L'opéra? Une histoire de Q

Quiz's, sondages & Co.
Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5404
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

L'opéra? Une histoire de Q

Message par Loïs » 07 avr. 2020, 13:58

Préambule : le présent sujet ne traite pas de la vie ou de la libido de Domingo ou Grigolo.

Je vais confirmer les dires de Valéry, je ne pense qu’à ça ! Mais j’en décline l’entière responsabilité : ce n’est quand même pas ma faute si les sujets d’opéra offrent un catalogue de toutes les perversions sexuelles imaginables, catalogue que nous allons feuilleter.
Quand je pense que l’on fait tout un plat des phantasmes que les metteurs en scène du Regietheater rajoutent dans leurs productions mais ils ont vraiment du talent de trouver encore une place de libre dans cet incroyable amoncellement de stupre.

Ayant relevé une vingtaine de « positions » , il y aura 3 chapitres

1 : la prostitution : Alors là, les opéras sont légion de Traviata à Carmen, de Lulu à Manon, les héroïnes sont des p…. A noter que le gigolo est plus rare. Et elles ont même leur hymne dans Mahagonny :
https://www.youtube.com/watch?v=p-3aUFHxQd8

Alors maintenant, on se lance en ordre croissant.

2 : Et tout d’abord le fantasme : mais non ce n’est pas vulgaire ces couturières qui parlent de ce qu’on trouve normalement dans les pantalons qu’elles cousent (et qu’appellent elles « bien porter » un pantalon ?)
https://www.youtube.com/watch?v=cDF_pX9 ... 25D83B7657

3 : Onanisme : parce que tout commence par là. N’oublions pas comment débute la querelle entre Carmen et l’autre cigarière : l’une prétend qu’avec l’argent gagné elle va pouvoir s‘acheter un âne au marché et Carmen lui répond « un âne pour quoi faire, un balai te suffira »
https://www.youtube.com/watch?v=AsFYndEfxTc

4 : Suite logique : le dépucelage : Que croyez qu’a perdu Barberine avec ses petits sanglots :
https://www.youtube.com/watch?v=2Og3y4hRN1g

5 : Homosexualité masculine: je ne vais pas parler du public car ce serait trop facile : lors des représentations de Gruberova, il serait plus facile de trouver un neurone dans le cerveau de Morano ou un éclair de sincérité dans l’œil de Mélenchon qu’un straight dans la salle. Mais bon le second acte d’Iphigénie en Tauride est la suite sans fin d’atermoiements entre Pylade et Oreste à savoir qui aime le plus l’autre pour pouvoir se sacrifier pour lui:
https://www.youtube.com/watch?v=6AnHLPkAKww

6 : Lesbianisme : On pourrait s’écrier : Sapho mais raté elle en pince pour Phaon et se jettera dans les flots parce que ce dernièr lui a préféré Glycère ! On ne trouve rien dans Suor Angelica ni dans le Dialogue des Carmélites (même entre Blanche et Constance) mais cette figure n’est pas absente des scènes lyriques (compositeurs et critiques étant majoritairement des hommes) et on adore voir deux voix s’entremêler, s’enrouler l’une à l’autre, si possible avec le tempo le plus langoureux possible -
https://www.youtube.com/watch?v=MXLVfvMTeIQ

7: Triolisme : trop facile, j’adore (l'air bien sur) :
https://www.youtube.com/watch?v=l5s0VE72rZw

Suite au prochain numéro…

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6570
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: L'opéra? Une histoire de Q

Message par David-Opera » 07 avr. 2020, 14:16

Pour information, à voir Dimanche 19 avril sur Arte à 23h45
https://www.arte.tv/fr/videos/083951-00 ... s-d-opera/

Image

Folles d'opéra

De nombreux hommes homosexuels semblent vouer une fascination au monde de l’opéra et aux cantatrices. Rosa von Praunheim explore ce phénomène. Il interroge le musicologue Kevin Clarke, qui a jeté son dévolu sur Kiri Te Kanawa et Ljuba Welitsch. Les chanteuses Edda Moser, Sophie Koch et Nadine Secunde confient, quant à elles, la relation qui les unit à certains de leurs admirateurs.

