Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Représentations
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21790
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Message par JdeB » 21 avr. 2016, 08:16

Mozart – Lucio Silla (KV. 135)
Opera seria en trois actes (1772)
Livret de Giovanni de Gamerra

Franco Fagioli - Cecilio
Olga Pudova - Giunia
Alessandro Liberatore - Lucio Silla
Chiara Skerath - Lucio Cinna
Ilse Eerens - Celia

Rita Cosentino - concept et mise en espace

Jeune Chœur de Paris
Insula Orchestra

Laurence Equilbey, direction

Philharmonie de Paris (Cité de la musique), 23 avril 2016



Dernier opéra composé pour l’Italie par le jeune Mozart, Lucio Silla lui fut commandé par le Teatro Regio de Milan pour la saison du Carnaval 1773, probablement à la suite du triomphe de Mitridate, Re di Ponto. Cette commande était cruciale pour le jeune compositeur, qui voyait ainsi l’occasion de se faire mieux connaître par les amateurs italiens comme viennois, Milan étant alors sous forte influence autrichienne.

Le livret de cet opera seria fut écrit par un épigone de Metastasio, Giovanni de Gamerra (1743-1803), qui bénéficia d’ailleurs des conseils de son aîné sur son texte. (On sait que celui-ci effectua des changements et remplaça une scène entière du second acte, selon une lettre de Leopold Mozart datée du 14 novembre 1773). Connu pour ses mélodrames, Gamerra avait été engagé comme poète au Teatro Regio entre 1770 et 1774. Ainsi, Gamerrra fut également l’auteur du second opéra donné durant cette saison de Carnaval, Sismano nel Mogol de Paisiello. (Par la suite, Mozart écrivit un air de concert tiré de ce livret, « A questo seno non vieni… O che il cielo a mi ti rende », KV. 374, interprété par Cecarelli à Vienne en 1781). Ce ne fut pas le seul lien entre le compositeur et son librettiste : Gamerra traduira en italien le livret de la Flûte enchantée, version représentée à Prague en 1794.

Par ailleurs, son livret de Lucio Silla fut également mis en musique par Anfossi (1774, à Venise), et Mortellari (1779, à Turin). En 1775, à Mannheim, on représenta un dérivé de ce texte, un Lucio Silla mis en musique par Johann Christian Bach : le texte originel de Gamerra avait alors été révisé par Mattia Verazi. Quelques années plus tard, quand Mozart voulut prendre connaissance de la partition de son aîné, il s’attira les quolibets du compositeur Vogler, qui avait toutes les raisons du monde de ne pas apprécier leur compatriote, qui était en effet un rival potentiel dangereux pour la succession du Kapellmeister Holzbauer. Mozart relata la scène dans une lettre datée du 13 novembre 1777.

Avant de se mettre en route pour l’Italie avec son père en octobre 1772, Wolfgang Mozart avait achevé les récitatifs. Il devait se trouver en novembre au Teatro Regio afin de composer les airs, comme cela était stipulé par son contrat. Le compositeur devait effectivement avoir entendu les chanteurs pour lesquels il devait faire des airs sur mesure. Un mois avant la première, les chanteurs principaux n’étaient pas arrivés, ce dont la correspondance familiale se fait un écho exaspéré. Heureusement, Wolfgang avait déjà entendu la prima donna, la grande Anna de Amicis-Buonsolazzi (Giunia) à Naples, dans l’Armida Abbandonata de Jommelli. Le primo uomo, Venanzio Rauzzini (Cecilio), bien qu’arrivé tardivement, fut enchanté par ses airs, si l’on en croit Leopold. Le ténor pressenti, malade, fut finalement remplacé par Morgnoni, un chanteur qui n’avait jamais fait de scène et qui ne fut présent que le 17 décembre, la première étant prévue le 26 ! Bien qu’il ait chanté le rôle-titre, que ses airs soient moins inspirés et sa partie assez réduite ne doit donc pas étonner, étant donné les circonstances de la création.

Malgré la mésentente entre les chanteurs et les péripéties de la mise au théâtre, l’opéra eut un immense succès, dont témoignent les 26 représentations. Il reste cependant relativement mal aimé des amateurs de Mozart, l’étiquette « œuvre de jeunesse » en étant partiellement responsable, malgré une partition superbe, qui sait casser les codes de l’opera seria et qui utilise certains traits avant-gardistes. Cette splendeur orchestrale et l’intelligence dramatique de la partition annoncent déjà le Mozart de la maturité.

Comme dans tous les opéras de Mozart, l’orchestre est à la fois protagoniste et narrateur. Ce n’est jamais plus évident que pour l’étonnant interlude écrit au début de la septième scène du premier acte, qui fait brutalement surgir une transcendance angoissée. Ce passage écrit pour permettre un changement de décor, semble être un catalyseur à l’irruption d’un certain surnaturel et d’une atmosphère inquiétante, qui culmine dans la grande scène d’ombre qui lui fait suite, à la fin de l’acte I.

Toujours raffiné, Insula Orchestra joue la carte de la nuance et du charme, non de la tourmente, dans une œuvre contrastée où se côtoient, comme il se doit, galanterie, violence qui affleure et tourments amoureux. Cette approche lumineuse qui cisèle le discours et met en valeur les pupitres de l’orchestre, se fait parfois au détriment des tréfonds du drame, mais ne perd jamais en dynamisme et en efficacité dramatique. On peut préférer une interprétation plus sombrement tellurique dans cet opéra, mais on ne saurait qu’être séduit par la lecture de Laurence Equilbey qui respecte l’esprit et la lettre de l’écriture du genre et fait avancer l’action avec vitalité et enthousiasme. Son Mozart limpide en apparence danse en réalité sur des abîmes d’où sourd un élan vital impérieux. Caresses ou coups de cravache, les montées en puissance de l’orchestre enchâssent l’écriture innovante de ce chef-d’œuvre et ses nombreuses subtilités, d’ailleurs mises en valeur par l’emploi judicieux des appogiatures et des variations dans les propos des protagonistes.

Ce n’est malheureusement pas l’intégrale de l’opéra que nous entendons ; comme il est hélas d’usage, nous avons droit à de nombreuses coupures dans les récitatifs, ce qui contribue à raidir le drame, dont le suc dramatique se tarit en partie. De même, l’excision du personnage d’Aufidio, conseiller de Silla, n’est pas nouvelle : Nikolaus Harnoncourt l’avait déjà pratiquée. Si ce rôle appartient au genre des confidents présents pour respecter la structure d’un opera seria, cette suppression est toutefois dommageable pour l’équilibre de l’œuvre… Certaines coupures sont d’ailleurs assez surprenantes. Passons sur la suppression de l’admirable air de Cecilio, « Ah se morir mi chiama… » (n°14). Mais l’enchaînement du récitatif accompagné de Giunia précédant son « Parto, m’affretto… » (lequel disparaît !) sur le chœur « Se gloria il crin ti cinse… » est une bien mauvaise surprise, bien que fonctionnant assez bien.

Un peu timide dans son air d’entrée, Franco Faggioli est magistral dans l’agitation qui ponctue le récitatif accompagné de « Quest’improvviso tremito », ainsi que l’air lui-même. Il empoigne les récitatifs accompagnés avec vigueur et flamme, redonnant des lettres de noblesses à ces passages trop souvent négligé, avec, entre autres, une superbe évocation de l’ombre de Marius… L’héroïsme lui sied tout d’abord mieux, mais son Cecilio gagne peu à peu en épaisseur, pour culminer avec un « Pupille amate » où se déploient sa science de coloriste, son art de l’introspection et une technique remarquable dans son minimalisme affiché.

