Silvano Carroli (1939-2020)

Les artistes
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21770
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Silvano Carroli (1939-2020)

Message par JdeB » 05 avr. 2020, 07:49

Le baryton italien vient de nous quitter

https://it.wikipedia.org/wiki/Silvano_Carroli

On l'a pas mal entendu en France dans les années 1980 : Tonio et Roger (Jérusalem) à Garnier, Nabucco et La Forza à Orange, Macbeth à Avignon,...
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14662
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Silvano Carroli (1939-2020)

Message par PlacidoCarrerotti » 05 avr. 2020, 09:20

Pas mal de gens ne l’appréciaient pas. Personnellement, il me faisait toujours vibrer. L’absence de goût ne date donc pas du coronavirus.
- J'ai fait mon chemin et ma fortune dans les arts.
- Vous les cultivez, monsieur ?
- Pas si bête! je les exploite !
(La Sirène, Auber & Scribe)

sopranolove
Ténor
Ténor
Messages : 643
Enregistré le : 16 avr. 2014, 14:17

Re: Silvano Carroli (1939-2020)

Message par sopranolove » 05 avr. 2020, 09:37

Un baryton surtout voué aux rôles de "méchants" par son timbre, sa couleur de voix, sa puissance vocale et sa présence dramatique. Il était dans la lignée et la tradition de Ruffo, Guelfi et Gobbi... Est-ce pour cela qu'il faisait partie des bêtes noires de Segalini ? A chaque fois qu'il y était question de lui, il l'assassinait ! Moi, cela ne dérangeait pas. De toute façon, pour chanter et jouer Iago ou Scarpia il faut une voix de ce type. J'ai vu José Van Dam dans ce rôle : voix superbe mais un Scarpia trop noble : il étit trop bien, trop grand seigneur pour ce rôle, il lui manquait vraiment quelque chose de noir et au final il ne faisait pas peur ! Pour en revenir à Carroli, il a aussi été un grand sheriff dans la Fanciulla del West. Encore une voix qu'on aimerait avoir en ce moment... Je vais l'écouter sur YT.

paco
Basse
Basse
Messages : 9244
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Silvano Carroli (1939-2020)

Message par paco » 05 avr. 2020, 09:54

PlacidoCarrerotti a écrit :
05 avr. 2020, 09:20
L’absence de goût ne date donc pas du coronavirus.
:lol:
Personnellement, comme Segalini, j'essayais d'éviter les jours où il était distribué. Dans l'échelle des barytons à éviter en Italie dans les années 75-85 il y avait d'abord Mastromei, à éviter à tous prix, puis Carroli, qui était un moindre mal. Pour les raisons que vous évoquez : absence de style, outrance du jeu qui se retrouvait aussi dans un chant uniformément "forte", faisant fi des nuances écrites dans la partition- etc.

Mais, comme Sopranolove, je me demande si aujourd'hui je ne serais pas, parfois, très content d'avoir une voix comme celle-là sur scène. Tant il est vrai que des Iago et Jack Rance ne sont pas légion... A l'époque, Carroli était comparé à des Cappuccilli, Milnes, Sereni ... Alors qu'aujourd'hui ...

Aujourd'hui, celui qui me fait le plus penser à Silvano Carroli est Marco Vratogna, quasiment son sosie tant vocalement que dans son jeu scénique. D'ailleurs, son Iago au ROH m'avait tout autant éxaspéré que celui de Carroli à la Fenice...

DelBosco
Ténor
Ténor
Messages : 522
Enregistré le : 04 déc. 2005, 00:00
Localisation : Essonne

Re: Silvano Carroli (1939-2020)

Message par DelBosco » 05 avr. 2020, 11:18

PlacidoCarrerotti a écrit :
05 avr. 2020, 09:20
Pas mal de gens ne l’appréciaient pas. Personnellement, il me faisait toujours vibrer.
Pareil, c'est encore un de ces chanteurs que j'appréciais, bien qu'on les mésestime souvent au nom d'un prétendu bon goût (comme les Luchetti, Nimsgern et autres comtemporains).
Je me rappelle très bien de Carroli en Tonio aux côtés du Canio de Vickers à Garnier : le moins qu'on puisse dire c'est que ça dépotait !
Carroli avait une carrure impressionnante, et une voix très sonore, et très noire pour un baryton, alors qu'il avait l'extension dans l'aigu d'un vrai baryton Verdi (il avait envoyé magnifiquement l'aigu (sol dièse ?) à la fin du prologue de Paillasse.
Je l'avais revu dans Jerusalem (avec Luchetti justement) mais c'était moins impressionnant.
PlacidoCarrerotti a écrit :
05 avr. 2020, 09:20
L’absence de goût ne date donc pas du coronavirus.
:lol: :lol:

altini
Ténor
Ténor
Messages : 941
Enregistré le : 31 janv. 2006, 00:00
Localisation : avignon

Re: Silvano Carroli (1939-2020)

Message par altini » 05 avr. 2020, 11:27

Une voix très noire et un physique impressionnant. C'était pas le plus beau styliste (d'où les réserves , pour ne pas dire plus, de Segalini).
J'ai un souvenir de lui dans Jack Rance à Londres en 80: c'était la voix du rôle, tout au moins d'une conception du rôle.
Il y avait un baryton que Segalini détestait encore plus c'était Sigmund Nimsgern " le plus mauvais baryton du monde"(sic).

