Programmation de répertoire français en France

Actualité, potins, débats.
NICCO
Soprano
Soprano
Messages : 58
Enregistré le : 05 mai 2005, 23:00

Message par NICCO » 25 juil. 2005, 14:39

comme chanteur français on en a des bons: beuron, dessay, petibon, ragon,naouri et bien d'autres
le probleme c'est que soit les gens trouvent ces opéras trop culcul ( alors que s'ils comprenaient les autres, ils verrait que c'est pas mieux), soit ils considèrent ca comme de l'operette ce qui pour beaucoup est égal à de la sous musique ( pour cela allez travaillez offenbach ou han et vous comprendrait votre erreur)

Avatar du membre
Clement
Alto
Alto
Messages : 447
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00
Localisation : PARIS

Message par Clement » 25 juil. 2005, 14:40

et pourquoi pas des chanteurs étrangers effectivement ? qu'on se rappelle des splendeurs d'un Gedda, ou Blake, ou Kraus dans notre répertoire, parfois rare (la dame Blanche, les Huguenots, le Prophète, La muette de Portici...).
pour les ténors, ça reste un peu problématique, mais Yann Beuron, tout de même ! Alagna propose aussi des classiques français et des raretés (Cyrano, Fiesque à venir), et c'est un répertoire qu'il affectionne de toute évidence, et qu'il sert superbement.
de jeune chanteurs semblent très prometteurs (vos échos sur Comparetti... qui chante un français très beau, audible sur son site).
du côté de soprano plus ou moins légers : Dessay, Massis, Devellereau, Petibon, Léger...
des barytons de divers format sont également disponibles et bien disposés vis à vis de l'opéra français. et il y a plein de mezzos (assez légers...).
Je crois que c'est avant tout une question de volonté !!

paul
Alto
Alto
Messages : 415
Enregistré le : 23 nov. 2004, 00:00
Localisation : Igny (91)
Contact :

Message par paul » 25 juil. 2005, 14:48

NICCO a écrit :comme chanteur français on en a des bons: beuron, dessay, petibon, ragon,naouri et bien d'autres
le probleme c'est que soit les gens trouvent ces opéras trop culcul ( alors que s'ils comprenaient les autres, ils verrait que c'est pas mieux), soit ils considèrent ca comme de l'operette ce qui pour beaucoup est égal à de la sous musique ( pour cela allez travaillez offenbach ou han et vous comprendrait votre erreur)
C'est bien le malheur de cette exception française qui s'appelle l'Opéra Comique.... :cry: n'exigeant pas de grandes salles et de voix exceptionnellement puissantes mais "simplement" expressives.
Rejouez l'opéra français mais épargnez nous Lakmé au Stade de France avec Botha (Gérard), Dieusaitqui de Format Considérable (Lakmé), Podles (Malika) et Terfel (Fédéric)
:D
Et pourtant, en voyant certaines distributions et mises en scène du sempiternel Carmen, j'ai peur que ce soit ce qui nous attend :twisted: :twisted:

Avatar du membre
Clement
Alto
Alto
Messages : 447
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00
Localisation : PARIS

Message par Clement » 25 juil. 2005, 14:53

abaris a écrit :
Clement a écrit : je ne vois pas en quoi il y aurait plus de vacuité dans Lakmé que dans Aïda (ni de colonisation...).
Tu parles du livret ou de la partition ?
Parceque, quels que soient les nombreux mérites de l'ouvrage de Delibes, on peut quand même difficilement le mettre sur le même plan que le chef-d'oeuvre de Verdi ! :roll:
de toute façon il ressortent d'esthétique tellement différentes qu'il est un peu vain de les comparer.
je pensais surtout, avec un angle de vision très "mortieriste" : quel contenu politique peut-on tirer de cette oeuvre "afin qu'elle puisse encore nous parler" ? Ce n'est pas une façon très juste d'aborder l'art lyrique, ajouterais-je, mais c'est bien ainsi que beaucoup le font. :? De ce point de vue-là, je ne vois pas en quoi on pourrait tirer moins (souvent par les cheveux) quelque chose de cette oeuvre.
D'ailleurs, une oeuvre qui combine splendeurs musicales, intérêt dramatique, personnages complexes et passionnants, des thèmes et même un cynisme très "actuels" : c'est Le Prophète de Meyerbeer !! honteusement boudé en France, après des reprises récentes çà et là.

mcs
Ténor
Ténor
Messages : 951
Enregistré le : 21 janv. 2004, 00:00
Contact :

Message par mcs » 25 juil. 2005, 14:55

NICCO a écrit :tout à fait j'en discutais avec lui il y a une quinzaine de jour. En parlant de mireille les choregies risque de le jouer dans les prochaines années
8)
Leontina Vaduva l'a fait à Toulon il y a quelques années.
glissez-lui ce nom, pour voir ce qu'il en pense !

Avatar du membre
richie3774
Ténor
Ténor
Messages : 515
Enregistré le : 06 avr. 2004, 23:00
Localisation : Quaregnon Belgique
Contact :

Message par richie3774 » 25 juil. 2005, 14:56

Heureusement, l'Opéra de Paris va bientôt monter une "saison française" ce qui est révélateur du peu de cas qu'on y fait en temps normal de l'opéra français. :cry:

NICCO
Soprano
Soprano
Messages : 58
Enregistré le : 05 mai 2005, 23:00

Leontina Vaduva l'a fait à Toulon il y a quelques années.

