Page 1 sur 4

Boesmans - Julie - Festival d'Aix 2005 (et diffusion TV)

Posté : 11 juil. 2005, 09:26
par doudou

Posté : 14 juil. 2005, 19:04
par bajazet
Diffusion en direct ce soir à 20h sur Radio Classique.

"Julie" Aix/Boesmans-bondy

Posté : 20 juil. 2005, 13:51
par emji
:D J'y vais ce soir...et Je vous raconte demain? :wink:

Posté : 20 juil. 2005, 13:58
par Clement
merci ! qui a écouté la diffusion radio ? je suis très intéressé par l'avis des odbiens qui ont pu le faire (moi j'ai loupé :( ). je n'ai entendu qu'un court extrait qui m'a semblé très intéressant. et Malena Ernman ... :heart:
Enfin, la pièce originale est très forte et subtile.

Posté : 20 juil. 2005, 17:00
par olaf
Heureux de voir que des odébiens s'intéressent à ce spectacle. J'ai assisté à plusieurs représentations bruxelloises qui marquaient la création mondiale de ce nouvel opus de notre compositeur fétiche (en cette veille de fête nationale). C'est très réussi. La musique est superbe. IL y a deux distributions, la première autour de Malena Ernman est grandiose, la seconde est plus ordinaire. Ono dirige superbement et la mise en scène de Bondy très réussie. Un grand spectacle en comparaison avec l'ennui chic du Tour d'Ecrou.
O.

Posté : 21 juil. 2005, 09:35
par muriel
olaf a écrit : Un grand spectacle en comparaison avec l'ennui chic du Tour d'Ecrou.
O.
je proteste !

Aix:Julie, Boesmans/Bondy

Posté : 21 juil. 2005, 10:44
par emji
:D Ouah! la magnifique partiton!!
Désormais il faudra compter avec ce nouvel opus à inscrire au répertoire
des (bonnes) maisons d'opéras!
Boesmans qui nous a déjà gratifié de deux partitions lyriques passionnantes, "La Ronde" et le "Conte d'Hiver", se révèle là sous un jour peut être encore plus sincère.
Comment "raconter" , décrire par des mots ce qui par essence se ressent?
Il y a avant tout un orchestre de chambre (c'est grosso modo conçu, écrit
pour a même formation que "Le tour d'Ecrou" de Britten, puisque conçu pour
être joué en alternance avec ce dernier.
Mais, la trame orchestrale imaginée par Boesmans est tout autre:
Au départ, on repère un 1er thème, qui soutiendra toute la partition, et qui
ouvre l'oeuvre: une cellule rythmique jouée "pianinininissisisimomo", comme
un battement de coeur; ce rythme obsessionnel ira crescendo, jusqu'au suicide
de l'enfant trop gâtée qu'est julie: on ne fraie pas sans conséquence avec
un milieu qui n'est pas le sien en ce 19ème siècle.
Du lyrisme, il y en a incontestablement, les envolées (notament un arpège
ascentionnel, qui est lui aussi récurrent, et qu'on pourrait attribuer à la pure
Kristin). On peut remarquer aussi, que Boesmans n'hésite pas à employer
les structures classiques: duo, ensemble, trio.
Admirablement écrit pour mettre en valeur et l'orchestre (les sons diaprés,les thèmes "tournoyants", les glissendi au quart de ton etc), et les voix! Enfin un compositeur qui n'hésite pas à mettre en valeur à notre époque -et sans se moquer d'elles- les grandes voix. Et il y en a dans ce
spectacle: Avant tout la fabuleuse Malena Ernman; quelle splendeur vocale: un très grand mezzo-soprano (quelle Carmen, quelle Dalila en devenir, on a là!!!!).Mais la très jolie Kristin, incarnée fort délicatement par Kerstin Avemo, met en oppposition un timbre d'une pureté cristaline digne d'une grande Reine de la Nuit ou d'une future magnifique Lakmé: que Dessay se tienne bien!!!Garry Magee incarne quand à lui la force virile à l'état pur: brutal mais n'hésitant pas à raffiner un chant chaleureux et séducteur, volontier raffiné.
Tou ce petit monde est admirablement dirigé par K.Ono qui décidément fait des merveilles dans le répertoire moderne. luc Bondy, assure quand à lui une mise en scène des plus efficace, transformant les chanteurs lyriques en d'admirables bêtes de théâtre. Il est intéressant de noter, qu'il a demandé à son compère le célébrissime Peduzzi de concevoir son décor en utilisant ni plus ni moins...que l'infrastructure-même du décor du "Tour d'Ecrou", simplement en y ajoutant du carrelage de cuisine, mais soyez attentifs, si vous allez entendre ce spectacle: vous repérerez aisément les "découpes" des fameux murs transversaux qui ne cessent de bouger dans le Britten!
C'est adroit et ingénieux, puisque cela crée un lien véritable entre les deux opéras qui n'ont a priori que peu de choses en commun.Il n'est pas jusque dans les masques utilisés dans un interlude orchestral onirique (l'orage), qui sont empruntés au fameux "Tour d'Ecrou".
Enfin, une réflexion perso pour terminer: cet opéra -dont la version discographique sort simultanément chez "Callyope"- et que je vous encourage vivement à acquérir, cet opéra trouve, je pense son alter ego dans une autre partitition lyrique, qu'il serait intéressant de mettre en parallèle, je veux parler de la "Tragédie Florentine" de Zemlinsky, même inspiration originelle tirée d'une pièce de théâtre (Wilde chez l'un, Strinberg chez l'autre; trois personnages seulement:deux hommes une femme, chez l'un, deux femmes, un homme chez l'autre. Une heure de musique grosso modo pour chacun,et étrabgement une issue fatale pour le personnage pour qui s'était le moins probant.Je n'ai pu m'empêcher de créé ce parallèle durant cette représentation Ô combien passionnante encore une fois, et à la musique fascinante.
PS.Le lévrier afgan joue très bien aussi, ainsi que l'oiseau en cage :wink:

