Les ténors et leurs suraigus

Quiz's, sondages & Co.
Répondre
Avatar du membre
Leporello84
Basse
Basse
Messages : 2206
Enregistré le : 11 juil. 2010, 23:00
Contact :

Les ténors et leurs suraigus

Message par Leporello84 » 26 mai 2012, 14:35

On sait que notre Luciano se délectait de pouvoir pousser sa note finale suraiguë, elles ont en partie sans doute fait sa gloire: il suffit pour s'en convaincre d'aller faire un tour sur YouTube et de regarder combien de personnes ont déjà visionné sa « Donna è mobile » ou son « Pour mon âme »... De même, ses enregistrements de studio ne manquent pas de jolies contre-notes (avec point d'orgue, évidemment!): tous ses ut des Trovatore et autres Traviata, les ut dièses de Rigoletto et d'I puritani, les des deux mêmes opéras, et les célèbres mi bémols des Foscari et contre-fa d'I puritani.

Si les deux dernières notes citées n'ont été émises qu'en pure voix de tête, et seulement au disque, on sait que le tenorissimo n'hésitait pas à enivrer le public de ses ut et autres ut dièses de poitrine à la scène. Qu'en est-il de ses contre-? C'est une note qu'il a donnée en studio, naturellement (cf. I puritani, DECCA / Bonynge, en 1973), ou à grand renfort de l'informatique (cf. Rigoletto, Deutsche Grammophon / Levine, 1993), avec des résultats plus ou moins heureux...

Mais alors, ma question est la suivante: quelqu'un a-t-il déjà entendu un contre- de Big Lulu en live? S'est-il déjà permis cette fantaisie sur une scène?

Avatar du membre
Maestro20
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 109
Enregistré le : 12 août 2005, 23:00
Contact :

Message par Maestro20 » 26 mai 2012, 23:51

Oui, à mon sens il a donné le contre-ré en live; je pense en particulier à celui du duo "vieni fra queste braccie" et au "credeasi misera" (fa transposé en ré) de I Puritani en live au Met en 1976, idem pour celui de 1968 dans les mêmes airs à Catania avec Tucci; toujours pour I Puritani à écouter les mêmes airs encore mais avec Sills cette fois-ci daté de 1972 et de Philadelphie. Je pense également au duo de Rigoletto (Duca/Gilda : "Addio.. Addio..") en 1979 en récital avec Sutherland. Voilà, maintenant vous pouvez toujours les écouter sur un "certain" site, et vous me direz si il s'agit bien de contre-ré ou de contre-ut dièse.

Avatar du membre
Leporello84
Basse
Basse
Messages : 2206
Enregistré le : 11 juil. 2010, 23:00
Contact :

Message par Leporello84 » 27 mai 2012, 07:40

Maestro20 a écrit :Oui, à mon sens il a donné le contre-ré en live; je pense en particulier à celui du duo "vieni fra queste braccie" et au "credeasi misera" (fa transposé en ré) de I Puritani en live au Met en 1976, idem pour celui de 1968 dans les mêmes airs à Catania avec Tucci; toujours pour I Puritani à écouter les mêmes airs encore mais avec Sills cette fois-ci daté de 1972 et de Philadelphie. Je pense également au duo de Rigoletto (Duca/Gilda : "Addio.. Addio..") en 1979 en récital avec Sutherland. Voilà, maintenant vous pouvez toujours les écouter sur un "certain" site, et vous me direz si il s'agit bien de contre-ré ou de contre-ut dièse.
Hélas! La cabalette du duo entre le duc de Mantoue et Gilda culmine sur un contre- bémol, que Luciano avait coutume de donner (avec Studer, Anderson, Sutherland, Gruberová, etc.) mais qui n'a jamais été écrit ni voulu par Verdi.