Olga Pudova fait preuve d’une belle vaillance dans un rôle impossible, mais ne convainc pas tout à fait. N’ayant pas exactement les moyens vocaux de Giunia, son interprétation manque de cette révolte viscérale, désespérée qui fait les grandes titulaires du rôle, et la passion l’emporte trop sur la mélancolie. Malgré ses aigus mordants, une belle musicalité et un grain de voix charnu, elle ne sait rendre tout à fait le côté altier et mortifère de la fille de Marius qui s’enroule voluptueusement dans le néant. Ainsi, « Dalla sponda tenebrosa » demanderait plus de clair-obscur et l’envoi final n’est pas assez héroïque. De même, elle manque encore d’une certaine assise pour faire ressentir les abîmes creusés dans le terrifiant « Ah se il crudel periglio ». La soprano trouve enfin la mesure du désespoir de Giunia dans un « Frà i pensier… » suicidaire et emporté, qui termine en beauté son incarnation.

Le Silla d’Alessandro Liberatore est tout d’abord un tyran qui s’observe, un penseur réfléchi dont le renoncement final fait sens, bien loin des brutes sanguinaires que l’on trouve dans cet emploi. Son « Il desìo di vendetta », bien que pulsant de colère, reste très intellectualisé, presque distancié, laissant ce soin à l’orchestre qui se déchaîne dans une zébrure de teintes chaudes. Dans la scène miroir du second acte, l’interprète rend admirablement les vacillations du personnage et sa perte de contrôle en un « D’ogni pietà… » plus que convaincant. En somme, un intriguant personnage énigmatique que l’on aime détester.

Personnage temporisateur qui perd ici une partie de sa raison d’être avec la suppression de son opposition à Aufidio, Celia trouve en Ilse Eerens la grâce et la féminité inhérente au rôle. Il suffit d’entendre son délicieux « Se lunsighiera speme », dont elle tisse les volutes légers avec finesse et espièglerie, pour voir s’incarner ce versant de l’esprit mozartien, tout en séduction et en pondération. Devant cette caractérisation si engageante, il est vraiment dommage que le personnage perde une aria, « Se il labbro timido », qui lui donnait une autre épaisseur, mais elle conserve le lumineux « Quando sugl’arsi campi » auquel elle confère un allant irrésistible, soutenue par un orchestre primesautier à souhait.

En fidèle ami du héros et catalyseur du drame (dans la scène 5 du second acte, ici réduite à la plus simple expression !), Chiara Skerath montre une force d’âme implacable (« De’ più superbi il core »), tout comme beaucoup de délicatesse et de pudeur (admirables variations et longueur de souffle dans un superbe « Vieni ov’amor t’invita »). Son Cinna est ici une force qui importe, aidé par le timbre chaud et le naturel maîtrisé de son interprète.

La mise en espace intelligente de Rita Cosentino prouve, s’il en était besoin, qu’il n’est guère nécessaire d’avoir de gros moyens pour faire du vrai théâtre. Elle va directement au cœur du drame, et par quelques accessoires judicieusement employés, touche et donne vie à ces archétypes de l’opera seria. Une réussite qu’on aimerait voir plus souvent sur les scènes d’opéra…

Une excellente soirée mozartienne que je vous engage à revoir sur Culturebox (disponible pendant encore trois mois).

Emmanuelle Pesqué

NB : une entorse m’ayant empêchée d’arriver jusqu’à la Cité de la Musique comme prévu, j’ai rédigé ce compte-rendu en me fondant sur la retransmission en ligne.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 926
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Message par Piero1809 » 21 avr. 2016, 10:17

Franco Fagioli, Olga Pudova...c'est du lourd!

meteosat
Ténor
Ténor
Messages : 834
Enregistré le : 09 mai 2005, 23:00

Re: Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Message par meteosat » 24 avr. 2016, 07:38

Belle représentation hier soir de ce Lucio Silla, en version mise en espace avec l'orchestre en "fosse" (enfin au niveau de l'orchestre) et une petite scène derrière. Le spectacle était diffusé sur Culturebox et y est toujours accessible.

Très belle distribution à mon sens et notamment Franco Fagioli, très à l'aise dans le rôle meurtrier de Cecilio (même si on lui coupe un air du 2e acte). Les aigus passent sans problème, les vocalises (notamment du premier air "il tenero momento") sont toujours époustouflantes et il a une meilleure prestance scénique.

Olga Pudova est impressionnante de facilité en Giunia, mais elle reste un rien impersonnelle, et les graves sont peu audibles. Excellente prestation comme d'habitude de Chiara Skerath en Cinna.

