Rencontre avec Ludovic Tézier

Les artistes
Répondre
Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14429
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rencontre avec Ludovic Tézier

Message par HELENE ADAM » 09 janv. 2020, 23:05

Iphigenie42 a écrit :
08 janv. 2020, 06:28
Enfin !
Quelqu un a-t il une idée du programme ? Verdi ?
Non aucune idée mais il a souvent parlé d'un projet de CD et je pense qu'il nous proposera pas mal d'extraits de ses rôles verdiens... :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14429
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rencontre avec Ludovic Tézier

Message par HELENE ADAM » 13 sept. 2020, 16:18

Ludovic Tézier poursuit sur les scènes italiennes, après avoir été Scarpia dans Tosca lors des représentations à Naples sous l'égide du San Carlo (et de Lissner grand ordonnateur) en juillet, il fait sa "rentrée" les 11 et 13 septembre à Parme cette fois, au Teatro Regio (festival Verdi) dans un Macbeth de Verdi en version française, sous la direction de Roberto Abbado.
Il s'agit selon l'article en lien ci-dessous de "la version de 1865, sur la base de la révision que le musicologue Candida Mantica a faite de l'édition critique de David Lawton. Il s'agit de la deuxième version de Macbeth, différente de celle de 1847, non seulement dans la forme mais aussi dans l'équilibre psychologique des personnages."
Ludovic Tézier dans l'entretien qu'il accorde, précise en quoi cette version diffère quant à l'équilibre des personnages, compare aux deux versions de Don Carlo, pense revenir ensuite au Macbeth italien en lui donnant une autre dimension, et parle de son amour de Verdi qui s'illustrera dans les prochains engagements de son calendrier : Count di Luna à Barcelone, Iago à Florence, Amonasro à Paris, Rodrigo à Zurich.
Pour le baryton français, il est importante de donner aux personnages de Verdi leur théâtralité. Verdi ne suppose pas forcément du "beau son", mais toujours une grande intensité dramatique.
Image

A lire dans le texte ici
http://www.classicvoice.com/rivista/mon ... GTPbYdcYsk
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre