Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4391
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Message par David-Opera » 31 oct. 2018, 21:09

L’article ci-dessous présente une brève analyse de la fréquentation des œuvres programmées à l’Opéra Bastille (2745 places), ainsi que de la fréquence de leur programmation.
Ces chiffres sont issus des rapports d’activités de l’ONP rendus publics et conservés sur la période 2000 à 2002 et 2005 à 2018 avec cependant quelques trous lors des changements de direction.
L’intérêt est de dégager une tendance , de voir dans quelle mesure le public plébiscite une œuvre, et d’identifier les réussites où les déceptions.
Une constante valable pour tous les ouvrages est que généralement les longues séries (plus de 10 représentations) programmées en septembre ou en juillet font rarement le plein.


Les 11 Blockbusters

11 ouvrages constituent une véritable vache à lait pour la salle Bastille.
  • 3 Mozart (Don Giovanni, Les Noces de Figaro, La Flûte Enchantée)
  • 1 Rossini (Le Barbier de Séville)
  • 2 Verdi (Rigoletto, La Traviata)
  • 3 Puccini (La Bohème, Tosca, Madame Butterfly)
  • 1 Bizet (Carmen)
  • 1 Offenbach (Les Contes d’Hoffmann)
Ils soutiennent sans problème 13 représentations annuelles en moyenne à une périodicité de 2 à 3 ans, avec un taux de remplissage moyen de 97%.
Le record est tenu par Carmen qui, lors de la saison 2016 /2017 de Stéphane Lissner, a tenu 25 représentations avec une fréquentation de 100%.

Il y a eu quelques contre-performances avec les dernières reprises de Don Giovanni et de Madame Butterfly lors du début de la saison 2015/2016 de Lissner, avec respectivement 81% et 87%, la programmation d’une telle série au mois de septembre faisant généralement rarement le plein.
Ce fut le cas également des Contes d’Hoffmann sous Nicolas Joel, lors de la saison 2012/2013 avec seulement 85% de remplissage.

Tosca n’a également connu que deux années de faiblesses, l’une sous Mortier à cause de grèves obligeant à donner 3 versions en concert, et l’une sous Joel à cause d’une durée de programmation trop longue (20 représentations), soit moins de 90% dans les deux cas.

Avec le passage prochain de Don Giovanni, des Noces de Figaro et de la Traviata à Garnier (trois œuvres pour lesquelles Mortier avait également consacré de nouvelles productions à Garnier), se pose ensuite la question des ouvrages pouvant se substituer à ces trois chefs-d’œuvre à Bastille.

Image
Image

Richard Wagner

Richard Wagner n’est généralement programmé qu’une fois par saison, parfois deux fois, mais, sauf exception, aucun de ses scores ne passe en dessous de la barre des 90% de fréquentation.

Chacun de ses dix opéras (hormis ceux de jeunesse, Die Feen, Das Liebesverbot, Rienzi) ont été programmé au moins deux fois depuis l’an 2000, tous étant à l’affiche en moyenne tous les 5 à 10 ans pour une série de 8 représentations.

Avec un taux de remplissage moyen de 96%, il s’agit d’une valeur sûre de l’opéra Bastille.

Image

Giuseppe Verdi

Mis à part Rigoletto et La Traviata qui sont ses œuvres les plus jouées à Bastille, tous les ouvrages de la maturité de Verdi (Hormis Stiffelio et Aroldo), ont connu cette scène, et de sa jeunesse, seuls Nabucco, Attila et Macbeth l’ont déjà fréquenté.

Les versions parisienne et milanaise de Don Carlos s’imposent régulièrement avec des taux de remplissage toujours supérieurs à 95%, taux de remplissage moyens que couvrent tous ses autres ouvrages pour une série de 10 représentations en moyenne tous les 3 à 6 ans.

Lissner a eu un peu de mal à remplir avec les reprises d’Il Trovatore et d’Aida, toutes deux programmées 2 ans après leur dernière reprise sur une longue série en juin/juillet, comme ce fut le cas également pour Otello sous Joel.

