Otello - Bychkov/Moshinsky - Retransmission Met - 10/2012

Représentations
faustin
Basse
Basse
Messages : 2891
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

Otello - Bychkov/Moshinsky - Retransmission Met - 10/2012

Message par faustin » 29 oct. 2012, 13:57

Image

Otello de Giuseppe Verdi
Livret d’Arrigo Boito d’après le drame de Shakespeare


Direction musicale Semyon Bychkov
Mise en scène Elijah Moshinsky
Avec Renée Fleming Desdemone
Johan Botha Otello
Michael Fabiano Cassio
Falk Struckmann Iago


Cette représentation m’a rempli de bonheur. Ce bonheur inégalé qu’on éprouve à voir et entendre une œuvre géniale entre toutes. Sur le moment, sous le coup de l’émotion, on se dit la plus géniale qui ait jamais été composée, un peu plus tard, on se calme un peu et on se dit parmi les plus géniales.

Le bonheur c’est avoir l’œuvre sans les scories d’une mise en scène décalée et remplie d’incongruités.

De cet opéra, je ne connaissais que la mise en scène bastillaise d’Andrei Serban qui nous balladait d’époque à époque, avec des idioties du genre apparition d’un photographe dans la scène de l’arrivée de l’ambassadeur de Venise et toutes sortes de gags et de gadgets inutiles.

Il faut préciser qu’il y a eu deux versions de cette mise en scène, une assez ancienne 2004 et une autre plus récente 2010 qui avait été épurée, nettement meilleure et presque bonne, avec projection de nuages noirs sur le décor qui était du plus bel effet.

Il y avait quand même quelque chose de fort dans cette mise en scène de Serban. Avant d’accomplir l’assassinat de son épouse, Otello accomplissait des rites, répandait des écorces autour du lit, il se grimait. Il retrouvait les rites de son état antérieur, il se faisait justicier et non assassin.

La distribution new-yorkaise est impressionnante. Johan Botha a une puissance vocale extraordinaire et une violence interne fabuleuse.

Un critique new-yorkais parle de sa voix en ces termes : « impressive size and bronze color ». Il fait peur. Son regard exprime la rage, ses yueux exorbités expriment la détresse. C’est un bloc de haine. Son physique quelque peu ingrat colle bien au rôle, comme il n’est pas beau, il se croit mal aimé.

Renée Fleming est bouleversante dans ce rôle qu’elle interprête au MET depuis dix-sept ans. C’est extraordinaire, c’est une sorte de miracle de voir une femme qui a plus de cinquante ans incarner avec tant de bonheur cette jeune épousée tendre et attendrissante, fraîche et douce aimante et naïve.

Dans ses rares moments heureux, celui du duo già nella notte densa, le couple Otello Desdemone est extrêmement émouvant.

Dans le rôle de Iago, Falk Struckmann, grand chanteur wagnérien, selon le critique new-yorkais « forceful yet subtle|/i] » est très impressionnant.

La mise en scène signée Eljiah Moshinsky et sa scénographie particulièrement grandiloquente nous plonge dans cet univers un peu kitsch si particulier au MET. C’est reposant, c’est agréable à voir, ce n’est certainement pas le nec plus ultra de ce qu’on peut faire en la matière.
Le décor colossal avec ses immenses colonnes est plutôt décalé. On n’est pas à Venise, encore moins à Famagouste, on est à Rome, dans une Rome plus imaginée que réelle.

Mais cette mise en scène est parfaitement lisible et elle est au service de cette œuvre qui suscitera toujours autant d’enthousiasme.

Faustin

paco
Basse
Basse
Messages : 9358
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Message par paco » 29 oct. 2012, 14:43

je n'ai pas vu cette retransmission mais je comprends ton enthousiasme concernant Johan Botha. Etonnant artiste qui malgré un physique lui empêchant tout jeu d'acteur et une voix de stentor a priori peu adaptée aux demi-teintes, réussit toujours à émouvoir (et contre toute attente à plier son instrument vocal aux subtilités des partitions qu'il aborde). Son Tannhäuser est un must...

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14806
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 29 oct. 2012, 14:55

paco a écrit :je n'ai pas vu cette retransmission mais je comprends ton enthousiasme concernant Johan Botha. Etonnant artiste qui malgré un physique lui empêchant tout jeu d'acteur et une voix de stentor a priori peu adaptée aux demi-teintes, réussit toujours à émouvoir (et contre toute attente à plier son instrument vocal aux subtilités des partitions qu'il aborde). Son Tannhäuser est un must...
J’ai entendu Botha pour les premières fois entre 97 et 2003 (Aida, Lohengrin, Butterfly, Norma). La voix un peu blanche ne m’avait pas fait une forte impression.
Côté mise en scène, il était assez gauche mais comme c’était du Bob Wilson dans 3 cas sur 4 … ça ne se voyait pas.

Je ne l’ai réentendu que 10 ans plus tard, dans ce fameux Tannhäuser londonien et il était métamorphosé : deux fois plus gros mais d’une incroyable insolence vocale au point de faire passer une présence théâtrale qui constitue un véritable challenge (pendant la bacchanale, il stationnait sur une chaise, les yeux mi-clos, réplique à peine mouvante du Venusberg).

