Ombre légère et Air de la folie

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 762
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Ombre légère et Air de la folie

Message par perrine » 01 août 2006, 13:50

Bonjour,

question aux connaisseurs svp :

Meyerber a t il copié Donizettti ? Dinorah 1859 ... Lucia 1835 ...

juste retour des choses puisque Donizetti avait pompé les Puritains de Bellini ???

Merci !

Perrine

Avatar du membre
meduse
Soprano
Soprano
Messages : 53
Enregistré le : 29 oct. 2004, 23:00

Message par meduse » 01 août 2006, 14:55

Tu peux être un plus explicite, s'il te plaît ?
Donizetti a pompé les Puritains de Bellini?

Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 762
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Message par perrine » 01 août 2006, 16:11

page 48 du programme d'Orange, je cite :

"après avoir envisagé plusieurs sujets, Donizetti choisit finallement en mai 1835 'la fiancée de Lammermoor'. (...) Donizetti a été séduit par l'histoire émouvante de l'héroine qui lui offre la possibilité d'écrire une scène de la folie comme celle d'Elvira dans les Puritains (de son rival Bellini), qui a provoqué son enthousiasme lors de sa création à Paris en janvier 1835."

(et Donizetti a écrit son opéra en juin 1835).

Et dans l'écoute de Dinorah (1859) , il y a des lignes musicales entières venant de Donizetti (dixit papa, moi j'ai pas encore écouté !!!).

Donc, se sont ils tous pompés les uns les autres ?

Perrine

Avatar du membre
meduse
Soprano
Soprano
Messages : 53
Enregistré le : 29 oct. 2004, 23:00

Message par meduse » 01 août 2006, 18:47

Ok je comprends mieux pour la scène de la folie. Toutefois il ne faut pas oublier qu'à cette époque, Lucia ou les Puritains ne sont les pas les seuls opéras si je ne m'abuse à comporter plus ou moins une scène de folie. Par exemple, Anna Bolena en comporte une à la fin, de même que Lucrèce Borgia, et même plutôt encore dans le temps puisqu'il existe l'opéra de Paisello 'Nina ou la folle par amour", quelque chose comme ça.

De toute façon, Donizetti et Bellini ont une façon très différente d'aborder "la scène de la folie", me semble-t-il. Ce n'est pas du copiage proprement dit , c'est une convention du théâtre de cette époque. Le public aime ce type d'héroïne et les prima donna aussi car ce type de scène leur offre matière à faire preuve de virtuosité tout en gardant une cohérence dramatique.
Enfin c'est du moins ce que mes lectures m'ont appris. Pour les plus connaisseurs d'entre nous, suis-je à peu près correcte?

paco
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Message par paco » 02 août 2006, 00:56

oui, les "airs de folie" font partie de la dramaturgie "standard" de cette époque. Beau prétexte à exercices de haute virtuosité pour la prima donna, avec contrastes de couleurs etc...

Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 762
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Message par perrine » 02 août 2006, 10:17

Apparement, c'st l'air de Dinorah qui ressemble comme deux gouttes d'eau à celui de la folie.
Je n'ai pas écouté (n'ayant pas de version sous la main), mais papa me dit que les lignes musicales entre les 2 sont très proches.

valery
Ténor
Ténor
Messages : 873
Enregistré le : 13 mars 2003, 00:00

Message par valery » 02 août 2006, 10:41

L'air "Ombre légère" ne copie pas l'air de la folie; c'est la cadence qui a des similitudes. (Juste pour les néophytes, on appelle cadence le moment où, à la fin de l'air, l'orchestre s'arrête pour laisser le/la soliste se lancer dans un étalage de virtuosité).
Or la cadence de Dinorah peut se faire avec flûte (tiens, tiens, un point commun). L'artiste peut suivre ce que le compositeur a écrit (si ce dernier a lui même composé une cadence) mais il peut aussi s'inspirer d'une cadence existant déjà (on parle alors de tradition), suivre une cadence inédite, écrite pour lui, par lui; voire même improviser en direct (c'est rare).
La cadence avec flûte de Dinorah imite par l'écho qu'elle produit la cadence de Lucia. C'est à dire que la flûte répète le motif que vient de chanter la soprano, ou bien l'accompagne à la tierce, à la sixte, en arpègeant, etc, tout comme on peut le faire dans la cadence de Lucia.

Autre exemple: Beverly Sills à la fin de l'air de Marguerite des Huguenots se lance dans une cadence (bien longue et délirante comme elle aime), qui pourrait tout aussi bien être la cadence de Dinorah...

Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 762
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Message par perrine » 02 août 2006, 12:43

ok ok ok !!! merci beaucoup. Le mot du jour : Cadence !

donc 2 choses à retenir
- une passion à cette époque pour les airs de folie
- l'instant cadence laissée au choix de l'interpréte en fonction de ce qu'a écrit le compositeur
C'est pour cela que Natalie Dessay ne chante jamais la "cadence" ? parce que ce n'est pas obligé ? (remarque, rien n'est obligé !!)

hormis les airs de folie, dans quels autres morceaux y a t il ces fameuses cadences ?

re-merci !

arabella4ever
Messages : 36
Enregistré le : 20 mai 2006, 23:00

Message par arabella4ever » 02 août 2006, 13:22

Est ce que ça veut dire que Natalie Dessay ne va pas faire la cadence avec flute dans Lucia à l'ONP à la rentrée?

Avatar du membre
calbo
Baryton
Baryton
Messages : 1809
Enregistré le : 01 mai 2006, 23:00
Localisation : Poitiers
Contact :

Message par calbo » 02 août 2006, 13:29

arabella4ever a écrit :Est ce que ça veut dire que Natalie Dessay ne va pas faire la cadence avec flute dans Lucia à l'ONP à la rentrée?
Comme cette cadence n'existe pas dans la partition originale, elle n'est pas obligée de la faire. Cela dit, Nathalie devrait suivre la tradition. Mieux vaut attendre de voir avant de préjuger de ce qu'elle fera ou non.
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto
Non fu mai quel cor capace

Répondre