Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Il prezzo
Ténor
Ténor
Messages : 566
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par Il prezzo » 06 juil. 2018, 21:30

Ce n'est pas vraiment une carabistouille, mais rarement lu pareille bêtise.
Sur l'Ariadne aixoise, dans Libé.

En 1916, Richard Strauss compose Ariane à Naxos sans se douter qu’il met au jour ce qui deviendra cent ans plus tard un hymne fou du macronisme triomphant. Qu’on en juge: «L’homme le plus riche de Vienne» achète deux spectacles pour une de ses fêtes, un opéra tragique et un ballet comique, qu’il ne veut pas voir représentés l’un après l’autre, mais simultanément. Seront donc interprétés sur la même scène la solitude dramatique d’Ariane à Naxos et, en même temps, les déboires de Zerbinetta et de ses quatre amants. Programmer cette œuvre en ouverture du festival d’Aix tient presque du geste politique.

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 4351
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par micaela » 06 juil. 2018, 21:32

Mais une c**ie de cette ampleur, c'est aussi une carabistouille...
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13560
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par PlacidoCarrerotti » 06 juil. 2018, 22:18

Il prezzo a écrit :
06 juil. 2018, 21:30
Ce n'est pas vraiment une carabistouille, mais rarement lu pareille bêtise.
Sur l'Ariadne aixoise, dans Libé.

En 1916, Richard Strauss compose Ariane à Naxos sans se douter qu’il met au jour ce qui deviendra cent ans plus tard un hymne fou du macronisme triomphant. Qu’on en juge: «L’homme le plus riche de Vienne» achète deux spectacles pour une de ses fêtes, un opéra tragique et un ballet comique, qu’il ne veut pas voir représentés l’un après l’autre, mais simultanément. Seront donc interprétés sur la même scène la solitude dramatique d’Ariane à Naxos et, en même temps, les déboires de Zerbinetta et de ses quatre amants. Programmer cette œuvre en ouverture du festival d’Aix tient presque du geste politique.
A ranger avec "Vivaldi a composé de la musique d'attente téléphonique, deux cents ans avant l'invention du téléphone".
"À force de tout voir on finit par tout supporter… À force de tout supporter on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer on finit par tout accepter… À force de tout accepter on finit par tout approuver !" (Saint Augustin)

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 4351
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par micaela » 06 juil. 2018, 22:21

Pas vraiment.
La phrase sur Vivaldi est une blague qui a tellement circulé (avec des variantes dans la formulation) qu'elle perd maintenant tout intérêt.
Ce commentaire se veut malin et décalé (je suppose) tout en étant en prise directe avec l'actualité , c'est surtout bête et prétentieux.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

DieFeen
Ténor
Ténor
Messages : 559
Enregistré le : 21 mai 2005, 23:00

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par DieFeen » 28 juil. 2018, 22:40

http://next.liberation.fr/culture/1997/ ... nce_210442
A l'occasion de la découverte au disque de Die lustigen Nibelungen d'Oscar Straus, j'ai cherché à en savoir davantage sur cet opus vanté par Alain Lompech et j'en ai relevé une belle de la part d'Eric Dahan.
J'ignore si cette bévue a été relevée dans cette rubrique, mais elle est vraiment énorme et je n'ose envisager un trait d'humour -il serait vraiment très déplacé- de sa plume ce jour de 1997...
<<Coiffés de bananes grotesques, les personnages (racistes, affairistes, alcooliques) débitent des dialogues totalement débiles (le livret a été adapté en français par René Goering, également metteur en scène de l'ouvrage).>>

houppelande
Ténor
Ténor
Messages : 579
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:00

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par houppelande » 29 juil. 2018, 10:12

Je lis ceci :
Rectificatif Dans l'article consacré hier au Festival de Radio-France de Montpellier, une inexplicable erreur de transmission a transformé le nom du directeur de la manifestation, qui s'appelle bel et bien René Koering. Nous prions l'intéressé, ainsi que l'auteur de l'article, d'accepter nos excuses.
http://next.liberation.fr/culture/1997/ ... nce_210442

DieFeen
Ténor
Ténor
Messages : 559
Enregistré le : 21 mai 2005, 23:00

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par DieFeen » 31 juil. 2018, 13:22

Trop fort Libération : ce n'est jamais la faute du journaliste, mais uniquement celle du pauvre manard !

