Astrid Varnay

Les artistes
Avatar du membre
MELLIUG
Messages : 12
Enregistré le : 06 juil. 2005, 23:00
Localisation : PARIS
Contact :

Message par MELLIUG » 08 sept. 2006, 00:45

parsifal832 a écrit :
RuggeroRaimondi a écrit :Qui l'a déjà entendu sur scène? C'était impressionnant?
Je n'ai que des enregistrements lives, ça avait l'air énorme, mais je dois avouer que je ne l'aime pas beaucoup :oops:
Je l'ai vu 9 fois sur scène ,principalement à Bayreuth dans les années 60:
ISOLDE ,en 1963(m e s WIELAND W,dir K.BOEHM)
BRUNNEHILDE (de Siegfried et Gotterdammerung),en 1963 et 1964(m e s WOLFGANG W,dir R.KEMPE)
KUNDRY,en 1965(m e s WIELAND W,dir A.CLUYTENS)
ORTRUD en 1967(m e s WOLFGANG W dir R.KEMPE),
et une dernière fois...en 1980 à l'opéra de Marseille dans la CLYTEMNESTRE d'Elektra,
A chaque fois j'ai été sidéré par sa présence scènique phénoménale,son sens du tragique,l'engagement total qui émanait de ses compositions théatrales;ayant les mèmes ressources dans le domaine théatral,je n'ai guerre connu depuis que G.JONES
Sur le plan vocal,elle était dottée d'une voix très puissante,se projetant à merveille,mème si vers la fin(dans les années 60,c'était déja lafin...prématurée)elleavait tendance à émettre des aigus 'criés'
Ce fut une très grande artiste
Quelle chance d'avoir vu tout cela,avec Böhm et Wieland!Wieland je n'ai jamais pu voir hélàs-mais rien que voir les photos,ah si un petit extrait d'un Tristan au I avec Nisson et Töpper,et cela me confirme le génie de ce metteur en scène-mais par contre Böhm,oui j'ai pu entendre cela dans Elektra au Palais Garnier en 1975.Il y avait Nilsson,Rysanek,et Astrid Varnay,prodigieuse!La direction de Böhm était à la fois-et c'est cela qui était extraordinnaire-d'une rigueur extrême et extrêment incendiaire!

Avatar du membre
Windgassen
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 242
Enregistré le : 19 mai 2005, 23:00
Localisation : Morbihan

Message par Windgassen » 08 sept. 2006, 14:37

Montfort a écrit :quand retrouvera-t-on des wagneriens de cette trempe ?
Je fonde de gros espirs en Janice Baird qui fut son élève, qui a pratiquement le même répertoire, qui a un timbre de voix qui n'est pas sans rappeller celui d'Astrid Varnay.

On ne remplacera pas Astrid, mais on espère des voix et des dames de cette trempe!
Des Schweigens Herrin
heisst mich schweigen
fass' ich, was sie verschwieg,
verschweig' ich, was sie nicht fasst.

www.janicebaird.com/

Avatar du membre
PaoloAlbiani
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 762
Enregistré le : 05 nov. 2004, 00:00
Contact :

Message par PaoloAlbiani » 08 sept. 2006, 19:05

Merci à mon ami Julien1703 pour son vibrant hommage à cette grande dame

Avatar du membre
telramund
Messages : 27
Enregistré le : 14 juil. 2005, 23:00

Message par telramund » 10 sept. 2006, 11:50

Je n'ai appris cette triste nouvelle que ce week-end, car je n'ai plus internet en semaine... Merci les journaux français pour n'avoir rien dit (on voit la place de la culture dans notre pays... bref).

Comme je l'ai dit autre part, même si j'adore la fureur d'Inge Borkh, la rage d'Ursula Schröder-Feinen, le métal de Birgit Nilsson, c'est, pour moi, Astrid Varnay qui restera l'Elektra du siècle (je le lui avais dit l'année dernière par courrier postal).
Sur la cinquantaine de versions de cet opéra que je possède, j'en ai 6 avec elle dans le rôle titre, et c'est à chaque fois un enchantement (même dans les années 60).
Et que dire de sa Clytemnestre, sans doute moins contre-alto qu'Ernestine Schumann-Heink, évidemment, mais tellement présente ! (voir ses yeux dans le film de Böhm !!).

