Porpora: Semiramide riconosciuta - Beaune, juillet 2011

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 762
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Porpora: Semiramide riconosciuta - Beaune, juillet 2011

Message par Piero1809 » 26 sept. 2011, 08:44

Festival international d’opéra baroque de Beaune
Nicola Porpora 1686-1768
Semiramide riconosciuta
Dramma per música en 3 actes, créé au Teatro San Giovanni Grisostomo de Venise en 1729
Livret de Pietro Metastasio

Orchestre Accademia Bizantina
Direction musicale: Stefano Montanari

Semiramide - Delphine Galou, contralto
Scitalce - Blandine Staskiewicz, mezzo-soprano
Mirteo - Teodora Gheorghiu, soprano
Tamiri - Maria Hinojosa Montenegro, soprano
Ircano - Juan Sancho, tenor
Sibari - Mary-Ellen Nesi, mezzo-soprano

Coproduction Festival Via Stellae Santiago de Compostelle

Vendredi 8 juillet, 21 heures Basilique Notre-Dame de Beaune



Semiramide riconosciuta, dramma per musica, musique de Nicola Porpora, livret de Metastasio, fut crée au Teatro san Giovanni Grisostomo de Venise en 1729. Le rôle titre fut confié à une alto, Lucia Facchinelli, comme le réclamait le personnage ambigu de Semiramide travestie en homme pendant la plus grande partie de l’oeuvre, jusqu’au dénouement où elle dévoile sa vraie identité. Le rôle de Scitalce fut confié au castrat Nicolo Grimaldi. Antonia Negri joua le rôle de Tamiri. Le rôle d’Ircano fut confié à la basse Giuseppe Maria Boschi. La vedette du spectacle fut évidemment Carlo Broschi, dit Farinelli, castrat soprano, qui tint la partie de Mirteo. Le résumé de l’action qui suit est inspiré de celui d’Olivier Rouvière (1,2).

Synopsis.
Acte I. Au debut de l’action Semiramis a pris l’apparence de son jeune fils Nino, afin de régner à sa place. Tamiri, princesse de Bactrie, se rend à la cour de Nino afin de rencontrer le prétendant qui doit l’épouser. Cers derniers sont au nombre de trois: Mirteo, prince d’Egypte et frère ignoré de Semiramide, le scythe Ircano et Scitalce, un prince indien que Semiramide connût autrefois sous le nom d’Idreno. Tamiri montre bientôt sa préférence pour Scitalce, elle ignore le lien qui unit ce dernier à Semiramide et ne sait rien de la fausse identité de cette dernière. Tamiri se désole de la froideur de Scitalce qui a reconnu en Nino son ex amante.

Acte II. Sibari, un diplomate égyptien, qui aime secrètement Semiramide trame la mort de son rival Scitalce. Il trouve dans cette tâche un allié en la personne d’Ircano. Scitalce sera empoisonné par la coupe nuptiale. Lors du banquet, Scitalce encore amoureux de Semiramide, refuse la coupe. Tamiri veut se venger de l’affront, elle se donnera à celui qui tuera Scitalce. Nino admire le geste d’amour de Scitalce et sauve ce dernier des intentions criminelles des uns et des autres.

Acte III. Sibari manipule Mirteo pour le convaincre de tuer Scitalce. Mirteo part accomplir sa vengeance et défie Scitalce en duel. Le duel commence, Tamiri essaye de l’empêcher mais Mirteo revendique son droit de tuer le ravisseur de sa soeur. Scitalse se justifie en montrant la lettre écrite par Sibari accusant faussement Semiramide d’infidélité. Sibari révèle alors l’identité de Nino dans l’espoir que le peuple se révolte contre son faux roi. Le peuple au contraire acclame sa nouvelle reine. Scitalse, obtenant le pardon de Semiramide, peut enfin s’unir à elle, Mirteo reconnait sa soeur et obtient la main de Tamiri. Sibari est démasqué mais dans un grand geste de clémence, Semiramide accorde au traître son pardon.

