Bisser ou ne pas bisser? + 2 futurs DVD Elisir?

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 29 juil. 2005, 14:41

doudou a écrit :
Kat a écrit :Ma mémoire me joue peut-être des tours, mais je crois bien que lors des représentations de Nabucco à bastille avec Varady, les choeurs ont bissé le Va pensiero.
Kat.
J'y étais ! Non ! Ce n'était pas vraiment possible car l'entrée du choeur correspondait au déchirement du Palais de Nabucco.
Oui, en effet, mais le palais s'ouvrait sur les choeurs qui chantaient, puis, théoriquement ils partaient en coulisse à la fin de l'air, mais je crois bien qu'une fois Va pensiero a été bissé.... Sinon, Alzeimer est à ma porte :helpsmilie: !
Kat.

Avatar du membre
ElectroCampra
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 241
Enregistré le : 24 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par ElectroCampra » 29 juil. 2005, 14:45

bajazet a écrit :Comment ça ? Tu veux dire bisser tous les airs ?!
Non, bien sûr. Mais je crois savoir que certains opéras du 19e ont été "pensés" par les compositeurs de manière à ce que le public puisse applaudir certains airs (voire qu'ils soient bissés). Mais mes études musicologiques se limitant à "M. Bluff" donc... :oops:
Pour le punir, laissez le vivre...

doudou
Ténor
Ténor
Messages : 875
Enregistré le : 20 avr. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par doudou » 29 juil. 2005, 14:49

N'oubliez pas au XVIIIème Le mariage Secret de Cimarosa, opéra intégralement bissé à la demande de l'Empereur (après souper quand même) ! :D
On veut la mort du ténor dont la grosse dame veut partager le sort.
Faites en mourir au moins un, et les deux si le coeur vous en dit.
Quant au baryton, il reste seul avec son deshonneur. (Monsieur Bluf à l\\\\\\\'Opéra)

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 29 juil. 2005, 14:53

Ça c'est vraiment le chic du chic.

Tiens, je vais le réécouter, cet opéra que j'aime tant.

Avatar du membre
ElectroCampra
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 241
Enregistré le : 24 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par ElectroCampra » 29 juil. 2005, 15:00

doudou a écrit :N'oubliez pas au XVIIIème Le mariage Secret de Cimarosa, opéra intégralement bissé à la demande de l'Empereur (après souper quand même) !
Merci Doudou, c'est justement cet opéra auquel je pensais!

EC, qui n'a toujours pas eu sa greffe.
Pour le punir, laissez le vivre...

Avatar du membre
ugo_notte
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 124
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere UNDER the Rainbow
Contact :

Message par ugo_notte » 29 juil. 2005, 18:03

J'aimerais bien qu'on bisse "Sempre Libera" et "Ardon Gli Incensi complet" avec tous les contre-trucs-machins tant qu'on y est! On se croirait dans un cirque. Non mais...

Avatar du membre
Lanou
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 114
Enregistré le : 06 nov. 2004, 00:00

Message par Lanou » 29 juil. 2005, 19:18

Mais bien sur qu'il faut bisser!!! Moi, je suis pour le bissage, oui, ok, ça rompt la continuité de l'oeuvre(mais en même temps, je crois que dire en un quart d'heure qu'on aime Leonora, qu'on est trouvère, et qu'on est le fils à sa mère, cela n'empêche de REdire ça à la miss Leonora au cas où elle aurait eu quelques vapeurs à une annonce aussi effroyable, bref, le temps de refaire sa permanente après deux (ou un, si on s'appelle domingo) contre-ut). Oui, des opéras ont été conçus pour être de la foire, du cirque, exactement dans le sens accordé lors d'une glorieuse époque romaine que l'on devrait restituer (vive le fascisme pré chrétien!!!), panem...Quelque part, en y réfléchissant, je me dis qu'un récital ou un concert, ce ne sont que des bis issus des opéras en entier. Le pur hédonisme vocal est alors maximal dans ce "genre de manifestations". Alors, en même temps, quand on entend le déchainement des mexicains quand di stefano entonne la donna è mobile, qu'il fait le si aigu, mais au moins un ton en dessous, qu'il le reprend, avec le même ton en dessous(ça devait être sa partition, qui devait être faussée!! :lol: ) et les mexicains sont toujours aussi déchaînés, bon, ça donne un côté bon enfant à l'opéra, mais de toutes façons, les bis seront toujours sur des exhibitions de notes tenues ou aigues: forcément, une cabalette ou une strette pour susciter l'emballement de spectateurs ébahis!!!
Gioir!
Sempre libera degg'io
Follegiare di gioia in gioia
Vo'che scorra il viver mio
Pei sentieri del piacer.