La contre-performance de Falstaff (87%), fin 2017, est, elle, moins explicable.

Don Carlo, et peut-être Il Trovatore, seront probablement amenés sous Lissner à se substituer à La Traviata parmi les Blockbusters de Bastille.

Image

Les opéras russes

Les opéras russes sont eux aussi une valeur sûre de Bastille.
Chacune des œuvres de Tchaïkovski (Eugène Onéguine, La Dame de Pique), Moussorgsky (La Khovantchina, Boris Godounov), Prokofiev (Guerre et Paix, l’Amour des 3 oranges), Chostakovitch (Lady Macbeth de Mzensk), et récemment Rimski-Korsakov (Snegourotchka) sont régulièrement programmées tous les 6 à 10 ans pour une série de 8 représentations, et réalisent de beaux résultats avec une fréquentation moyenne de 93%.

La récente série des Boris Godounov d’Ivo van Hove a visiblement souffert d’une trop longue programmation (12 représentations) en juin/juillet et des grèves qui ont obligé à jouer des versions de concert. Il en fut de même pour l’Amour des 3 oranges programmés sous Joel en juin/juillet 2012.

Image

Les ouvrages français romantiques du XIXe siècle

A l’instar des opéras russes, les œuvres françaises romantiques du XIXe siècle (Halévy, Massenet, Gounod, Saint-Saens, Berlioz) attirent en nombre le public français, ces œuvres supportant une période de reprise de 5 à 8 ans pour 8 ou 9 représentations, avec un remplissage moyen de 92% (la moyenne de Bastille).

Il faut cependant une star telle Jonas Kaufmann pour faire décoller Werther au-delà de 80%, et si Mortier a atteint facilement 100% avec La Juive, il n’a fait que 90% avec les Berlioz, score largement dépassé sous Gall, Joel ou Lissner.

A noter les deux très bons scores de Don Quichotte de Massenet, à un an d’intervalle, sous Hugues Gall.

Image

Le bel canto romantique italien du XIXe siècle

Bellini et, plus régulièrement, Donizetti, sont eux aussi proches des groupes d’opéras russes et français, avec des œuvres programmées tous les 5 ans sur 9 représentations en moyenne.

Cependant, une fois sur deux le remplissage est inférieur à 90%, sauf grandes stars à l’affiche. Le taux moyen de remplissage est donc de 91%.

Grand succès des Capulet et Montaigu avec Di Donato / Ciofi / Netrebko, Lucia di lammermoor et La Sonnanbula avec Dessay, L’Elixir d’amour avec Kurzak / Alagna.

Image

Richard Strauss

Quasiment absent de Bastille sous Lissner, a connu un énorme succès à la fin du mandat Hugues Gall et sous tout le mandat Mortier, avec des remplissages dépassant les 97% (Die Frau ohne Schatten, Der Rosenkavalier).

Cela ne s’est plus reproduit depuis, et ses œuvres principales sont régulièrement reprises tous les 5 à 10 ans pour une série de 8 représentations.
Le taux moyen de remplissage est de 91%

Comme Wagner, Strauss n’est qu’exceptionnellement programmé pour des séries longues de 10 représentations ou plus.

Image

Les Italiens post-Verdi

Ce genre n’a été programmé qu’exclusivement sous le mandat de Nicolas Joel, et Giancarlo del Monaco est l’un des metteurs en scène les plus sollicités pour ce répertoire.

Giordano, Leoncavallo, Mascagni, Ponchelli, Zandonai et les œuvres tardives de Puccini (La Fanciulla del West, Il Trittico) peinent à dépasser les 90% de remplissage, même avec Nina Stemme dans La Fanciulla del West (77,5% de remplissage), et affichent plutôt une moyenne de 88%.

La Gioconda réussit la meilleure performance avec 97% de remplissage.