Elle fut sans doute, aux côtés de Mödl, la plus grande Brünnhilde des années 50. Pour s'en convaincre, réécouter le Ring Krauss 53 ou le Kna 56 (et même le Keilberth 55 récemment édité).

Son Isolde ne fut pas mal non plus! Pas mal ?? C'est peu dire... Mais je ne trouve pas d'autres mots. Même en 66, aux côtés de Windgassen à Münich, la fatigue commence à se faire entendre, mais elle 'assurait' toujours au maximum (en 68 aussi, avec Leitner cette fois).

Et que dire de son Ortrud ?? ça se passe de commentaires je pense. Il n'y a qu'à l'écouter pour avoir des sueurs froides lors de ses imprécations (en 54 surtout, comme c'est souligné plus haut).

Bien sûr, Kundry ne fut jamais le rôle révê pour elle, mais elle s'y jette à fond, femelle enragée en 54 au Met, plus en difficulté à Bayreuth dans les années 60 (elle le dit elle même: "Mödl est sans doute la Kundry du siècle, Nilsson sera à jamais Turandot (qu'elle même n'a jamais osée) et moi, c'est Ortrud... ou Elektra?").

Les années 70 lui amenèrent les rôles de caractères sur un plateau: Herodias, bien sûr, mais surtout la Kostelnicka de Jenufa: il faut l'y entendre en 1968 à Covent Garden (Kubelik dirige), au Met en 1974 (avec Kubiak et Vickers) mais surtout la VOIR (et en couleurs !) sur le DVD de la représentation de Münich de 1970 (toujours Kubelik) où elle est absolument déchirante au 2 avec Hillebrecht dans le rôle titre et Jean Cox en Stewa.
Monumental.

Ne pas oublier sa Nourrice non plus, dans la Frau (ohne Schatten), avec Sawallisch et Nilssonou Hillebrecht, Bjoner et les autres...

Plus exotique dans sa carrière (et encore très jeune), le quatuor à cordes de Schönberg dirigé par Mitropoulos (CD Urania, décembre 1945): un ut à pavoiser !

Et Mahagonny, dirigé par Levine, en 1979 au Met, où elle est une ineffable Leokadja Begbick.

Une très grande Dame du chant s'est éteinte.

"Leb' wohl, du kühnes, herrliches Kind!" :cry:

Avatar du membre
aurele
Basse
Basse
Messages : 2063
Enregistré le : 30 août 2006, 23:00
Contact :

Message par aurele » 12 nov. 2008, 22:32

J'adore Varnay que je n'ai entendu qu'en entier dans la Brünnhilde de la Walkyrie, je connais son interprétation du monologue d'entrée d'Elektra dans plusieurs versions (une de mes interprétations préférées avec celles de Borkh et Rysanek). Je connais également son interprétation du Liebestod (très touchante), de la scène finale de Salomé (extraordinaire sur le plan dramatique et vocal), de la ballade de Senta (puissance de la voix qui est là mais ce n'est pas une interprétation qui me bouleverse) et du premier air d'Elsa (par contre je ne suis pas fan car pas du tout de douceur) et de l'Immolation de Brünnhilde (interprétation très juste dramatiquement et bouleversante).

Pour poursuivre chez Wagner, elle a chanté les deux rôles féminins dans Tannhäuser c'est à dire Venus et Elisabeth. Dans lequel vous paraît elle le mieux s'il vous plaît? Elle a chanté les deux rôles au Met. Elle a alterné entre Venus et Elisabeth lors de la saison 1947-1948 : 4 fois Elisabeth et 3 fois Venus. Elle a alterné également dans ces deux rôles lors des saisons 1953-1954 et 1954-1955.

Pour Elisabeth (elle fit ses débuts dans le rôle au Met le 23 janvier 1942) :
15 fois au Met et 3 fois en tournée avec la troupe dans les villes de Philadelphie (18/12/1945), Baltimore (02/04/1946) et Cleveland (20/04/1954).

Pour Venus (elle fit ses débuts dans le rôle au Met le 27 décembre 1947 et le chanta jusqu'en 1955, ce qui est aussi le cas de son Elisabeth) :
8 fois au Met et 2 fois en tournée avec la troupe dans les villes de Philadelphie (06/04/1954) et Boston (30/04/1954).