Je suis dans les derniers à critiquer les chanteurs « qui n’ont pas le physique du rôle » mais là, c’est du lourd : j’imagine que cette prestance peut convenir à Otello, à défaut d’en faire un mâle testostéronisé. Et vocalement, ça doit être quelque chose.
- J'ai fait mon chemin et ma fortune dans les arts.
- Vous les cultivez, monsieur ?
- Pas si bête! je les exploite !
(La Sirène, Auber & Scribe)

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2248
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Message par Piem67 » 29 oct. 2012, 14:55

paco a écrit :je n'ai pas vu cette retransmission mais je comprends ton enthousiasme concernant Johan Botha. Etonnant artiste qui malgré un physique lui empêchant tout jeu d'acteur et une voix de stentor a priori peu adaptée aux demi-teintes, réussit toujours à émouvoir (et contre toute attente à plier son instrument vocal aux subtilités des partitions qu'il aborde). Son Tannhäuser est un must...
Je suis bien d'accord. Botha a remplacé Kauffman lors du Concert de la St-Sylvestre à Baden-Baden l'an dernier et il fut extraordinaire. Vraiment un très bon chanteur.

Avatar du membre
Leporello84
Basse
Basse
Messages : 2206
Enregistré le : 11 juil. 2010, 23:00
Contact :

Message par Leporello84 » 29 oct. 2012, 15:51

Piem67 a écrit :
paco a écrit :je n'ai pas vu cette retransmission mais je comprends ton enthousiasme concernant Johan Botha. Etonnant artiste qui malgré un physique lui empêchant tout jeu d'acteur et une voix de stentor a priori peu adaptée aux demi-teintes, réussit toujours à émouvoir (et contre toute attente à plier son instrument vocal aux subtilités des partitions qu'il aborde). Son Tannhäuser est un must...
Je suis bien d'accord. Botha a remplacé Kauffman lors du Concert de la St-Sylvestre à Baden-Baden l'an dernier et il fut extraordinaire. Vraiment un très bon chanteur.
Bon, je n'ai pas vu cet Otello, mais ce n'est pas tous les jours qu'on parle de Johan Bohta, alors! J'aime bien ce ténor, entendu dans Pagliacci et Aida: une voix vraiment puissante, pas spécialement belle, mais très bien adaptée à ces rôles. Il transmet beaucoup d'émotions dans ses interprétations.

Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2231
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Message par Lucas » 29 oct. 2012, 16:18

Leporello84 a écrit :
Piem67 a écrit :
paco a écrit :je n'ai pas vu cette retransmission mais je comprends ton enthousiasme concernant Johan Botha. Etonnant artiste qui malgré un physique lui empêchant tout jeu d'acteur et une voix de stentor a priori peu adaptée aux demi-teintes, réussit toujours à émouvoir (et contre toute attente à plier son instrument vocal aux subtilités des partitions qu'il aborde). Son Tannhäuser est un must...
Je suis bien d'accord. Botha a remplacé Kauffman lors du Concert de la St-Sylvestre à Baden-Baden l'an dernier et il fut extraordinaire. Vraiment un très bon chanteur.
Bon, je n'ai pas vu cet Otello, mais ce n'est pas tous les jours qu'on parle de Johan Bohta, alors! J'aime bien ce ténor, entendu dans Pagliacci et Aida: une voix vraiment puissante, pas spécialement belle, mais très bien adaptée à ces rôles. Il transmet beaucoup d'émotions dans ses interprétations.
Peut être mais quand on a en DVD le même Otello dans la même mise en scène mais avec Domingo et une Fleming de 15 ans plus jeune...

Avatar du membre
Oylandoy
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 1030
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Contact :

Message par Oylandoy » 01 nov. 2012, 19:03

Je ne raffole pas de ce Verdi (une seule mélodie, le thème du baiser, c'est peu pour moi) mais effectivement, il s'agissait d'une très belle soirée d'opéra, avec des acteurs tous très engagés.
Une mise en scène et des décors très cohérents (sûrement trop conventionnels pour certains) avec toutefois un penchant presque comique pour le grandiose.
Struckmann a été très bon, meilleur que dans son Wotan de l'Or du Rhin (Bastille 2010) dans mon souvenir, avec un jeu qui gagnerait à être plus sobre : moins rouler des yeux ne nuirait pas, idem pour Botha. Et Fleming excellente (à 54 ans !).

Avatar du membre
maitreluther
Baryton
Baryton
Messages : 1415
Enregistré le : 22 janv. 2006, 00:00

Message par maitreluther » 01 nov. 2012, 19:46

Oylandoy a écrit :Je ne raffole pas de ce Verdi (une seule mélodie, le thème du baiser, c'est peu pour moi) mais effectivement, il s'agissait d'une très belle soirée d'opéra, avec des acteurs tous très engagés.
Une mise en scène et des décors très cohérents (sûrement trop conventionnels pour certains) avec toutefois un penchant presque comique pour le grandiose.
Struckmann a été très bon, meilleur que dans son Wotan de l'Or du Rhin (Bastille 2010) dans mon souvenir, avec un jeu qui gagnerait à être plus sobre : moins rouler des yeux ne nuirait pas, idem pour Botha. Et Fleming excellente (à 54 ans !).
Toujours le problème des gros plans. Ne jamais oublier qu'un chanteur roule des yeux pour le dernier rang du dernier étage et ne joue pas pour le cinéma.
c'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule
(audiard)

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 9708
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 01 nov. 2012, 22:57

Oylandoy a écrit :Je ne raffole pas de ce Verdi (une seule mélodie, le thème du baiser, c'est peu pour moi)
tu déconnes là ?? Cette oeuvre use de mélodies du début à la fin.

Avatar du membre
Leporello84
Basse
Basse
Messages : 2206
Enregistré le : 11 juil. 2010, 23:00
Contact :

Message par Leporello84 » 01 nov. 2012, 22:59

jerome a écrit :
Oylandoy a écrit :Je ne raffole pas de ce Verdi (une seule mélodie, le thème du baiser, c'est peu pour moi)
tu déconnes là ?? Cette oeuvre use de mélodies du début à la fin.
Rien que le duo d'amour, et même avant le thème du baiser! « E tu m'amavi... », c'est magnifique!

Répondre