Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Egisthe
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 147
Enregistré le : 09 sept. 2012, 23:00
Localisation : Paris

Re: Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Message par Egisthe » 11 juin 2018, 13:14

Représentation du dimanche 10 juin, 14h30

Meilleures lumières : les chanteurs

« A peuple nouveau, art nouveau » écrit Hugo dans sa préface d’Hernani. Force est de constater que la citation paraît bien incongrue à l’issue de cette représentation dominicale du dramma lirico de Verdi à l’Opéra de Marseille. Mais ne soyons pas mauvaises langues pour autant…

Saluons tout d’abord le choix si bienvenu de la direction de programmer pour la troisième fois en 42 ans cette œuvre charnière du jeune Verdi quand d’autres maisons, aussi attachées au maestro soient-elles, semblent copieusement l’ignorer…

Mais mauvaise nouvelle avant le lever du rideau. Dans le cadre du mouvement social, une partie du personnel technique est en grève et la représentation sera privée de ses lumières et d’une partie des accessoires et mouvements de décor. Le plateau se retrouve donc éclairé du début à la fin d’une lumière unique comme pour une séance de travail.Très difficile dans ces conditions d’apprécier la production de Jean-Louis Grinda créée à Monte-Carlo en 2014 (avec déjà Tézier et Vinogradov) puis reprise à Liège l’année suivante. Quelle cruauté pourrait-on même dire. Car cet aléa dont l’équipe artistique n’est en rien responsable ne fait que mettre plus en avant les lacunes évidentes de cette production. Que voit-on alors ? Une direction d’acteurs pratiquement inexistante et des costumes bien pâles dignes d’un son et lumière Renaissance au Puy-du-Fou. Notons tout de même l’intérêt esthétique apporté par le grand miroir en oblique (vu plusieurs fois chez Günter Krämer) reflétant notamment le sol du tombeau de Charlemagne au troisième acte, et l’efficace lever de rideau sur les courtisans vêtus de blanc pour célébrer en dansant les noces d’Elvira et de Don Juan d’Aragon au dernier tableau. Effet réussi, même si les chœurs sont de nouveau en rang d’oignons et s’animent fort peu scéniquement comme tout au long du spectacle. Passons, et gageons que nombre des déconvenues sont dues aujourd’hui à ce malheureux contexte.

Heureusement, l’opéra c’est aussi un orchestre et des chanteurs. Et on peut dire sans hésiter que tous, fort capables, sauvent et magnifient la représentation. Le quatuor vocal principal est alléchant, et il ne déçoit pas. Il fait même parfois des miracles.

Francesco Meli et Ludovic Tézier sont probablement aujourd’hui les meilleurs interprètes d’Ernani et de Don Carlo. Ils se taillent d’ailleurs la part du lion aux saluts suivis de près par l’étonnamment jeune Silva d’Alexander Vinogradov. Hui He n’est pas en reste pour autant et parvient à se faire une belle place face à ce redoutable trio masculin. Effectuant ses débuts sur la scène marseillaise (tout comme Meli et Vinogradov) mais aussi sa prise de rôle en Elvira, l’interprète surprend avec bonheur en affrontant avec succès son air d’entrée. Tout est en place, en particulier l’agilité des vocalises et une légèreté qu’on ne lui connaissait pas tout en conservant un aigu charnu et sonore. L’assurance s’accroît au fil du spectacle et tout juste pourrait-on souhaiter un peu plus d’insolence vocale et des graves plus présents.

De volume et d’insolence, la gent masculine n’en manque pas. Francesco Meli ouvre le bal avec un chant ample, très musical, nuancé et vaillant même si on aimerait plus de variété dans les couleurs et un engagement scénique plus constant. Un peu en retrait en milieu de représentation, le ténor italien retrouve sa superbe et son panache au dernier tableau pour une scène finale efficace.

Ludovic Tézier lui aussi est parfois confronté à des épisodes monolithiques en première partie. Si l’on se réfère à son récent Rodrigo à Bastille, preuve en est encore une fois que l’on chante toujours avec davantage d’inspiration quand on est activement dirigé par son metteur en scène. Toute proportion gardée, l’enfant du pays s’en tire habilement grâce à une tessiture et à un souffle parfaitement maîtrisés, et un italien d’une grande éloquence qui font de lui l’un des plus grands barytons verdiens de notre époque. Succès attendu et mérité pour son air après l’entracte, où toute son intelligence de style s’exprime pour créer une vraie tension dramatique.