Image

3 œuvres singulières

Il s’agit de chefs-d’œuvre uniques de compositeurs qui n’entrent pas dans les catégories de cet article.
La création de la nouvelle production de Rusalka à Bastille, avec René Fleming, fut un événement salué par un remplissage de 100%, et celle de Die Tote Stadt eut elle aussi un beau succès avec 90% .

Plus modestement, la reprise de Juliette ou la clé des songes par Mortier ne remplit la salle qu’aux ¾ malgré 6 représentations seulement.

Image

Le répertoire français du XXe siècle

Ce répertoire post-Wagner, mené par Debussy, Charpentier, Dukas et Ravel, fait difficilement le plein, mais peut obtenir un bon taux de fréquentation quand il est programmé avec suffisamment d’espace dans le temps.

Mortier a obtenu 95% à la création de Louise, mais n'a pu réitérer un tel score à la reprise, Joel 98% avec la reprise de Pelléas et Mélisande, et Lissner n’a obtenu que 80% en programmant une reprise en septembre et malgré 5 représentations.

Quant aux 10 représentations de l’Heure espagnole, elles étaient sans doute excessives.
En moyenne, ces œuvres peuvent être programmées tous les 5 à 8 ans avec 7 à 8 représentations, et pour un taux de remplissage attendu de 85%.

Image

Les opéras viennois

Die Fledermaus et Die Lustige Witwe sont deux œuvres faites pour être jouées au moment des fêtes et soutiennent un nombre de représentations très élevé (18 en moyenne). Si la reprise de Die Lustige Witwe par Lissner n’a pas eu tout le succès attendu, elle le doit surtout à la période de programmation (septembre), mais bien positionnée, elle aurait pu faire 85% sur une autre période de l’année.

Image

Benjamin Britten

Bien défendu sous Hugues Gall, Benjamin Britten est peu joué à Bastille. Pour chaque œuvre, il réalise pourtant un taux de remplissage de 82% sur 7 à 8 représentations reprogrammées tous les 8 à 12 ans.
Seuls Billy Budd et Peter Grimes bénéficient d’une production dans cette salle.

Image

Leos Janacek

Compositeur ardemment défendu par Mortier, les œuvres de Leos Janacek arrivent à attirer régulièrement le public sur des périodes de reprises allant de 6 à 12 ans. C’est à Lissner que l’on doit le meilleur taux de remplissage avec la production de La Maison des Morts qui a réussi à atteindre près de 85%. En moyenne, Janacek remplit plutôt Bastille à 80%.

Image

Les Allemands post-Wagner

Particulièrement bien défendus par tous les directeurs, de Gall à Lissner, Hindemith, Schoenberg et Berg ont trouvé leur place à Bastille malgré des remplissages souvent sous les 70%.

Programmés tous les 6 à 12 ans et limités à 6 ou 7 représentations, ces œuvres à forte valeur sociale peuvent atteindre 77% de remplissage en moyenne si elles sont bien soutenues par la direction.

Les 90% de Wozzeck sous Mortier et les 93% de Moise et Aaron sous Lissner en sont deux exemples brillants à souligner.

Image

La Création

K…, Medea (dans sa version définitive), Adriana Mater, Akhmatova sont des créations qui, hormis K…, n’ont jamais été reprises.
Ces productions, jouées sur 6 à 7 représentations, ont toutes en commun de jeter des ponts avec des œuvres littéraires, à l’instar du programme de créations inédit que mène Lissner à Garnier, mais souffrent de leur taux d’attractivité moyen de 77%.

Le Temps des Gitans a certes atteint sous Mortier 100% de remplissage avec 15 représentations, mais il s’agissait d’une inspiration cinématographique.

Ce qui laisse penser que la création musicale à Bastille pourrait connaître une grande réussite si elle prenait le cinéma comme source scénaristique.