Concernant I puritani, la partition indique bien deux contre- exigés par Bellini dans la cabalette du duo d'amour, le célèbre « Vieni, vieni fra queste braccia ». Le fait est que dans cet air, Pavarotti n'a donné lesdites notes qu'en studio, avec Bonynge: à la scène, il l'a toujours abaissé d'un demi-ton, donnant ainsi deux contre-ut dièses (ou contre- bémol, au choix, car la partition est en do majeur), avec notamment les Sills et les Tucci que tu cites, mais également avec Sutherland, au Metropolitan Opera en 1976.

Enfin, pour le redoutable « Credeasi, misera » du troisième acte, si Bellini a imposé le contre- bémol puis le contre-fa, Pavarotti n'a respecté la partition que dans l'intégrale DECCA pré-citée: à la scène, il ne faisait ni l'un, ni l'autre pour le premier, et ajoutait au second un contre- bémol, comme beaucoup d'autres ténors avant et après lui (de di Stefano à Bros).

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21911
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 27 mai 2012, 08:05

Sans oublier la fameuse contre-note du Cujus animam du Stabat Mater de Rossini
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Leporello84
Basse
Basse
Messages : 2206
Enregistré le : 11 juil. 2010, 23:00
Contact :

Message par Leporello84 » 27 mai 2012, 10:54

JdeB a écrit :Sans oublier la fameuse contre-note du Cujus animam du Stabat Mater de Rossini
:?:
Was ist das?

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21911
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 27 mai 2012, 11:04

Leporello84 a écrit :
JdeB a écrit :Sans oublier la fameuse contre-note du Cujus animam du Stabat Mater de Rossini
:?:
Was ist das?
ce qu'il a fait de plus impressionnant en matière de suraigu
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
romain
Alto
Alto
Messages : 339
Enregistré le : 20 avr. 2003, 23:00
Contact :

Message par romain » 27 mai 2012, 12:09

Bonjour,

On se rend en fait compte...qu'à part quelques ouvrages particuliers, les opéras lyriques ou belcantistes classiques ne demandent que l"ut-dièse"...et que l'usage n'exige pas plus.

Par contre, un rôle où le ré est obligatoire, pour peu qu'on tente la note finale est la cabalette du Duc de Mantoue dans Rigoletto "Possente amor mi chiama".

Pavarotti ne la chantait pas en live à la différence de Kraus...

Je me suis posé la même question à propos de Roberto qui avait dit qu'il avait chanté le ré dans Rigoletto en jour...mais je n'ai jamais su quand!

Dans Lucia en Live, Pavarotti aurait pu donner dans le duo avec Lucia un mi bémol non?

Avatar du membre
renepape
Alto
Alto
Messages : 338
Enregistré le : 10 avr. 2011, 23:00
Contact :

Message par renepape » 27 mai 2012, 13:12

Pour le Stabat Mater ( Cujus Animam ; Rossini), c'est un contre-ré mais il est en studio... Pour le Contre-ré de Roberto en Live dans son "Possente amor", il ne l'a fait qu'à Toulouse en 2000

Avatar du membre
romain
Alto
Alto
Messages : 339
Enregistré le : 20 avr. 2003, 23:00
Contact :

Message par romain » 27 mai 2012, 13:26

renepape a écrit :Pour le Stabat Mater ( Cujus Animam ; Rossini), c'est un contre-ré mais il est en studio... Pour le Contre-ré de Roberto en Live dans son "Possente amor", il ne l'a fait qu'à Toulouse en 2000

Pour sa prise de rôle du Duc...je crois que c'était en 1992 ou 1993 effectivement à Toulouse.

Il y avait eu un "musiques au coeur" sur cette série...Et effectivement les extraits montraient un Alagna au top. Mais je ne crois pas qu'il existe un live de ces représentations...sinon c'es un collector et je suis preneur

A Nice, il ne mettait plus le ré à la fin de la cabalette mais chantait à l'unisson l'ut dièse dans le duo avec Gilda "Addio".

Romain

Avatar du membre
renepape
Alto
Alto
Messages : 338
Enregistré le : 10 avr. 2011, 23:00
Contact :

Message par renepape » 27 mai 2012, 13:31

Alagna ne fait pas le ré pendant la représentation de 1995 à Orange

Répondre