Ce livret presente une galerie variée de caractères. Ces derniers, le doux Mirteo, le traître Sibari, le brutal Ircano, sont souvent quelque peu stéréotypés, Tamiri est une princesse prétentieuse tandis que Scitalce est certes courageux mais c’est surtout un pantin balloté par les événements et manipulé par les intrigues. Seul Nino (Semiramide) échappe à toute classification du fait de sa double identité et de son double statut de roi et de femme amoureuse.

La musique.
La musique précise et nuance le caractère des personnages. La caractérisation est réalisée essentiellement dans les airs car il n’y a que peu de récitatifs instrumentaux et les ensembles sont réduits au minimum avec un choeur minuscule qui met un point final à l’oeuvre. Les airs possèdent presque tous la forme traditionnelle avec da capo. Ces airs sont assez courts car leur partie centrale est concise et le tempo souvent assez rapide. Généralement précédés d’un prélude instrumental, ils présentent une vocalité admirable et un accompagnement orchestral dense et riche , de ce fait ils permettent d’exprimer la plus large palette de sentiments. Notons enfin que l’opéra débute en ré majeur et finit dans la même tonalité. Deux partitions sont actuellement disponibles dont l’une correspond à la version de Naples (1739) (3) et l’autre peut-être à la version originale de Venise (4).

Les airs de Semiramide sont les plus variés et expriment l’autorité royale comme le dépit amoureux ou encore la plus violente colère (Fuggi dagli occhi miei…). Pourtant son plus bel air est peut-être un aria di paragone (comparaison, métaphore), Il pastor se torna aprile (le berger quand vient le mois d’avril…). Semiramide compare son espoir renaissant d’être aimée de Scitalce à celui qui envahit le berger quand revient le printemps, il s’agit d’une barcarolle bucolique en ré majeur, au rythme voluptueux 12/8, remarquable par la simplicité de sa partie vocale et le raffinement de son accompagnement avec deux cors, deux flûtes solistes et les violons jouant à l’octave.

Scitalce, primo uomo dans la distribution, a cinq airs qui traduisent assez bien la position très inconfortable qui est la sienne. Alors que la princesse Tamiri qui est amoureuse lui demande de jouer franc jeu, il manifeste ses soucis et ses doutes dans un air magnifique: Vorrei spiegar l’affano (je voudrais expliquer mon tourment…). Précédée par un superbe solo du premier violon, la mélodie chantée (¾ moderato en la majeur) d’une grande séduction mélodique et très ornementée, déroule ses volutes harmonieuses. Une partie centrale très passionnée montre bien le désarroi de Scitalce.

Tamiri a d’abord un rôle assez passif. Convoitée ardemmeent par Ircano et Mirteo, elle est amoureuse de Scitalce. Délaissée par ce dernier, Elle laisse éclater sa colère dans un très bel air en ré majeur (4/4, Presto) : tu mi disprezzi ingrato Tu me méprise, ingrat, aria di furore, avec un accompagnement très vivaldien et des vocalises vertigineuses. Partie centrale en si mineur passionnée. Tamiri chante également à la fin de l’acte III de la version napolitaine, un air sublime D’un genio che m’accende…,magnifique sicilienne en la majeur, allegro 12/8, précédée par un non moins beau solo du premier violon..

Avec quatre airs, Mirteo a un rôle très important, on ne pouvait en donner moins à Carlo Broschi. Dans son rôle de cicisbeo (chevalier servant) de Tamiri, la séduction mélodique est son arme fatale. L’air Rondinella a cui rapita (3/4 si bémol majeur, allegro) est particulièrement représentatif. Aria di paragone, Mirteo compare sa situation à celle de l’hirondelle qui, ayant perdu sa compagne, victime d’un chasseur, se désole et erre sans but. Cet air très délicat et charmant est précédé d’un émouvant récitatif accompagné. Le thème de l’hirondelle est récurrent dans la musique populaire napolitaine et il n’est pas étonnant de le retrouver dans l’opera seria comme dans l’opera buffa. Lors de la cadence finale, une gamme échangée en écho entre une flûte soliste et la voix, éveillera certainement l’attention de l’auditeur mozartophile.