Image

Avatar du membre
jmc
Ténor
Ténor
Messages : 569
Enregistré le : 07 déc. 2008, 00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Re: Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Message par jmc » 31 oct. 2018, 22:17

Le Parsifal de Richard Jones n'a été représenté que quatre fois :ghostface: et non les huit prévues.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4391
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Message par David-Opera » 31 oct. 2018, 22:26

Corrigé!

xavierscriabine
Ténor
Ténor
Messages : 986
Enregistré le : 08 juin 2005, 23:00
Contact :

Re: Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Message par xavierscriabine » 31 oct. 2018, 22:56

Très intéressant, merci!

Pour Ariane à Naxos, on pourrait mentionner sa reprise en 2015.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4391
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Message par David-Opera » 31 oct. 2018, 23:05

Oui!
Je n'ai cependant pas les chiffres car cette reprise se situe à la jonction du passage de direction de Joel à Lissner.
Joel a fait un bilan 2014, mais Lissner a débuté avec un bilan 2015/2016.
Il en résulte que nous n'avons aucun chiffre sur les 7 premiers mois de 2015.
Idem avec Mortier pour les six premiers mois de 2009, effacés par Joel.

paco
Basse
Basse
Messages : 8036
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Message par paco » 31 oct. 2018, 23:40

J'aime bien quand tu produis ce type d'analyse, c'est toujours très intéressant. Merci !! (cela doit te donner énormément de travail...).

La remarque concernant le remplissage en septembre est effectivement sensible dans toutes les salles parisiennes. Elle correspond à une évolution sociologique de départs en vacances estivales de plus en plus tardives et des rentrées de plus en plus chargées avec la démultiplication de l'offre d'activités pour les bambins (ce qui occupe les parents jusque tard en septembre en termes d'inscriptions etc. + un budget cash conséquent qui grève tout de suite le portefeuille).

Le désamour en juin-juillet est plus difficile à comprendre, car à l'inverse la capitale est bien pleine en cette période où les parisiens sont encore nombreux et se cumulent aux touristes. Je me demande s'il n'y a pas là un effet négatif des campagnes de communication de plus en plus précoces sur la saison suivante, qui produisent une impression générale que la saison est déjà terminée en mars (et donc plus de réflexe de se renseigner sur ce qui se joue à l'Opéra ensuite...).

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4391
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Message par David-Opera » 31 oct. 2018, 23:43

Pas tant que cela. C'est uniquement quand je n'ai pas grand chose à faire au boulot. On est en pleine vacances de La Toussaint. :wink:

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19736
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Message par JdeB » 01 nov. 2018, 09:01

J'ai adoré Le Temps des gitans, une des vraies réussites de l'ère Mortier ! Sans doute la seule création vraiment grand public effectuée par l'Opéra depuis Dialogues des Carmélites 60 ans plus tôt !

je pense que tu devrais tout de même, du moins pour les commandes, mentionner le mois de leur création car une saison c'est trop vague à mes yeux.

Et puis le gros problème c'est que tu te fies aveuglement aux chiffres officiels donnés par l'ONP que des spécialistes ont mis sérieusement en doute.
On a beaucoup de mal en effet à croire à un remplissage à 87 % du Falstaff de l'an dernier...C'était certainement beaucoup moins, plutôt autour de 65 et encore en étant optimiste !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4391
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Message par David-Opera » 01 nov. 2018, 09:27

Je verrai si je peux, plus tard, ajouter des précisions sur les mois des commandes, je ne suis plus chez moi pendant plusieurs jours.
Concernant les chiffres, il s'agit de taux moyens sur l'ensemble de chaque production, c'est leur tendance qui compte, mais je suis porté à y croire car on ne peut truander sur le nombre total de billets numérotés émis chaque saison.

On voit que chaque directeur a eu ses plantages, et ceux-ci sont clairement affichés.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19736
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Opéra Bastille - Analyse de la fréquentation des oeuvres lyriques

Message par JdeB » 01 nov. 2018, 09:51

Mais qui vérifie ces chiffres ?

il suffit d'aller sur Memopera pour avoir la date des créations mondiales.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 51 invités