Bilan de la première saison de Gérard Mortier (2)

Actualité, potins, débats.
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21562
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Bilan de la première saison de Gérard Mortier (2)

Message par JdeB » 11 juil. 2005, 22:29

suite du fil http://site.operadatabase.com.site.hmt- ... 4722#54722

Le précédent fil commençait à ramer (trop lourd ?)

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 11 juil. 2005, 22:34

Friedmund a écrit :
tuano a écrit :Pour cela, Liebermann a quand même dissout la troupe de l'Opéra, ce qui a en partie entraîné une traversée du désert pour le chant français.
Je pense que les heureux élus qui se sont gavés à l'époque de Rysanek, Nilsson, Price, Crespin, Jones, Te Kanawa, Scotto, Arroyo ou bien encore de Domingo, Vickers, King, Pavarotti ou Gedda, sans parler des orgies de Ghiaurov, Talvela, Cappuccilli, Cossoto ou Ludwig ne s'en sont pas plaint outre mesure :wink:
Je ne m'en plaindrais pas non plus mais tout de même...

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 11 juil. 2005, 22:41

Friedmund a écrit :Je pense que les heureux élus qui se sont gavés à l'époque de Rysanek, Nilsson, Price, Crespin, Jones, Te Kanawa, Scotto, Arroyo ou bien encore de Domingo, Vickers, King, Pavarotti ou Gedda, sans parler des orgies de Ghiaurov, Talvela, Cappuccilli, Cossoto ou Ludwig ne s'en sont pas plaint outre mesure
La remarque de Tuano me semble néanmoins fondamentale : en voulant avoir les meilleures individualités présentes, on a hypothéqué l'avenir, notamment sur le répertoire où l'ONP avait le plus à apporter.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 11 juil. 2005, 22:46

Répertoire que de toute façon l'ONP ne jouait pas, pendant que les américains fantasmaient sur Massenet et les anglais sur Berlioz...

Reste encore à prouver que le maintien de ladite troupe aurait engendré des génies colossaux. Le passé ne plaide pas en la faveur de cet argument. A contrario, l'absence de troupe n'a pas empêché l'émergence d'une génération fantastique pour le chant français 20 ans plus tard.

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 11 juil. 2005, 22:56

Friedmund a écrit :Reste encore à prouver que le maintien de ladite troupe aurait engendré des génies colossaux.
Oh que non, ce n'est pas le but ! Mais le maintien d'un répertoire un peu plus original que celui des deux saisons que tu citais, sans doute.

A contrario, l'absence de troupe n'a pas empêché l'émergence d'une génération fantastique pour le chant français 20 ans plus tard.
Effectivement, car cela n'a rien à voir.

David - liquide

Avatar du membre
Vincenzo
Soprano
Soprano
Messages : 98
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Localisation : Paris

Message par Vincenzo » 11 juil. 2005, 23:04

Friedmund a écrit :Je pense que les heureux élus qui se sont gavés à l'époque de Rysanek, Nilsson, Price, Crespin, Jones, Te Kanawa, Scotto, Arroyo ou bien encore de Domingo, Vickers, King, Pavarotti ou Gedda, sans parler des orgies de Ghiaurov, Talvela, Cappuccilli, Cossoto ou Ludwig ne s'en sont pas plaint outre mesure
Non, en effet, je ne m'en suis jamais plaint, pas plus que des Solti (Les Noces, Don Giovanni, Otello, Rheingold et Walküre), Krips (Cosi'), Boehm (Elektra et L'enlèvement), Prêtre (Les Contes d'Hoffmann Samson et Don Carlo) ou Abbado (Boccanegra) ni des productions de Strehler (Les Noces et Boccanegra), René Clair (Orphée et Eurydice), Lavelli (Faust et Pelléas), Chéreau (Les Contes d'Hoffmann et Lulu), Ponnelle (Cosi' fan tutte), voire Dexter (I Vespri siciliani) et j'en passe! :P
V.

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 11 juil. 2005, 23:34

DavidLeMarrec a écrit :
Friedmund a écrit :Reste encore à prouver que le maintien de ladite troupe aurait engendré des génies colossaux.
Oh que non, ce n'est pas le but ! Mais le maintien d'un répertoire un peu plus original que celui des deux saisons que tu citais, sans doute.

A contrario, l'absence de troupe n'a pas empêché l'émergence d'une génération fantastique pour le chant français 20 ans plus tard.
Effectivement, car cela n'a rien à voir.

David - liquide
La troupe de l'Opéra et du Comique comportait bien plus d'excellent chanteurs qu'on l'a dit par la suite (Gedda -si si !- Crespin, Massard, Bacquier, Chauvet, Soyer, Vanzo, Sarroca, Bianco, Borthayre, Mesplé -oui, bon...-, Esposito, Guiot, Mars et j'en oublie).

En revanche, contrairement à ce que tu as l'air de croire, le répertoire était encore plus restreint qu'à l'époque de Liebermann. Pour le coup, on donnait que les piliers du répertoire, répartis entre Garnier et Favart avec quelques doublons (Tosca et Carmen).

Les Indes galantes ont été à peu près la seule résurection notable de l'après-guerre aux années 60.

X

Avatar du membre
Vincenzo
Soprano
Soprano
Messages : 98
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Localisation : Paris

Message par Vincenzo » 11 juil. 2005, 23:46

Mais Liebermann a réemployés les meilleurs d'entre eux... Même Mesplé, sans parler d'Eda-Pierre.
V.

Avatar du membre
PaoloAlbiani
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 762
Enregistré le : 05 nov. 2004, 00:00
Contact :

Message par PaoloAlbiani » 12 juil. 2005, 07:17

Vincenzo a écrit :Mais Liebermann a réemployés les meilleurs d'entre eux... Même Mesplé, sans parler d'Eda-Pierre.
V.
Réemployé ??? tu rigoles..... Avant Liebermann, ils chantaient presque toutes les semaines, après son arrivée.... beaucoup moins.... Pourquoi la carrière de Vanzo, par exemple, a pris un tournant international dans les années 70 ? Parce qu'il a été obligé de trouver des contrats ailleurs qu'à Paris... même s'il y revenait de temps à autres.... Et je ne parle pas des autres, Massard, Cox, Bianco, Blanc, Sarroca, Vilma, Py,.... et j'en oublie...

Quant aux autres, heureusement que les théâtre de province (décidement j'ai horreur de ce mot) tournaient à plein régime, ce qui permettait à tous ces grands artistes de travailler régulièrement.

Je l'ai déjà écrit, Liebermann a malheureusement été le fossoyeur de cette génération de chanteurs.... qui ont été repris à l'Opéra dans les choeurs alors qu'ils faisaient une carrière soliste (Savignol, et d'autres...)

Jef
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 175
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Normandie
Contact :

Message par Jef » 12 juil. 2005, 10:46

Xavier a écrit :
Les Indes galantes ont été à peu près la seule résurection notable de l'après-guerre aux années 60.

X
Obéron avait été aussi ressuscité par Maurice Lehmann dans les années 1950.

Répondre