Concours ARD 2018 - Premier concert des lauréats au Prinzregententheater de Munich.

Répondre
Luc ROGER
Baryton
Baryton
Messages : 1962
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Munich
Contact :

Concours ARD 2018 - Premier concert des lauréats au Prinzregententheater de Munich.

Message par Luc ROGER » 23 sept. 2018, 13:22

Les concerts des lauréats sont toujours un moment très attendu qui vient couronner le Concours musical international de l'ARD, trois soirées de concert au Prinzregententheater de Munich pour les deux premières, et en la salle Hercule de la Résidence pour la dernière. La première a eu lieu hier soir, les lauréats y étaient accompagnés par Münchner Rundfunkorchester placé sous la direction dynamique et souriante d'un Andriy Yurkevych très attentif au bien-être et à la mise en valeur des solistes.

En début de soirée on a pu entendre le concerto pour trompette en mi majeur de Johann Nepomuk Hummel que le successeur de Haydn dans l'orchestre de la cour de Nikolaus II, prince Esterházy , avait écrit pour marquer son entrée en fonction le jour du Nouvel An 1804. Ce concerto avait été écrit pour le célèbre Anton Weidinger, l'inventeur de la trompette à clé. Le lauréat Célestin Guérin, un jeune Français de 26 ans aujourd'hui trompette solo à l'Orchestre national de Lorraine, qui a obtenu le deuxième prix dans sa catégorie, a exécuté avec brio la partie du soliste avec une sensibilité exquise dans l'andante et une agilité virtuose décoiffante dans le rondo.

Le concerto de Hummel fut suivi par le troisième trio pour piano et cordes en do majeur de Bohuslav Martinů, un trio que le compositeur écrivit dans la maturité, - il était alors âgé de 61 ans. Il fut magistralement interprété par le trio sud-coréen Lux, un trio dont les trois interprètes semblaient possédés par la musique, donnant un andante délicat et inspiré. Troisième prix ex-aequo, le trio Lux a également vu sa prestation recueillir la faveur du public qui lui a attribué son prix.

Le chant clôtura la première partie avec la lauréate Ylva Sofia Stenberg qui interpréta successivement "Durch Zärtlichkeit und Smeichel", l'air de Blondchen dans l'Enlèvement au sérail suivi de l'air de Norina "Quel guardo il cavaliere" extrait de Don Pasquale. Troisième prix, la soprano suédoise a livré une prestation de belle facture technique mais empreinte d'une sagesse un peu scolaire dans l'expression du jeu de la séduction.

Après l'entracte ce fut au tour de l'altiste Yucheng Shi d'interpréter la partie solo du Schwanendreher , un concerto pour alto que Paul Hindemith, lui-même altiste réputé, composa durant l’été 1935 pour un orchestre dont la caractéristique la plus remarquable est qu'il ne comporte ni violons ni altos si ce n'est celui du soliste. L'oeuvre, dont le titre désigne le cuisinier chargé de rôtir à la broche les cygnes, a été inspirée par un recueil de chansons populaires, l’Altdeutsches Liederbuch. "Un ménestrel rend visite à une joyeuse assemblée et joue pour cette dernière plusieurs musiques venant de loin, chansons joyeuses ou plus graves avec une danse en guise de final. Avec son imagination et sa dextérité, il orne et développe les vieux thèmes avec fantaisie ", avait écrit Paul Hindemith en préface de son concerto, et ce sont très précisément ces atmosphères variées qu'est parvenu à rendre le jeune altiste chinois, qui a su conquérir le public par la grande sensibilité, très intériorisée, dans l'interprétation de cette oeuvre qui ne manque pas d'embûches.

La soirée s'est terminée par le feu d'artifices vocal que nous a offert un jeune ténor, chinois lui aussi, Mingjie Lei, qui intègre à partir de cette saison la troupe de l'Opéra de Stuttgart, une brillante recrue pour le Staatsoper de la capitale du Bade-Wurtemberg. Benedikt Schregel, le présentateur de la soirée, racontait l'admiration du tout jeune Mingje Lei pour Fritz Wunderlich. Encore enfant, il était tombé sous le charme des cds du grand ténor allemand sans comprendre le premier mot de ce qu'il chantait mais dont il s'efforçait d'imiter le chant. Bien lui en a pris puisque aujourd'hui il est devenu un ténor solaire doublé d'un excellent acteur, avec un allemand et un italien impeccables, et un sens inouï de la scène. Il nous a offert un émouvant Tamino avec "Die Bildnis ist wunderschön" et des "Ich fühle es" d'une sensibilité exquise, suivi du "Spirto gentil" de Fernando dans La Favorite. Mingje Lei a reçu les applaudissements très nourris d'un public qui aurait adoré un encore, ce qui hélas pas n'est pas d'usage lors du concert des lauréats. un ténor dont on aura plaisir à suivre la carrière!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités