Salieri - La Grotta di Trofonio - Rousset - Lausanne - 03/05

Représentations
tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 18 mars 2005, 09:28

violetta a écrit :Je suis revenue de Poissy sur un petit nuage.
C'est possible ? Et moi qui ne vais pas à Poissy parce que je n'ai pas de voiture... Si j'avais su !

violetta
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 247
Enregistré le : 10 juin 2004, 23:00

Message par violetta » 18 mars 2005, 09:40

:lol:

Avatar du membre
Clement
Alto
Alto
Messages : 447
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00
Localisation : PARIS

Message par Clement » 18 mars 2005, 11:59

violetta a écrit :Je suis revenue de Poissy sur un petit nuage. Cette oeuvre est un chef d'oeuvre et elle a été interprétée par toute l'équipe de façon parfaite. Je vais attendre le disque qui sortira en septembre avec une impatience folle. Pour ceux qui n'ont pas trop aimé le "Salieri" de C. Bartoli, ne restez pas sur cette impression, la Grotta est vraiment un opéra à voir et à revoir, drôle, plein de rythme et avec une musique magnifique. 20 sur 20 !
c'était bien en version de concert, non ? pour EdB qui craignait un peu que l'oeuvre n'y perde trop, on pour être rassuré. j'attends moi aussi le CD en salivant d'impatience.

Avatar du membre
Rameau
Baryton
Baryton
Messages : 1810
Enregistré le : 12 oct. 2003, 23:00
Contact :

Message par Rameau » 18 mars 2005, 19:52

Comme d'habitude, Christophe Rousset a dirigé un concert magnifique hier soir, avec un orchestre remarquable, délicat et léger, mais aussi d'une sonorité riche et dense (ce qui, comme chacun sait, ne va pas toujours ensemble chez les orchestres baroques). Christophe Rousset est d'ailleurs le seul chef baroque auquel je n'ai aucun ratage à reprocher (contrairement, entre autres, à Minkowski, Christie et Jacobs, et plus encore Haïm, McCreesh...). Même dans le cas le plus problématique de ce que j'ai vu (concert Le castrat soprano, avec Raffaella Milanesi), la médiocrité de la chanteuse était amplement compensé par les délices venant de l'orchestre, avec notamment une symphonie de jeunesse de Mozart remarquable (à quand un disque Mozart symphonique?). Donc voilà, on se tait et on admire.

Côté distribution, le point faible était pour moi Raffaella Milanesi, certes meilleure que lors du concert cité ci-dessus, mais moins bonne que lors de son Antigona de Traetta. Non seulement elle avait oublié ses graves au vestiaire, mais elle manquait autant de présence que de volume sonore. Marie Arnet (encore une chanteuse née en Suède... mais est-elle suédoise?) m'a plutôt séduit, tandis que l'équipe masculine n'avait qu'une faiblesse, celle de l'adaptation du volume sonore à la salle (j'aime bien m'en prendre plein les oreilles, mais il y a des limites...).

Venons-en à l'oeuvre. Le texte de présentation du programme, signé de nos deux salieristes d'élite, cite notamment une critique parisienne du début du XIXe qui critique le côté factice de l'opposition systématique entre les deux soeurs, entre les deux types de caractères. J'avoue ne pas être totalement en désaccord avec cette vision. Certes, les interventions de Trofonio ne manquent pas d'intérêt et sont vraiment très agréables; mais il faut vraiment attendre son intervention pour que la mayonnaise prenne: il ne faut pas moins de 10 scènes à Casti pour présenter une situation pourtant on ne peut plus simple. Il n'y a aucun véritable personnage et toute idée d'évolution psychologique est bannie de son texte. Par rapport aux livrets contemporains, y compris d'autres livrets de Casti lui-même (Il re Teodoro in Venezia), c'est vraiment un travail peu inspiré.

La musique de Salieri ne manque évidemment pas d'intérêt, et certains airs sont remarquables; l'orchestration est un de ses principaux talents, comme beaucoup de compositeurs à cette époque, mais avec souvent des solutions originales. Il ne réussit pas toujours à sublimer la monotonie du travail de Casti, mais tout cela est vraiment charmant. Je dois dire que j'aurais préféré une oeuvre plus stimulante au point de vue théâtral (ça doit bien se trouver chez Salieri, en dehors du Falstaff plusieurs fois enregistré), mais le talent des Talens permet de passer une soirée fort agréable!

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 17 août 2005, 15:18

diffusion du Salieri mardi soir (le 23) à 20h sur France Musique.
L'opéra semble voué à être le dernier refuge du besoin de la beauté artistique en toc.
(Bernard Shaw, 1898)

Répondre