Histoires de doublures (et de remplacements)

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Egisthe
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 147
Enregistré le : 09 sept. 2012, 23:00
Localisation : Paris

Re: Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par Egisthe » 27 févr. 2018, 17:03

Effectivement, mais comme j'ai lu qu'elle l'avait remplacé dans Athalie justement, je m'interroge...

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12810
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par PlacidoCarrerotti » 27 févr. 2018, 17:07

Egisthe a écrit :
27 févr. 2018, 17:03
Effectivement, mais comme j'ai lu qu'elle l'avait remplacé dans Athalie justement, je m'interroge...
En plus, Marquet a fait preuve, dit-on, d'une grande imagination dans ses mémoires...
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9350
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par Bernard C » 27 févr. 2018, 17:47

J'ai vécu de nombreux remplacements de dernière minute , parfois incroyables et plusieurs en plein spectacle .

Je vais raconter deux remplacements gravés dans ma mémoire qui concernent Tristan und Isolde

-Au Palais Garnier le 19 février 1985 .

Il fait glagla , René Kollo chante Tristan .

Au fil du II la voix se délite ,la bravoure de Kollo fait face avec héroïsme à une voix qui se dérobe alors que Vinzing cavale allègrement.
Impossible d'imaginer le III dans ces conditions .
Heureusement , il alternait avec l'américain William Johns , qu'ils sont allés chercher à son hôtel pour le remplacer au pied levé au troisième acte !


-L'autre remplacement dans Tristan , plus extraordinaire ( je l'ai raconté il y a quelques années sur ODB ) eut lieu au MET le 12 décembre 2008 .

Dalayman chantait Isolde ( face à Seiffert ) , c'est un vendredi d'hiver , bien froid aussi , et le jeudi elle tombe malade .
Barenboim dirige .

Le MET avec Barenboim et l' "aide de la Lufthansa" ( ce qu'ils nous ont annoncé au rideau ) ont fait venir Waltraud Meier directement de Munich pour remplacer Dalayman pour cette représentation à New York , et c'est ainsi que Waltraud fit ses débuts sur la scène New Yorkaise dans le rôle ayant atterri quelques heures avant dans la journée.

Souvenir incroyable d'une ovation en forme de clameur immense , pour Meier comme pour Barenboim .

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1126
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par philipppe » 27 févr. 2018, 18:37

Bernard C a écrit :
27 févr. 2018, 17:47
J'ai vécu de nombreux remplacements de dernière minute , parfois incroyables et plusieurs en plein spectacle .

Je vais raconter deux remplacements gravés dans ma mémoire qui concernent Tristan und Isolde

-Au Palais Garnier le 19 février 1985 .

Il fait glagla , René Kollo chante Tristan .

Au fil du II la voix se délite ,la bravoure de Kollo fait face avec héroïsme à une voix qui se dérobe alors que Vinzing cavale allègrement.
Impossible d'imaginer le III dans ces conditions .
Heureusement , il alternait avec l'américain William Johns , qu'ils sont allés chercher à son hôtel pour le remplacer au pied levé au troisième acte !


-L'autre remplacement dans Tristan , plus extraordinaire ( je l'ai raconté il y a quelques années sur ODB ) eut lieu au MET le 12 décembre 2008 .

Dalayman chantait Isolde ( face à Seiffert ) , c'est un vendredi d'hiver , bien froid aussi , et le jeudi elle tombe malade .
Barenboim dirige .

Le MET avec Barenboim et l' "aide de la Lufthansa" ( ce qu'ils nous ont annoncé au rideau ) ont fait venir Waltraud Meier directement de Munich pour remplacer Dalayman pour cette représentation à New York , et c'est ainsi que Waltraud fit ses débuts sur la scène New Yorkaise dans le rôle ayant atterri quelques heures avant dans la journée.

Souvenir incroyable d'une ovation en forme de clameur immense , pour Meier comme pour Barenboim .

Bernard
Beau souvenir ! Pour Meier, étaient ce vraiment ses débuts au Met ? N’y a t elle pas chanté Kundry beaucoup plus tôt ?

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9350
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par Bernard C » 27 févr. 2018, 18:55

C'était ses débuts dans Isolde au MET , pas ses débuts au MET.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
Franz Muzzano
Baryton
Baryton
Messages : 1070
Enregistré le : 30 oct. 2014, 02:19

Re: Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par Franz Muzzano » 27 févr. 2018, 18:57

PlacidoCarrerotti a écrit :
27 févr. 2018, 16:51
Egisthe a écrit :
27 févr. 2018, 15:58
PlacidoCarrerotti a écrit :
27 févr. 2018, 15:02
Un peu de théâtre.

La jeune Mary Marquet, de stature imposante, est présentée comme sa doublure à l’interprète titulaire d’Athalie :

« Ma doublure ? … Ma triplure, vous voulez dire ! ».
N'était-ce pas Sarah Bernhardt ?
Ce serait étonnant. C'était une amie de la famille et Marquet était a maîtresse de Rostand.
Et concernant Mary Marquet, elle réussi l'exploit de se faire épouser par Maurice Escande...mariage qui ne dura qu'un an :D
Nous n'avons pas besoin d'artistes, nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes...

Igguk
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 143
Enregistré le : 21 févr. 2016, 18:38

Re: Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par Igguk » 27 févr. 2018, 19:12

Le renplacement du ténor dans la Reine de Chypre au TCE, c'était quelque chose aussi, vraiment en catastrophe. Deux ténors malades puis un troisième qui arrive le jour même, apprend la partition dans la foulée, mais malheureusement arrive fatigué au concert après avoir travaillé toute la journée...
Comme quoi, il faut toujours prévoir des doublures.

DelBosco
Alto
Alto
Messages : 424
Enregistré le : 04 déc. 2005, 00:00
Localisation : Essonne

Re: Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par DelBosco » 28 févr. 2018, 16:28

Le Met semble avoir le secret pour opérer in extremis des remplacements avec des chanteurs aussi bons voire meilleurs que les titulaires (ce que permet la programmation simultanée de plusieurs ouvrages avec des distributions d'un niveau élevé ...)

Plus insolite : en avril 2015, Luca Salsi, qui devait interpréter en soirée Enrico dans Lucia di Lammermoor, a été contacté en début d'après-midi, on lui demandait s'il pouvait venir immédiatement chanter à la place de Placido Domingo, souffrant, le rôle de Don Carlo dans Ernani.
Ce que Salsi fit :D : Trente minutes plus tard, il était sur scène en Carlo, et le soir même, il enchainait avec Enrico !

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12810
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par PlacidoCarrerotti » 28 févr. 2018, 16:42

DelBosco a écrit :
28 févr. 2018, 16:28

Ce que Salsi fit :D :
:lol: :lol: :lol:
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9350
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par Bernard C » 28 févr. 2018, 17:20

PlacidoCarrerotti a écrit :
28 févr. 2018, 16:42
DelBosco a écrit :
28 févr. 2018, 16:28

Ce que Salsi fit :D :
:lol: :lol: :lol:
👍

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : marco64 et 52 invités