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 9566
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Silvano Carroli (1939-2020)

Message par jerome » 05 avr. 2020, 11:38

Typiquement le genre de chanteur totalement paradoxal qui attirait et agaçait terriblement à la fois!
Il faut reconnaître qu'il avait de sacrés moyens vocaux: un timbre très coloré qui était une vraie signature vocale, une largeur et une projection assez phénoménales et une certaine caractérisation dramatique des rôles abordés et c'est vrai que dans les rôles "antipathiques" il excellait. Et c'est tout aussi vrai que ces aspects là pouvaient rendre ses prestations très excitantes et je comprends très bien ce que Placido veut dire.
Pour autant, son chant était systématiquement affligé des mêmes profonds défauts qui lui valaient souvent, et à juste titre, les foudres d'une partie du public et surtout de la presse spécialisée (pas que Segalini!): errances stylistiques, technique "très personnelle", émission en glissando degueulando, medium et aigu ouverts de la manière la plus vulgaire qui soit, aboiements.
Quand je lis qu'il était dans la lignée et la tradition de Ruffo, Guelfi et Gobbi, j'ai envie de dire: alors vite fait et de très très loin parce que ces trois là, qui n'étaient pas forcément toujours irréprochables dans l'absolu, faisaient montre d'une toute autre classe artistique!
Alors oui évidemment que de tels moyens vocaux seraient aujourd'hui appréciables dans le désert qu'on sait (désolé de devoir rappeler, nonobstant ce que certains ne veulent pas admettre, que, sur tout le grand répertoire italien qui court de Bellini au vérisme compris et qui correspond à + de 60% du répertoire représenté à l'international, nous ne sommes plus depuis presque 2 décennies dans la manne vocale des 4 décennies antérieures...)! Ses défauts passeraient-ils mieux pour autant ?? Rien n'est moins certain ...

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5403
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Silvano Carroli (1939-2020)

Message par Loïs » 05 avr. 2020, 12:22

je viens de réécouter car je ne l'avais entendu qu'une fois à Verone en 1988 dans Gioconda (avec Roni d'ailleurs aussi :bye2: )
Je me souvenais uniquement que cela dépotait et correspondait à ce type d'ouvrage et de lieu.
A la réécoute: je ne le prendrais peut être pas en exemple mais c'est diablement efficace sur scène et quelle noirceur de timbre:
https://www.youtube.com/watch?v=D5qWQDjmXfs

altini
Ténor
Ténor
Messages : 941
Enregistré le : 31 janv. 2006, 00:00
Localisation : avignon

Re: Silvano Carroli (1939-2020)

Message par altini » 05 avr. 2020, 12:41

DelBosco a écrit :
05 avr. 2020, 11:18
Je me rappelle très bien de Carroli en Tonio aux côtés du Canio de Vickers à Garnier : le moins qu'on puisse dire c'est que ça dépotait !
Carroli avait une carrure impressionnante, et une voix très sonore, et très noire pour un baryton, alors qu'il avait l'extension dans l'aigu d'un vrai baryton Verdi (il avait envoyé magnifiquement l'aigu (sol dièse ?) à la fin du prologue de Paillasse.
Je l'avais revu dans Jerusalem (avec Luchetti justement) mais c'était moins impressionnant.
Je me souviens de Pons en 83 avec Vickers mais pas de Carroli.
L'année d'avant, c'était Pablo Elvira (je n'y étais pas).
Sur Mémopéra, il est défini comme basse (je crois qu'il l'a été sur le tard) et est venu chanter Jérusalem en 84 .
Peut-être a-t-il fait un remplacement...

DelBosco
Ténor
Ténor
Messages : 522
Enregistré le : 04 déc. 2005, 00:00
Localisation : Essonne

Re: Silvano Carroli (1939-2020)

Message par DelBosco » 05 avr. 2020, 14:14

altini a écrit :
05 avr. 2020, 12:41
Je me souviens de Pons en 82 avec Vickers mais pas de Carroli.
L'année d'avant, c'était Pablo Elvira (je n'y étais pas).
(Sur Mémopéra, il est défini comme basse (sic) et est venu chanter Jérusalem en 84) .
Peut-être a-t-il fait un remplacement...
Ouh là là, alors tu as tout à fait raison, je ne sais pas si c'est l'effet de l'âge ou du confinement mais j'ai tout mélangé sur ce coup !
C'est bien Pablo Elvira qui a assuré les représentations de Paillasse en Juin 1982 avec Vickers (Pons a fait la reprise en 1983).
J'ai tout faux :cry:
Et je n'avais appris le remplacement que bien après la représentation.
Carroli par contre, c'était bien lui en 84 dans Jerusalem

Répondre