Dans son air avec hautbois obligé Come all’amiche arene…Sibari conseille à Scitalce de courtiser Tamiri et utilise de vigoureuses comparaisons. Comme un poison sert d’antidote à un venin, comme la blessure de l’épée acérée guérit l’acier lui-même, un amour nouveau peut guérir la plaie d’une passion malheureuse. Air presto 6/4 en ré majeur. Le hautbois double les violons mais a aussi des passages en soliste.
Ircano a propablement les airs les plus brillants et peut-être les plus virtuoses de la partition bien qu’il soit le perdant en amour et au combat. Il est en effet, contrairement à toute attente, vaincu lors du duel qui l’oppose à son rival Mirteo. Ircano est désarmé mais promet de se venger dans l’air Il ciel mi vuole oppresso (Le ciel veut me voir vaincu). Cet Aria en fa majeur 6/8 presto est avec la sinfonía d’ouverture la plus richement instrumentée de la partition avec cors de chasse, trompettes, hautbois doublant les violons. Les sonorités de l’orchestre évoquent Jean Sébastien Bach.

L’interprétation. Il s’agissait d’une version de concert sans mise en scène ni costumes. Un point très important doit être signalé ici: la partition utilisée par l’Accademia Bizantina était profondément différente des partitions de Venise de 1729 et de celle de Naples de 1739 (3,4). Il s’aggirait peut-être d’une adaptation ultérieure de Porpora (5). Par exemple un des airs le plus spectaculaire de la partition D’un genio che m’accende était remplacé par un autre air sur les mêmes paroles.

Maria Grazia Sciavo, empêchée, fut remplacée au pied levé par la soprano catalane Maria Hinojosa Montenegro. Cette chanteuse à la voix chaude et puissante donna à Tamiri , la princesse à marier, une personnalité plus volontaire et dynamique que celle un peu mièvre décrite parfois par le texte.
Le rôle complexe de Scitalce fut tenu par Blandine Staskiewicz, mezzo soprano. Grâce à son timbre très expressif, la mezzo donna à ce personnage des accents touchants notamment dans le magnifique Vorrei spiegar l’affano…
Le rôle du traître Sibari, tenu à l’origine par un castrat revint à Mary Ellen Nesi, mezzo soprano. La mezzo à la voix ample et généreuse conféra à ce personnage peu sympathique une indéniable humanité.
Le rôle d’Ircano fut confié à Juan Sancho. Ce ténor a une tessiture remarquablement étendue. Il se joua des difficultés de l’air le plus virtuose de la partition Il Ciel mi vuole oppresso, ses vocalises furent claires et sans bavures.
Teodora Georghiu, soprano, fut un Mirteo idéal. Son timbre clair et un peu acidulé fit merveille dans l’air gracieux Bel piacer saria d’un core…Ses aigus sont d’une justesse parfaite, sa ligne de chant, d’une élégance superlative. Ses vocalises, trilles, mordants, appogiatures, sont agiles et précis.
Dans le rôle titre, Delphine Galou, contralto. Une voix grave s’imposait puisque Semiramide apparait presque tout au long sous la forme du roi Nino. D’emblée Delphine Galou a montré l’étendue de sa technique infaillile dans la maîtrise d’une voix au timbre velouté unique. C’est dans le registre grave que sa personnalité s’affirme de façon la plus évidente mais elle ne craint pas de monter vers l’aigu. Ses vocalises fluides firent merveille dans le da capo de l’aria Il pastor se torna aprile

La direction très engagée et passionnée du chef Stefano Montanari à la tête de l’orchestre Accademia Bizantina, permit de faire admirer toute les facettes d’un orchestre baroque bien fourni (21 exécutants). On a signalé plus haut le rôle capital de l’orchestre dans les operas de Porpora et la richesse de l’instrumentation de Semiramide. C’est ainsi que les vents ont une importance particulière avec des hautbois et des cors qui se fondent admirablement avec les cordes donnant une sonorité unique. On a pu apprécier le rôle du luth, bien distinct du clavecín, dont les interventions apportent vraiment une couleur spécifique.

