Edita Gruberova

Les artistes
Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 9667
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Edita Gruberova

Message par jerome » 27 avr. 2020, 20:46

Voilà ce qu’écrivait Jean-Victor Hocquard de manière très pertinente à propos de cet air de Fiordiligi, personnage qu’il rapproche plus d’une fois de Donna Anna tant sur le plan de l’écriture vocale que sur celui de la posture psychologique:

« Mozart a très bien rendu ce qu'il y a à la fois de raide et de hagard, d’altier et de fragile dans cette fille qui manque encore de maturité. Et l'on constatera qu’aucune des grandes interprètes du rôle ne s'y trompe : toutes, elles chantent cet air de façon sérieuse et grave, soit qu'elles insistent sur l'aspect de grandeur et de fierté dramatiques, soit qu'elles fassent valoir ce que ces accents ont de pathétique. Les meilleurs sont celles qui savent unir ce que l'air a à la fois de tendu et de sensible, d'artificiel et de naturel, et qui savent faire ressortir l'incessante variabilité des ethos au cours de ce discours fiévreux. Car cette aria n’est rien moins que monolithique, et il y a des indices de faiblesse dans cette excessive crispation de vertu. Malgré ses grands airs, elle est visiblement sur sa défensive en clamant bien haut la fidélité les femmes, laquelle s'oppose à l'infidélité masculine; car, ne l'oublions pas, c'est bien cela qu'elle a retenu comme leçon de l'aria de Despina. Bref, tout cela fait partie de cet idéal romanesque qu'elle a en commun avec sa sœur. Mais, au lieu de se laisser aller à l'agitation comme celle-ci, elle se raidit et monte sur ses grands chevaux.
Son chant est complexe et nuancé dans sa constante effervescence. Avec ce singulier alliage de raideur et de souplesse, le personnage est campé avec une justesse psychologique étonnante. Car nous le voyons tel qu'il est dans sa réaction actuelle à la situation, c'est-à-dire au moment où commence à se monter la farce jouée par les jeunes hommes déguisés. On dira qu'il y a un abîme entre cette aria et celle du second acte et c'est parfaitement vrai puisque ce fut voulu par le dramaturge qui, avec une finesse géniale, prépare la seconde aria par la première. En effet le caractère bouleversant de la capitulation de Fiordiligi ressortira d'autant plus qu'elle nous est apparue au départ comme fière, distante et sûre – trop sûre d’elle-même. »

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5434
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Edita Gruberova

Message par Loïs » 27 avr. 2020, 21:20

Oui fine description du personnage et surtout la seule acceptable de nos jours

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1781
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Edita Gruberova

Message par aroldo » 28 avr. 2020, 08:10

PlacidoCarrerotti a écrit :
27 avr. 2020, 17:29
Il ne faut pas oublier qu'on mariait les demoiselles à 15 ans à l'époque. Facile et logique d'en faire des écervelées. Fiordililigi, ce n'est pas la Comtesse, Elvira... ou la Maréchale :-)
En fait, c'est le cas peut-être de Fiordiligi, mais je crois que beaucoup de sociologues et historiens sont revenus sur cette question du mariage précoce (même pour les familles princière).
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21850
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Edita Gruberova

Message par JdeB » 28 avr. 2020, 08:25

oui en se mariant à 26 ans Mozart était dans la moyenne par contre pour les mariages d'Etat on pouvait en effet descendre à 15 ans
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1781
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Edita Gruberova

Message par aroldo » 28 avr. 2020, 09:11

Oui, on pouvait se marier très tôt dans les familles royales, mais je me rappelle d'une énorme biographie universitaire de Marie de Médicis qui montrait qu'en se mariant à 25 ans (et pas à 27 comme on a l'a longtemps pensé) elle n'était pas très en retard et que ça n'était pas un mariage de "la dernière chance". Il faudrait que je vérifie que je ne suis pas en train de dire des bêtises ou d'extrapoler, c'est un souvenir déjà lointain.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Répondre