Nina Stemme

Les artistes
KapellmeisterStorch
Messages : 36
Enregistré le : 12 mars 2007, 00:00
Localisation : Berlin
Contact :

Message par KapellmeisterStorch » 13 mars 2007, 16:46

Merci et un bonjour de Berlin!

parsifal832
Alto
Alto
Messages : 315
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : SEINE ET MARNE

Message par parsifal832 » 13 mars 2007, 20:59

Mais elle chante aussi à Paris cette année! Très exactement le 29 mai à PLEYEL (SALOME en version concert) ;j'ai d'ailleurs pris une place uniquement pour l'entendre.En effet,l'ayant entendu à Bayreuth dans Isolde en 2005,je considère que c'est un phénomène vocal sans équivalent,mème en comparaison avec ses très illustres devancières

fliegender
Basse
Basse
Messages : 2204
Enregistré le : 25 déc. 2007, 00:00
Contact :

Message par fliegender » 12 janv. 2008, 08:33

parsifal832 a écrit :Mais elle chante aussi à Paris cette année! Très exactement le 29 mai à PLEYEL (SALOME en version concert) ;j'ai d'ailleurs pris une place uniquement pour l'entendre.En effet,l'ayant entendu à Bayreuth dans Isolde en 2005,je considère que c'est un phénomène vocal sans équivalent,mème en comparaison avec ses très illustres devancières
:)

Avec Renee Fleming (dans l'autre registre, bien evidemment), Nina Stemme est
le plus belle/grande voix que j'ai entendue.

fliegender
Basse
Basse
Messages : 2204
Enregistré le : 25 déc. 2007, 00:00
Contact :

Message par fliegender » 15 janv. 2008, 08:26

Nina Stemme chante Senta a Vienne en fevrier!!!

Aller ou pas aller le 12/02 - "that is the question" mon cher Sheakspeare.


THE FLYING DUTCHMAN:

Senta, seine Tochter Nina Stemme

Erik, ein Jäger Klaus Florian Vogt

Der Holländer Alan Titus

Dirigent Ulf Schirmer

http://www.staatsoper.at/Content.Node2/ ... tid=485795

(je ne sais pas si c'est legal ca :wink: )

Avatar du membre
Martine
Basse
Basse
Messages : 4093
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par Martine » 15 janv. 2008, 09:25

Elle a annulé son Amélia dans le Simon Boccanegra du ROH en mai prochain.

Avatar du membre
nina
Alto
Alto
Messages : 484
Enregistré le : 24 avr. 2004, 23:00
Localisation : PARIS
Contact :

Message par nina » 15 janv. 2008, 11:41

fliegender a écrit : Senta, seine Tochter Nina Stemme

Erik, ein Jäger Klaus Florian Vogt

(je ne sais pas si c'est legal ca :wink: )
wow le duo de choc !

fliegender
Basse
Basse
Messages : 2204
Enregistré le : 25 déc. 2007, 00:00
Contact :

Message par fliegender » 15 janv. 2008, 21:26

Hey Martine. Je pense que c'est plutot le signal qu'elle sera a Bayreuth :wink:

Oui Nina, c'est le duo de choque -- c'est pourquoi je brule d'envie d'y aller :)
Eh boulot, boulot, boulot...

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11140
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

N.STEMME une Brünhilde pour l'histoire San Francisco 06/2011

Message par Bernard C » 06 juin 2011, 10:28


Je réanime ce topic tombé en sommeil . Quelle surprise de voir qu'aucun post n'a été dédié spécifiquement à cette artiste importante à notre époque depuis trois ans et demi
j'espère ainsi qu'on laissera propre le thread spécifiquement ouverts sur la représentation de Götterdämmerung du 5 juin 2011 à SF
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Une "Brünhilde pour l'histoire", voilà une affirmation qui parait bien audacieuse.

Pourtant , ce qui vient de se passer cet après midi 5 juin 2011 au War Memorial Opera House est certainement sans précédent depuis des décennies pour ce qui concerne le chant wagnérien .


C'est pour la première du Götterdämmerung dont je vais faire par ailleurs un compte rendu , production dirigée par Donald Runnicles et mise en scène par Francesca Zambello , que Nina Stemme interprétait pour la première fois la Brünhilde de la 3ème journée du Ring .

On a tous , je pense, dans la tête de passionnés d'opéra que nous sommes des mythes , qui nous sont propres et que souvent nous partageons .Bien sûr liés à notre histoire , nos goûts , même nos tocades irraisonnées .

