Meyerbeer ? L?Africaine ?Auvray - Strasbourg, 06/2004

Représentations
Avatar du membre
Alain
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 140
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Localisation : Le Mans
Contact :

Message par Alain » 19 juin 2004, 14:19

euh!!! désolé, je crois que je ne suis pas encore très au point sur le fonctionnement pratique de ce site.
Je vais reprendre le mode d'emploi.
Pourtant je lis bien les news, promis, juré mais j'oublie vite aussi.

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

en attendant ,dans la fièvre L' AFRICAINE à MULHOUSE....

Message par tristan » 01 juil. 2004, 11:13

Après le grand choc que furent LES HUGUENOTS à METZ ,j' attends demain avec une réelle impatience:2 MEYERBEER en un mois , c'est une chance absolue.....
J' ai vu grace à un ami la video avec DOMINGO/VERRET et j' écoute en boucle l' enregistrement depuis 8 jours ,car je ne suis pas un familier de l' oeuvre, elle cache de grandes beautés!
Les impressions de TRISTAN suivront.......bientôt!!!!
D' autres ODBIENS seront ils à MULHOUSE le 2/7 ?

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

à MULHOUSE , le 2/7.....

Message par tristan » 03 juil. 2004, 22:26

à tous les MEYERBEERIENS du site.....un nouveau choc émotionnel en moins d' un mois......
........je débarque juste d' un train interminable.....et ne puis résister au plaisir de commencer un nouveau " feuilleton meyerbeer" , et tout d' abord,vous dire mon émerveillement devant l' oeuvre que je découvrais hier soir , ne l' ayant que peu écoutée en cd!
OUI! L' AFRICAINE est un parfait chef d' oeuvre où GACCOMO a réalisé à la fin de sa vie ( pardon, je devrai dire de 1837 à 1861) une synthèse absolue de l' opéra " européen" avec des influences italiennes , germaniques et naturellement françaises ;l' auteur a longuement travaillé son livret, a changé le nom des personnages en cours de rédaction et finalement.....n'a
pas assisté à la création triomphale de son ouvrage,en 1865 ,.....il était mort l' année précédente, pareille histoire s' est reproduite pour les CONTES d' HOFFMANN!!
Pour ce soir, je voudrais évoquer la belle et sobre mise enscène de JEAN-CLAUDE AUVRAY :une vision pleine de poésie où les moments au 1° degré( scène du conseil) ,alternent avec des tableaux empreints de rêve et d' onirisme : un ORIENT à la fois imaginé de très loin ,qui évoque LOTI ou DELACROIX , et un peu de "pacotille" , mais toujours de très bon goût .
Le 3° acte en mer ,a été réalisé en toiles immenses créant des volumes changeants avec un jeu très sûr des choeurs au cours de la tempête.
Dans les deux derniers actes , AUVRAY a campé une ambiance "très PECHEURS DE PERLES ou LAKME " se mariant très subtilement aux noces de VASCO et de SELIKA puis à la bouleversante scène finale....
à bientôt pour parler de SELIKA...................................tristan

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

bouleversante SELIKA!

Message par tristan » 06 juil. 2004, 13:29

J ' avais rarement vu SYLVIE BRUNET sur scène. Il me semble que sa carrière est essentiellement provinciale et à l'étranger et que hélas les parisiens ont rarement eu l'occasion d'entendre cette voix exceptionnelle.
J'ai découvert une voix large de "mezzo aigu" ou de falcon comme on voudra l'appeler.
Elle a campé l'héroïne titre avec une infinie variété de couleurs dans sa palette vocale, tendre dans sa berceuse du 2ème acte, véhémente parfois dans sa jalousie et bouleversante dans la somptueuse scène finale, où l'héroïne meurt d'amour, le rôle oscillant entre la tendresse de LAKME et de grandioses envolées que l'on pourrait presque assimiler à un personnage pré-wagnérien.
La tessiture du rôle a été extrêmement maîtrisée par Sylvie Brunet qui par ailleurs portait son costume de reine orientale avec une réelle majesté.
J'ai également énormément apprécié son talent d'actrice, en particulier dans ses rapports avec VASCO et NELUSKO.
Nous devons à Sylvie BRunet d'intenses moments d'émotion et de vraie féminité dans un ouvrage où les "temps forts" abondent.
Prochain épisode du feuilleton, ... le difficile rôle de Nelusko.

