Guerre et Paix

Représentations
Avatar du membre
yves
Ténor
Ténor
Messages : 573
Enregistré le : 22 déc. 2004, 00:00
Localisation : catalunya nord

Message par yves » 05 avr. 2005, 22:01

tristan a écrit : Il me semble , que souvent, le public REGARDE plus qu' il n' ECOUTE!
!
je bois du petit lait! c'est en fait que tous nos sens participent à la reception de l'oeuvre. je crois.
barberine a écrit : ça arrive même à nous empêcher d'écouter vraiment la musique. "La Malscène"
!
idem!

je ne comprends pas que les metteurs en scene ne soit pas repris par les interpretes, ou par le commanditaire (je ne sais pas comment ça s'appelle) quand c'est flagrant que ça va être de la "malscene". Tous nos sens sont en eveil lors d'un opéra: que dirait-on si pendant le déroulement "on" sentait des relents de WC, non loin: on serait perturbé. Eh bien je suis perturbé, jusqu'à ne pouvoir écouter, quand la mise en scene est tordue à mes yeux.
"Dieux et dieux font cloître"
Traité d'arithmétique céleste, 1651, p. 78.

bajazet

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6720
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 06 avr. 2005, 12:01

Kat a écrit : le Film de Bondarchouk est effectivement très complet, mais...mon Dieu qu'il est indigeste ! L'éclairage est minable (en tous les cas dans les videos commercialisées) et les éditions europééennes de ce film comportent le doublage à la "soviétique" : on entend les paroles russes et, en même temps, le texte français enregistré !
Merci de cet avertissement. Quand l'avez vous visionné et à partir de quel support (DVD, cassette, ciné)?
Avez vous trouvé les personnages crédibles et animés d'une réelle profondeur?

Avatar du membre
nina
Alto
Alto
Messages : 484
Enregistré le : 24 avr. 2004, 23:00
Localisation : PARIS
Contact :

Message par nina » 06 avr. 2005, 12:18

cher David, j'ai regardé les premières scènes de la production avec Hepburn, H.Fonda, etc. cela m'a l'air d'un traîtement littéral et studieux du livre par les américains, tous les personnages sont là, mais c'est un peu caricaturé et irréaliste : entendre Bezhoukov parler avec l'accent Yankee c'est comique ! c'est une sorte de mise à plat du roman en technicolor...quand à moi j'ai pleuré à Bastille, finalement l'esprit Russe dun roman y est, malgré tous les personages absents, l'émotion du livre ressortait d'avantage et avec la musique :crybaby:

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6720
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 06 avr. 2005, 12:24

Le traitement musical dans le film (quand il existe) est tout simplement nul.
Peu d'émotion et seul le personnage de Pierre est traité relativement correctement. La partie couvrant celle traitée par l'opéra dure 2H10 (3H20 pour l'opéra), autrement dit cela ne peut être que superficiel.
Une amie présente également dimanche dernier m'a dit avoir pleuré également. Guryakova était vraiment poignante chez Akhrossimova!

Avatar du membre
nina
Alto
Alto
Messages : 484
Enregistré le : 24 avr. 2004, 23:00
Localisation : PARIS
Contact :

Message par nina » 06 avr. 2005, 12:35

oui mais je crois que je n'aurai pas pleuré si je n'avais pas lu le livre récemment. C'est comme si l'émotion ressentie à la lecture ressortait par la musique (merci aux chanteurs), car je ne pleure jamais en lisant, là je me souvenais des scènes du livre: par exemple la maladie de Natacha après sa fuite ratée et son empoisonnement, sa douleur etc. longuement traitée dans le roman.
Bon, pour la Dame de Pique ce sera plus facile, la nouvelle de Pouchkine fait quelques pages !