Moi j'en ai quelques uns .
-Par exemple une Traviata où je ne sois plus dans le manque de Callas en 1955(Callas que je n'ai jamais vue sur scène) ; j'ai longtemps attendu , je n'ai jamais été saisi sauf par June Anderson , pour des raisons très différentes de ce que me donnait Callas quant à l'incarnation de Violetta .
-Par exemple un Werther sans Kraus , je n'ai jamais pu en jouir pleinement sauf récemment à Paris , avec l'interprétation de J. Kaufmann , là aussi à un titre bien différent , mais avec une intensité enfin aboutie
-Par exemple Elektra sans Nilsson , une Jones a Orange m'a mis en transe (à l'aide de Rysaneck) .
etc...

Pour revenir à Nina Stemme .
Je l'ai entendue la première fois en 2000 dans Senta à NY (corrigé oublié NY en 2000 )puis à SF (2004) puis dans Isolde à Stockholm , dans Sieglinde à Vienne , puis dans Ariane à NY, en récital à Paris et dans Brünnhilde de la Walküre à SF en 2010 .
Ce fut chaque fois mémorable .

Son Isolde fut enfin celle qui me permit de tourner la page de ma mémoire de Nilsson dans les années 70 , sa Sieglinde celle de Rysaneck au début des années 80 .

Je n'ai pas l'age d'avoir entendu la Brünnhilde de Nilsson que je ne connais que par le disque .

Ce soir , Nina Stemme fut la plus immense des Brünnhilde que bien sûr j'aie jamais entendue sur scène mais probablement la meilleure que je connaisse à travers le témoignage des disques .

Je ne le pensais pas de sa Brünnhilde pourtant exceptionnelle de la Walküre de l'année dernière.
Notamment , si le chant, la musicalité , le timbre et les couleurs , le jeu total sur scène avec un engagement sans réserve étaient ensemble rarissimes dans ce rôle , la puissance , la projection pourtant considérables n'avaient pas pu "détrôner" l'image mentale sonore des wagnériennes dites de " l'âge d'or "qui semblaient détenir une parcelle de ce statut divin de la fille de Wotan .

Ce soir , toutes les limites sont passées . Nina Stemme dans la Brünnhilde du Götterdämmerung , par l'éclat d'une voix rayonnante , non seulement fut la plus grande des chanteuses wagnériennes actuelles par la tenue de la phrase , le legato , par une égalité sur tous les registres avec des passages médians merveilleusement tenus , un timbre et une émotion qui passe par des couleurs qui donnent aussi bien le velouté de la sensualité , que la tension passionnée, que la perplexité et l'angoisse terrifiée du Ier acte que la violence et la tendresse retrouvée du III ème , enfin la vaillance qui part dans des notes d'airain dans le final comme je n'en ai pas entendues depuis des décennies . .

La puissance dont a fait preuve aujourd'hui Nina Stemme a laissé , je crois, la salle stupéfaite , car si elle nous est assez bien connue , personne ne s'attendait à un tel niveau , encore jamais atteint de style , soit , mais de technique et de projection torrentielle semblables .
Aucune chanteuse n'est actuellement capable de telles notes , et de plus dans une telle vocalité .

L'immense triomphe dans cette salle d'Amérique marque un avènement . Je regrette incroyablement qu'il n'y ait pas eu semble-t-il d'enregistrement ( enfin je n'ai pas vu de machinerie vidéo) et je crains qu'on n'ait pas de trace en tout cas accessible de cette représentation .

Nina Stemme va maintenant au cours du mois de Juin assurer 3 Ring complets ( les 3 Brünhilde ) à SF . J'espère qu'il en restera quelque chose .

Bernard

utania27
Soprano
Soprano
Messages : 59
Enregistré le : 02 mars 2011, 00:00
Contact :

Re: N.STEMME une Brünhilde pour l'histoire San Francisco 06/

Message par utania27 » 22 juin 2011, 21:26

quetzal a écrit :
Je réanime ce topic tombé en sommeil . Quelle surprise de voir qu'aucun post n'a été dédié spécifiquement à cette artiste importante à notre époque depuis trois ans et demi
j'espère ainsi qu'on laissera propre le thread spécifiquement ouverts sur la représentation de Götterdämmerung du 5 juin 2011 à SF
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Une "Brünhilde pour l'histoire", voilà une affirmation qui parait bien audacieuse.

Pourtant , ce qui vient de se passer cet après midi 5 juin 2011 au War Memorial Opera House est certainement sans précédent depuis des décennies pour ce qui concerne le chant wagnérien .


C'est pour la première du Götterdämmerung dont je vais faire par ailleurs un compte rendu , production dirigée par Donald Runnicles et mise en scène par Francesca Zambello , que Nina Stemme interprétait pour la première fois la Brünhilde de la 3ème journée du Ring .

On a tous , je pense, dans la tête de passionnés d'opéra que nous sommes des mythes , qui nous sont propres et que souvent nous partageons .Bien sûr liés à notre histoire , nos goûts , même nos tocades irraisonnées .

