Page 1 sur 5

Les grands chefs lyriques : qui sont-ils aujourd'hui ?

Posté : 24 juil. 2005, 17:02
par Montfort
En lisant la relation de la présentation de la prochaine saison à La Scala par Lissner (au passage, doublement chapeau pour avoir monté une saison cohérente dans de telles conditions et pour l'éclectisme de la programmation) j'ai noté, sous la plume du journaliste : "l'idée est d'inviter 5 ou 6 chefs parmi les plus grands(...), Gérard Karsten (quelqu'un le connait-il ?) (...), Lorin Maazel (!!!!!!).
En lisant, je me suis demandé qui je classerais aujourd'hui dans "plus grands chefs lyriques"?

Voici mes choix :

§ Les grands ainés

- Abbado : indiscutable : la question est de savoir si, comme le laisse entendre le journaliste, il pourrait accepter de diriger à nouveau des opéras dans des théatres, et de revenir à La Scala comme directeur musical : je crains que non
- Boulez : ses interventions comme chef lyriques sont rares, mais en général fulgurantes : outre son Ring, je n'oublierais jamais son Pélleas (m e s par Stein) au TMP : pour moi, le meilleur à Paris, et inégalé depuis ! (je pense qu'il faudrait consacrer un fil à Boulez et l'opéra)
- Chailly : il ferait un D M idéal pour Milan, mais il vient de prendre la direction du Gewandhaus, je doute qu'il puisse assumer les deux
- Muti : il reste un référence indiscutable dans le répertoire italien : malgré son caractére tyrannique (qui n'est pas sans précédent dans l'histoire lyrique - cf Solti à Covent Garden), je suis certain qu'il a encore une longue carrière devant lui
- Levine : pour moi, il est l'exemple meme du D M à son meilleur : je ne l'ai malheureusement pas entendu les fois ou je suis allé au Met, mais les DVD dont je dispose : Tristan, Les Maitres, voire Aida sont assez éloquents (question : pourra-t-il, compte tenu de sa santé faire face à la fois à ses engagements au Met et à Boston ?)

Les "jeunes"

- Renè Jacobs : depuis que j'ai vu ses Mozart au TCE, je crois que nous tenons le grand chef lyrique de demain - son enregisrement au disque des "Saisons" vient de le confirmer : il va élargir progressivement son répertoire (un peu comme l'avait fait Harnoncourt, mais probablement avec plus de finesse)
- Vladimir Jurowski : autre jeune déjà trés grande pointure : je l'ai entendu surtout dans le répertoire slave; Onéguine, la Guerre et la Paix, mais aussi la Chauve Souris : trés impressionnant - j'adorerais l'avoir comme D M à l'ONP
- Christian Thielemann : entendu uniquement au disque : probablement le grand wagnérien de demain
- Conlon : je suis de ceux qui pense qu'il a fait un excellent travail à l'ONP ; cet orchestre est aujourd'hui un des meilleurs orchestre de fosse au monde ; j'ai entendu que Domingo l'envisageait comme D M à L A : ce serait une excellente chose
- Minkowski : ses Platée à Garnier et Sémélé au TMC ont été inoubliables : il a aussi prouvé qu'il savait (excellement) diriger autre chose que du baroque

Les interrogations :

- Christie : je le tiens pour un des musiciens les plus importants en France de ces 20 dernières années : si j'ai été convaincu par ses Indes Galantes et plus encore par son Ritorno d'Ulisse, je me suis morfondu à l'écoute de ses Serses et Hercules
- Baremboim : je n'ai pas aimé ses Mozart et ses prestations à Berlin n'ont pas toujours convaincu, mais j'ai un souvenir vivace de son Wozzeck (m e s par Chéreau) au T M P.

Quels sont les votres ?

Montfort

Posté : 24 juil. 2005, 17:06
par JdeB
Abbado, Baremboïm, Christie, Muti, Rattle, Rousset,

Posté : 24 juil. 2005, 17:24
par olaf
De toute manière "chef d'opéra" c'est un métier en cours de disparition (si on considère qu'un chef d'opéra c'est un musicien qui sait tout diriger de MOzart à Messiaen et qui est capable de remplacer n'importe qui sans répétitions). On se retrouve de plus en plus avec d'un côté des "stars" de la direction qui veulent bien diriger de l'opéra mais juste pour quelques productions avec des pointures du chant et de la mise en scène : Rattle, Salonen, Harnoncourt, Jansons, Eschenbach, Harding. Et de l'autre côté des pro de la fosse, de solides routiers plus ou moins bons : Pido, Bennini, Reynolds, Calegari.