Bref une interprétation en tous points remarquable d’un opéra seria d’importance majeurs.

___________________

(1) Olivier Rouvière, Texte de présentation de Semiramide riconosciuta, Festival International d’Opéra Baroque de Beaune, Beaune 8 juillet 2011.
(2) Olivier Rouvière, Metastase-Pietro Trapassi, musicien du verbe, Hermann, Paris, 2008.
(3) http://imslp.org/wiki/Semiramide_ricono ... a_Antonio)
(4) http://www.mutopiaproject.org/ftp/Porpo ... uta-a4.pdf
(5) Ayant contacté l’Accademia bizantina, je n’ai pu avoir de précisions sur ce point.

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 2905
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Message par EdeB » 26 sept. 2011, 11:15

Merci pour ce CR très riche et très informatif... Cela donne envie de réécouter l'oeuvre !
Un CD est-il prévu ?
Je serais intéressée de savoir quelle a été la version donnée en concert, et les raisons des choix effectués. Si par hasard, vous aviez une réponse, pourriez-vous la poster ici ? Merci.
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 762
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Message par Piero1809 » 26 sept. 2011, 12:56

EdeB a écrit :Merci pour ce CR très riche et très informatif... Cela donne envie de réécouter l'oeuvre !
Un CD est-il prévu ?
Je serais intéressée de savoir quelle a été la version donnée en concert, et les raisons des choix effectués. Si par hasard, vous aviez une réponse, pourriez-vous la poster ici ? Merci.
Merci pour vos commentaires.
La version entendue au concert est assez différente des partitions correspondant aux versions de 1729 et 1739. Peut-être s'agit-il d'une version postérieure à ces dernières car il semble que Porpora réalisa une dernière adaptation vers 1752. Je ne peux toutefois rien affirmer.
Ayant contacté Stefano Montanari, je n'ai pour l'instant pas de réponse et ne sais pas si un CD est prévu.

On peut entendre l'intégralité de Semiramid riconosciutae (version de 1739) sur Deezer par Massimiliano Carraro.
http://www.deezer.com/fr/music/massimil ... uta-952894

Avatar du membre
thierry
Alto
Alto
Messages : 406
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Italie
Contact :

Message par thierry » 27 sept. 2011, 18:42

l'opéra a été diffusé sur Radio 4 , peut être est il encore possible de l'écouter sur leur site internet

Dardentor
Messages : 42
Enregistré le : 05 mai 2011, 23:00

Message par Dardentor » 28 sept. 2011, 10:56

Le concert a déjà été diffusé sur plusieurs radios européennes, dans le cadre de l'UER.

Il y aura peut-être d'autres diffusions dans les semaines qui viennent.

Sinon il peut être téléchargé depuis le site [lien de téléchargement illégal supprimé]


RAPPEL : "Jacky et Ikvat sont les propriétaires et créateurs de ce site. [...]. Ikvat s'occupe plus particulièrement de l'administration technique tandis que Jacky, qui intervient peu sur le forum, nous offre régulièrement des trésors de livrets rares.

Leur responsabilité serait pénalement engagée s'il apparaissait que du piratage de CD ou DVD est évoqué, ou de toute pratique enfreignant la loi sur le droit d'auteur. Tout message suggérant la demande ou l'offre de tels « services » sera donc immédiatement supprimé. "
source : http://www.odb-opera.com/modules.php?na ... 134b670a04

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 762
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Message par Piero1809 » 29 sept. 2011, 18:51

J'avais cru comprendre que le festival de Beaune programmerait un opéra seria de Porpora chaque année.