Ardent admirateur de Maria Callas, le metteur en scène d’opéra Werner Schroeter, disparu en 2010, avait un jour suggéré à l'écrivain et réalisateur allemand Rosa von Praunheim (pour l’état civil Holger Bernhard Bruno Mischwitzky) de réaliser un documentaire sur les gays et l’opéra. En s’intéressant à la question, ce dernier a alors constaté qu’il existe un grand nombre d’hommes homosexuels qui, comme son ami, adulent une cantatrice – bien souvent une soprano –, au-delà de l’intérêt artistique.

Hauts en couleur
Pour comprendre l’origine de cette fascination, Rosa von Praunheim rencontre des personnages hauts en couleur, qui témoignent de leur passion pour les divas. Il interroge le musicologue Kevin Clarke, qui a jeté son dévolu sur Kiri Te Kanawa et Ljuba Welitsch, ainsi que le journaliste et auteur Tilman Krause. Il donne aussi la parole à plusieurs "folles d’opéra", dont le directeur artistique de l’Opéra-Comique de Berlin, Barrie Kosky. Les chanteuses Edda Moser − dont l'enregistrement du deuxième air de la Reine de la nuit de Mozart a été choisi pour la sonde spatiale Voyager −, Sophie Koch et Nadine Secunde confient, quant à elles, la relation qui les unit à certains de leurs admirateurs.

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5681
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: L'opéra? Une histoire de Q

Message par micaela » 07 avr. 2020, 14:32

Il y a même des situations plus "douteuses encore" : Pinkerton qui "épouse" pour de rire une geisha de 15 ans qui ne les paraît pas (et ça ne semble pas le gêner), la relation Oktavian/la Maréchale, moins à cause de la différence d'âge que parce que Oktavian a tout juste 18 ans (et que la relation semble avoir au moins quelques mois).
Pour Carmen, elle traite simplement sa collègue de sorcière (quoique tu n'es sans doute pas le seul à avoir pensé à ça, la phrase étant tout de même assez ambigüe).
A force d'écrire des choses horribles, les choses horribles finissent par arriver

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5404
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: L'opéra? Une histoire de Q

Message par Loïs » 07 avr. 2020, 14:46

Chapitre 2 :

Je pense commencer à prouver que l’opéra c’est un peu plus glauque qu’une simple histoire de baryton qui veut tuer le ténor pour coucher avec la soprano.
En embraye avec la vitesse supérieure

8 : la plus célèbre des partouzes, et on y emmène les enfants et les scolaires ! (je n’ai pas trouvé la version que je cherchais : je me souviens de Taillon me racontant ce que Sénéchal faisait sous la couverture pour déconcentrer ses partenaires)
https://www.youtube.com/watch?v=g-_JV0tMgLA

9 : Travestissement : on déborde de l’histoire du rôle de travesti dans l’opéra car à l’avant dernier acte Octavian, femme-mezzo habillée en garçon se travestit en femme (vous suivez ?) pour attraper Ochs. D’ailleurs Graham en fera une chanson :
https://www.youtube.com/watch?v=M_3kKgreLgM

10 : Sex toy : bon ok avec celui-ci tout commence si bien et tout finit si mal…
https://www.youtube.com/watch?v=5lh447LUMA8

11 : Sadisme : Quand je pense qu’on nous parle des femmes battues mais qui prendra la défense des pauv’mecs harcelés et battus par une mégère ?
https://www.youtube.com/watch?v=W71UG-KdMdk


12 : Masochisme :
Même si franchement Don José en tient une couche, on pourrait citer 50% des soprani qui préfèrent le bad boy de ténor qui va les entrainer dans les affres de la déchéance alors qu’elles auraient pu choisir le gentil et riche baryton qui les aime (comme dans la Dame de Pique) mais il y a quand même un air qui y fut consacré dans le genre « fais-moi mal chéri-chéri, j’aime l’amour qui fait boum »:
https://www.youtube.com/watch?v=AxKlDgR7EEo

13 : Fétichisme : elle veut dire quoi avec le sabre de son père qu’elle nous ressort tout au long de la partition? Et qui prend « la force redoutée dans la main de mon Auguste mère » ?
https://www.youtube.com/watch?v=67MorQBFaIk

14 : Nécrophilie : on se rend compte quand même de la réalité (en dehors de cette partition extraordinaire) : elle roule une pelle à un cadavre ?!?
https://www.youtube.com/watch?v=eebT9V5MyVg

Et le dernier chapitre arrive…

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5681
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: L'opéra? Une histoire de Q

