Gounod- Faust- Ferran/Dumé- Espace Reuilly, 06/2004

Représentations
Avatar du membre
nina
Alto
Alto
Messages : 484
Enregistré le : 24 avr. 2004, 23:00
Localisation : PARIS
Contact :

Gounod- Faust- Ferran/Dumé- Espace Reuilly, 06/2004

Message par nina » 29 mai 2004, 08:48

trouvé un flyer à ma bibli:
Faust de gounod à l'espace Reuilly (21 rue Hénard Paris 12e m° Mongallet)
atelier d'art lyrique, choeur d'art lyrique, ochestre symphonique Paul Dukas dir JM Ferran.décors Michèle Massiou, m en s Robert Dumé
cast:
Martine Cavazzoni/Antoaneta Stoyanovza/Avi Klemberg/Marc Larcher/JP Grisoni/JP Biojout/Nicolas Bercet/Juri Djattsenko
c'est le 4 et 5 juin à 20h et le 6 juin à 16h / pl 15? 12? (réduit)
loc 0892 683 622 et au conservatoire Paul Dukas 01434717066
qui a des infos sur ce spectacle, ou cette salle ? MERCI

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

faust à reuilly

Message par tristan » 29 mai 2004, 15:41

Je travaille tout près de l' espace reuilly.
Chaque année, en liaison avec le conservatoire du 12° ,"on" donne un opéra avec de jeunes espoirs;L' an dernier, MIREILLE,ou il y a 2 ans , je ne sais plus.ROBERT DUME est un ancien "comprimario" de l' ère LIEBERMANN,
qui a eu la chance d' être sur scène avec les DOMINGO,CAPUCCILLI,RAIMONDI,PRICE........à leur grande époque.
Je ne sais rien des autres artistes, en herbe, je présume......

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Re: faust à reuilly

Message par Xavier » 29 mai 2004, 17:24

tristan a écrit :Je travaille tout près de l' espace reuilly.
Chaque année, en liaison avec le conservatoire du 12° ,"on" donne un opéra avec de jeunes espoirs;L' an dernier, MIREILLE,ou il y a 2 ans , je ne sais plus.ROBERT DUME est un ancien "comprimario" de l' ère LIEBERMANN,
qui a eu la chance d' être sur scène avec les DOMINGO,CAPUCCILLI,RAIMONDI,PRICE........à leur grande époque.
Je ne sais rien des autres artistes, en herbe, je présume......
Robert Dumé a continué sa carrière de "comprimario" bien après Libermann puisqu'il chantait le juge dans le Bal masqué qu'a chanté Pavarotti en 92(?). C'est aussi un prof de chant à Paris (au conservatoire du VIè avec Michèle Le Bris et Eda-Pierre, si mes souvenirs sont bons et s'il n'en a pas changé depuis). Il a (avait ?) assez bonne réputation comme prof.

Je regrette d'avoir raté Mireille. J'aime tant cet opéra, surtout la scène de la Crau chantée par Andrée Esposito. Et puis ça me fait un peu penser à par chez moi.

X

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

et si on partait à ARLES sur les traces de MIREILLE...

Message par tristan » 29 mai 2004, 21:54

MOI aussi j' ADORE MIREILLE que j' écoute régulièrement....
Toi et moi ne sommes pas les seuls....WIELAND WAGNER faisait aussi partie des "mireillomanes!"
Quand ERNEST a auditionné pour chanter à BAYREUTH, que crois tu que WIELAND lui a demandé: la romance à l' étoile ou l' entrée du HOLLANDAIS,que d' ailleurs, il ne connaissait qu' en français....mais non....
l' air d' ESCAMILLO puis....celui d' OURRIAS!!!!!

"SI les filles d' ARLES SONT BELLES....."tu peux continuer, toi qui est "du pays!"

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20861
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: faust à reuilly

Message par JdeB » 31 mai 2004, 08:12

Xavier a écrit :
tristan a écrit : C'est aussi un prof de chant à Paris (au conservatoire du VIè avec Michèle Le Bris et Eda-Pierre, si mes souvenirs sont bons et s'il n'en a pas changé depuis). Il a (avait ?) assez bonne réputation comme prof.

X
Il jouit en effet d'une excellente réputation comme prof. Il enseigne aujourd'hui au CNSMP

tuano
Basse
Basse
Messages : 9361
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 05 juin 2004, 10:10

Je trouve ça plus logique de poster le message de Nina dans ce fil de discussion :
nina a écrit ::oops: :oops:
bon je parle de l'autre Faust, la modeste production du conservatoire municipale du 12ème que j'ai vu hier. 4 heures de spectacle avec ballet costumes décors dans la pure tradition et qui aurait pu être le fruit d'un petit théatre de province des années 60...c'était tout de même fort honorable : le Ténor, si il souffre d'un accoutrement peu valorisant, a une jolie voix, le Mephisto a beaucoup de présence scénique et la Marguerite de dimanche 16h promet d'être bien. La musique de Gounod est ici décorticable et on est souvent touché et ému par tant de bonne volonté et de fraîcheur. :devil: :fleur: :piggy:

faustin
Basse
Basse
Messages : 2885
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

l'éternelle jeunesse du Faust de Gounod

Message par faustin » 09 juin 2004, 13:08

J'y suis allé dimanche dernier:

FAUST de Charles Gounod
Livret de Jules Barbier d'après Faust et Marguerite de Michel Carré
Orchestre symphonique Paul Dukas
Classe d'art lyrique du Conservatoire Paul Dukas
Mise en scène Robert Dumé
Direction musicale Jean-Michel Ferran
Marguerite Sandra Liz-Cartagena
Faust Avi Klemberg
Méphistopheles Juri Djatsenko

Tout à fait d'accord avec les opinions émises par Tuano. J'ai apprécié le timbre du ténor et j'ai beaucoup admiré la composition scénique de Juri Djatsenko dans le rôle de Méphisto.
J'ai éprouvé beaucoup de bonheur à écouter en entier cette oeuvre très fidélement représentée dont je connais par coeur un grand nombre d'airs et que j'avais vu avec ma famille quand j'étais enfant à l'Opéra Garnier et jamais depuis. Et puis c'est tellement reposant de ne pas trop attendre d'un spectacle, de se laisser un peu aller et qu'importe si ce n'est pas au sommet. "Quel boulot!" me suis-je dit.

Ce que j'ai détesté, c'est cette horrible salle, cette espèce de hangar innomable, que j'ai eu du mal à trouver. Je me suis dit que je devrais en dire un mot à Christophe Girard, adjoint à la culture et lui demander s'il ne pourrait pas trouver une jolie salle à l'italienne, à Paris, il n'en manque pas pour héberger les trois représentations d'un spectacle d'une telle qualité. Je dis que je devrais le faire mais je ne le ferai point, on me demanderait de quoi je me mêle.

A la sortie, j'ai demandé aux artistes quelle impression ça leur faisait de jouer un si vieux machin, tant prisé par nos grands-mères et nos arrière grand-tantes. Je ne suis pas sûr qu'ils aient bien compris la question.
Il est possible que le caractère vieillot de cet opéra ne lui colle plus à la peau, l'un des artistes m'a même dit que cet opéra avait une éternelle jeunesse.
Faustin

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Re: l'éternelle jeunesse du Faust de Gounod

Message par Xavier » 09 juin 2004, 13:35

faustin a écrit :A la sortie, j'ai demandé aux artistes quelle impression ça leur faisait de jouer un si vieux machin, tant prisé par nos grands-mères et nos arrière grand-tantes. Je ne suis pas sûr qu'ils aient bien compris la question.
Il est possible que le caractère vieillot de cet opéra ne lui colle plus à la peau, l'un des artistes m'a même dit que cet opéra avait une éternelle jeunesse.
Faustin
Faust était "vieillot" dans les années 60/70, aujourd'hui, comme heureusement beaucoup d'oeuvre de ce répertoire, il ne l'est plus.

Paradoxe des générations !

X

faustin
Basse
Basse
Messages : 2885
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

Re: l'éternelle jeunesse du Faust de Gounod

Message par faustin » 09 juin 2004, 19:37

Xavier a écrit :
faustin a écrit :A la sortie, j'ai demandé aux artistes quelle impression ça leur faisait de jouer un si vieux machin, tant prisé par nos grands-mères et nos arrière grand-tantes. Je ne suis pas sûr qu'ils aient bien compris la question.
Il est possible que le caractère vieillot de cet opéra ne lui colle plus à la peau, l'un des artistes m'a même dit que cet opéra avait une éternelle jeunesse.
Faustin
Faust était "vieillot" dans les années 60/70, aujourd'hui, comme heureusement beaucoup d'oeuvre de ce répertoire, il ne l'est plus.

Paradoxe des générations !

X
C'est bien ce que j'ai constaté en faisant ce micro-trottoir. Est-ce vraiment un paradoxe? Comment expliquer ce phénomène? Sont-ce ceux qui estimaient que de telles oeuvres, parce qu'ils les entendaient fredonner par leurs grands-tantes relevaient d'une esthétique dépassée qui avaient tout faux? C'est bien possible.
Faustin
PS pourvu que ça marche, cette fois-ci; il y a quote avant, quote après, ça devrait être bon.

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Re: l'éternelle jeunesse du Faust de Gounod

Message par Xavier » 09 juin 2004, 21:37

faustin a écrit :C'est bien ce que j'ai constaté en faisant ce micro-trottoir. Est-ce vraiment un paradoxe? Comment expliquer ce phénomène? Sont-ce ceux qui estimaient que de telles oeuvres, parce qu'ils les entendaient fredonner par leurs grands-tantes relevaient d'une esthétique dépassée qui avaient tout faux? C'est bien possible.
Faustin
PS pourvu que ça marche, cette fois-ci; il y a quote avant, quote après, ça devrait être bon.
Oui !

Oui : ceux qui estimaient que de telles oeuvres, parce qu'ils les entendaient fredonner par leurs grands-tantes relevaient d'une esthétique dépassée avaient tout faux.

On peut d'ailleurs appliquer ce raisonnement à ta phrase sur Meyerbeer le mois dernier lors de la chouquetterie.

Oui : ça marche cette fois-ci.

Moralité : tout espoir n'est jamais perdu.

X

Verrouillé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 97 invités