Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Actualité, potins, débats.
paco
Basse
Basse
Messages : 9290
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Message par paco » 11 juil. 2020, 15:18

Mes amis musiciens trentenaires trouvent aussi l'opéra daté sur le plan vocal : ils pouffent de rire dès qu'ils entendent des voix de Castafiore ou de ténors. Pour eux ce sont des voix "trafiquées" et c'est une époque révolue. In fine ils ne critiquent pas tant le "genre" opéra (ils reconnaissent le génie des opéras de Mozart, Verdi, Chosta etc.) que la façon avec laquelle on l'interprète. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles le fil créé par Lois sur l'interprétation vocale m'a beaucoup intéressé, j'y ai trouvé des résonances avec ces remarques de mes amis.

J'ai d'ailleurs remarqué le même phénomène dans la variété, en observant des émissions de type The Voice : plus la voix est simple, limite timide ou éraillée, plus ça fait un carton. Plus la voix semble travaillée, plus c'est critiqué.

Efemere
Basse
Basse
Messages : 2700
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Message par Efemere » 11 juil. 2020, 16:19

paco a écrit :
11 juil. 2020, 15:18
(...)
J'ai d'ailleurs remarqué le même phénomène dans la variété, en observant des émissions de type The Voice : plus la voix est simple, limite timide ou éraillée, plus ça fait un carton. Plus la voix semble travaillée, plus c'est critiqué.
Un contre-exemple : Dimash Kudaibergen, un jeune chanteur kazakh (ayant eu une formation lyrique et possédant une tessiture couvrant près de six octaves) qui fait un carton dans la variété (voir par ex. ces vidéos, ici, ici et ici).

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11250
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Message par Bernard C » 11 juil. 2020, 16:47

paco a écrit :
11 juil. 2020, 15:18
Mes amis musiciens trentenaires trouvent aussi l'opéra daté sur le plan vocal : ils pouffent de rire dès qu'ils entendent des voix de Castafiore ou de ténors. Pour eux ce sont des voix "trafiquées" et c'est une époque révolue. In fine ils ne critiquent pas tant le "genre" opéra (ils reconnaissent le génie des opéras de Mozart, Verdi, Chosta etc.) que la façon avec laquelle on l'interprète. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles le fil créé par Lois sur l'interprétation vocale m'a beaucoup intéressé, j'y ai trouvé des résonances avec ces remarques de mes amis.

J'ai d'ailleurs remarqué le même phénomène dans la variété, en observant des émissions de type The Voice : plus la voix est simple, limite timide ou éraillée, plus ça fait un carton. Plus la voix semble travaillée, plus c'est critiqué.
Les bourrins ça a toujours existé , évitons les généralités de vieux cons que nous sommes sur les " jeunes ".
La " musique de notre temps" n'est pas plus populaire, les conneries modernes des régisseurs allemands and Co pas plus.
Ça concerne les jeunes et les vieux.
L'opéra est une niche étroite.
À Paris l'opéra se porte mieux qu'il y a 50 ans si on devait comptabiliser le public qui voit un spectacle d' opéra dans une salle parisienne dans l'année.

Mes petits enfants se gavent de rap alors qu'ils ont été biberonés à l'opéra et à la musique classique , mais pour autant ils adorent de temps en temps un grand opéra dans un temple lyrique et on les surprend à passer Carmen ou le Trouvère au milieu de leur playlist.

L'art ne meurt pas comme ça , par contre les salles peuvent crever de faillite et nombre d'artistes disparaître dans la galère qui arrive.

Les "pratiques culturelles" , je me méfie beaucoup de ce qu'on met derrière , surtout s'il s'agit "d'activités culturelles " qui sont souvent des niaiseries ou des occupations dites d'éveil qui abrutissent l'esprit plus qu'elles ne le sollicitent.

Que préparent les maires vert-rouges à cet égard... À lire la presse j'ai bien peur que ça précipite les choses.

Bernard
COVID-19 , à lire : https://www.larecherche.fr/covid-19-cor ... nt-aveugle
Puis Aretha Franklin pour le plaisir
https://youtu.be/k33sINjn9o0

paco
Basse
Basse
Messages : 9290
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Message par paco » 11 juil. 2020, 19:52

Bernard C a écrit :
11 juil. 2020, 16:47
Les "pratiques culturelles" , je me méfie beaucoup de ce qu'on met derrière ,
C'est sûr que le périmètre de l'étude prête à débat : ils incluent les jeux vidéo dans les "pratiques culturelles" ... Mouaich ...

lamammamorta
Alto
Alto
Messages : 328
Enregistré le : 12 oct. 2006, 23:00

Re: Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Message par lamammamorta » 11 juil. 2020, 23:53

Je m’amuse à faire écouter la mort de Posa par Ludovic Tézier (ms de Don Carlos par Warlikowski) à mes amis qui ne connaissent pas du tout l’opéra , ainsi que Netrebko dans le Capuletti de Bastille disponible sur YT. Le résultat est sans appel : je dois fournir les Kleenex à tous les coups !
Et ça, quel que soit l’âge des auditeurs ...
Comme quoi !