Moi j'en ai quelques uns .
-Par exemple une Traviata où je ne sois plus dans le manque de Callas en 1955(Callas que je n'ai jamais vue sur scène) ; j'ai longtemps attendu , je n'ai jamais été saisi sauf par June Anderson , pour des raisons très différentes de ce que me donnait Callas quant à l'incarnation de Violetta .
-Par exemple un Werther sans Kraus , je n'ai jamais pu en jouir pleinement sauf récemment à Paris , avec l'interprétation de J. Kaufmann , là aussi à un titre bien différent , mais avec une intensité enfin aboutie
-Par exemple Elektra sans Nilsson , une Jones a Orange m'a mis en transe (à l'aide de Rysaneck) .
etc...

Pour revenir à Nina Stemme .
Je l'ai entendue la première fois en 2004 dans Senta à SF puis dans Isolde à Stockholm , dans Sieglinde à Vienne , puis dans Ariane à NY, en récital à Paris et dans Brünhilde de la Walküre à SF en 2010 .
Pas plus . Mais ce fut chaque fois mémorable .

Son Isolde fut enfin celle qui me permit de tourner la page de ma mémoire de Nilsson dans les années 70 , sa Sieglinde celle de Rysaneck au début des années 80 .

Je n'ai pas l'age d'avoir entendu la Brünhilde de Nilsson que je ne connais que par le disque .

Ce soir , Nina Stemme fut la plus immense des Brünhilde que bien sûr j'aie jamais entendue sur scène mais probablement la meilleure que je connaisse à travers le témoignage des disques .

Je ne le pensais pas de sa Brünhilde pourtant exceptionnelle de la Walküre de l'année dernière.
Notamment , si le chant, la musicalité , le timbre et les couleurs , le jeu total sur scène avec un engagement sans réserve étaient ensemble rarissimes dans ce rôle , la puissance , la projection pourtant considérables n'avaient pas pu "détrôner" l'image mentale sonore des wagnériennes dites de " l'âge d'or "qui semblaient détenir une parcelle de ce statut divin de la fille de Wotan .

Ce soir , toutes les limites sont passées . Nina Stemme dans la Brünhilde du Götterdämmerung , par l'éclat d'une voix rayonnante , non seulement fut la plus grande des chanteuses wagnériennes actuelles par la tenue de la phrase , le legato , par une égalité sur tous les registres avec des passages médians merveilleusement tenus , un timbre et une émotion qui passe par des couleurs qui donnent aussi bien le velouté de la sensualité , que la tension passionnée, que la perplexité et l'angoisse terrifiée du Ier acte que la violence et la tendresse retrouvée du III ème , enfin la vaillance qui part dans des notes d'airain dans le final comme je n'en ai pas entendues depuis des décennies . .

La puissance dont a fait preuve aujourd'hui Nina Stemme a laissé , je crois, la salle stupéfaite , car si elle nous est assez bien connue , personne ne s'attendait à un tel niveau , encore jamais atteint de style , soit , mais de technique et de projection torrentielle semblables .
Aucune chanteuse n'est actuellement capable de telles notes , et de plus dans une telle vocalité .

L'immense triomphe dans cette salle d'Amérique marque un avènement . Je regrette incroyablement qu'il n'y ait pas eu semble-t-il d'enregistrement ( enfin je n'ai pas vu de machinerie vidéo) et je crains qu'on n'ait pas de trace en tout cas accessible de cette représentation .

Nina Stemme va maintenant au cours du mois de Juin assurer 3 Ring complets ( les 3 Brünhilde ) à SF . J'espère qu'il en restera quelque chose .

Bernard

Je suis impatiente de découvrir sa Leonore dans l'enregistrement à paraître (début juillet) dirigé par Abbado et avec J.Kaufmann.
Moi aussi je trouve dommage que de tels artistes donnent lieu à assez peu d'interventions. Il n'y en a que pour Roberto!

Je vais me faire incendier... :argue:

Avatar du membre
Martine
Basse
Basse
Messages : 4093
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: N.STEMME une Brünhilde pour l'histoire San Francisco 06/

Message par Martine » 22 juin 2011, 21:54

utania27 a écrit :

Je suis impatiente de découvrir sa Leonore dans l'enregistrement à paraître (début juillet) dirigé par Abbado et avec J.Kaufmann.
Moi aussi je trouve dommage que de tels artistes donnent lieu à assez peu d'interventions. Il n'y en a que pour Roberto!

Je vais me faire incendier... :argue:
Je ne manquerai pas d'en parler après l'avoir entendu dans Tannhauser en octobre prochain. :) :)

Répondre