garg!!!

Posté : 21 juil. 2005, 10:48
par emji
olaf a écrit : Un grand spectacle en comparaison avec l'ennui chic du Tour d'Ecrou.
O.
Moi aussi je proteste!!!Qu'est-ce qui te prend, Olaf?! :evil:
Je sias bien que chacun a ledroit d'avoir ses idées, mais tu charies, là.
C'est de la provoc!

Re: Aix:Julie, Boesmans/Bondy

Posté : 21 juil. 2005, 10:48
par olaf
emji a écrit : Boesmans qui nous a déjà gratifié de deux partitions lyriques passionnantes, "La Ronde" et le "Conte d'Hiver", se révèle là sous un jour peut être encore plus sincère. :wink:
:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: vive Boesmans
Un Cd va sortir chez Cyprès.
C'est en fait le quatrième opéra du Belge après "La passion de Gilles" et les deux que tu cites.
O.

Posté : 21 juil. 2005, 12:54
par Clement
merci pour ce compte-rendu si alléchant !
encore une oeuvre réussie de Boesmans. j'avoue avoir bien aimé Wintermärschen (avec la magnifique et regrettée Susan Chilcott), et je n'ai entendu et lu que grand bien de Reigen. Je m'interroge tout de même sur l'emploi systématique de l'allemand, mais pourquoi pas. cela m'aurait intéressé d'entendre le suédois de l'original de Stringberg.
Enfin, puisque tout le monde a reconnu les mérites des oeuvres de cet artiste, pourquoi donc ne pas les reprendre plus souvent sur les grandes scènes ??? Vraiment, c'est sans doute cher (droits, etc...) mais il est primordial de proposer largement au public les oeuvres de qualité et essayer de faire entrer au répertoire la musique actuelle, et de la populariser un peu plus !