Rossini - La Cambiale di Matrimonio - Fogliani/Criqui - ONR - 03-04/2016

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 787
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Rossini - La Cambiale di Matrimonio - Fogliani/Criqui - ONR - 03-04/2016

Message par Piero1809 » 07 avr. 2016, 12:06

La Cambiale di Matrimonio (La lettre de change)
Gioachino Rossini
Gaetano Rossi Libretto

Antonino Fogliani, Direction Musicale
Jean-Michel Criqui, Mise en espace

Jaroslaw Kitala, Tobia Mill
Francesca Sorteni/ Rocio Perez, Fanny
Emmanuel Franco, Slook
Diego Godoy, Edoardo Milfort
Nathanaël Tavernier, Norton
Coline Dutilleul, Clarina

Orchestre Philarmonique de Strasbourg
Tokiko Hosoya/ Tommaso Turchetta, continuo

Production de l'Opéra Studio de l'ONR

Colmar Théâtre, le 5 avril 2016


Deux générations, voir un demi-siècle séparent Gioachino Rossini de Domenico Cimarosa et Giovanni Paisiello, respectivement et pourtant que de ressemblances entre le premier nommé et les deux suivants. On retrouve chez le jeune Rossini des tournures musicales et des traits de virtuosité abondamment mis en œuvre dans Gli Orazi ed i Curiazi de Cimarosa par exemple. Plus près de Rossini, Giuseppe Nicolini, Giovanni Simone Mayr, Francesco Gnecco et surtout Valentino Fioravanti qui menèrent d'honorables carrières parallèllement à Rossini, furent des sources d'inspiration importantes. D'ailleurs je défie tout non spécialiste de la musique italienne du début du 19ème siècle de distinguer à l'aveugle Le Cantatrici villane (1796) de Fioravanti des opéras de jeunesse de Rossini. J'avoue également que je trouve chez Cimarosa un don mélodique plus éclatant, une inspiration plus profonde et plus touchante que chez Rossini. La musique de cette Cambiale di Matrimonio est agréable mais ne me semble pas sortir des sentiers battus.
Alors comment expliquer ce succès obtenu en 1810 par un Rossini âgé de 17 ans qui allait amener le compositeur Pesarais vers la gloire et enfoncer ses contemporains cités plus haut dans l'oubli. Je connaissais La Cambiale di Matrimonio au disque et cette farce ne m'avait pas enthousiasmé. La représentation de Colmar m'a donné la solution : cette œuvre est incroyablement scénique et possède une énergie interne incroyable. Le spectateur est conquis dès la première scène !

La jeune Fanny qui aime Edoardo Milfort, un jeune homme sans le sou, a été vendue comme une marchandise par son père, Tobia Mill, par contrat à Mr Slook, un riche négociant Américain. Fanny qui n'apprécie pas cet odieux marché, ne se laisse pas faire et promet à Slook de faire de sa vie un enfer s'il s'obstine dans son projet matrimonial. L'Américain, trouvant l'affaire moins agréable que prévue, est encore plus déçu quand il apprend que son bien est hypothéqué. Il renonce à son entreprise et, grand seigneur, dote richement les jeunes fiancés.

Cette trame, basée sur un mariage forcé, a une résonance indiscutable dans le monde d'aujourd'hui. Pourtant elle ne doit pas être prise au sérieux. Les considérations morales ne sont pas le sujet. On assiste plutôt à un défilé de clichés : l'Américain aux moeurs exotiques, le Yankee pour qui tout peut s'acheter même l'amour. Le sujet traité est voisin de celui du Matrimonio segreto de Cimarosa avec la subtilité et la caractérisation poussée des personnages en moins mais une gaité et une légèreté irrésistibles.