lamammamorta
Alto
Alto
Messages : 328
Enregistré le : 12 oct. 2006, 23:00

Re: Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Message par lamammamorta » 12 juil. 2020, 02:02

paco a écrit :
11 juil. 2020, 19:52
Bernard C a écrit :
11 juil. 2020, 16:47
Les "pratiques culturelles" , je me méfie beaucoup de ce qu'on met derrière ,
C'est sûr que le périmètre de l'étude prête à débat : ils incluent les jeux vidéo dans les "pratiques culturelles" ... Mouaich ...
Pas si « Mouaich » que ça ! Il y a de très grands artistes derrière les productions des jeux vidéos. Certains de ces jeux dépassent même le stade d’amusement pour atteindre le statut d’oeuvre d’art. Ico, Shadow of the colossus, les productions de David Cage (un français !), les productions d’Hideo Kojima, et j’en passe...
Certains compositeurs de grands jeux sont de véritables stars et font des concerts symphoniques dans le monde entier qui rameutent des milliers de personnes à chaque fois... et il y a d’excellentes choses !
Sans parler des scénaristes qui atteignent une véritable maturité dans l’écriture. Ceux qui auront joué à « The last of us » me comprendront.

Arrêtons de nous pincer le nez dès que ça sort de notre champ d’appréciation

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21844
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Message par JdeB » 12 juil. 2020, 09:18

Bernard C a écrit :
11 juil. 2020, 16:47

À Paris l'opéra se porte mieux qu'il y a 50 ans si on devait comptabiliser le public qui voit un spectacle d' opéra dans une salle parisienne dans l'année.

Bernard
oui, sans doute, et le grand succès des avant-premières jeunes l'a démontré amplement.
Mais justement, c'est l'arbre qui cache la forêt des Opéras de province où l'on voit, sauf exception (Lyon, Strasbourg, Lille) de moins en moins de jeunes, même à Montpellier !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21844
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Message par JdeB » 12 juil. 2020, 09:21

lamammamorta a écrit :
11 juil. 2020, 23:53
Je m’amuse à faire écouter la mort de Posa par Ludovic Tézier (ms de Don Carlos par Warlikowski) à mes amis qui ne connaissent pas du tout l’opéra , ainsi que Netrebko dans le Capuletti de Bastille disponible sur YT. Le résultat est sans appel : je dois fournir les Kleenex à tous les coups !
Et ça, quel que soit l’âge des auditeurs ...
Comme quoi !
Personne ne dit que l'art lyrique ne touche plus personne, ne parle plus à personne.
On s'interroge sur le fait que globalement (voir les exceptions que je cite ci-dessus) il y a un vrai problème de renouvellement du public de l'opéra, de moins en moins de jeunes en pourcentage qui y vont
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21844
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Message par JdeB » 12 juil. 2020, 09:34

jerome a écrit :
11 juil. 2020, 12:17
paco a écrit :
11 juil. 2020, 11:35
Ils ne disent pas la même chose en revanche du ballet classique, qu'ils vont voir assez souvent, ce qui m'interpelle (car du coup il faut comprendre pourquoi les codes du ballet classique passent encore bien auprès d'eux, et pas ceux du lyrique).
C'est simple! Parce que le ballet classique, c'est l'exultation visuelle du corps! Des danseurs bien foutus, souples et virtuoses qui ont des culs magnifiques (entre autres ...) dans des collants moulants ... c'est sensuel! L'opéra, c'est chanté donc pour eux ça gueule! Et ça c'est pas sensuel!
C'est aussi que les ballets sont moins longs, qu'ils exigent moins de références culturelles que l'opéra, que c'est dynamique. A l'opéra, la plupart des jeunes trouvent qu'il ne se passe rien, que l'action n'avance pas, que les airs ralentissent la progression de l'intrigue sensiblement.
je pense que les livrets sont un obstacle pour beaucoup.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 3024
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Message par raph13 » 12 juil. 2020, 09:46

JdeB a écrit :
11 juil. 2020, 10:21
oui, tout à fait, hélas...

j'ai un ami cadre sup dans une banque qui a invité un jeune peintre autodidacte très bohème (zéro diplôme, ne s'est même pas présenté aux épreuves du bac) que je lui ai présenté à Lady Macbeth selon Warli à Bastille. Et ce jeune de 22 ans a dit oui tout de suite car il écoute beaucoup de Chostakovitch qu'il trouve "très populaire et très accessible, un peu comme Vivaldi" mais le spectacle lui a paru un "truc de vieux, dans une salle moche, avec que des gens naze comme public"

je pense que c'est surtout trop long pour eux et qu'ils ne savent pas comment s"habiller ce qui les perturbe beaucoup. Ils ont peur de ne pas avoir la bonne tenue et d'être refoulés comme devant une boite de nuit chic.
Et très peu sont au courant que c'est bon marché pour eux (ce qui les perturbe aussi d’une certaine manière quand je les mets au courant)
il y a eu récemment une campagne de pub de l'ONP où on voyait des gens habillés en haute couture qui a été désastreuse sur ce point.

Au delà de l’aspect vestimentaire et méconnaissance du prix, c’est aussi je pense le côté « je ne vais rien comprendre » qui les effraie.
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Répondre