Histoires de doublures (et de remplacements)

Actualité, potins, débats.
vigie
Alto
Alto
Messages : 377
Enregistré le : 17 août 2004, 23:00

Histoires de doublures (et de remplacements)

Message par vigie » 01 août 2006, 07:37

Et si vous nous faisiez partager vos histoires de doublures, ces artistes de l'ombre qui travaillent aussi dur que les têtes d'affiche, qui pendant les représentations restent en coulisse à se claquer les bretelles ou se retrouvent projetés sur le devant de la scène ... talents secrets à jamais ou talents révélés nous faisant pafois oubliés qui nous étions venu voir et entendre

La plus récente de ces histoires vient d 'arriver sur le zoroastre de Christophe Rousset à Drottningholm où Anders Dahlin, aphone (et sans doublure), a du quand même jouer et mimer sur scène en raison de la captation (chouette !) de l'opéra. Ce doit être terrible !!! Pour lui, pour les autres chanteurs, l'orchestre, et le public ...

Il y a aussi ces cas connus ou la doublure chante en fosse (et pas en fausse !) pendant que le rôle titre joue sur scène, ou alors quand le metteur en scène ou son assistant jouent sur scène. C'est ainsi que j'ai découvert Maïté Baumont à l'opéra d'Amsterdam; ou Marijana Mijanovic qui remplaçait David Daniels dans Giulio Cesare, alors même que j'allais écouter spécifiquement David Daniels. Quelle découverte avec Marijana !!! Autant dire qu'il y a eu un avant et un après JC !!!

Donc à vos anecdotes, secrets de polichinelles ou autres ...

Levons le rideau !!!

tuano
Basse
Basse
Messages : 9361
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 01 août 2006, 07:44

C'est marrant mais j'ai eu les mêmes doublures que toi. Je ne sais pas pourquoi, Haendel se prête aux doublures...

J'ai eu Maïté Beaumont sur la scène du Palais Garnier à la place de Vesselina Kasarova dans Alcina. Elle a animé un spectacle un peu anémié (mise en scène pas très folle de Robert Carsen).

Je n'avais pas apprécié Marijana car la projection était limitée. La salle est sans doute trop grande.

Il y a quand même une différence entre doublures et remplaçants de dernière minute. Je me demande pourquoi il y a des doublures pour certains chanteurs qui annulent peu mais pas pour d'autres qui sont habitués du fait.

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1557
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Message par Polyeucte » 01 août 2006, 08:37

Secco qui remplace Schiccof pour Simon Boccanegra... et franchement, une très bonne surprise.
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20815
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 01 août 2006, 11:36

Dans la série "Les Talens Lyriques, les mise en scène d'Audi et les doublures" : http://site.operadatabase.com.site.hmt- ... pic&t=2727 !!!....
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1282
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Histoires de doublures

Message par philipppe » 01 août 2006, 21:50

vigie a écrit :Il y a aussi ces cas connus ou la doublure chante en fosse (et pas en fausse !) pendant que le rôle titre joue sur scène, ou alors quand le metteur en scène ou son assistant jouent sur scène.

Donc à vos anecdotes, secrets de polichinelles ou autres ...

Levons le rideau !!!
il y a en particulier cette soirée de Bayreuth en 1978 je crois où Patrice Chéreau (muni d'une perruque blonde ?) a mimé le rôle de Siegfried dans la deuxième journée du Ring tandis que René Kollo (je crois bien que c'était lui) qui s'était fait une entorse de cheville chantait le rôle dans les coulisses. il y a une photo dans l'avant scène opéra je crois;

Sinon il y a eu une représentation de Médéa l'an dernier au Chatelet où Antonacci mimait le rôle et une chanteuse contestée le chantait en avant scène. J'ai vu la même chose à la Bastille pour une représentation loupée de la Frau ohne Schatten avec là aussi la nourrice en avant scène et la titulaire mimant la gestuelle habituelle de Wilson (un peu ridicul en fait)

Avatar du membre
PH
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 111
Enregistré le : 11 oct. 2004, 23:00
Contact :

Message par PH » 01 août 2006, 22:25

Dans le genre soiree mythique, il y a eu le 24 Novembre 85 a Munich ou Gwyneth Jones chantait die Kaiserin dans La Femme sans Ombre.
Agnes Habereder qui devait chanter die Frau etant malade, Jones a decide de sauver la soiree en chantant les 2 roles !

Un sacre marathon !

PH

paco
Basse
Basse
Messages : 8547
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Message par paco » 02 août 2006, 00:45

Jones est spécialiste des sauvetages. A la Monnaie en 1991, Janis Martin devait assurer le rôle de Brünnhilde pour un cycle du Ring. Le soir où j'étais à la Walkyrie, nous trouvions l'entracte après le 1er acte franchement long. Une heure, 1h30, 2h, toujours pas de sonnerie...
puis enfin "dring" et nous revoilà en salle, pour voir un Gérard Mortier "happy" devant le rideau, nous annoncer que Janis Martin avait déclaré forfait très peu de temps avant la représentation, et que Dame Gwyneth Jones (pas du tout programmée pour ce cycle du Ring) avait sauté dans l'avion depuis Londres pour assurer non seulement les 2 actes restant pour cette Walküre, mais également la suite du Ring. Elle arrivait tout juste de l'aéroport et terminait d'enfiler le costume....