Pas de scénographie, la solution choisie par Jean-Michel Criqui est celle d'une mise en espace. L'orchestre est placé au fond de la scène, les chanteurs évoluent au devant dans un espace permettant d'amples mouvements ; une vespa, un transat, des chaises de jardin et un bel éclairage font office de décor. On est en 1950 (Plan Marshall oblige), les tenues sont discrètes et seyantes. La direction d'acteurs est remarquable, les chanteurs savent parfaitement ce qu'ils ont à faire. Sitôt le rideau levé, Clarina, la servante, (Coline Dutilleul) présente avec charme et humour tous les protagonistes ; outre ses qualités d'actrice , elle a une très jolie voix qu'elle fait admirer dans son air charmant de la scène 9, Anch'io son giovane....Slook, l'Américain fut interprété magistralement pas Emmanuel Franco (baryton). Ce dernier fit preuve d'une remarquable agilité vocale dans sa cavatine de la scène 6, Benedetta sia la nostra innocente libertà. Jaroslaw Kitala (baryton) fut déclaré souffrant en début de soirée et on demanda l'indulgence du public. Personnellement je n'ai remarqué aucune baisse de tonus ou de vocalité et le chanteur incarna magistralement un Pater Familias avide et immoral. Diego Godoy donna une image dynamique et volontaire du rôle souvent ingrat du jeune homme pauvre. Le ténor chanta avec beaucoup de sentiment et un timbre agréable son très Cimarosien duo d'amour avec Fanny, Tornami a dir che m'ami. Nathanaël Tavernier dans le rôle modeste du comptable fit admirer sa très belle voix de baryton basse et ses talents d'acteur. On aimerait qu'un rôle plus consistent lui soit attibué. Francesca Sorteni fut une Fanny discrète au caractère toutefois bien trempé. Dans ce rôle assez difficile (voisin de celui de Carolina dans Il Matrimonio segreto), elle fit briller ses grandes qualités vocales et la beauté de son timbre. Vorrei spiegar il giubilo est l'air le plus brillant et virtuose de la partition, elle en donna une interprétation remarquable de fraicheur et de sentiment. Très à l'aise dans les vocalises de la dernière partie, elle fut pour moi la révélation de la soirée.
En fait j'ai été impressionné par les capacités vocales de tous les chanteurs présents. On devrait plus largement puiser dans ce vivier pour les grands rôles de l'ONR.

Remarquable direction musicale d'Antonino Fogliani, dirigeant avec autorité et en même temps décontraction, un Orchestre Philarmonique des grands jours. Tokyo Hosoya, la continuiste, fut excellente. J'ai passé une merveilleuse soirée!

Pierre Benveniste

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 858
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: Rossini - La Cambiale di Matrimonio - Fogliani/Criqui ONR 03-04/2016

Message par Peleo » 08 avr. 2016, 08:28

J'ai toujours cru que la traduction du titre était LE CONTRAT DE MARIAGE.

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 787
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Rossini - La Cambiale di Matrimonio - Fogliani/Criqui ONR 03-04/2016

Message par Piero1809 » 08 avr. 2016, 08:41

Peleo a écrit :J'ai toujours cru que la traduction du titre était LE CONTRAT DE MARIAGE.
Oui vous avez raison, c'est la traduction littérale du titre.
Après avoir hésité, j'ai écrit ce terme de Lettre de change, parce qu'il est répété avec insistance dans le programme, qu'il figure dans la traduction affichée lors du spectacle et qu'il reflète le caractère de transaction financière du projet du père de Fanny.

Stefano P

Re: Rossini - La Cambiale di Matrimonio - Fogliani/Criqui ONR 03-04/2016

Message par Stefano P » 08 avr. 2016, 12:24

Piero1809 a écrit :
Peleo a écrit :J'ai toujours cru que la traduction du titre était LE CONTRAT DE MARIAGE.
Oui vous avez raison, c'est la traduction littérale du titre.
Après avoir hésité, j'ai écrit ce terme de Lettre de change, parce qu'il est répété avec insistance dans le programme, qu'il figure dans la traduction affichée lors du spectacle et qu'il reflète le caractère de transaction financière du projet du père de Fanny.
Une "cambiale", c'est effectivement une lettre de change, ou un titre de créance, mais une "cambiale di matrimonio", c'est indubitablement un contrat de mariage...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 82 invités