vérité luit de sa propre lumière;& on n'éclaire pas les esprits avec la flamme des bûchers." Marmontel, Bélisaire,

muriel
Basse
Basse
Messages : 2965
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Message par muriel » 04 févr. 2019, 19:04

Je reviens sur les aigus d'Osborn, tellement beaux, tellement faciles, on n'entend pas les notes de passage, aucune rupture même quand il passe en voix mixte....c'est fluide, c'est éblouissant

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11317
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Message par Bernard C » 04 févr. 2019, 21:21

cosimus a écrit :
04 févr. 2019, 18:33
micaela a écrit :
04 févr. 2019, 12:02
[…]
Un détail : dans le pandemonium, c'est du langage inventé par Berlioz ou il s'est inspiré d'une langue en particulier ?
Je me souviens avoir lu qu'il fallait chercher l'origine de cette "langue inconnue" chez Swedenborg (mystique suédois du 18e siècle dont les écrits -récits de voyage dans l'au-delà!- ont eu plus ou moins d'influence sur les romanciers et poètes de l'époque romantique)
Oui , c'est ce que Théophile Gautier soutient dans un article de novembre 1846 ( in La Presse) Il admirait vraiment le compositeur et il ironise de façon amusée dans une annonce en avant première :

Outre le français et le latin employés pour un pereat d’étudiants et des litanies d’église, le livret de M. Hector Berlioz renferme une scène écrite, dans la langue que Swedenborg aurait, selon lui, appelée la langue infernale. Où le docte musicien s’est-il procuré la syntaxe et le dictionnaire de cet idiome complètement inédit ? C’est ce que nous ne saurions dire. Cette chaire est à créer au Collège de France, où cependant il existe déjà un certain nombre de professeurs d’idiomes problématiques

Ça ne veut pas dire que Berlioz a trouvé ces mots chez ce suédois qui termine sa vie affecté de graves troubles mentaux.... mais que Swedenborg aurait probablement reconnu cette scène comme venue des enfers.....
C'était le premier propos de Gautier

Puis il assiste à la représentation de "cette légende symphonique (qui) est, à proprement parler, un opéra sans mise en scène " et écrit le 7 décembre 1846 :

Ce langage diabolique, que nous trouvions un peu trop ressemblant au turc de Covielle, est de l’invention de M. Hector Berlioz

Bref, voilà quelques éléments de source complémentaires .

Bernard
"Tout homme bien portant est un malade qui s'ignore " (Louis Farigoule)
Écoutez Luciano Pavarotti et James Brown pour le plaisir:
https://youtu.be/GaB9F3R9cIY

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5770
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Dutoit/VC - Philharmonie de Paris - 3/02/2019

Message par micaela » 04 févr. 2019, 23:07

Merci pour toutes ces précisions. Sans doute, donc, une langue inventée par Berlioz (peut-être influencée par divers idiomes), mais plus structurée que le turc de Covielle, même si on n'est pas dans quelque chose d'aussi élaboré que la langue elfique créée par Tolkien.
A force d'écrire des choses horribles, les choses horribles finissent par arriver

Répondre