Grand styliste également, Alexander Vinogradov ne fait qu’une bouchée de son air d’entrée d’une voix très noble et profonde sans jamais sacrifier la clarté de l’émission. On le sent plus préoccupé par la suite, notamment par ses aigus, avant d’apprendre après l’entracte que le chanteur est souffrant mais assurera la fin de la représentation. Mal à l’aise dans sa perruque et sa barbe grisonnantes d’apôtre du Christ et prisonnier d’une gestuelle parcimonieuse mais ô combien caricaturale et outrée qu’on se demande s’il ne s’agit pas là d’une parodie de divinité ou de vieux barbon dans une opérette, la basse se défait de tous ces artifices au troisième acte, forcé par les circonstances de se rendre à l’évidence qu’il est encore bien trop frais pour être crédible en oncle Silva. Le chanteur assure néanmoins avec courage et pertinence la partie vocale jusqu’à la fin.

Les comprimarios soutiennent efficacement ce quatuor. Citons la brillance de Christophe Berry en Don Riccardo et l’abatage d’Antoine Garcin en Jago.

L’orchestre est également un réel soutien pour le plateau, conduit par un Lawrence Foster qui connaît son Verdi sur le bout des doigts. Très attentif aux chanteurs, le chef sculpte un beau son très homogène d’un bout à l’autre de la partition. Quelques légers décalages avec les chœurs qui sont malheureusement trop souvent couverts par les cuivres et les percussions empêchent de recevoir pleinement l’homogénéité sonore, le caractère, les nuances et les ruptures de l’ensemble préparé par Emmanuel Trenque.

Théo Orlowski

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3476
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Message par Loïs » 11 juin 2018, 13:29

JdeB a écrit :
11 juin 2018, 13:03
Moi je ne vais jamais à l'opéra en matinée, surtout pas dans le Sud car cela me déprime profondément
T'as l'impression de visiter un pavillon témoin? :lol:

En tout cas si ce qui n'est pas vieux à Menton c'est un citron :mrgreen: , à Marseille c'est un ODB (grosse concentration au m², c'était mieux que la Légion qui saute sur Kolwezi) :Jumpy:

Avatar du membre
zigfrid
Baryton
Baryton
Messages : 1268
Enregistré le : 14 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Message par zigfrid » 13 juin 2018, 08:55

Ce fut une belle représentation, avec des réserves concernant Meli et He: j'ai entendu nombre de retransmissions avec Meli, dont la Giovanna d'Arco scaligère et l'Aida salzbourgeoise, et j'ai toujours été gêné par ce timbre de voix, cette impavidité: quel ennui! A Marseille j'ai noté une émission "constipée" alla Cupido et un vibrato très très accentué. Certes le chant est musical et nuancé, mais le timbre de voix est très laid. pour moi, ce ténor restera un ténor de routine, quoiqu'on en dise. Le nouveau Bergonzi? allons donc un peu de sérieux...
Hui He s'en tire avec les honneurs: le métal vocal est encore beau, il n 'y a pas de signe d'usure malgré un répertoire très lourd; les aigus ne lui posent pas de problèmes; mais l'assise dans le grave est trop faible; l'air d'entrée (inchantable) est grosso modo bien exécuté; et globalement, le chant est beaucoup trop monochrome, tout est chanté de la même manière, aucune nuance, aucun allègement, (ne parlons pas de mezza voce ou de piani); tout cela donne un chant somme toute très scolaire; le public d'ailleurs l'applaudit assez modestement.
Rien à ajouter sur Tézier, somptueux d'un bout à l'autre; la basse splendide elle aussi, malgré deux petits problèmes à l'acte 1.
Quand j'ai vu les postiches de lui et ses sbires, je me suis demandé comment des horreurs pareilles pouvaient encore exister de nos jours dans un theâtre, fût il de province...

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3476
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Message par Loïs » 13 juin 2018, 09:00

zigfrid a écrit :
13 juin 2018, 08:55
un ténor de routine, quoiqu'on en dise. Le nouveau Bergonzi? allons donc un peu de sérieux...
Tu lis trop vite Zigfrid: je tire la même conclusion que toi sur la voix et le notamment timbre (mais je développe sur ses qualités techniques) et l'allusion à Bergonzi c'est sur une phrase seulement (d'où mon sursaut)

Avatar du membre
zigfrid
Baryton
Baryton
Messages : 1268
Enregistré le : 14 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Message par zigfrid » 13 juin 2018, 09:14

Loïs a écrit :
13 juin 2018, 09:00
zigfrid a écrit :
13 juin 2018, 08:55
un ténor de routine, quoiqu'on en dise. Le nouveau Bergonzi? allons donc un peu de sérieux...
Tu lis trop vite Zigfrid: je tire la même conclusion que toi sur la voix et le notamment timbre (mais je développe sur ses qualités techniques) et l'allusion à Bergonzi c'est sur une phrase seulement (d'où mon sursaut)
ah mais je ne faisais pas référence à ce que tu écrivais, mais à une connaissance du public qui était en extase...