Message par micaela » 07 avr. 2020, 14:53

Ah oui...Il y aurait d'ailleurs un fil à faire sur les sous entendus et doubles sens (volontaires ou pas) dans les textes…
A l'inverse, on pourra remarquer les efforts faits pour ne pas dire que Maddalena (Rigoletto) est une tapineuse (elle danse dans les rues, elle est belle, les hommes la suivent)…
A force d'écrire des choses horribles, les choses horribles finissent par arriver

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5404
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: L'opéra? Une histoire de Q

Message par Loïs » 07 avr. 2020, 16:27

Et le dernier chapitre arrive, dans les bas fonds…

15 : Pédophilie : Pinkerton achète «E per nulla : sol cento Yen » une gamine de « quindici netti »
https://www.youtube.com/watch?v=y_ebmTkOtpQ

16 : Le viol : sans lui il n’y aurait pas de Don Giovanni, on commence par lui et vu que c’est toujours savoureux de le faire raconter par la victime, on recommence :
https://www.youtube.com/watch?v=Wp8UTemmlq8

17 : Petite mort et vrai mort : on a quand même les 50 filles de Danaus (en fait moins une : Hypermnestre) qui dessoudent leurs 49 maris, fils d’Egyptus (en plus ce sont leurs cousins germains, un vrai bordel cette famille) lors de la nuit de noces. Qui dit mieux ?
https://www.youtube.com/watch?v=7MQF78OeDwc

18 : Inceste : par deux fois y a un mec qui joue à touche pipi avec maman (Œdipe et les Bassarides) et dans le Ring, Siegmund se tape sa sœur Sieglinde le premier jour et leur fils Siegfried sa tante le second!
https://www.youtube.com/watch?v=6eiEIr5Y4Zg

19 : Zoophilie : tout commence quand même par Léda qui s’est fait engrosser par un cygne
https://www.youtube.com/watch?v=Nj3Q283_KE0

20 : Conclusion : “tutto il mondo è burla. L’uom è nato burlone” mais peut être faut il aller la chercher dans la Ronde de Boesmans : ma première couche avec mon second qui couche avec ma troisième, …..mon neuvième couche avec ma première.
https://www.youtube.com/watch?v=NuRLzAa-X3I


Je ne doute pas que certains d’entre vous soient émoustillés (ou choqués pour les hypocrites qui regardent à travers leurs doigts), alors lâchez-vous avec vos propres références !

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5681
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: L'opéra? Une histoire de Q

Message par micaela » 07 avr. 2020, 16:50

Pour le 15, c'est encore pire que ce que tu mets : il trouve qu'elle ne fait pas ses 15 ans, et l'idée ne le gêne pas du tout.
Il me semble que dans Lucrezia Borgia ça vire presque à l'inceste, mais au départ les deux personnages ne connaissent pas leur lien de parenté.
A force d'écrire des choses horribles, les choses horribles finissent par arriver

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5404
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: L'opéra? Une histoire de Q

Message par Loïs » 07 avr. 2020, 16:57

micaela a écrit :
07 avr. 2020, 16:50
Il me semble que dans Lucrezia Borgia ça vire presque à l'inceste, mais au départ les deux personnages ne connaissent pas leur lien de parenté.
j'avais pensé le mettre oui en inceste mais elle sait, c'est lui qui se méprend en voyant une belle femme penchée sur son sommeil:
https://www.youtube.com/watch?v=XKhahYCbNv4

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 9566
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: L'opéra? Une histoire de Q

Message par jerome » 07 avr. 2020, 17:31

Loïs a écrit :
07 avr. 2020, 14:46
8 : la plus célèbre des partouzes, et on y emmène les enfants et les scolaires ! (je n’ai pas trouvé la version que je cherchais : je me souviens de Taillon me racontant ce que Sénéchal faisait sous la couverture pour déconcentrer ses partenaires)
https://www.youtube.com/watch?v=g-_JV0tMgLA
euh... à 3 ce n'est pas une partouze (faut être plus de 4 pour ça) ... :lol:

Et que faisait Sénéchal d'après Taillon ?

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5681
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: L'opéra? Une histoire de Q

Message par micaela » 07 avr. 2020, 18:22

Pas mal non plus, Lady Macbeth de Mtzensk. Une histoire d'impuissance (on suppose -le mari) et de frustration sexuelle, et au début, l'agression contre Aksinia peut bien être vue comme un viol (cf la mise en scène -réussie- de Warlikowski à Bastille).
A force d'écrire des choses horribles, les choses horribles finissent par arriver

Répondre