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Bisser ou ne pas bisser? + 2 futurs DVD Elisir?

Message par DavidLeMarrec » 29 juil. 2005, 19:54

valery a écrit :1) Bisser ou ne pas bisser?
Je viens de revoir ce soir sur écran géant, place de l'Hôtel de ville, les débuts de Villazon au Staatsoper début avril dans Nemorino. Il bisse "una furtiva". Bisser c'est toujours prendre un risque, surtout quand il faut faire aussi bien. Là j'ai presque l'impression qu'il fait encore mieux la 2e fois.
Je suis peut-être lyricorigide, mais je déteste qu'on bisse - sauf une fois l'oeuvre finie. (Pas possible avec le Trouvère effectivement.)

C'est comme le coup du verre d'eau de Bonisolli : comment croire au drame avec ça ?


Cela dit, je comprends parfaitement les motivations du public qui le réclament et, s'il est accordé, je saurais en tirer parti avec plaisir.

Idéalement, je préfère une représentation avec applaudissements au début et à la fin. Gheorghiu qui peut chanter le rôle trois fois dans la soirée n'a quà donner un récital après !


**************************


Après lecture du fil (mon message date de ce matin), je m'aperçois avec étonnement de la proportion de réticents au bis, que je n'imaginais pas telle sur ODB.


Je vais ajouter quelques exemples, pour clarifier. Sachant qu'idéalement, je suis contre toute interruption (le Hollandais sans entracte, quelle ivresse!).

- air d'un opéra baroque italien avec aria à da capo. Le da capo suffit à mon sens, mais le bis ne me gênera pas, puisque seuls les récitatifs sont véritablement dramatiques. (Je fais partie des pervers qui ont écouté Amadis di Gaula en sautant tous les airs. :oops: ) . Acceptable.

- air au milieu d'un acte. Non. Coupe totalement l'action, reprend à un moment antérieur et enlève toute légitimité au drame. Je suis même plutôt gêné dans mon écoute par les applaudissements, et ce même s'ils interviennent à l'arrêt de l'orchestre.

- air à la fin d'un acte. Exceptionnellement. Sempre libera, pourquoi pas, le sentiment est assez figé. Vendetta, s'i, tremenda vendetta me semble moins approprié, parce qu'il présente un affect d'une violence qui souffre mal le statisme - contrairement à la résolution plus réfléchie de Traviata.

- air à la fin d'un opéra. Non. On perd la suspension finale la résolution.

- choeur joyeux à la fin. Eventuellement. Ca ne change rien à l'action pour le coup. Ceux qui ne sont pas contents peuvent partir, en plus, donc ce n'est pas très grave. C'est vrai que Tout change et grandit en ces lieux, même si c'est moins fort que la première fois, je ne suis pas sûr que j'irais réclamer contre ce bis-là.


Au fait, il y a-t-il quelqu'un qui serait pour bisser le duo avec le Grand Inquisiteur, le final du Trouvère ou la mort de Boris ?


En bref, je n'aime pas les bis dans le cadre de l'opéra représenté (qu'on le joue déjà sans coupures !), mais dans certains cas, c'est acceptable, et il faut, en tant que spectateur, en tirer le meilleur parti possible lorsque cela arrive.

Avatar du membre
jeanch
Baryton
Baryton
Messages : 1209
Enregistré le : 10 avr. 2005, 23:00
Localisation : Paris

Message par jeanch » 29 juil. 2005, 23:26

Moi je suis pour bisser Parsifal et Götterdämmerung !!!

jeanch, pourquoipas (maboul du soir)

Répondre