Avatar du membre
fomalhaut
Ténor
Ténor
Messages : 739
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Message par fomalhaut » 14 juin 2018, 16:59

Représentation du mercredi 13 juin (20H00).

Après une représentation plutôt agitée dimanche 10 , le calme était revenu hier soir : Salle attentive et enthousiaste, silencieuse (malgré quelques « Brava » aussi inutiles que grossiers), température gérable (23/24°) et Alexandre Vinogradov sans barbe et sans perruque…mon épouse s’est étonnée qu’une voix si large puisse sortir de « la bouche d’un jeune homme si mince » (il a, quand même, 42 ans).

Orchestre et chœur remarquables de qualité, menés de main de maitre par Lawrence Foster qui a dirigé l’œuvre d’une façon ferme mais nuancée et a adopté des tempi pertinents, guidant et soutenant parfaitement les chanteurs.

Qu’écrire regardant les prestations de Hui Hé, Francesco Meli et Ludovic Tézier, sinon que mon ressenti est comparable à ceux de Loïs et Zigfrid.
Hui Hé n’a pas l’aisance vocale qui lui permettrait de parfaitement dominer le rôle d’Elvira mais elle s’y impose quand bien même on attendrait un chant plus nuancé, la voix de Francesco Meli n’a pas la puissance et l’éclat qu’appelle le rôle d’Ernani mais, comme l’a écrit Loïs, il en joue et joue habilement de ses qualités propres pour donner une image intéressante et tout à fait convaincante du personnage. Ludovic Tézier fut magnifique, comme on s’y attendait, rien à ajouter. La voix profonde et large d’Alexandre Vinogradov, à la peine le dimanche, sonna superbement dans le rôle de Silva qu’il interpréta avec beaucoup d’aisance et de justesse. Seul bémol, sans barbe et perruque, il n’avait pas du tout l’air du triste et sinistre vieillard qu'est Silva !

Compte-tenu de l’éclairage restreint, il est délicat de se prononcer sur la mise en scène, les décors et les costumes. Disons que décors et costumes illustraient l’Espagne de l’époque, telle qu'on peut l'imaginer, tandis que la mise en scène, traditionnelle et inoffensive, ne péchait pas par excès.

Un festin vocal, un opéra magnifiquement servi, un spectacle tel qu’on voudrait en voir plus souvent, une belle fin de saison. Bravo !

fomalhaut

elisav
Baryton
Baryton
Messages : 1616
Enregistré le : 18 juin 2012, 23:00

Re: Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Message par elisav » 14 juin 2018, 17:49

Cette production est tout à fait comme il faut : costumes d’époque et décors d’époque et on y laisse les chanteurs tranquilles pour qu’ils puissent se concentrer sur leur chant. Qui plus est, elle passe presque inaperçue.
Qu’est-ce qu’on peut lui reprocher ?

Efemere
Basse
Basse
Messages : 2008
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Message par Efemere » 14 juin 2018, 17:57

Il y a toujours les espèces de plumeaux tenus par les choristes femmes (pendant la scène du mariage) et le rideau étoilé façon Broadway ?

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3476
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Message par Loïs » 14 juin 2018, 20:33

Efemere a écrit :
14 juin 2018, 17:57
Il y a toujours les espèces de plumeaux tenus par les choristes femmes (pendant la scène du mariage) et le rideau étoilé façon Broadway ?
je ne sais pas si la grève continue mais dimanche cela tenait de la version en costumes et sans accessoires

Avatar du membre
fomalhaut
Ténor
Ténor
Messages : 739
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Verdi - Ernani - Foster/Grinda - Marseille - 06/2018

Message par fomalhaut » 15 juin 2018, 10:49

Loïs a écrit :
14 juin 2018, 20:33
Efemere a écrit :
14 juin 2018, 17:57
Il y a toujours les espèces de plumeaux tenus par les choristes femmes (pendant la scène du mariage) et le rideau étoilé façon Broadway ?
je ne sais pas si la grève continue mais dimanche cela tenait de la version en costumes et sans accessoires
La grève continuait mercredi soir. Maurice Xiberras (très applaudi) a fait une annonce avant le spectacle.
Par ailleurs, j'ai noté que les cabalettes des airs d' Ernani, Elvira, Silva et Don Carlo avaient été reprises comme cela devrait être fait systématiquement dans ce répertoire. Enfin, l'Acte II se terminait par le duo original Ernani-Silva et non par l'air d' Ernani, ajouté ultérieurement, air que chantait régulièrement Pavarotti, me semble-t-il. Pour ma part, je préfère cette fin qui étoffe le rôle d'Ernani.

fomalhaut

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 28 invités