Direction dynamique de Laurence Equilbey mais on est bien loin d'Harnoncourt ou Minkowski qui m'ont fait tomber à la renverse dans cette même oeuvre. Pas mal de décalages et imprécisions dans l'orchestre; l'Insula Orchestra est encore un peu loin de pouvoir rivaliser avec les meilleurs orchestres "baroques" du moment (Akademie für Alte Musik, Freiburger, etc.).

Mise en espace agréable et sans histoire.
Au final, un peu spectacle mais j'attends un peu plus de cette oeuvre. Quand la donnera-t-on d'ailleurs à l'Opéra de Paris ? A-t-elle déjà été jouée à l'ONP d'ailleurs ?

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14670
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Message par PlacidoCarrerotti » 24 avr. 2016, 09:28

J'ajouterai que je ne pense pas qu'on est perdu au change avec le remplacement de Paolof par Liberatore qui a une voix plus corsée.

A part Nanterre en 85 je ne me souviens pas que cet ouvrage ait été représenté en région parisienne mais je peux me tromper !
- J'ai fait mon chemin et ma fortune dans les arts.
- Vous les cultivez, monsieur ?
- Pas si bête! je les exploite !
(La Sirène, Auber & Scribe)

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14177
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Message par HELENE ADAM » 24 avr. 2016, 09:40

Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

dongio
Baryton
Baryton
Messages : 1359
Enregistré le : 05 nov. 2006, 00:00
Contact :

Re: Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Message par dongio » 24 avr. 2016, 12:20