Au vu de la splendeur de Semiramide riconosciuta, on ne peut que se réjouir d'une telle initiative si elle était confirmée.

Bien que tous les exécutants étaient excellents, j'insiste sur la prestation de Maria Hinojosa Montenegro (qui remplaçait Maria Grazia Schiavo). J'ai trouvé remarquable qu'elle ait maîtrisé en si peu de temps le rôle difficile de Tamiri. Dans les da capo, j'ai eu l'impression qu'elle prenait avec succès un maximum de risques dans les ornements et les vocalises.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19400
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 30 sept. 2011, 07:05

Pour les amateurs de Porpora, je rappelle le très beau récital que Karina Gauvin lui a consacré où l'on peut découvrir deux airs d'Adelaïde, d'Ezio, et de Polifemo, un air d'Imeneo et un autre d'Angelica ainsi que six airs d'Arianna.
Elle est accompagnée par Il Complesso Barocco dirigé par Alan Curtis (Atma Classique, 2009)
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Adalgeesira
Alto
Alto
Messages : 445
Enregistré le : 26 janv. 2011, 00:00

Message par Adalgeesira » 30 sept. 2011, 12:09

JdeB a écrit :Pour les amateurs de Porpora, je rappelle le très beau récital que Karina Gauvin lui a consacré où l'on peut découvrir deux airs d'Adelaïde, d'Ezio, et de Polifemo, un air d'Imeneo et un autre d'Angelica ainsi que six airs d'Arianna.
Elle est accompagnée par Il Complesso Barocco dirigé par Alan Curtis (Atma Classique, 2009)
J'allais sauter dessus, jusqu'à lire... Curtis.............. :cry:

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 2905
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Message par EdeB » 30 sept. 2011, 12:46

Adalgeesira a écrit :
JdeB a écrit :Pour les amateurs de Porpora, je rappelle le très beau récital que Karina Gauvin lui a consacré où l'on peut découvrir deux airs d'Adelaïde, d'Ezio, et de Polifemo, un air d'Imeneo et un autre d'Angelica ainsi que six airs d'Arianna.
Elle est accompagnée par Il Complesso Barocco dirigé par Alan Curtis (Atma Classique, 2009)
J'allais sauter dessus, jusqu'à lire... Curtis.............. :cry:
En fait, le répertoire du CD est très intéressant, mais comme je ne supporte pas Gauvin et que Curtis est très molasson, en fait c'est une fausse bonne idée ! A écouter pour les fondus de Porpora qui veulent se documenter plus sur le répertoire.
On n'a pas eu ce problème pour la Semiramide R de Beaune, la bande radio est tout à fait interessante, et j'espère qu'il y aura un CD pour peaufiner les scories du live.
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 762
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Message par Piero1809 » 04 oct. 2011, 07:16

EdeB a écrit : On n'a pas eu ce problème pour la Semiramide R de Beaune, la bande radio est tout à fait interessante, et j'espère qu'il y aura un CD pour peaufiner les scories du live.
J'espère aussi qu'il y aura un CD. La prestation était de grande qualité.

Je pense avoir résolu le problème.
Il y a deux versions pour Semiramide riconosciuta, la version originelle de Venise datant de 1729 et une seconde version révisée lors de la reprise de Naples en 1739.

La version donnée à Beaune est celle de Venise. Il existe une partition complète avec livret que l'on peut acquérir aux éditions Gran Tonante (1).
Les deux partitions dont j'avais donné les références plus haut me semblent identiques et correspondent à la version de Naples bien que l'une d'entre elles porte la date 1729.

La version de Venise, entendue à Beaune est plus baroque, plus violente, plus barbare et comporte beaucoup d'arie di furore (In braccio a mille furie), à l'image de Semiramide et Ircano.

La version de Napoli, plus policée, plus douce, plus pastorale, plus galante est à l'image de Tamiri (Il genio che m'accende...) et de Mirteo...

(1) http://www.grantonante.com/english/

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 11 invités