Message par NICCO » 25 juil. 2005, 14:59

à mon avis ce ne sera pas elle, on avais entendu parler de norah amsellem mais je ne crois pas non plus. pour le moment je ne sais pas

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1560
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Message par Polyeucte » 25 juil. 2005, 15:01

reste à voir si ils oseront se lancer dans des oeuvres peu connues ou s'ils se cantonerons à Faust, Manon, Les contes d'Hoffman et Carmen.
Ce n'est pas méchant, et je n'ai rien contre les opéras cités ci-dessus, mais bon, ce n'est pas comme ça que l'on réussira à ouvrir le répertoire français... :euro:

abaris
Basse
Basse
Messages : 2897
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par abaris » 25 juil. 2005, 15:01

Clement a écrit :
abaris a écrit :
Clement a écrit : je ne vois pas en quoi il y aurait plus de vacuité dans Lakmé que dans Aïda (ni de colonisation...).
Tu parles du livret ou de la partition ?
Parceque, quels que soient les nombreux mérites de l'ouvrage de Delibes, on peut quand même difficilement le mettre sur le même plan que le chef-d'oeuvre de Verdi ! :roll:
de toute façon il ressortent d'esthétique tellement différentes qu'il est un peu vain de les comparer.
je pensais surtout, avec un angle de vision très "mortieriste" : quel contenu politique peut-on tirer de cette oeuvre "afin qu'elle puisse encore nous parler" ? Ce n'est pas une façon très juste d'aborder l'art lyrique, ajouterais-je, mais c'est bien ainsi que beaucoup le font. :? De ce point de vue-là, je ne vois pas en quoi on pourrait tirer moins (souvent par les cheveux) quelque chose de cette oeuvre.
D'ailleurs, une oeuvre qui combine splendeurs musicales, intérêt dramatique, personnages complexes et passionnants, des thèmes et même un cynisme très "actuels" : c'est Le Prophète de Meyerbeer !! honteusement boudé en France, après des reprises récentes çà et là.
Tu as raison.

J'ai lu ton post trop vite et mal compris ton propos.

J'ai surtout mal compris que tu faisais référence à l'inoubliable interview accordée par Gégé à Télérama.

Je ne peux résister au plaisir d'en citer un extrait.

Je travaille avec l'argent de la communauté. Cent millions d'euros. Mon devoir est de l'exploiter pour raconter quelque chose sur la société dans laquelle on vit. Le danger serait de continuer à considérer l'opéra comme une distraction bourgeoise du XIXe siècle, hors de prix. Le pur divertissement a très bien été récupéré par le cinéma, notamment le cinéma américain. A sa manière, Titanic s'apparente à un opéra à grand spectacle.

Le bombardement d'images, l'omniprésence de la téléréalité font perdre aux gens le sens d'une émotion sincèrement vécue et ressentie. Le théâtre, porté par la magie du chant, sublime nos vies. Quand les Grecs eurent fini leur guerre contre les Perses, Eschyle écrivit Les Perses. Il a offert à l'humanité une réflexion sur le traumatisme que sa civilisation venait d'éprouver, mis au grand jour ses refoulements. En travaillant sur du vécu, il a purgé les passions. Je suis très étonné, par exemple, qu'aucun dramaturge n'ait encore écrit la grande pièce sur la guerre du Vietnam - je n'ose espérer un opéra...

Je vais donc programmer La Juive, de Halévy, qui traite de l'antisémitisme. Aïda, de Verdi, pleine de connotations colonialistes et impérialistes. Così fan tutte, de Mozart, parle de la liberté sexuelle et pose le problème de la fidélité comme règle structurant la société. Les enjeux de pouvoir, le trésor des Troyens, de Berlioz, évoquent la guerre du pétrole. Kátia Kabanová, cette saison, dans la mise en scène de Marthaler, nous plonge en plein drame de l'alcoolisme et de la violence conjugale engendrés par le désespoir social : cela n'aurait aucun sens de continuer à situer cette oeuvre dans un charmant village russe ; le « village », aujourd'hui, c'est un HLM. En revanche, c'est vrai, je ne sais pas quoi raconter avec Lakmé, de Delibes, ou avec Meyerbeer...


abaris
Basse
Basse
Messages : 2897
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par abaris » 25 juil. 2005, 15:06

Polyeucte a écrit :reste à voir si ils oseront se lancer dans des oeuvres peu connues ou s'ils se cantonerons à Faust, Manon, Les contes d'Hoffman et Carmen.
Ce n'est pas méchant, et je n'ai rien contre les opéras cités ci-dessus, mais bon, ce n'est pas comme ça que l'on réussira à ouvrir le répertoire français... :euro:
Il y aura Faust et les Contes d'Hoffmann.
Parmi les autres projets de Gégé : Les Troyens, Louise, Samson et Dalila, Ariane et Barbe bleue, La juive.

Répondre