Les grands chefs lyriques : qui sont-ils aujourd'hui ?

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
jeanch
Baryton
Baryton
Messages : 1209
Enregistré le : 10 avr. 2005, 23:00
Localisation : Paris

Message par jeanch » 24 juil. 2005, 21:10

En écoutant quelques minutes du Carmen de Carlos Kleiber diffusé ce soir sur Radio Classique, je me disais qu'un chef est la clef de voûte indispensable à une soirée lyrique réussie. Le plateau vocal seul ne peut suffire alors qu'un bon chef de fosse peut réussir à gérer son plateau de la manière la plus favorable possible, comblant en cela les possibles carences des chanteurs.
Je relève dans cette liste que les chefs nommés sont la plupart d'un âge assez avancé, sans être pour autant prêts d'arrêter. Et la question que je me pose : y a-t-il une vraie relève ? Certes on peut m'avancer des noms comme Harding, Sokhiev, Jurowski, Thielemann, K. Ono (j'avance en âge) mais finalement la question profonde est : forme-t-on (veut-on) vraiment former des chefs lyriques ? Les noms qui apparaissent ne sont-ils pas liés au talent individuel (genre Harding qui dirige à moins de 25 ans) ? D'ailleurs a-t-on jamais pu "former" des chefs d'orchestre ? :roll:


P.S. A l'heure de la parité, on voit encore très peu de femmes émerger dans la direction musicale. J'ai entendu (en laissant trainer une oreille à un entracte) que Claire Gibault (pourtant assistante d'Abbado) avait été refusée par les musiciens du Philar de Radio France. Je ne réclame pas particulièrement une "féminisation des baguettes" (ce n'est pas le sexe du chef mais le résultat qui m'intéresse) mais le milieu me parait très masculin, même dans la nouvelle génération (en dehors de C. Gibault, E. Haim, et Laurence Equilbey -chef de choeur qui déborde- sont les seuls noms qui me viennent, et des commes ça j'en veux bien d'autres :wink: ).

P.P.S. Je n'ai pas lu le nom de Dohnanyi et je réinsiste sur celui de Haitink. Pour le reste, ayant horreur des classements, je ne me permettrais pas de parachever la catégorisation montfortaise, même si Levine celui qui mérite le mieux le titre de "chef lyrique" - "directeur musical" à l'heure actuelle.

yoshi
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 112
Enregistré le : 13 déc. 2004, 00:00

Message par yoshi » 24 juil. 2005, 23:11

Bruno Walter, Carlos Kleiber, Arturo Toscanini, Leonard Bernstein, Herbert von Karajan, André Cluytens, Fritz Reiner, Karl Böhm, Wilhelm Furtwängler, Dimitri Mitropoulos, Hans Knapertsbusch. Mais il est possible que quelques un soient morts.

Avatar du membre
Tatiana
Messages : 49
Enregistré le : 17 janv. 2005, 00:00
Localisation : Düsseldorf

Message par Tatiana » 24 juil. 2005, 23:47

Alors hors catégorie: Furtwängler. Avec ce chef on arrive à un degré de profondeur d'intelligence et de musicalité pour moi jamais égalées...

Les monstres sacrés aujourd'hui disparus: Kleiber, Böhm, Walter, et bien sûr Karajan et Solti.

Monstres sacrés encore en vie: Abaddo hors catégorie...Bien sûr Barenboïm, Ozawa, Maazel seulement ensuite Levine et Rattle...ne pas oublier Prêtre, et d'autres incontournables qui ne me viennent plus en tête
Les grands: Muti, Haitink, Rozhdventsky...

Les p'tits jeunes: Vladimir Jurowski.:loveletter: Indépendamment du fait que ce soit mon chouchou, je ne trouve vraiment pas que Harding et même Philippe Jordan que j'aodre lui arrivent à la cheville...en aucun cas. Jurowski est un génie qui apporte réellement une lecture nouvelle et envoûtante des oeuvres, et pour répondre aux différents posts: oui je serais la première à adorer l'avoir vomme DM del'ONP plutôt que Cambreling, sans aucune hésitation...et surtout il a déjà des postes importants: principal chef invité du LPO; il est surtout le DM du Festival de Glyndebourne et à partir de 2006 le DM de l'Orchestre National de Russie...

Voilou
Bonne soirée
Amiti&s
Tania
Ah! Le Bonheur était si proche...

wagneriano
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 163
Enregistré le : 28 nov. 2004, 00:00
Localisation : Rome (Italie)

Message par wagneriano » 25 juil. 2005, 00:13

Alors hors catégorie: Furtwängler. Avec ce chef on arrive à un degré de profondeur d'intelligence et de musicalité pour moi jamais égalées...

Et Toscanini? Et De Sabata? :?