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 06 avr. 2005, 14:08

David-Opera a écrit :
Kat a écrit : le Film de Bondarchouk est effectivement très complet, mais...mon Dieu qu'il est indigeste ! L'éclairage est minable (en tous les cas dans les videos commercialisées) et les éditions europééennes de ce film comportent le doublage à la "soviétique" : on entend les paroles russes et, en même temps, le texte français enregistré !
Merci de cet avertissement. Quand l'avez vous visionné et à partir de quel support (DVD, cassette, ciné)?
Avez vous trouvé les personnages crédibles et animés d'une réelle profondeur?
j'avais le film en video (2 cassettes) mais je n'ai regardé que la première cassette : les problèmes de doublage qui rendaient les dialogues inintelligibles (en russe ou en français !) et la lumière catastrophique ont fait que je n'ai pas pu aller plus loin, et pourtant je connais bien l'histoire !
Kat.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6720
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 06 avr. 2005, 14:13

Kat a écrit : [j'avais le film en video (2 cassettes) mais je n'ai regardé que la première cassette : les problèmes de doublage qui rendaient les dialogues inintelligibles (en russe ou en français !) et la lumière catastrophique ont fait que je n'ai pas pu aller plus loin, et pourtant je connais bien l'histoire !
Kat.
Merci, je désespérais d'une réponse! :D
Allez encore un petit effort : c'était il y a environ combien de temps (c'est pour estimer la chance d'en trouver une version de meilleure qualité).

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 06 avr. 2005, 14:59

J'avais trouvé ce film chez Gibert, d'occasion, il y a environ deux ou trois ans...
Un conseil, attends une éditon Dvd, au moins tu devrais avoir un doublage potable :roll: .
Kat.

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 07 avr. 2005, 11:37

tristan a écrit :Je suis étonné de voir ,que, chez les LYRICOMANES comme chez les CRITIQUES, on parle de plus en plus des MISES EN SCENES et de moins en moins de la MUSIQUE , du COMPOSITEUR.....
......................et de LA PARTITION !
je dis souvent que je suis capable de voir une mise en scène horrible (considérée même horrible par tous) plusieurs fois parce que ce qui m'intéresse au fond c'est la musique elle seule. mais là j'ai voulu pousser un coup de gueule qui m'a certes éloigné de la musique.

Je suis retourné hier soir à Guerre et Paix, parce que quand je n'aime pas quelque chose, je ne m'en vais pas à l'entracte, mais j'y retourne, et j'essaie de comprendre mieux ce qui ne va pas, de déterminer si ça vient de moi, etc.

commençons donc par la musique : magnifique! mention spéciale à Ognovenko, très impressionnant. Guryakova me réconcilie un peu avec les sopranos russes. Skohvus est tout de même un bon Andrei, mais c'est surtout l'interprète de Bezoukhov , Michael König, qui impressionne dans une langue qui n'est pas la sienne. Le russe de Palmer est également excellent! la direction de Jurowski superbe!

mon sentiment sur la production de Zambello n'a guère changé, si ce n'est sur certains détails. en fait, après avoir passé tout dimanche et le premier acte hier au deuxième rang du premier balcon, je suis descendu au deuxième acte au centre du parterre, et je dois dire que pour la Guerre ça fonctionnne mieux quand on est en bas. par exemple, dans l'incendie de Moscou vu par Napoléon, on ne voit pas les projecteurs et ça fait donc un peu moins "grosses ficelles". des éléments élégants dans la mise en scène : les "réminiscences" des personnages (Natacha pense à Andrei ou l'inverse, et on voit la personne à qui l'on pense passer comme une apparition dans un mouvement de valse par exemple) : assez beau et réussi.
mais bon, si je fais quelques concessions, c'est plutôt un pas de fourmi en arrière! je suis toujours submergé par le sentiment du ridicule en voyant ces défilés de drapeaux grotesques et ces danseurs figés et mécaniques.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 07 avr. 2005, 13:47

RuggeroRaimondi a écrit : je suis toujours submergé par le sentiment du ridicule en voyant ces défilés de drapeaux grotesques et ces danseurs figés et mécaniques.
Pour les drapeaux, si tu parles de la "revue" de Koutouzov à Borodino, que veux-tu, c'est bien dans le livret, et la musique très alerte qui accompagne impose en quelque sorte ces défilés rapides... Je crois que c'est l'aspect 'patriotique' qui a présidé à la composition de l'oeuvre qui le veut (et on pardonne volontiers Prokofiev, eu égard à la splendeur de 90% de la partition), plus que la mise en scène de Zambello...

Idem pour les danseurs au tableau du bal... La valse est très lente et un peu triste, d'où peut-être ton sentiment 'mécanique'.

Mais dans les deux cas, j'ai trouvé que l'illustration de Zambello était en parfait accord avec le tempo et la musique de Prokofiev.

Répondre