Remise en cause du Choeur de Radio France

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6332
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Remise en cause du Choeur de Radio France

Message par David-Opera » 08 janv. 2020, 00:31

L'idée est intéressante (par exemple on donne un crédit de 200 euros par personne qu'il doit abonder d'un don minimum de 5 euros).
Je vois un inconvénient : ceux qui pourraient donner beaucoup n'y seraient pas autant incités car l'abondement paraitrait faible.
Par conséquent, au lieu de recevoir 10 + 5 milliards, les associations recevraient peut être 11 ou 12 milliards.

Ensuite, les associations ayant besoin de montants financiers importants au vu des projets qu'ils soutiennent (prenons par exemple l'AROP qui soutient l'ONP), auraient du mal à se financer, au contraire de petites associations.
Cela changerait le visage associatif, mais je ne peux dire si ce serait en mieux ou pas.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6332
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Remise en cause du Choeur de Radio France

Message par David-Opera » 08 janv. 2020, 00:35

Il y a aussi une question de stabilité. Le risque que chaque année les dons changent de destinataires, ne permettant pas aux associations de travailler sur le long terme. Il y a une notion de fidélisation qui risque de se noyer dans la dispersion.

alexios
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 197
Enregistré le : 22 mai 2017, 18:12

Re: Remise en cause du Choeur de Radio France

Message par alexios » 08 janv. 2020, 00:44

Bernard C a écrit :
08 janv. 2020, 00:28
alexios a écrit :
07 janv. 2020, 23:49
Bernard C a écrit :
07 janv. 2020, 19:47
David-Opera a écrit :
07 janv. 2020, 19:20
On peut supprimer la défiscalisation, et l'on verra comment se porteront les associations qui en bénéficient. S'il faut en arriver là pour convaincre.
Tu soulignes une chose essentielle.
Le don et la fiscalité du don qui ordonne de la contribution pour le trésor public ( du manque à percevoir pour l'essentiel) n'est pas qu'une affaire de gros mécènes.
Ça concerne des millions de citoyens à revenus moyens voire modestes.
Les dons aux associations les plus diverses, y compris politiques, caritatives , culturelles , sportives...sociales....etc...sont une façon pour le citoyen d'être un ordonnateur de la dépense publique.

Notre réseau et notre tissu social associatif tient à cette liberté très particulière et qui est une des richesses du pays.
Oui quand je fais un don pour les restos du coeur , la République en marche ou l'Opéra Comique ....par exemple :wink: , je sors de l'argent de la poche , de l'argent net de ma poche , mais je suis acteur , certes très modeste , au choix de la dépense publique auxquels mes impôts contribuent .

On ne mesure pas à quel point les français tiennent culturellement à ça .
Ça fait fonctionner notre République.

Bernard
C'est très bien de responsabiliser la population en lui donnant le choix d'orienter les deniers publics vers telle ou telle cause. Mais tu oublies opportunément la question des montants. Je ne vois pas pourquoi l'Etat abonderait de 2000€ la cause de celui qui fait un don de 1000€, alors qu'il n'abondera que de 100€ pour celle de celui avec un don de 50€. La cause de l'un est-elle plus importante que celle de l'autre, de part ses revenus, son patrimoine ?
Il ne s'agit pas alexios de " responsabiliser" la population , horrible mot ( injonction affreusement paradoxale)
Il s'agit d'être sujet citoyen . Ma valeur, comme ma voix ne se mesure pas au poids de l'argent que je peux mettre dans le don.
Il faut lire ( ou relire Marcel Mauss ).

Vous allez donner raison à elisav qui met le doigt sur les idéologies caricaturales qui transpirent chez certains et obscurcissent toute ouverture.

Bernard
Bien-sûr que si.

Et je vois que tu éludes mon propos principal sur la disproportion des montants que l'Etat abonde selon l'aisance ou non du donneur. Toujours tout à ramener à "moi", "mon travail", "ma valeur"...

alexios
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 197
Enregistré le : 22 mai 2017, 18:12

Re: Remise en cause du Choeur de Radio France

Message par alexios » 08 janv. 2020, 00:48

David-Opera a écrit :
08 janv. 2020, 00:31
L'idée est intéressante (par exemple on donne un crédit de 200 euros par personne qu'il doit abonder d'un don minimum de 5 euros).
Je vois un inconvénient : ceux qui pourraient donner beaucoup n'y seraient pas autant incités car l'abondement paraitrait faible.
Par conséquent, au lieu de recevoir 10 + 5 milliards, les associations recevraient peut être 11 ou 12 milliards.

Ensuite, les associations ayant besoin de montants financiers importants au vu des projets qu'ils soutiennent (prenons par exemple l'AROP qui soutient l'ONP), auraient du mal à se financer, au contraire de petites associations.
Cela changerait le visage associatif, mais je ne peux dire si ce serait en mieux ou pas.
Je ne vois pas pourquoi ceux qui donnent disons 1000€ à l'AROP, cesseraient de le faire. Mais, en effet, l'AROP ne toucherait plus que 1000€ au lieu de 3000€ actuellement. Gage ensuite à l'AROP d’intéresser l'ensemble des mélomanes de France et non plus seulement les poches profondes qui courent leurs galas.

D'ailleurs il serait intéressant de savoir quelle part du mécénat que récolte l'OnP est en fait une subvention indirecte de l'Etat.

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11136
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Remise en cause du Choeur de Radio France

Message par Bernard C » 08 janv. 2020, 01:21

alexios a écrit :
08 janv. 2020, 00:44
Bernard C a écrit :
08 janv. 2020, 00:28
alexios a écrit :
07 janv. 2020, 23:49
Bernard C a écrit :
07 janv. 2020, 19:47
David-Opera a écrit :
07 janv. 2020, 19:20
On peut supprimer la défiscalisation, et l'on verra comment se porteront les associations qui en bénéficient. S'il faut en arriver là pour convaincre.
Tu soulignes une chose essentielle.
Le don et la fiscalité du don qui ordonne de la contribution pour le trésor public ( du manque à percevoir pour l'essentiel) n'est pas qu'une affaire de gros mécènes.
Ça concerne des millions de citoyens à revenus moyens voire modestes.
Les dons aux associations les plus diverses, y compris politiques, caritatives , culturelles , sportives...sociales....etc...sont une façon pour le citoyen d'être un ordonnateur de la dépense publique.

Notre réseau et notre tissu social associatif tient à cette liberté très particulière et qui est une des richesses du pays.
Oui quand je fais un don pour les restos du coeur , la République en marche ou l'Opéra Comique ....par exemple :wink: , je sors de l'argent de la poche , de l'argent net de ma poche , mais je suis acteur , certes très modeste , au choix de la dépense publique auxquels mes impôts contribuent .

On ne mesure pas à quel point les français tiennent culturellement à ça .
Ça fait fonctionner notre République.

Bernard
C'est très bien de responsabiliser la population en lui donnant le choix d'orienter les deniers publics vers telle ou telle cause. Mais tu oublies opportunément la question des montants. Je ne vois pas pourquoi l'Etat abonderait de 2000€ la cause de celui qui fait un don de 1000€, alors qu'il n'abondera que de 100€ pour celle de celui avec un don de 50€. La cause de l'un est-elle plus importante que celle de l'autre, de part ses revenus, son patrimoine ?
Il ne s'agit pas alexios de " responsabiliser" la population , horrible mot ( injonction affreusement paradoxale)
Il s'agit d'être sujet citoyen . Ma valeur, comme ma voix ne se mesure pas au poids de l'argent que je peux mettre dans le don.
Il faut lire ( ou relire Marcel Mauss ).

Vous allez donner raison à elisav qui met le doigt sur les idéologies caricaturales qui transpirent chez certains et obscurcissent toute ouverture.

Bernard
Bien-sûr que si.

Et je vois que tu éludes mon propos principal sur la disproportion des montants que l'Etat abonde selon l'aisance ou non du donneur. Toujours tout à ramener à "moi", "mon travail", "ma valeur"...
"Moi , ma valeur , mon travail" , c'est pas ma personne , c'est l'expression du signifiant, ce que j'appelle le sujet , ce qui est tragiquement absent de la mécanique de ton discours.
Ce pour quoi je t'invitais à ouvrir ta réflexion sur le don du côté de Mauss.
Je n'élude rien du tout mais il faut bien constater que tout ça tourne en rond.
Et que ça ne règle pas le problème du chœur de Radio France.

Bernard
COVID-19 , à lire : https://www.larecherche.fr/covid-19-cor ... nt-aveugle
Puis Aretha Franklin pour le plaisir
https://youtu.be/k33sINjn9o0

houppelande
Ténor
Ténor
Messages : 751
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:00

Re: Remise en cause du Choeur de Radio France

Message par houppelande » 08 janv. 2020, 07:55

alexios a écrit :
07 janv. 2020, 23:49
C'est très bien de responsabiliser la population en lui donnant le choix d'orienter les deniers publics vers telle ou telle cause. Mais tu oublies opportunément la question des montants. Je ne vois pas pourquoi l'Etat abonderait de 2000€ la cause de celui qui fait un don de 1000€, alors qu'il n'abondera que de 100€ pour celle de celui avec un don de 50€. La cause de l'un est-elle plus importante que celle de l'autre, de part ses revenus, son patrimoine ?
Il faut raisonner sur la'population globale de donneurs. Un cause populaire ramènera facilement 20 donneurs à 50 € et l'état abondera encore de 2000 €.
elisav a écrit :
07 janv. 2020, 21:53
Quelle est donc l’utilité des riches ?
Payer des impôts ?

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13941
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Remise en cause du Choeur de Radio France

Message par HELENE ADAM » 08 janv. 2020, 09:08

Pour revenir sur le sujet après toutes ces digressions, l'article de France Musique suite au concert dans le Hall de Radio France le 4 janvier et à l'annulation des concerts officiellement programmés pour cette rentrée. La grève dure depuis le 25 novembre suite à l'annonce de la suppression de 299 postes du Choeur de Radio France.

A Radio France, l’année 2020 a débuté avec l’annulation de quatre événements phares : les concerts du nouvel an, assurés par les deux formations musicales instrumentales. Samedi 4 janvier, pour annoncer que les concerts du week-end étaient annulés et afficher leur soutien au mouvement de grève, le Chœur et l’Orchestre philharmonique de Radio France se sont rassemblés dans le hall de la maison de la radio pour interpréter l’Hymne à la joie de Beethoven et La Marseillaise.
« Nous aimons passionnément notre métier, notre orchestre, notre maison, a lu la violoniste Virginie Buscail, devenue cheffe d’orchestre le temps de ce happening. Nous nous adressons à vous aujourd'hui pour vous informer, pour témoigner notre soutien au mouvement de contestation qui s'oppose à cette logique de rentabilité absurde, celle d'un Etat qui se détourne de la mission de notre maison. Puisse cet Hymne à la joie ne pas être notre Chant du cygne. »

299 départs volontaires d'ici à 2022

La grève à Radio France, lancée le 25 novembre 2019 pour protester contre les suppressions de postes annoncées, a repris dès le début de l’année à l’appel de la CGT, après une trêve pendant les fêtes de fin d’année. Les grévistes et syndicats dénoncent les 299 départs volontaires qui devront être effectifs d’ici à 2022. De son côté, Sibyle Veil, présidente de Radio France s’est exprimée dans le Journal du dimanche à la mi décembre annonçant qu’il serait « irresponsable » d’abandonner le plan d’économies, et qu’« il n’y a pas d’alternative ».

Face à ce discours, les formations musicales ont souhaité poursuivre le mouvement avec ces nouvelles annulations de concerts, qui sont un « déchirement » pour eux : « C'est un crève-coeur pour nous », affirme Sylvie Bertho, choriste et élue CGT. Le Choeur de Radio France est la formation musicale la plus impactée dans le plan d’économies puisque la direction demande le départ volontaire de 33 membres, quatre ans après la suppression de 24 postes au sein de cette même formation, ce qui ferait passer le choeur de Radio France de 114 membres à 60.
« Quand on chante Carmina Burana, la 9e de Beethoven, une 2e symphonie de Mahler, un Requiem de Berlioz, on les chante à au moins 90 chanteurs professionnels car ce sont des ouvrages très éprouvants, avec une nomenclature d'orchestre très importante. Donc si on nous réduit à 60, on ne pourra plus aborder ce répertoire que le public affectionne tant », poursuit la choriste.

La direction de la musique - à travers la voix de Michel Orier - s’est exprimée sur le sujet, avançant que pour les œuvres qui nécessitent un effectif plus important, un chœur supplémentaire pourrait être appelé."


Voir ici
https://www.francemusique.fr/actualite- ... p=1&xtcr=1
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6332
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Remise en cause du Choeur de Radio France

Message par David-Opera » 08 janv. 2020, 09:24

La seule chose que l'on peut dire à la faveur de la direction est qu'elle résiste, pour l'instant, aux recommandations de la cour des comptes de carrément fusionner les deux orchestres.
On voit bien que tout le monde est pris en tenaille dans cette histoire.

https://www.lefigaro.fr/musique/l-aveni ... s-20200104

Extraits :

La réforme est pilotée par Sibyle Veil, PDG de Radio France, et Michel Orier, directeur musical. «Les deux expliquent avoir bataillé car leur tutelle voulait supprimer deux formations parmi les quatre», relate Sylvie Bertho, soprano au sein du chœur. Elle soupçonne la direction d’avoir avancé cette hypothèse pour convaincre les membres du chœur que ces trente départs volontaires étaient un moindre mal. Une idée que Michel Orier «ne souhaite pas commenter».
...
Si on se retrouve à 60, on ne pourra plus interpréter ce répertoire. Toute une exception culturelle est sacrifiée», estime la soprano Laurya Lamy. «À 90 on pouvait encore espérer interpréter un certain répertoire. À 60, le projet artistique vole en éclats», s’inquiète également le ténor Arnaud Vabois. Pour Sylvie Bertho, «les sons très pianissimo sont possibles à 90, pas à 60. Les grands chefs se régalaient grâce à ces effectifs très malléables.»
...
La réforme est selon les choristes d’autant moins compréhensible que l’auditorium ne désemplit pas. «Il est plein à 90% à chaque concert», affirme Arnaud Vabois.