Elle fut ébouriffante dès son entrée en scène, se jetant corps et âme dans les Hojotoho, brûlant les planches comme à son habitude, intégrant la mise en scène comme si elle l'avait répétée des mois, habitée par le personnage dès la 1e minute. Une prouesse, et une magnifique ovation au final...

Une autre soirée à surprise dont je me souvienne est un Trovatore à Paris, sous Liebermann, en avril 1975. Le baryton initialement prévu avait déclaré forfait la veille de la représentation. Piero Cappuccilli était arrivé à Paris pour le remplacer, mais est tombé malade à son tour quelques heures avant le lever de rideau. Atilio d'Orazi, qui avait chanté la veille à Radio France, a accepté de le remplacer, mais le temps d'enfiler le costume, la représentation a démarré avec 1h de retard.
Après les 2 premiers actes où on trouvait tous que Domingo, qui chantait Manrico, était en petite forme, l'entracte nous sembla très très long. 45 minutes, 1 heure... puis "dring", et apparaît devant le rideau le régisseur, nous annonçant une pharyngite aigüe pour Placido Domingo, qui a néanmoins terminé le spectacle à demie-voix (tenant pourtant vaillamment l'aigu -transposé...- de la Pirra), quasiment aphone pendant la dernière scène.

Dans le genre "mythique", il y eut bien sûr les débuts de Gasdia dans Anna Bolena à la Scala, en remplacement de la Caballé (déjà relaté dans un autre fil de ce forum).

Et je me suis aussi bcp amusé au Liceu de Barcelone en 2003, qd la Dessi, après avoir raté son aigu ds l'air du Nil d'Aida, s'écroule à genou, fait taire l'orchestre et réclame qu'on baisse le rideau.
Après 10 minutes, une apparitrice nous annonce que la Dessi s'est blessée en tombant à genou (mouaich, on y croyait à moitié) et qu'il fallait attendre le diagnostic des médecins avant de continuer. Après 10 min. de plus, on annonce que la Diva continuera, mais réclame 30 minutes de pause pour se remettre (sachant qu'on sortait déjà de 30 minutes d'entracte après le 2e acte, et qu'il était minuit passé...).
Enfin le spectacle recommence, et chose très drôle, la Dessi rechante l'air du Nil, comme pour prendre une revanche. Mais pas de chance, elle rate à nouveau l'aigu.... cette fois sans tomber à genou... :-)
Ce soir là le public barcelonais, pourtant très sévère, fut indulgent et ovationna tout le monde. C'était un 23 juillet, il faisait horriblement chaud et les vacances proches mettaient tout le monde de bonne humeur !

gregb
Ténor
Ténor
Messages : 779
Enregistré le : 24 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par gregb » 02 août 2006, 12:56

Pour ma part, ma petite expérience de l'opéra ne m'a pas permis d'avoir autant de choses à raconter. Néanmoins, j'ai souvenir de la série de Trouvère à Bastille il y a de celà 3 ans, je crois, où Roberto Alagna devait chanter.
Je ne sais pas combien de représentations il a effectivement réalisées.. mais en tout cas, il n'était pas là lors de la dernière. Arrive une gentille petite dame pour nous dire que "Monsieur Alagna étant souffrant, il a été remplacé au pied levé par Viktor Afanassenko qui arrive juste de Vienne (ou d'ailleurs, on s'en fiche)". Grosses huées dans la salle et tout le reste.
Vocalement, il s'en est très bien tiré. Par contre, d'un point de vue scénique, il n'a pas eu le temps de se familiariser avec la mise en scène (fraîchement préparée par Francesca Zambello). Globalement, il était debout avec son épée à la main et attendait que son partenaire vienne taper dedans pour le duel.. etc. Très amusant et franchement kitsch de voir un artiste à la rue pour la mise en scène.. mais grand bravo à ces artistes qui sont capable de prendre un rôle quand leurs confrères sont réellement malade ou jouent aux stars...

Avatar du membre
Martine
Basse
Basse
Messages : 4085
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par Martine » 02 août 2006, 13:27

Dès le départ cette série du Trouvère avait le mauvais oeil.
J'ai vu 3 représentations (avec Alagna d'ailleurs) mais jamais avec le même Comte di Luna. La malédiction était sur le baryton.
Lado Ataneli qui était prévu au départ pour toutes les représentations a du en chanté 2 peut-être 3, c'est tout.

gregb
Ténor
Ténor
Messages : 779
Enregistré le : 24 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par gregb » 02 août 2006, 13:29

C'est Azucena qui a marabouté l'opéra! :lol:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 46 invités