Oui, très belle représentation d'une œuvre trop rarement donnée et qui mériterait amplement qu'elle soit programmée à l'ONP. Je n'ai effectivement pas souvenir qu'elle a été montée ailleurs qu'à Nanterre dans la captivante production de Patrice Chéreau et les décors impressionnants de Richard Peduzzi créée à la Monnaie en 85 et que j'avais découverte in loco (Ann Murray, Lella Cuberli, Anthony Rolfe Johnson, Christine Barbaux et Britt Marie Aruhn , Sylvain Cambreling). Choc artistique et scénique à l'époque, et vu trois fois d'affilée. On se réjouissait donc de revoir cet opéra passionnant, plus maîtrisé à mon sens que d'autres opéras de jeunesse de Mozart, et plus accompli que Mithridate ou Ascanio in Alba qui le précèdent, ou La Finta Giardiniera qui le suit entre autres. Certes le principe de l'opera seria peut paraître rébarbatif à plus d'un aspect, avec ses longues successions de récitatifs et d'airs accomplis, mais la beauté de ces derniers et la dramatisation des airs dans leur construction psychologique et vocale remportent l'adhésion et n'apportent à aucun moment l'ennui.
Succès donc hier soir dans une salle pas totalement remplie malheureusement (effet de l'œuvre pour les raisons évoquées ci dessus? Effet Philharmonie 2?) mais attentive à cette version de semi concert: orchestre dans la fosse, chanteurs et chœurs sur scène et participant à une mise en espace et à une mise en scène minimaliste mais précise qui apporte la lisibilité nécessaire à un livret tortueux. Que n'a-t-on plus souvent alors, lorsque le travail est bien fait (cf Ariadne auf Naxos plus tôt cette saison au TCE) de telles soirées qui évitent les fausses prises de tête ou désastreuses mises en place que l'on nous inflige trop souvent? Merci donc à Rita Consentino pour ce travail simple et efficace.
Laurence Equilbey à la tête du Insula Orchestra connaît son Mozart et le fait respirer à hauteur d'homme, sans effets de manches, même si on pourra lui reprocher le manque d'engagement dramatique à certains moments (l'accompagnement de "Ah se il crudel periglio" par exemple...) et une certaine linéarité. Effectivement Harnoncourt au disque reste exemplaire en ce sens (malgré de tristes coupures incompréhensibles). Des coupures il semble y en avoir eu effectivement hier soir, de modestes , mais qui nous ont privés de certaines pages musicales d'intérêt. La continuité dramatique de l'œuvre était toutefois respectée et on doit remercier la chef d'orchestre pour nous avoir permis de (ré)entendre cette œuvre pour moi majeure.
Belles interventions des chœurs et donc bravo au Jeune Chœur de Paris sous la direction de Henri Chalet.
La distribution est dominée de la tête et des épaules par Franco Fagioli, remarquable Cecilio maître des vocalises complexes d'"un tenero momento" et dardant son personnage de toute la vocalità nécessaire à ce rôle difficile crée par le castrat Rauzzini. On ne peut encore une fois que s'incliner devant un tel art du chant qui ressuscite cet âge d'or oublié. Outre la qualité de la ligne vocale et sa ductilité , Fagioli distille de sensationnels pianissimis et une intelligence du texte rendant l' émotion palpable: le magnifique "Pupille amate" vécu, palpité de l'intérieur bouleverse en ce sens, ce d'autant qu'à ce moment la mise en scène fait de la Giunia de Pudova une grande tragédienne par un simple geste et une attitude du bras, du corps. Splendide moment que l'on gardera en mémoire.
Olga Pudova affronte crânement les périlleuses vocalises de Giunia et les assume du mieux qu'elle peut. La jeunesse du personnage et du timbre séduit, mais sa verdeur n'emporte pas tout à fait l'adhésion. On attendait avec impatience "Vanne t'affretta...ah se il crudel periglio", sans doute un des airs les plus fous jamais composés par Mozart. On attendait avec inquiétude toutefois car on savait que l'on avait l'oreille polluée par ce que Cuberli faisait à Bruxelles (mais avec prudence toutefois, le chant précautionneux à ce moment étant sublimé par la dramatisation que Chéreau lui insufflait) et surtout par la chose inouïe que Gruberova et Abbado arrivaient à faire à Salzbourg (en 82 je crois, j'ai perdu la bande ) et qui restait un des trucs de voix pure les plus ahurissants jamais entendus de ma vie non seulement par le tempo d'enfer que le chef infligeait à l'orchestre, mais par la facilité et l'aisance avec laquelle la cantatrice lui répondait. Ajoutez au cours de la même matinée à cet air d'opéra, l'air de concert " Vorrei Spiegarvi oh dio" avec des couleurs inouïes, tout chanté d'un souffle et irisé de pianissimis d'un autre univers, et vous aurez l'idée de ce que fut ce moment jamais égalé. Pudova fait autre chose, en dessous de Gruberova l'insurpassable (mais qui peut?) ou Dessay grande époque (je ré-écoute en ce moment ce qu'elle faisait au disque de cet instant) mais arrive à un niveau élevé également même si dramatiquement plus faible car les vocalises m'ont parues plus survolées que véritablement ourlées (c'est à ré-écouter pour confirmer). C'est ergoter de toutes façons car cette soirée fut surtout marquée par l'homogénéité de la distribution (malgré le primo uomo décrit ci dessus) et la jeunesse des protagonistes en adéquation avec leurs personnages. De plus, la douleur de "dalla sponda tenebrosa" ou le dramatisme de "fra i pensier piu funesti" étaient eux au rendez vous.
Alessandro Liberatore remplaçait Paolo Fanale: voix puissante et virile, timbrée, trop sonore peut être par rapport aux autres protagonistes, voix de tyran sans doute, personnage campé avec efficacité. Un sentiment désagréable toutefois: il m'a semblé que son premier air "Il desio di vendetta" était en désaccord avec l'orchestre, chanté un ton en dessous. Cela me paraît rétrospectivement improbable et je demande aux spécialistes de me confirmer ou infirmer cela, mais j'avais autre chose en souvenir dans l'oreille et ai été gêné ponctuellement par cet instant précis. Il faudrait que je ré-écoute le magnifique Rolfe Johnson ou l'abominable Schreier à l'italien teuton chez Harnoncourt (miscast total) pour me remettre tout cela à plat.
Que des fleurs à offrir à Chiara Skerath (Lucio Cinna) et Ilse Eerens (Celia) pour leurs prestations vocales et leur engagement dramatique.
Oui, ce fut une belle soirée, une de ces soirées mozartiennes que l'on demande et recherche, et qui j'espère donneront l'idée à l'ONP, au TCE, à l'Opéra Comique de monter cette œuvre passionnante à nouveau.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14670
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Message par PlacidoCarrerotti » 24 avr. 2016, 12:54