Les monstres sacrés aujourd'hui disparus: Kleiber, Böhm, Walter, et bien sûr Karajan et Solti.

A mon avis, ni Walter ni Bohm sont au meme niveau de Karajan, de Kleiber et meme de Solti.

Les grands: Muti, Haitink, Rozhdventsky...

D'accord pour Muti, peut-etre pour Haitink, mais Rozhdventsky est fini (tu as vu la Dame de Pique à Bastille?). Parmi les russes, Termikanov est insurclassable.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 25 juil. 2005, 00:25

wagneriano a écrit :Alors hors catégorie: Furtwängler. Avec ce chef on arrive à un degré de profondeur d'intelligence et de musicalité pour moi jamais égalées...

Et Toscanini? Et De Sabata? :?
Je suis aussi sous fascination furtwaänglerienne, mais pas partout non plus. Et puis il ne faudrait quand même pas oublier Richard Strauss non plus.
wagneriano a écrit :Les monstres sacrés aujourd'hui disparus: Kleiber, Böhm, Walter, et bien sûr Karajan et Solti.

A mon avis, ni Walter ni Bohm sont au meme niveau de Karajan, de Kleiber et meme de Solti.
J'aurais plutôt dit que Solti n'était quand même pas de la même trempe que Walter, Böhm, Karajan et Kleiber pour peu que l'on parle d'Erich (Carlos Kleiber est un cas trop particulier, qui nécessite un fil de discussion à lui seul pour en louer les grands mérites, mais aussi relativiser toute la légende liée en grande partie à ses apparitions fantomatiques sur les estrades). Böhm reste le straussien du 20ème siècle, et un wagnérien enthousiasmant et confondant de naturel.

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1565
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Message par Polyeucte » 25 juil. 2005, 08:16

je crois que il y en a un qui a été oublié, et pas des moindres pour l'opéra francais : Michel Plasson qui a beaucoup dirigé d'opéra, qui a su faire en partie revivre l'opéra français qui était traîté avec un certain mépris pendant un temps.
Même si aujourd'hui, il est parti de Toulouse, il n'en continue pas moins de diriger à travers le monde : il a dirigé un peu partout et pour l'instant, il dirige les Contes d'Hoffmann à Orange et Hamlet à Genève en mars 2006...

Quand même, on lui doit beaucoup de choses et notament des enregistrements qui font dates (Faust, Roméo et Juliette, Mireille, Werther, Don Quichotte)...

Avatar du membre
marie
Soprano
Soprano
Messages : 86
Enregistré le : 14 mars 2004, 00:00

Message par marie » 25 juil. 2005, 08:23

On ne le voit pas beaucoup en France à part à Tours, mais JY Ossonce a pas mal d'atouts aussi, il met en valeur les chanteurs et cherche à faire ressugir quelques oeuvres méconnues (je pense en particulier à l'enregistrement du pays de Ropartz) tout en cherchant à promouvoir l'art lyrique avec la politique tarifaire et vers les enfants du grand théâtre de Tours. Alors disons, catégorie espoir :)
ML (et puis j'ai jamais entendu en vrai tout ceux dont vous parlez alors je la joue régionale!)

Avatar du membre
Elvino
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 151
Enregistré le : 08 mai 2004, 23:00
Localisation : Toulouse
Contact :

Message par Elvino » 25 juil. 2005, 08:37

moi j'ai bien aimé armiliato (avec surement des fautes d'ortographe)
j'ai eu l'occasion de le voir a plusieurs reprises a toulouse, et j'ai trouvé sa direction vraiement interessante
bine evidement en toulousain de base, plasson est qd meme un grand chef a mon avis (vu deux fois également a toulouse, sur le tard, mais encore vif :lol: )
"il dolce sono..."

Montfort
Ténor
Ténor
Messages : 706
Enregistré le : 22 mai 2005, 23:00
Localisation : Paris XVI

Message par Montfort » 25 juil. 2005, 09:04

wagneriano a écrit :Alors hors catégorie: Furtwängler. Avec ce chef on arrive à un degré de profondeur d'intelligence et de musicalité pour moi jamais égalées...

Et Toscanini? Et De Sabata? :?

Les monstres sacrés aujourd'hui disparus: Kleiber, Böhm, Walter, et bien sûr Karajan et Solti.

A mon avis, ni Walter ni Bohm sont au meme niveau de Karajan, de Kleiber et meme de Solti.

Les grands: Muti, Haitink, Rozhdventsky...

D'accord pour Muti, peut-etre pour Haitink, mais Rozhdventsky est fini (tu as vu la Dame de Pique à Bastille?). Parmi les russes, Termikanov est insurclassable.

Il est implicite dans mon fil que j'évoque des chefs toujours en activité.

M.
Eccomi alfine in Babilonia

Répondre