Donc ma liste, en plus des noms que tu cites :
Gergiev et Haitink incontestablement.
Welser-Most, le chef de l'opéra de Zurich que l'on aurait tort de négliger et de limiter à ses médiocres CD symphoniques EMI. Son DVD des Maitres chanteurs chez EMI est formidable, il sait écouter ses chanteurs.
K.Ono, un des rares "jeunes" chefs formé à l'ancienne. Un grand dresseur d'orchestre et un accompagnateur hors pair.
I.Metzmacher, directeur à Hambourg et à partir de septembre au DNO d'Amsterdam.
Z.Metha mais il se limite à Wagner, Strauss et quelques Verdi.


On peut citer certains autres noms, mais ils doivent encore confirmer :
Nagano : très bon dans le répertoire du XXéme mais le reste lui est encore assez étranger.
Ozawa qui semble se plaire à Vienne mais son passé à l'Opéra est assez récent au regard de son âge
D.Gatti : très bon dans le répertoire Italien mais que vaut-il dans Wagner et Strauss ?


Certains chefs d'opéra ou qui sont passés à l'opéra ne me semblent pas mériter le label "chef lyrique" :
-A.Papano : toujours lourd, lourd, lourd
-M.W Chung : très très médiocre sauf Lady Macbeth chez DGG.

O.

Re: Les grands chefs lyriques : qui sont-ils aujourd'hui ?

Posté : 24 juil. 2005, 17:30
par abaris
Levine avant tout.
Même si ce n'est pas le plus grand, c'est le chef de fosse par excellence: large répertoire, sens du théâtre, attention aux chanteurs.

Puis :

Muti, Thielemann, Abbado, Jurovski, Dohnnanyi, Gergiev et Gardiner.

Re: Les grands chefs lyriques : qui sont-ils aujourd'hui ?

Posté : 24 juil. 2005, 17:48
par olaf
On ne peut que s'interroger sur la valeur de Rousset et de Minko (et de tous ces autres specialistes d'un petit répertoire) par rapport à Levine ???

De son bref passage au Vlaamse Opera, Minko ne s'est pas révélé un grand directeur musical.....
O.

Posté : 24 juil. 2005, 18:35
par Clement
Biondi, je ne suis pas encore convaincu... sa Norma n'était pas très réussie, et au disque je ne suis pas encore tout à fait conquis par ce que j'ai entendu, du point de vue dramatique.

Jacobs est un chef que je vais voir sans hésitation. un équilibre parfait entre sens théâtral, découverte, sens musical, très bon choix des distributions... d'ailleurs j'en dirais presque autant de Minko, qui lui a des ouvertures sur d'autres répertoire (français surtout !!).

Posté : 24 juil. 2005, 19:04
par Kat
ariodante79 a écrit :je sais pas en theatre, mais en disque les "nozze" de jacobs m'ont vraiment fait dormir.
Au contraire, ce fut pour moi un réveil salutaire ! J'adore ses Nozze et Cosi, en enntendant son Don Giovanni (hypothétique) et sa Clemenza.
Pour les grands chefs lyriques, je crois que je citerais en vrac : Levine, Muti, Ozawa, Dohnanyi, Boulez, Thielemann (tétralogie de Berlin), Jacobs, Minkowski (mais PAS pour la Flûte), Gergiev, Garrido, Rattle... Je ne me prononce pas pour Christie, car pour le coup je trouve ses Haendel soporifiques.
Mention spéciale pour Salonen et son Tristan !
Kat.

Re: Les grands chefs lyriques : qui sont-ils aujourd'hui ?

Posté : 24 juil. 2005, 19:07
par Friedmund
Montfort a écrit :En lisant la relation de la présentation de la prochaine saison à La Scala par Lissner (au passage, doublement chapeau pour avoir monté une saison cohérente dans de telles conditions et pour l'éclectisme de la programmation) j'ai noté, sous la plume du journaliste : "l'idée est d'inviter 5 ou 6 chefs parmi les plus grands(...), Gérard Karsten (quelqu'un le connait-il ?) (...), Lorin Maazel (!!!!!!).
Lissner fait un concours avec Mortier?

En tout cas, s'il faut restreindre la liste à 6, pour moi ce serait: Abbado, Chailly, Muti, Gergiev, Barenboim et Jacobs.

Jurovsky, à condition de trouver une tribune prestigieuse rapidement, et Rattle sont les prétendants aux remplacements de Muti et Barenboim qui vont vraisemblablement prendre fortement leur distance avec le monde de l'opéra dans les années à venir.

Levine, Maazel, Mehta, Haitink sont de plus en plus distants des scènes opératiques - dont ils n'ont jamais été des aigles non plus. De même Thielemann et Gardiner sont de bons chefs, mais de là à les intégrer au sein du peloton précédent, il y a un pas que je ne franchirai pas... et que je franchirai encore moins avec Pappano, Minkovski ou Conlon.