A Nanterre, il y avait eu l'exceptionnel Celio de Martine Dupuy !
- J'ai fait mon chemin et ma fortune dans les arts.
- Vous les cultivez, monsieur ?
- Pas si bête! je les exploite !
(La Sirène, Auber & Scribe)

Dolomite
Messages : 12
Enregistré le : 22 avr. 2016, 15:37

Re: Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Message par Dolomite » 24 avr. 2016, 13:29

dongio a écrit :la chose inouïe que Gruberova et Abbado arrivaient à faire à Salzbourg (en 82 je crois, j'ai perdu la bande ) et qui restait un des trucs de voix pure les plus ahurissants jamais entendus de ma vie non seulement par le tempo d'enfer que le chef infligeait à l'orchestre, mais par la facilité et l'aisance avec laquelle la cantatrice lui répondait
exactement le 31 juillet 1983 (Gruberova venait de chanter sa dernière Reine de la Nuit à Salzbourg)
http://www.salzburgerfestspiele.at/arch ... d=0&sid=22

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14177
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Message par HELENE ADAM » 24 avr. 2016, 13:38

dongio a écrit :Oui, très belle représentation d'une œuvre trop rarement donnée et qui mériterait amplement qu'elle soit programmée à l'ONP.
Succès donc hier soir dans une salle pas totalement remplie malheureusement (effet de l'œuvre pour les raisons évoquées ci dessus? Effet Philharmonie 2?) mais attentive à cette version de semi concert: orchestre dans la fosse, chanteurs et chœurs sur scène et participant à une mise en espace et à une mise en scène minimaliste mais précise qui apporte la lisibilité nécessaire à un livret tortueux. Que n'a-t-on plus souvent alors, lorsque le travail est bien fait (cf Ariadne auf Naxos plus tôt cette saison au TCE) de telles soirées qui évitent les fausses prises de tête ou désastreuses mises en place que l'on nous inflige trop souvent? Merci donc à Rita Consentino pour ce travail simple et efficace.
Simple, efficace, émouvant et fort bien joué.
dongio a écrit :La distribution est dominée de la tête et des épaules par Franco Fagioli, remarquable Cecilio maître des vocalises complexes d'"un tenero momento" et dardant son personnage de toute la vocalità nécessaire à ce rôle difficile crée par le castrat Rauzzini. On ne peut encore une fois que s'incliner devant un tel art du chant qui ressuscite cet âge d'or oublié. Outre la qualité de la ligne vocale et sa ductilité , Fagioli distille de sensationnels pianissimis et une intelligence du texte rendant l' émotion palpable: le magnifique "Pupille amate" vécu, palpité de l'intérieur bouleverse en ce sens, ce d'autant qu'à ce moment la mise en scène fait de la Giunia de Pudova une grande tragédienne par un simple geste et une attitude du bras, du corps. Splendide moment que l'on gardera en mémoire.
Eblouie, comme d'habitude, quel talent... rien que pour lui :D
dongio a écrit :Que des fleurs à offrir à Chiara Skerath (Lucio Cinna)
.
+1
J'aime décidément Chiara Skerath : Choryphée dans l'Alceste de Garnier l'an dernier, la chanteuse italienne dans Capriccio cet hiver à Garnier, deux fois remarquée nettement. Elle sera Clotilde dans "Trompe-la-mort" et Clorinda dans la Cenerentola, l'an prochain à l'ONP.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 917
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: Mozart - Lucio Silla - Equilbey - vc - Philharmonie 2 - 23/04/2016

Message par Peleo » 24 avr. 2016, 17:16

Excellente soirée en effet. Ilse Eerens à la peine dans les notes piquées de son 1er air mais bien meilleure ensuite.
Une mes sans réel décors bien plus efficace que celle de Mitridate au TCE.

Répondre