Voici les 3 versions disponibles en disque, je ne sais pas si on peut en trouver d'autres :

Pour son Elisabeth :

_live du 5 février 1944 sous la direction de Paul Breisach avec la distribution suivante pour les autres rôles:
Tannhäuser : Lauritz Melchior
Wolfram : Julius Huehn
Venus : Marjorie Lawrence
Hermann : Alexander Kipnis
Walther : John Garris
Heinrich : Emery Darcy
Biterolf : Mack Harrell
Reinmar : John Gurney
Ein junger Hirt : Maxine Stellman

_live avec presque 10 ans d'écart sous la direction de Rudolf Kempe avec la distribution suivante pour les autres rôles :
Tannhäuser : Ramon Vinay
Wolfram : George London
Venus : Blanche Thebom
Hermann : Jerome Hines
Walther : Giulio Gari
Heinrich : Paul Franke
Biterolf : Clifford Harvuot
Reinmar : Norman Scott
Ein junger Hirt : Heidi Krall

Pour sa Venus :

_live du 6 mars 1948 sous la direction de Fritz Stiedry avec dans les autres rôles :
Tannhäuser : Lauritz Melchior
Elisabeth : Helen Traubel
Wolfram : Herbert Janssen
Hermann : Mihály Székely
Walther : John Garris
Heinrich : Emery Darcy
Biterolf : Osie Hawkins
Reinmar : Philip Kinsman
Ein junger Hirt : Maxine Stellman

Je vous remercie d'avance pour vos commentaires sur l'une ou l'autre de ces versions.

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 844
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: ASTRID VARNAY IN MEMORIAM

Message par Peleo » 12 août 2018, 09:36

Je n'ai entendu parlé d'aucune célébration pour le centenaire de le naissance d'Astrid Varnay.
Les admirateurs de Birgit Nilsson ont la mémoire moins courte.

Wim
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 145
Enregistré le : 10 déc. 2017, 12:56

Re: Astrid Varnay

Message par Wim » 12 août 2018, 14:23

Malheureusement je n'ai jamais entendu Astrid Varnay live mais j'écoute très souvent les CD de sa Brunnhilde (Keilberth, 1955) que je préfère sans la moindre hésitation à Nilsson. Cette émotion dans la voix n'est comparable à aucune autre. Elle me coupe le souffle à chaque fois. Sublime !

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10486
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Astrid Varnay

Message par HELENE ADAM » 12 août 2018, 15:00

Wim a écrit :
12 août 2018, 14:23
Malheureusement je n'ai jamais entendu Astrid Varnay live mais j'écoute très souvent les CD de sa Brunnhilde (Keilberth, 1955) que je préfère sans la moindre hésitation à Nilsson. Cette émotion dans la voix n'est comparable à aucune autre. Elle me coupe le souffle à chaque fois. Sublime !
ou Krauss 1953, j'ai réécouté ses "trois" Brünnhilde dans cet enregistrement live de Bayreuth juste après Munich. Pour le plaisir de l'entendre, elle (quelle voix, quel investissement, quelle émotion), avec Hans Hotter, Wolfgang Windgassen et Ramon Vinay...

Rappel : une émission de Jérémy Rousseau sur France Mu (avec les commentaires comparant ces deux versions...)

https://www.francemusique.fr/emissions/ ... rano-63494
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9113
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Astrid Varnay

Message par Bernard C » 12 août 2018, 16:49

Sur scène, un monstre sacré, une présence absolue.
On ne voit plus ça.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1097
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re:

Message par philipppe » 12 août 2018, 19:33

Windgassen a écrit :
08 sept. 2006, 14:37
Montfort a écrit :quand retrouvera-t-on des wagneriens de cette trempe ?
Je fonde de gros espirs en Janice Baird qui fut son élève, qui a pratiquement le même répertoire, qui a un timbre de voix qui n'est pas sans rappeller celui d'Astrid Varnay.

On ne remplacera pas Astrid, mais on espère des voix et des dames de cette trempe!
Qu’est devenue Janice Baird ?

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 29 invités