Tristan

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

Un rôle éprouvant... Nelusko

Message par tristan » 06 juil. 2004, 13:51

Un incident qui aurait pu être grave ,a failli interrompre la représentation de l'Africaine le 2 juillet à Mulhouse.
J'avais bien remarqué au 1er acte et au début du 2ème, que M. PETER SIDHOM présentait quelques signes de fatigue, car il dispose habituellement d'une voix puissante et sonore de baryton "dit de caractère".
On a pu le voir à Paris dans Faninal, le héraut de Lohengrin, et le Capitaine Balstrode dans Peter Grimes. Dans chacune de ces parties, il faisait preuve d'autorité et de présence scénique réelle, car il est également un remarquable acteur.
Un peu après l'air célèbre du 2nd acte, "filles des rois...", et avant le duo Sélika/ Vasco, on l'a vu chanceler et s'écrouler sur le sol, d'une manière tellement théatrale que l'on aurait pu croire, et certains de mes voisins le croyaient, que cette chute faisait partie de la mise en scène.
Quelques instants plus tard, le régisseur de scène a fait baisser le rideau, le chef s'est arrêté, on a vu courir le médecin de salle vers la coulisse et le directeur du théatre est venu nous annoncer que Monsieur Sidhom ayant eu un malaise, la représentation était momentanément interrompue...
Un long moment après, le directeur est revenu nous dire que l'on allait terminer le 2nd acte, puisque Nélusko n'avait plus qu'une ou deux phrases à chanter, qui seraient "envoyées" de la coulisse par un autre interprète.
...Un long entracte a suivi, et nouvelle annonce: le jeune Cyril Rovery, titulaire du rôle du Grand Brahmine, qui avait assuré la doublure du rôle principal pendant toutes les répétitions, allait assurer le 3ème acte.
Ce jeune chanteur a défendu avec beaucoup de conviction,avec une voix certes plus verte que celle du titulaire, le rôle de l'esclave malgache. En particulier, il a assuré le célèbre morceau légendaire "Adamastor, roi des vagues profondes", avec énergie et conviction. Quand on sait la difficulté de ce morceau, on peut penser que M. Sidhom, fatigué, n'était pas en état de défendre son rôle au cours de cet acte.
...Un long entracte a encore suivi et, ...nouvelle annonce: le titulaire du rôle, un peu rétabli, allait reprendre son costume et son rôle pour terminer les 2 actes restants.
Il les a chantés en grand professionnel, certes il était attentif à ne pas trop "donner", et n'avait pas remis la lourde coiffure qu'il portait au 1er acte.
Il faut dire que Nelusko a beaucoup moins à chanter au cours de ces 2 actes.
A la fin du spectacle, Peter Sidhom est revenu saluer sous des applaudissements nourris, mais que pour ma part j'aurai souhaités beaucoup plus chaleureux, sans doute le public ne se rend pas toujours compte de l'aspect éprouvant et épuisant physiquement de nombreux rôles que les chanteurs dispensent sous leurs yeux chaque soir et on remarque souvent que le public est plus enclin à critiquer qu'à remercier.
Avec une élégance très émouvante, M. Peter Sidhom a tenu à prendre la main de son jeune camarade Cyril Rovery et à le faire applaudir comme il le méritait, le jeune homme ayant revêtu son costume de brahmine.
Nous n'avons pas eu de nouvelles du chanteur souffrant, mais je ne pouvais m'empêcher de penser, à la fin de la représentation, que tous ceux que nous applaudissons à longueur d'années assument une responsabilité extrêmement lourde et ce n'est pas pour rien que certains le payent très cher dans leur santé ou dans leur vie. J'ai repensé au grand baryton américain Leonard Warren qui, à la fin du redoutable "Urna fatale" de la Forza Del Destino, s'est écroulé sur la scène du MET, en 1960... L'opéra est décidément un lieu de passion, d'amour, de haine, de jalousie mais aussi de mort.

Tristan

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20861
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Autographes de Meyerbeer à vendre...

Message par JdeB » 06 juil. 2004, 21:30

Si l'envie vous en prend, des autographes de Meyerbeer sont en vente sur internet...

http://www.manuscripts.co.uk/stock/6262.HTM

Image

http://www.manuscripts.co.uk/stock/5421.HTM

Image

?385 chaque...

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

le prix d' un autographe.....

Message par tristan » 07 juil. 2004, 06:42

Merci, cher J DE B ,mais......avant de partir faire la tournée des festivals,
la ligne meyerbeerienne........est un peu chère........
Peut on découper l' autographe? .....et avoir chacun un mot.....ou une lettre?........on se réunirait de temps en temps pour reconstituer l' ensemble.......Bonne journée ET.....
.............." Pour cette cause sainte........!!!!!!
TRISTAN

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

et enfin.....VASCO......

Message par tristan » 07 juil. 2004, 18:59

Le rôle de VASCO DE GAMA est certainement celui dont les extraits ont été le plus largement diffusés au disque. On connaît la célèbre interprétation d'ENRICO CARUSO et celles tout aussi renommées de CESAR VEZZANI, sans compter les italiens comme LAURI VOLPI ou ... un danois comme MELCHIOR. C'est dire que les plus grandes voix ont été séduites par la vocalité du rôle, ce qui ne veut pas forcément dire qu'ils l'ont interprété sur scène. A Mulhouse, un ténor peu connu des grandes scènes, BOJIDAR NIKOLOV, a vaillament relevé le défi. Le metteur en scène JEAN-CLAUDE AUVRAY nous confie même dans le programme que sans lui, cette production aurait été tout simplement impossible.
NIKOLOV a un physique de grand jeune premier, mais semble plutôt embarassé sur scène et se réfugie souvent dans des attitudes un peu stéréotypées. La voix est belle sans être exceptionnelle, assez lyrique.
L'écriture du rôle est assez centrale, mais les phrases tendues vers l'aigü le montrent parfois à la limite de ses moyens. Le rôle ne dépasse pas le si naturel aigü, et pourtant, il présente des phrases extrêmement périlleuses.
Tout le monde attend l'air célèbre: "Au paradis, sorti de l'onde...". Notre jeune "héros" le chanta avec application.
Quant au duo de l'acte 2, avec SELIKA, SYLVIE BRUNET mit une réelle application pour ne pas couvrir son partenaire.
En résumé, cet interprète ne déparait pas l'ensemble qui fut fort homogène et nous permit de découvrir cet étonnant dernier chef d'oeuvre de MEYERBEER.
Nous attendons avec impatience la saison prochaine, où on nous promet les HUGUENOTS à Liège, et à nouveau cette production de L'AFRICAINE à Avignon.
Ne doutons point que tous les Meyerbeeriens anciens et nouveaux auront à coeur de faire le voyage!!!
TRISTAN

Verrouillé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : philopera et 92 invités