Le directeur musical de Radio France prête à la formation une grande souplesse, la possibilité de faire appel à des externes ouvrant la voie à de nombreuses configurations différentes. «On travaillera en fonction des effectifs qui sont les nôtres. Ce n’est pas parce que l’on sera un chœur à 60 qu’on ne fera que des pièces pour 60 musiciens», anticipe-t-il.
...
Mais l’argument ne parvient pas à convaincre les grévistes, selon qui le recours à des intermittents nuirait à la qualité des prestations de la formation. La réduction des effectifs impliquerait, selon eux, un changement drastique de style. «Ce chœur symphonique exigeait de grandes voix. Désormais, il sera un chœur de chambre, exigeant plus de technique. Inévitablement cela va entraîner la mise à l’écart de certaines personnes», explique Cyril Verhulst, ténor et benjamin du chœur.

...
Selon plusieurs choristes, le chœur ne fonctionne déjà plus au complet, les plus âgés ayant peu à peu été évincés. Le sujet de l’âge est lancinant dans la plupart des chœurs permanents, et celui de Radio France ne fait pas exception. «À la différence des chœurs où l’on fait appel à des intermittents qui vont et viennent, tous les chœurs permanents sont âgés, explique Sylvie Bertho. Radio France aurait dû gérer nos fins de carrière.» «On n’a pas pu renouveler les effectifs depuis 10 ans», déplore Cyril Verhulst, qui explique qu’à 40 ans, il compte parmi les plus jeunes à avoir intégré le chœur. Michel Orier dit ne pas voir ce qu’aurait pu faire la direction musicale pour endiguer le vieillissement, les admis au très sélectif concours du chœur étant embauchés en CDI et l’âge limite de travail au sein de la Maison Ronde étant de 70 ans. «Le droit du travail fait qu’ils peuvent rester jusqu’à ce qu’ils décident de partir», explique le directeur de la musique.
...
Michel Orier se veut le plus rassurant possible. «Si j’avais la moindre inquiétude artistique, je n’aurais pas envisagé cette solution», affirme-t-il. En attendant, les prochaines saisons se préparent. «La saison 2020-2021 est bouclée sur les effectifs qui sont les nôtres aujourd’hui et nous allons envisager les suivantes en tenant compte des réductions à venir», prévient-il.

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11136
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Remise en cause du Choeur de Radio France

Message par Bernard C » 08 janv. 2020, 09:44

Comment faut-il lire ce paragraphe ?

Selon plusieurs choristes, le chœur ne fonctionne déjà plus au complet, les plus âgés ayant peu à peu été évincés. Le sujet de l’âge est lancinant dans la plupart des chœurs permanents, et celui de Radio France ne fait pas exception. «À la différence des chœurs où l’on fait appel à des intermittents qui vont et viennent, tous les chœurs permanents sont âgés, explique Sylvie Bertho. Radio France aurait dû gérer nos fins de carrière.» «On n’a pas pu renouveler les effectifs depuis 10 ans», déplore Cyril Verhulst, qui explique qu’à 40 ans, il compte parmi les plus jeunes à avoir intégré le chœur. Michel Orier dit ne pas voir ce qu’aurait pu faire la direction musicale pour endiguer le vieillissement, les admis au très sélectif concours du chœur étant embauchés en CDI et l’âge limite de travail au sein de la Maison Ronde étant de 70 ans. «Le droit du travail fait qu’ils peuvent rester jusqu’à ce qu’ils décident de partir», explique le directeur de la musique

Les choeurs de l'Opéra de Paris en grève , si je ne me trompe nous expliquent qu'ils ne peuvent pas chanter au delà de 57 ans , et si je comprends bien , des choristes de Radio France resteraient en place quitte à être "évincés" des concerts jusqu'à 70 ans ? ça veut dire quoi tout ça ?

Bernard
COVID-19 , à lire : https://www.larecherche.fr/covid-19-cor ... nt-aveugle
Puis Aretha Franklin pour le plaisir
https://youtu.be/k33sINjn9o0

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6332
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Remise en cause du Choeur de Radio France

Message par David-Opera » 08 janv. 2020, 10:52

Je comprends que parmi les choeurs de Radio France il y en a qui aiment tant leur métier qu'ils veulent l'exercer le plus longtemps possible. C'est peut-être moins vrai à l'ONP. Ce n'est qu'une hypothèse, bien entendu.

Répondre