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1242
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par philipppe » 31 juil. 2018, 14:34

Il prezzo a écrit :
06 juil. 2018, 21:30
Ce n'est pas vraiment une carabistouille, mais rarement lu pareille bêtise.
Sur l'Ariadne aixoise, dans Libé.

En 1916, Richard Strauss compose Ariane à Naxos sans se douter qu’il met au jour ce qui deviendra cent ans plus tard un hymne fou du macronisme triomphant. Qu’on en juge: «L’homme le plus riche de Vienne» achète deux spectacles pour une de ses fêtes, un opéra tragique et un ballet comique, qu’il ne veut pas voir représentés l’un après l’autre, mais simultanément. Seront donc interprétés sur la même scène la solitude dramatique d’Ariane à Naxos et, en même temps, les déboires de Zerbinetta et de ses quatre amants. Programmer cette œuvre en ouverture du festival d’Aix tient presque du geste politique.
Mais ou voit il du macronisme dans Ariane ? Je ne comprends même pas ....

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13560
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par PlacidoCarrerotti » 31 juil. 2018, 14:57

philipppe a écrit :
31 juil. 2018, 14:34
Il prezzo a écrit :
06 juil. 2018, 21:30
Ce n'est pas vraiment une carabistouille, mais rarement lu pareille bêtise.
Sur l'Ariadne aixoise, dans Libé.

En 1916, Richard Strauss compose Ariane à Naxos sans se douter qu’il met au jour ce qui deviendra cent ans plus tard un hymne fou du macronisme triomphant. Qu’on en juge: «L’homme le plus riche de Vienne» achète deux spectacles pour une de ses fêtes, un opéra tragique et un ballet comique, qu’il ne veut pas voir représentés l’un après l’autre, mais simultanément. Seront donc interprétés sur la même scène la solitude dramatique d’Ariane à Naxos et, en même temps, les déboires de Zerbinetta et de ses quatre amants. Programmer cette œuvre en ouverture du festival d’Aix tient presque du geste politique.
Mais ou voit il du macronisme dans Ariane ? Je ne comprends même pas ....
A la rigueur dans Capuleti e Montecchi :

Image
"À force de tout voir on finit par tout supporter… À force de tout supporter on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer on finit par tout accepter… À force de tout accepter on finit par tout approuver !" (Saint Augustin)

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1242
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par philipppe » 31 juil. 2018, 15:00

PlacidoCarrerotti a écrit :
31 juil. 2018, 14:57
philipppe a écrit :
31 juil. 2018, 14:34
Il prezzo a écrit :
06 juil. 2018, 21:30
Ce n'est pas vraiment une carabistouille, mais rarement lu pareille bêtise.
Sur l'Ariadne aixoise, dans Libé.

En 1916, Richard Strauss compose Ariane à Naxos sans se douter qu’il met au jour ce qui deviendra cent ans plus tard un hymne fou du macronisme triomphant. Qu’on en juge: «L’homme le plus riche de Vienne» achète deux spectacles pour une de ses fêtes, un opéra tragique et un ballet comique, qu’il ne veut pas voir représentés l’un après l’autre, mais simultanément. Seront donc interprétés sur la même scène la solitude dramatique d’Ariane à Naxos et, en même temps, les déboires de Zerbinetta et de ses quatre amants. Programmer cette œuvre en ouverture du festival d’Aix tient presque du geste politique.
Mais ou voit il du macronisme dans Ariane ? Je ne comprends même pas ....
A la rigueur dans Capuleti e Montecchi :

Image
Lol

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 63 invités